background preloader

Zara

Zara
On a beau lui faire des infidélités, nos pas de serial shoppeuses finissent toujours par nous y mener. Zara, par ses collections qui passent et ne reviennent pas, par ses produits ultra réactifs aux micro tendances et aux fluctuations du thermomètre, a réussi à fidéliser notre nature volage de fashion addict. À l'origine de cette invasion espagnole sur toutes les facettes mode du globe, un homme : Amancio Ortega. Cet espagnol, né en Castille, ne soupçonnait pas que son destin serait à l'image de l'illustre Rockefeller. Issu d'un milieu modeste, Amancio doit à 14 ans abandonner l'école afin de gagner sa vie. Cette confrontation précoce avec les réalités économiques va booster le garçon et lui donner la force de mettre en pratique ses idées : il conçoit avec des amis un modèle de pull shetland. Le concept ? Son idée fut certes révolutionnaire, mais étant donné la conjoncture actuelle de concurrence sauvage qui sévit dans le milieu textile, l'essor de Zara tient du conte de fées...

Zara (vêtements) L'entreprise Zara a son siège social à La Corogne en Espagne et a été fondée en 1975 par Amancio Ortega et son épouse Rosalía Mera. La société Inditex (abréviation de Industria de Diseño Textil) est cotée en bourse. Devenu le « leader de la fast fashion », Zara, est à partir du milieu des années 2010, pointée du doigt pour son mauvais impact social et environnemental et fait l'objet de plusieurs controverses, dont celle qui porte sur un partenariat supposé avec des usines ayant recours au travail forcé des Ouïghours en Chine. Au commencement, un atelier de confection ouvert en 1963 à La Corogne (Galice) par Amancio Ortega qui avec sa femme Rosalia Mera, son frère Antonio et sa belle-sœur Franca, se spécialise dans la confection de pyjamas et de robes de chambre. Il ouvre sa première boutique Zara en 1975[2], toujours à La Corogne et le premier magasin hors d’Espagne à Porto (Portugal) en 1988, suivi de New York en 1989. La marque arrive en France en 1990.

Inditex (Zara) dépasse les 18 milliards... - Textile, habillement Le petit coup de mou de 2013 – très relatif cela dit : +5% - n’aura été que de courte durée. Le groupe espagnol Inditex a en effet vu ses ventes progresser à un rythme, bien plus habituel pour lui, de 8,3% en 2014, pour atteindre 18,1 milliards d’euros. Même retour en grâce pour le bénéfice net : après un petit +1% en 2013, le voilà en effet revenu à des niveaux plus « normaux » (guillemets de rigueur) de +5% en 2014, à 2,5 milliards d'euros. 88 pays L’ensemble a évidemment été tiré par la politique d’expansion chère au groupe. Inditex a ainsi ouvert 343 magasins en 2014. Inditex, avec ses huit marques, Zara, Pull & Bear, Massimo Dutti, Bershka, Stradivarius, Oysho, Zara Home et Uterqüe, réalise 65% de ses ventes en Europe (11,7 milliards d’euros), dont 19% rien qu’en Espagne (3,4 milliards d’euros). Les deux-tiers du chiffre d’affaires sont encore faits grâce à la seule enseigne Zara.

A 100 milliards d’euros, Zara crève le plafond, mais gare à H&M et Uniqlo C’est la consécration boursière pour Inditex. Le numéro 1 mondial du textile (surtout connu pour sa marque phare Zara, qui représentait 64% de ses ventes l’an dernier) a franchi la barre symbolique de 100 milliards d’euros de capitalisation. Un exploit que seuls l’opérateur télécoms Telefonica et le géant bancaire Santander ont réussi, dans l’histoire de la Bourse de Madrid. Sur longue période, le parcours boursier d’Inditex est impressionnant, avec une multiplication par 10 du cours en un peu plus de 11 ans ! Tous droits réservés Inditex s’adresse à tous les publics, avec sa marque phare généraliste Zara, mais aussi Massimo Dutti (clientèle haut de gamme), Bershka (adolescents)… Zara est une machine de guerre bien rodée, dont les points de vente sont toujours plus grands et design, qui fait tourner ses collections à un bon rythme (chaque semaine, 15% d’un magasin change) et profite d’une logistique efficace. L’américain Gap est quant à lui au point mort. Nicolas Gallant

Bénéfice et chiffre d'affaires en hausse pour Inditex (Zara) - Actualités Societe.com Les bons résultats du groupe Inditex (Zara) Ce mercredi 11 décembre, le groupe espagnol Inditex a publié un bénéfice net de 1,674 milliards d'euros, sur la période de février à octobre 2013. Ces performances contrastent certes avec une industrie de l'habillement moribonde, mais soulignent un ralentissement par rapport à l'année 2012. Les perspectives d'avenir du groupe Inditex (Zara) A la fin du mois d'octobre, le géant espagnol de l'industrie de l'habillement était implanté dans 86 pays, avec un total de 6249 boutiques. Zara explose ses bénéfices tandis que la crise sévit en Espagne L'espagnol Inditex, numéro un mondial du textile, a une nouvelle fois dégagé des bénéfices records en 2012, son expansion galopante dans les pays émergents compensant l'atonie de l'Espagne, où ses clients frappés par la récession et la politique d'austérité restreignent leurs achats. Le propriétaire de l'enseigne Zara a dégagé 2,36 milliards d'euros de bénéfice net au cours de son exercice décalé, achevé le 31 janvier, soit 22% de plus que l'année précédente. Le chiffre d'affaires a progressé de 16%, à 15,95 milliards d'euros et l'excédent brut d'exploitation (Ebitda) a grimpé de 20%, à 3,91 milliards. Bond des ventes en Asie Les ventes en Espagne ont reculé de 5%, affectées par la baisse du pouvoir d'achat des ménages ainsi que par la décision du groupe de ne pas répercuter la hausse de trois points de la TVA sur les prix de vente, a expliqué Pablo Isla, le PDG du groupe, au cours d'une conférence de presse. Les chiffres du groupe ont déçu le marché

Related: