background preloader

Women

Facebook Twitter

Libération.fr – 220 femmes : tuées par leur conjoint, ignorées par la société. Systématiquement classées dans la rubrique faits divers, minorées ou mal qualifiées, les violences conjugales, même lorsqu’elles se soldent par un homicide, sont traitées avec un étrange maladresse par la plupart des médias. Les tentatives de meurtres sur conjoint, se retrouvent par exemple régulièrement classées au rayon «insolite» par l’AFP, alors même que le mode opératoire ne prête absolument pas à rire.

Dépêche AFP datée du 1er octobre 2016. Parmi les articles de presse locale et nationale parus en 2014, 2015 et 2016 que Libération a recensé, figure ainsi plusieurs papiers aux titres sensationnalistes, absurdes ou désinvoltes, alors même qu'un meurtre y est relaté : «Sa femme voulait faire un cadeau à son fils, il l'étrangle», titre par exemple La Dépêche après le meurtre d'une femme par son ex à Narbonne.

«Il tue son ex et rapporte le corps à la police dans sa Twingo», peut-on lire sur le site de la radio Europe 1, à propos d'un meurtre survenu en 2015 à Rennes. Deux employés prennent en pleine face le sexisme au travail, en échangeant leurs prénoms dans des emails. SEXISME - Cette histoire racontée sur Twitter marque un point dans le combat contre le sexisme au travail. Martin R. Schneider est employé dans une petite boîte d'édition et de réécriture de CV aux États-Unis. Son chef reproche régulièrement à sa collègue, Nicole Knacks, de ne pas être aussi rapide et efficace que Martin. Il demande à Martin, qui est le supérieur hiérarchique de Nicole, de surveiller son travail.

Lequel s'exécute avec amertume, parce qu'il s'entend bien avec Nicole. "Je suis Martin, pas Nicole" Au bout de plusieurs emails, Martin commence à en avoir assez de ces questionnements sans fin sur ses propositions. Il explique alors à son interlocuteur qu'il est Martin, et pas Nicole. Un client modèle. L'expérience Martin demande alors à Nicole si cela lui arrive souvent. "Les amis, écrit-il, ça a été un enfer". De l'autre côté, "Nicole a vécu la semaine la plus productive de sa carrière. Patron peu compréhensif À voir également sur Le HuffPost: Envoyer une correction Contactez-nous.

10 Ways to Raise Brave Girls | Outside Online. The other day my seven-year-old daughter, Pippa, and I rode the flow trail at our local mountain bike park. We’d heard it was smooth and gentle enough for kids and she was desperate to try it, so even though it was her first day on a fat bike, and the sign at the top read “Technical Trail: Advanced Riders Only,” I said yes. Before we started, I coached her on the basics of downhill mountain biking: keep your weight back, your pedals level, and feather the brakes. Then she pushed off, shrieking with glee as she rolled over the first loamy whoop-de-woo. I rode behind Pippa, watching her handle her bike with confidence, control, and joy. If there’s any sweeter sound than a little girl oohing and ahhing as she banks through turns and up and over dusty berms, I don’t know what it is. A few days earlier I’d spoken by phone with Caroline Paul, whose op-ed in the New York Times Sunday Review last month, “Why Do We Teach Girls That It’s Cute to be Scared?”

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Des hommes, des vrais ? Dans ce Topo, on va parler stéréotypes, égalité hommes-femmes et vision du monde. Mais avant d’aborder tout ça, on va faire un petit détour… par l’Islande. Pendant longtemps, personne ne s’intéressait à l’Islande : c’était loin et froid - et surtout très cher. Puis la crise de 2008 est survenue, et le pays s’est retrouvé dans une crise économique sans précédent.

Pourquoi ? Bah justement, pour une raison qui touche de très, très près à notre sujet… Temps de lecture : environ 15 minutes. ---------- Quand Eyjafjallajökull (le fameux volcan islandais) ne fait pas des siennes, c’est beau l’Islande. Très beau, même : c’est l’endroit idéal pour admirer de très près les forces de la nature. Ah oui, la dernière force de la nature islandaise, là, c’estGunthar. Ce dont les banques islandaises se sont aperçu, c’est que les pêcheurs avaient juste le profil parfait pour devenir trader : sur-confiance en soi, insensibilité au risque et esprit de compétition. Fig.1 : Elliott en mode chill. A part ça ? Axielles.com - Comment vous sentir encore plus à l'aise en situation de networking ?

"Avec le harcèlement de rue, la ville reste le domaine des hommes" Pourquoi, en tant qu’homme, vous êtes vous intéressé à la question de la femme dans la ville ? Yves Raibaud- Cette question m’a concerné très jeune car j’ai été victime d’un “frotteur frôleur” de métro à 12 ans, souvenir très humiliant que j’avais gardé pour moi, puis dragué et suivi plusieurs fois lorsque j’étais lycéen. Ensuite il m’est arrivé de faire peur à des femmes dans la rue, je m’apercevais qu’elles hâtaient le pas parce que je marchais derrière elles, ce qui m’avait fait adopter la conduite “changer de trottoir” préconisée par Hollaback. Mais c’est réellement ma fonction de chargé de mission égalité femmes-hommes à l’Université Bordeaux-Montaigne qui m’a mis devant l’ampleur et le caractère systématique du harcèlement de rue des étudiantes. Comment se manifeste le sexisme dans la ville ? J’assimile le sexisme à une atteinte envers les personnes de sexe féminin mais aussi envers les personnes non conformes aux normes de genres.

L’architecture peut-elle être facteur de sexisme ? Bientôt les femmes ne seront peut-être plus en danger dans la rue. Eviter certains quartiers ou rues la nuit tombée, tirer sur sa jupe pour la faire apparaître plus longue, presser le pas et vérifier que nous ne sommes pas suivies le soir quand on rentre tard… Beaucoup de femmes ont intériorisé ces gestes et comportements quand elles marchent dans la rue, et les effectuent machinalement ; parce qu’on leur a appris à “faire attention”, ou parce qu’elles se sont fait harceler trop de fois dans la rue.

Yves Raibaud, géographe, a étudié l’utilisation de l’espace public en fonction des genres. Selon lui, depuis leur plus jeune âge, on apprend aux femmes que l’espace public est un lieu de danger et d’insécurité. De façon générale, elles l’occupent moins que les hommes ; elles sont par exemple moins présentes dans les cafés, les infrastructures sportives ou les transports en commun le soir. Elles seraient également plus mobiles : il est rare de voir des femmes errer dans la rue sans but précis, contrairement aux hommes. Observatoire de la féminisation - faculté et recherche. Les objectifs de l’observatoire de la féminisation des entreprises sont : Réaliser l’état des lieux de la féminisation des effectifs et de l’encadrement des grandes entreprises françaisesFacteurs explicatifs de la féminisation des grandes entreprisesAnalyser la relation entre féminisation et performances des entreprisesApporter des éléments d’analyse pour l’investissement socialement responsable Michel Ferrary est Professeur de management des ressources humaines à HEC de l’Université de Genève et Chercheur-affilié à SKEMA Business School.

Il a notamment publié en 2010, dans la revue du CNRS, Travail, genre et sociétés, l’article « Les femmes influencent-elles la performance des entreprises ? » (n°23, pp. 181-191). Ces recherches sur la féminisation des entreprises sont régulièrement reprises par les journaux français (Le Monde, L’Express, Les Echos…) et étrangers (Financial Times, Washington Post, Business Week...). Professeur Michel Ferrary - SKEMA Business School - 2016. The Glass Cliff: Female Leaders in Time of Crisis.

Once you’ve broken through the glass ceiling, there’s another challenge to deal with. The glass cliff sees female leaders hired to turn around unsuccessful companies, then blamed for failing at an impossible task. Female Leaders in Times of Crisis – the glass cliff Female Leaders and the Glass Cliff Marissa Meyer was hired to turn around years of dysfunction at Yahoo. Mary Barra joined a struggling General Motors, just weeks before a catastrophic safety recall was made public. Read: Women @ Work – Statistics of Women Who Lead.

American Apparel ousted founder Dov Charney when profits slumped (the preceding decade of sexual harassment allegations didn’t seem to bother them) and brought two women onto the board. Research shows that in the US, men take on 83% of top-level jobs: in Europe it’s 89%, and a stunning 96% in Asia. Who are Occupational Minorities? “Occupational minorities” is an umbrella term for women and people of colour, who are underrepresented in the highest levels of business. Carrière : les 10 réseaux de femmes qui comptent. Top 5 videos that highlight and tackle unconscious bias. Top 5 videos that highlight and tackle unconscious bias Here are the 3Plus top 5 videos that highlight and tackle unconscious bias and gender stereotyping. Watch them and realise how much we absorb without even thinking about it!

Unconscious Bias 1: We think we need to apologise! Sorry – not sorry from Pantene Unconscious Bias 2: #Likeagirl – should be proud not pejorative Unconscious Bias 3: Taking on sexual harassment. Unconscious Bias 4: Inspire her mind – how do you teach your children? Unconscious Bias 5: All about that Bass in the Board Room What would you add – send in your suggestions! About Nicola Jesse Nicola Jesse is Administration Manager for 3Plus International. Discrimination des femmes dans l'entreprise : aux racines du mal - Les Echos. High tech Alcatel et Nokia annoncent leur fusion Le finlandais Nokia négocie le rachat de son concurrent le franco-américain Alcatel-Lucent. L’opération donnerait naissance à un nouveau champion du marché... Nokia, l’histoire d’une éternelle renaissance Le pilier de l’économie finlandaise va fêter ses 150 ans cette année. Tour à tour, fabricant de bottes, de câbles, il a connu plusieurs vies.

Grandeur et décadence d’Alcatel-Lucent Le groupe a payé cher le prix de plusieurs erreurs stratégiques. Dans l'entreprise, les femmes se font tout le temps couper la parole. La numéro deux de Facebook, Sheryl Sandberg, et le professeur de l'université de Pennsylvanie Adam Grant ont publié, le 12 janvier, une tribune dans le New York Times pour dénoncer un problème aussi répandu que sous-estimé : la difficulté - voire l'impossibilité - pour une femme à prendre la parole au sein de son entreprise. « Nous avons tous deux vu ce phénomène se perpétuer, encore et encore.

Quand une femme prend la parole dans le milieu professionnel, elle se retrouve en position d'équilibriste. Soit elle est à peine écoutée, soit elle est jugée trop agressive. Quand un homme dit la même chose, tout le monde hoche la tête pour saluer sa brillante idée. Les femmes en concluent que mieux vaut en dire le moins possible », regrettent-ils. La difficulté rencontrée par les femmes lors de leur prise de parole en public n'est que l'un des nombreux stéréotypes genrés qui freinent leur évolution professionnelle.

À lire aussi : Don't call me bossy ! Les trois seuls pays où votre patron a plus de chances d'être une patronne. Il n'y a que trois pays au monde où vous avez plus de chances d'avoir une femme qu'un homme comme patron, rapporte le Washington Post en s'appuyant sur une étude de l'Organisation internationale du travail (OIT): la Jamaïque, la Colombie, et l'île de Sainte-Lucie, dans les Antilles. Ces trois pays arrivent en tête du classement de l'OIT (disponible en français ici) par pourcentage de cadres femmes: 59,3% des managers en Jamaïque sont ainsi des femmes, 53,1% en Colombie, et 52,3% à Sainte-Lucie. Les Philippines, quatrièmes du classement, passent sous la barre des 50%, avec 47,6% de leurs managers femmes.

La France se place au 24e rang du classement, avec 39,4% de femmes cadres. Comme le note le Washington Post, beaucoup des données du rapport sont encourageantes: par exemple, dans 69 des 90 pays pour lesquels le Bureau international du travail avait des données sur la décennie, la proportion de femmes cadres a augmenté. 1. Partagez cet article. La longue marche vers l'égalité hommes-femmes - Les Echos. Aéronautique - Défense Sans nouvelles de Philae depuis la mi-journée + VIDEO - Depuis la mi-journée, le robot Philae aurait cessé d'envoyer des informations.

Plusieurs hypothèses circulent, dont la chute du robot. Afrique - Moyen Orient Abdelaziz Bouteflika hospitalisé à Grenoble Président de l’Algérie depuis 1999, Abdelaziz Bouteflika a été à plusieurs reprises hospitalisé à Paris. Mistral : Moscou pose un ultimatum à Paris +VIDEO Selon une source anonyme citée par l'agence Ria- Novosti, Moscou attendrait jusqu'à fin novembre pour demander des compensations en cas de non livraison...

Femmes dans des métiers d'hommes: le sexisme n'est pas mort! Techniciennes, ingénieures, cadres: les femmes se heurtent toujours à des difficultés dans les entreprises, qui prennent des formes différentes selon leur place dans la hiérarchie. Ayant mené une centaine d'entretiens semi-directifs avec des salariées d'une grande entreprise, les chercheurs du Cereq délivrent un constat sans appel: la féminisation de certains métiers techniques ne va pas sans résistance dans des bastions historiquement masculins. L'hostilité ou, paradoxalement, la bienveillance, sont les deux avatars d'un sexisme qui s'exprime de façon agressive ("t'as voulu venir là, maintenant tu te débrouilles! " comme l'exprime une technicienne) ou sous couvert de protection due à la femme, "j'ai travaillé avec un collègue (...) qui ne voulait pas que je me salisse les mains" témoigne une autre, (...) en étant trop protecteur, il ne me faisait pas travailler!

". Femmes au bord du burn-out Comment résistent-elles? "La Fabrique des garçons": "On éduque les garçons à l'agressivité, à la compétition, à ne pas pleurer" Comment fonctionne la “fabrique des garçons” ? Sylvie Ayral – S’il y a eu beaucoup de travaux sur les femmes dans une approche féministe, il y en a encore trop peu sur les hommes et sur la manière dont se construit leur identité masculine. Dès leur plus jeune âge, on éduque les garçons à l’agressivité, la compétition, à refouler le “je” au profit du “nous” du groupe de pairs, à masquer leurs émotions, à ne pas pleurer. C’est le prix à payer pour pouvoir dominer, plus tard, presque toutes les sphères de la vie publique. Notre travail consiste à décrypter comment les garçons s’emparent ou non des figures d’hommes virils et dominants auxquelles on les expose.

A l’école par exemple, ils subissent une double injonction: on leur dit qu’il faut être obéissants, qu’il faut s’appliquer, mais s’ils sont trop sages, leurs camarades vont les traiter d’intellos, de “gonzesse” ou même, comme on l’entend fréquemment en ce moment, de “soumis”. Vous décrivez, en définitive, une “fabrique de machos” ? Le guide des métiers pour les petites filles qui ne veulent pas finir princesses | Catherine DUFOUR - Part 10. Mad Men: Joan Holloway dans un bureau du 21e siècle, ça donnerait quoi?

Les femmes, des ingénieurs pas tout à fait comme leurs confrères. 52 Powerful Photos Of Women Who Changed History Forever. Arte veut prouver qu’une femme sans enfant peut être heureuse.