background preloader

À la découverte des mosos, cette tribu où les femmes décident de tout

À la découverte des mosos, cette tribu où les femmes décident de tout
Aux confins du sud-ouest de la Chine, non loin de la frontière Tibétaine, réside un peuple qui intrigue le reste du monde pour ses coutumes, mais surtout pour sa vision de l'amour et de la relation intime. Les Mosos sont le dernier peuple matriarcal et ont gagné le titre de communauté-modèle à l'occasion du cinquantième anniversaire de l'ONU. Les femmes, au centre de la communauté Les Mosos vivent autour du lac Lugu, sur les rives des régions du Yunnan et Sichuan. Ce lac serait né des larmes de la déesse Gemu, que tous vénèrent. Depuis plus de 800 ans, les Mosos ont les mêmes traditions régissant leur quotidien. L'harmonie comme principe de vie Chez ce peuple matriarcal, le mariage n'existe pas. Aucune promesse, aucune trahison Les principes économiques d'une famille reposent sur tous les membres qui la composent. Cela ne signifie pas qu'un homme et une femme, tous deux amoureux, aillent coucher dans le lit d'autres partenaires. L'amour sans tabou Transmettre les traditions L'art de s'aimer

http://voyagerloin.com/a-la-decouverte-des-mosos-cette-tribu-ou-les-femmes-decident-de-tout.html

Related:  Peuples et culturesChanger le monde/Recyclage/EcologieRelations, couple, hétéronormativitéwomenMonde

Matriarcat berbère Maure Beydane face à l’islam : plus tu as de maris, plus tu es respectable « Je vous assure que nous respectons bien les hommes. D’ailleurs, c’est l’islam qui nous guide en ce sens ». Les Maures (ou Mauri) est le nom donné aux populations arabo-berbères métissés vivant au Sahara et dans les territoires sud, côtoyant les populations noires. Ce cercueil qui défie la mort donne une seconde vie à vos êtres chers en les transformant en arbres Aller au cimetière pour pleurer ses proches disparus est souvent très douloureux. Aujourd’hui une équipe italienne a eu l’idée de rendre ce lieu plus réconfortant et d’offrir à nos défunts une seconde vie. Le projet a pour but de mettre le corps d’un défunt dans une capsule, plutôt que dans un cercueil, qui servira à nourrir et à faire grandir un petit arbre. Les cimetières se transformeraient alors en parcs commémoratifs remplis d’arbres. SooCurious vous en dit plus sur ce projet ambitieux. Anna Citelli et Raoul Bretzel sont les deux designers qui ont développé le projet Capsula Mundi.

Réflexion sur la norme monogame La plupart des gens tombent amoureux plusieurs fois dans leur vie. Ils vivent donc plusieurs relations, les unes à la suite des autres. C’est ce qu’on appelle la monogamie sérielle, la monogamie « vraie » (un seul partenaire pour toute une vie) ayant plus ou moins disparu au cours du siècle dernier. Mais quand on rencontre une personne avec qui on est si bien, qui nous apporte tellement de bonheur au quotidien, qu’on se voit passer sa vie avec, comment on fait? Penser que ça nous protège de tomber à nouveau amoureux est illusoire, quand on parle d’une vie entière. Si l’amour est une histoire de personnes plus que de circonstances, je ne vois pas comment aimer une personne immuniserait contre le risque de tomber amoureux d’une autre?

L’écoféminisme : une pensée féministe de la nature et de la société Je suis une maudite Sauvagesse. Je suis très fière quand, aujourd’hui, je m’entends traiter de Sauvagesse. Quand j’entends le Blanc prononcer ce mot, je comprends qu’il me redit sans cesse que je suis une vraie Indienne et que c’est moi la première à avoir vécu dans le bois… Or toute chose qui vit dans le bois correspond à la vie meilleure. Puisse le Blanc me toujours traiter de Sauvagesse. En Israël, un restaurant divise l'addition si les Palestiniens et les Israéliens mangent ensemble Un post Facebook qui a fait le tour du monde Sur sa page Facebook, un restaurateur juif vivant à Kfar Vitkin a décidé de promouvoir la paix entre les Israéliens et les Palestiniens. Pour promouvoir cette paix, il propose aux clients une offre spéciale : 50% de réduction à ceux qui feront abstraction de la violence quotidienne en mangeant à la même table. Une belle initiative

Regards du Sud - Peuples Indigènes Peuples Indigènes 5ème émission juin 2005 Bonjour à toutes, bonjour à tous. Le mois dernier, j’annonçais ainsi la présente émission : « Le 5ème épisode de juin 2005, intitulé « Peuples indigènes » insistera sur la diversité de notre monde et sera consacré à un monde qui fût le nôtre il y a très longtemps, et qui existe encore. Savez-vous que les peuples autochtones de notre planète représentent 300 millions de personnes, réparties en quelques 5000 groupes distincts, dont 70 groupes n’ont aucun contact avec le reste du monde.

En Suède, on construit un « Internet » non-polluant En Suède, on construit un « Internet » non-polluant Chaque seconde, 29 000 Go d’informations sont publiés dans le monde. L’hébergement de ce « big data » qui croit à une vitesse vertigineuse pose une véritable question environnementale. La possession du corps de l’autre On l’a vu, le couple me pose plusieurs problèmes, pouvant se résumer à de multiples restrictions de liberté propres à cette institution sociale, qui n’est pas, contrairement à ce que certains m’ont soutenu, libre des influences, des modèles et du formatage social. Pas plus libre que n’importe quoi d’autre. C’est notamment via le couple que la société, ses normes et ses règles s’invitent dans notre intimité et nous dictent nos comportements en matière d’affection, de relations sexuelles, etc. Le principal grief que je porte au couple, c’est la possession de l’autre qu’il implique.

Comment j'ai compris que le débat sur «Mademoiselle» et les jouets roses, c'est fondamental Qu’il faut que les femmes aient le même salaire que les hommes pour le même travail, ça me paraît évident. Qu’elles puissent avoir le droit de vote, le droit d’avorter, qu’elles soient traitées en égales, c’est la putain de moindre des choses. Evidemment, il faut se bagarrer pour. Nos ancêtres (merci à elles) se sont déjà bien bagarrées, et elles ont fait un énorme boulot. On est quand même pas si mal loties que ça en France au vingt et unième siècle grâce à elles, même s’il y a encore des combats à mener. J’ai un respect infini pour les féministes des dernières décennies.

Des photos de soldats avant, pendant et après la guerre La photojournaliste Lalage Snow a photographié des soldats avant, pendant et après leur mobilisation. Une série de triptyques poignante qui montre les acteurs principaux de la guerre, les soldats, sous une lumière inhabituelle. Un des soldats photographié (Crédit : DR Lalage Snow) Photographier la guerre, de nombreux photojournalistes l’ont déjà fait. Avec brio. Nous avons tous en tête des images de l’horreur, ses pertes humaines, ses ruines, ses armes, ses réfugiés… ses symboles, quoi.

Les peuples indigènes du monde se réunissent en ce moment. Leur but : préserver la planète Le Congrès Mondial de la Nature 2016 a débuté le 1er Septembre à Hawaii. Pendant 10 jours, plusieurs milliers d’acteurs politiques, d’universitaires, de responsables d’entreprises et de citoyens, le tout appartenant à des communautés indigènes du monde entier se réunissent autour d’un même objectif. Au programme : partage de connaissances, et réflexion commune à des moyens de répondre aux enjeux climatiques actuels, pour préserver les richesses offertes par notre planète et lutter contre l’accaparement des terres. NB : Āina Momona signifie textuellement les « terres grasses » qui nourrissent les familles hawaïennes. Comme ailleurs, celles-ci sont atteintes par l’activité humaine.

Révolution sociale et libération animale Révolution sociale et libération animale Brian A. Dominick Publié à l’origine comme tract par Critical Mess Media, 1995 Introduction: Les véganarchistes Bien que la théorie de la libération animale et son activisme soient rarement bien accueillis ou pris au sérieux par le courant principal de la gauche, plusieurs anarchistes ont commencé à reconnaître leur légitimité. Bien plus, ils les considèrent comme un aspect fondamental de la théorie et de la pratique révolutionnaires radicales.

Contre le couple Ca fait un moment que je pense à écrire mon avis sur le couple. On me demande souvent pourquoi je suis contre le couple. Ce n’est pas si simple. A la limite, il faudrait plutôt que ce soit les gens qui m’expliquent pourquoi ils sont pour, et pourquoi ils se mettent en couple. Les sociétés matriarcales à travers le monde Une société matriarcale, ce n’est pas vraiment ce qu’on imagine ! On ne trouve pas vraiment de trace d’un peuple amazone où l’intégralité des pouvoirs symboliques, économiques, politiques et/ou militaires auraient/seraient détenus exclusivement par des femmes. Ainsi le terme « matriarcat », construit pour s’opposer à celui plus connu de « patriarcat », ne permet pas, pris sans nuance, de décrire une culture existante ou ayant existé. Mais ne perds pas espoir, exploratrice en quête d’inconnu ! Il existe bien des peuples qui, en matière de répartition des rôles genrés dans la société, ont pris des voies radicalement différentes des nôtres.

Related: