background preloader

Polémique. Des équipiers de McDo témoignent - 27/04/2007

Polémique. Des équipiers de McDo témoignent - 27/04/2007
Au-delà du licenciement de deux chefs d'équipe du restaurant McDonald's de Tounefeuille (lire notre édition du 25 avril), les témoignages d'employés ou ex-employés de l'enseigne phare de la restauration rapide affluent pour dénoncer des conditions de travail pénibles. Sur l'autel de la rentabilité, les équipiers, payés au Smic horaire (8,27 €), seraient ainsi soumis à des cadences infernales, des plannings empêchant toute vie privée, des primes attribuées « à la gueule du client » et une pression morale permanente. Cédric est resté huit mois chez McDo : « La pression, c'est tout le temps. Il faut toujours aller plus vite, toujours faire du rendement. C'était dur, mais quand on cherche un premier emploi, on accepte. » Jérôme a tourné dans plusieurs McDonald's de Toulouse. « Sous pression » Un autre équipier, qui tient à son anonymat parce qu'il travaille toujours dans un McDo, explique que « tout le monde a la pression. Jean-Louis Dubois-Chabert

http://www.ladepeche.fr/article/2007/04/27/369261-polemique-des-equipiers-de-mcdo-temoignent.html

Related:  etude de gestion Ines DensMAC DOEtude de Gestion ~ MacDonald'sanisharmcdonald

« Les heures supplémentaires, les plannings modulables… avec ça, tu ne peux rien prévoir, toute ta vie est liée à ton travail » Pedro est étudiant et salarié chez Subway. Il nous parle de ses conditions de travail en France et fait le rapprochement avec le mouvement des employés des fast-foods aux Etats-Unis. Les salariés des fast-foods se sont mobilisés aux Etats-Unis contre la précarité et les mauvaises conditions de travail. En France, vous êtes mieux lotis ? McDo, laboratoire d'exploitation «Nous exploitons les jeunes et nous le faisons bien», disait l'une des publicités travesties par les grévistes du McDonald's de Strasbourg-Saint-Denis à Paris. Mais dans quelle mesure peut-on parler d'exploitation des jeunes qui travaillent au McDonald's? Un franchisé McDonald's (environ 90 % des restaurants sont en franchise) ne peut dégager un profit qu'en adaptant au plus juste sa main-d'oeuvre à la fréquentation de son restaurant et à la demande de la clientèle par la flexibilité et la polyvalence. En effet, il doit acheter toutes ses fournitures auprès de McDonald's France. Il ne peut vendre que des sandwichs McDonald's et tous les sandwichs McDonald's, même ceux dont ses clients ne veulent pas. Enfin, il doit reverser un pourcentage de son chiffre d'affaires, fixé par McDonald's, à McDonald's.

McDo : un engagement paradoxal dans le travail Les jeunes équipiers de McDonald's s'investissent beaucoup dans leur travail, alors que les conditions de ce dernier sont dures. Un engagement qui tient en partie au fait qu'ils ne considèrent pas cette activité comme un "vrai travail". Dans les restaurants McDonald's, les jeunes équipiers ne s'économisent pas. Certes, il y a un taux de départ élevé dès le premier jour de travail.

Travailler à McDonald's - On a testé pour vous... Comme bon nombre de jeunes, j’ai atterri au McDo à cause d’un concours de circonstances tout bête : la nécessité de gagner de l’argent, le fait de n’avoir rien trouvé d’autre, et la facilité d’accès aux jobs proposés par Ronald. Il suffit de savoir parler correctement, d’être disponible sur des plages horaires assez larges et généralement, c’est dans la poche. J’ai donc passé mon été derrière le comptoir du haut de mon mètre 55, avec un joli polo marron.

Une journée de travail chez McDo Employée polyvalente depuis trois ans dans un MacDonald's franchisé, Nina Basquet raconte sa vie au travail et détaille l'exploitation des salarié-e-s « jusqu'à la moelle ». Elle envoie aussi un message d'espoir en décrivant comment les employé-e-s de son restaurant sont parvenus à s'organiser pour desserrer l'étau de l'aliénation et retrouver leur dignité : « On ne s'est pas laissés et faire et on a pris les choses en main. » Je travaille du mardi au samedi. La plupart du temps je travaille « de close », c’est-à-dire que je m’occupe de la fermeture qui est à environ 02h15. J’ai un CDI, la plupart de mes collègues à majorité féminine – pour les employés de base – et masculine – pour les formateurs et managers – ont aussi des CDI : c’est un moyen pour l’entreprise de ne pas avoir à payer les indemnités de fin de contrat des CDD, sachant que beaucoup démissionnent assez rapidement car ce sont de manière générale des étudiants. Nina Basquet

Mac Do, propreté et hygiène, toute la vérité... - Bob Dobolino Il y a quelques années de cela, étant étudiant et ayant besoin d’argent, je me suis retrouvé comme un grand nombre de jeunes à aller bosser chez Mac Do. Alors là tout de suite, on se dit, bonne ambiance, bouffe gratuite, chouille après le service… La vérité en est loin, du moins dans mon cas. Vous avez très certainement vu récemment toutes ces publicités à la télé concernant le sérieux de l’entreprise ainsi que les conditions d’hygiène très strictes qui y règnent. McDonald's: Le système Le système McDonald's A) Le système de franchise : A) Le système de franchise : Elle se fait licencier par McDonald's pour avoir passé ses examens La salariée de 20 ans affirme sur Europe 1 avoir prévenu l'entreprise qu'elle devait s'absenter en fin d'année pour passer ses partiels. Elle avait obtenu l'accord de son manager avant qu'il ne change d'avis, le moment venu. Mc Donald's ne facilite pas à tous les coups la vie des étudiants. Selon Europe 1, Camille, une salariée de 20 ans en CDI chez le géant du fast food, vient en effet de se faire licencier pour avoir passé... ses examens. L'étudiante en droit avait pourtant précisé à son manager, lors de son embauche dans ce restaurant de Lamballe dans les Côtes d'Armor, qu'elle devrait s'absenter quelques jours en fin d'année pour réviser et passer ses partiels.

l'équipier polyvalent: Témoignages (ceci est un article de l'ancien blog que je n'avais pas pu remettre en ligne pour des raison techniques ; petit ajout tout de même, j'ai ajouté mon témoignage a chaque catégorie) Ils sont très nombreux sur la toile ! En me mettant à la place du futur employé qui cherche à se renseigner, j’imagine que ça doit pas être évident de faire le tri dans tout ce qui peut être dit sur l’enseigne. Donc, j’ai pensé à un résumé relativement simple ou d’un coté on trouverait les point positifs et d’un coté les points négatifs. Pour ceci, j’ai pris les témoignages cités sur le site « job étudiant » et j'ai tentait de les résumer en les classant. Travailler chez McDonald's Les temps sont durs ? Maman ne veut plus donner d'argent de poche, papa ne paie plus l'assurance de ton scooter et Sarkozy veut supprimer le RMI ? Et en plus t'as pas de diplôme ? Hé bien il ne te reste plus qu'une solution mon canard, travailler chez McDonald's ! N'aie pas peur, ici il te sera présenté le fonctionnement, les avantages et surtout la philosophie de ce métier d'avenir qui, au-delà d'un métier, est une vraie façon de vivre. Origines

la restauration rapide - Note de recherches - Elissamz Les salariés : La restauration rapide : Postes & Qui sont les employés: L’employé de restauration rapide est polyvalent : préparation, prise de commande, service et parfois livraison. Les emplois de la restauration rapide sont occupés dans leur grande majorité par des moins de 30 ans et une bonne partie d’entre eux sont des étudiants. Ces emplois représentent le plus souvent une possibilitéde se faire de l’argent de poche ou/et d’acquérir une première expérience professionnelle.

"Le turnover au sein des restaurants a été réduit de 30 % depuis 2004" A deux pas de la Madeleine, à Paris, se trouve le centre de l'emploi et des métiers de McDonald's France, dont plus de 10.000 candidats au poste d'"équipier" poussent la porte chaque année. C'est ici que nous reçoit Hubert Mongon, Vice-Président Ressources humaines. Un poste très exposé chez le géant américain de la restauration qui, du "passeport mobilité" à la VAE, multiplie les initiatives... et lutte pour améliorer son image sociale. Nour, ex-manager à McDo : « Les mains malmenées, le dos en miettes » Les mains de Nour - Audrey Cerdan/Rue89 « Mon entretien d’embauche n’a duré qu’une dizaine de minutes. C’était en juin 2005.

Related: