background preloader

COMPLOT

Facebook Twitter

8 indices qui montrent que vous êtes (sans doute) face à une théorie du complot - Letudiant.fr - L'Etudiant. SEMAINE DE LA PRESSE ET DES MÉDIAS DANS L'ÉCOLE - Se mettre en quête d’explications pour donner du sens aux événements peut mener à la rencontre de théories du complot. Ces récits de fiction promettent de révéler "LA" vérité. Ils mettent en cause la version officielle d’un fait derrière lequel se cacherait un complot. Quels en sont les ingrédients ? Décryptage de Lionel Vighier, professeur de français en collège, qui apprend à ses élèves à reconnaître les théories du complot. #1 Promesse de vérité De manière générale, les théories du complot prétendent vous donner une version officieuse d’un fait, d’un événement, différente de la version officielle, qui, elle, serait mensongère. . #2 Tape à l'œil Dès les premières secondes, votre œil est attiré par un article, une page Web ou une vidéo enrobés de couleurs "flashy"

. #3 Invérifiable Vous remarquerez que les coupables dénoncés par les complotistes sont souvent dans des sphères inaccessibles, comme les extraterrestres ou les illuminati. COMPLOTS ET CONSPIRATIONS APPRENDS À RECONNAÎTRE LES VRAIS DES FAUX. Face Au Complotisme / Désinformation. #FaceAuComplotisme : une journée d’étude pour réagir face aux théories du complot.

La ministre de l'Éducation nationale organise ce mardi 9 février une journée d'étude intitulée "Réagir face aux théories du complot", qui réunira 300 participants. Michael Jackson : le complot » / Le Before du Grand Journal Depuis les attentats de 2015, les théories du complot émergent dans les cours de récréation. Pour armer les élèves face à cette désinformation, des solutions existent. Celles-ci font l’objet d’une journée d’étude organisée ce mardi 9 février par la ministre de l’éducation nationale. Intitulée « Réagir face aux théories du complot», elle réunit près de 300 participants au Muséum d’histoire naturelle à Paris. Élèves, enseignants, chercheurs, journalistes, psychiatres, membres d’associations ou encore des juristes y sont invités à présenter leurs démarches, à échanger ainsi qu’à participer à des conférences et ateliers qui auront lieu de 9h30 à 17h30.

Un compte-rendu de cette journée sera disponible prochainement sur Vousnousils.fr. Antoine Desprez. 16 histoires de complots pour bien commencer 2016. Vérité ou mensonge ? La rumeur dans les médias. Contexte Séance menée avec un professeur de Français pendant 5 heures. Démonter une rumeur et son voyage au travers des principaux médias. Comprendre le principe et produire une rumeur à partir de l’actualité. Aiguiser son esprit critique. Ecriture et mise en forme de rumeurs. Déroulement 1 heure : Distribution aux élèves de photocopies de pages Internet tirées du site hoaxbuster.com (chasseur de rumeur).

Ou diaporama : La documentaliste raconte l’histoire en s’appuyant sur les textes. Page 1 : la rumeur était au départ une plaisanterie de critique, émanant d’un site spécialisé dans le commentaire des jeux vidéo (xbog-mag.net). D’où une explication de vocabulaire, de l’effet comique. D’où la présentation des faits dans l’ordre chronologique afin de ne pas perturber la compréhension des élèves de 6è (on peut envisager une séance à rebours avec des 3è). Page 2 : la plaisanterie est transformée en fait réel par un article paru dans libération.

Que pensons-nous savoir des adolescents ? Evaluation. [Séance] Fiabilité de l'info & conspirationnisme. Fiabilité de l'information et conspirationnisme by Léa L. on Prezi. Charlie : "Plus de la moitié de mes élèves croit aux Illuminati". #FaceAuComplotisme : une journée d’étude pour réagir face aux théories du complot. Comment vérifier les images des réseaux sociaux ? De plus en plus d’intox circulent sur les réseaux sociaux, que ce soit sur les migrants, la guerre en Syrie. En fait sur à peu près tous les sujets d’actualité. Un type de manipulation y fleurit particulièrement : les détournements de photos et de vidéos. La mauvaise nouvelle, c’est que les médias n’ont pas les moyens de vérifier toutes ces images sur le terrain.

La bonne, c’est qu’il existe aujourd’hui tout un panel d’outils et de techniques qui permettent d’enquêter sur ces hoax. 1- Peut-on être sûr à 100 % ? 2- Analyse technique et enquête 3- Première vérification : la date de l’image 4- Google image 5- Les données Exif 6- La géolocalisation c’est fantastique, mais… 7- L’analyse d’image 8- Google Maps, Earth, et Street View 9- Qui est l’auteur ? 10- Utilisez les réseaux pour vérifier les réseaux 11- Créez votre propre réseau 12- Et l’instinct dans tout ça ? 13- La manip’ ne vient pas toujours d’où on l’attend 14- Quelques personnes à suivre 15- Quelques lectures (en anglais) Google image. Complots et conspirations :apprends à reconnaître les vrais des faux… Un vidéo-kit pédagogique proposé par PREMIERES LIGNES et France Télévisions en partenariat avec le CLEMI - Ministère de l’Education nationale Lancement dans toute la France à l’occasion de la semaine de la presse à l’école du 21 au 26 mars Une idée originale de Paul Moreira, produite par Luc Hermann Paris, le 16 mars 2016 – Les journalistes de l’agence de presse PREMIERES LIGNES et France Télévisions lancent une série de modules vidéo de discussion à projeter en classe, pour combattre les théories du complot et la défiance de certains jeunes à l’égard des médias.

Dès le 21 mars, tous les coordinateurs régionaux du CLEMI (Centre de Liaison de l’Enseignement et des Médias d’Information) du Ministère de l’Education nationale vont présenter ces vidéos aux professeurs de tous les collèges, lycées et lycées professionnels de France. VIDEO TELECHARGEABLE GRATUITEMENT ICI : Le concept Pourquoi Premières Lignes ? On peut appeler cela des complots, si on veut. Éducation : l'école tente de déjouer les théories du complot.

Développer l'esprit critique des élèves, c'est l'objectif de ce cours de français pas comme les autres au collège Pablo-Picasso de Montesson (Yvelines). Au programme : le complot. Et des exemples, les élèves en connaissent tous : "la mort de Diana", "la mort de Michael Jackson". "L'idée, c'est de leur montrer qu'il y a des ingrédients : des arguments types, des techniques liées à la fiction... ", explique Lionel Vighier, professeur de français. Un message de prévention pour ces jeunes particulièrement exposés aux images circulant sur le web, comme une vidéo dénonçant une manipulation derrière l'attaque de Charlie Hebdo. Mais comment s'élaborent ces complots ? Le JT. La preuve que les attentats de Paris sont un false-flag. Avec l'arrestation de Salah Abdeslam, nous vous proposons de revenir sur cette immense escroquerie que sont les attentats du 13 novembre.

Présentation générale des faits les plus accablants La vague d’attentats qui s’est abattue sur Paris pose quelques interrogations. Nous allons énumérer ici les faits qui nous font dire que la thèse officielle de ces attentats de Paris ne tient pas la route. Il est courant de qualifier de « complotiste » les articles qui dérangent et qui sont reproduits par des sites internet de toutes obédiences, y compris par d’authentiques extrémistes. Nous n’y sommes pour rien, nous ne faisons que relever des faits. Déjà pour commencer, une chose simple qu’aucun média n’a osé relever, rappelons quand même que l’Etat français a remis les frontières le jour des attentats, déployant ainsi trente mille policiers, lesquels ont été mobilisés pour cette opération de contrôle aux frontières devant durer un mois dans le cadre de la conférence de Paris sur le climat (COP21).

Attentats : Comment les sites d'info luttent contre l'intox des réseaux sociaux. Depuis vendredi soir, de nombreuses informations fausses circulent sur les réseaux sociaux et sont méthodiquement déconstruites par les médias traditionnels. Si vous étiez sur Facebook ou Twitter samedi soir, vous avez peut-être lu que des coups de feu venaient d'être tirés à l'hôtel Pullman, à Paris.

Il s'agissait en réalité d'un canular. Ce non-évènement vient s'ajouter à la longue liste des fausses informations circulant sur les réseaux sociaux depuis vendredi. S'ils ont joué un rôle positif au moment de la tuerie en permettant notamment à de nombreux internautes de donner de leurs nouvelles, les réseaux sociaux ont été utilisés pour l'intox de masse, faite de rumeurs, de faux tweets et de photos truquées.

Ca n'a pas "rafalé" hier à Bagnolet Depuis vendredi, de nombreuses fusillades inexistantes ont par exemple été évoquées sur Twitter. Les fausses photos circulent d'ailleurs en nombre sur les réseaux sociaux depuis 36 heures. Guides de bonne conduite Recréer un lien de confiance. Education Morale et Civique : réseaux sociaux, information, et droit | En salle 1.12. Suite à une discussion avec les 4è sur la manière dont ils avaient suivi les actualités dramatiques le WE du 13-14-15 novembre dernier, suite également aux questions récurrentes du type « est-ce que c’est vrai que … ? », j’ai préparé un travail sur cette question de l’information, des fausses rumeurs, du droit des medias et de leurs utilisateurs.

Cette semaine les 4è vont travailler en Education Morale et Civique, par groupes. Pour tous les groupes, la synthèse du travail demandée pourra être réalisée sur papier mais si nous en avons le temps j’aimerais que les élèves utilisent des sites de mise en forme numérique et réalisent de belles infographies, par exemple Groupe 1 : Lire les extraits proposés du Live du Monde et repérer : Comment les internautes interviennent-ils sur le Live ? Comment le journal répond-il aux internautes ? Groupe 2 : Lire les extraits du Live du journal Libération et répondre aux questions suivantes : Quelles sont les formes des informations ? Les rumeurs prolifèrent sur les réseaux sociaux après les attentats de Paris.

C'est malheureusement presque devenu une habitude lors des événements de cette ampleur, des rumeurs et autres détournements sont largement diffusés sur les réseaux sociaux. La même femme aurait donc échappé à plusieurs si l'on en croit le message qui accompagne un photomontage largement partagé ces dernières heures sur Twitter : la bombe du marathon de Boston, "shooting at school" et les attentats de Paris. Sauf que... Le collage des trois femmes en bas de l'image vient des Etats-Unis. Il a été utilisé par des adeptes de la théorie du complot pour tenter de montrer que les massacres de Sandy Hook, d'Aurora et l'attentat de Boston étaient des inventions du gouvernement et des médias.

Sauf qu'il s'agit de femmes différentes : A lire aussi : Non, la même femme n'apparaît pas à chaque tuerie aux Etats-Unis La photo du haut a donc été ajouté au photomontage américain. Sauf que.. C'est un petit texte d'hommage à la France qui a été partagé à de très nombreuses reprises sur les réseaux sociaux. Attaques à Paris : les rumeurs et les intox qui circulent. Dans le sillage des fusillades à Paris et en région parisienne, de nombreuses réactions de soutien ont émergé sur les réseaux sociaux, mais aussi des rumeurs et de fausses informations. Le gouvernement a mis en garde contre la propagation de ces rumeurs et édité un guide de bonne conduite, les #MSGU, ou pratique des Médias sociaux en gestion d’urgence.

Voici les principales, ainsi que l’explication de leur caractère erroné. 1. Non, quatre policiers n’ont pas été tués Des chaînes d’information et quelques sites ont diffusé durant la nuit une information erronée évoquant quatre policiers tués en neutralisant les assaillants au Bataclan, qui s’est répandue très rapidement. En revanche, un policier en civil, qui n’était pas en service, a été tué rue de Charonne. 2. D’autres médias ont pu donner des informations non avérées, comme dans ce tweet, très relayé. En réalité, il n’y a eu aucune confirmation sur des fusillades ou des victimes aux Halles, à Belleville, au Trocadéro ou à République. 3. Attentats à Paris : non, tout n'est pas fiable sur les réseaux sociaux. Après les attaques meurtrières qui se sont déroulées à Paris et à Saint-Denis, de nombreuses rumeurs et fausses informations ont commencé à circuler sur les réseaux sociaux.

La préfecture de police de Paris a appelé à "ne pas diffuser de fausses informations". Le gouvernement a même mis en place un guide de bonne conduite sur les réseaux sociaux en situation d'urgence. Non, ce ne sont pas les terroristes Dès les premières fusillades, un portrait commence à circuler sur Instagram et Twitter montrant une personne présentée comme l'un des assaillants. La photo circule abondamment sur les réseaux sociaux, en pleine prise d'otages au Bataclan, alors même que les forces de l'ordre n'ont pas communiqué sur l'identité des terroristes.

Une seconde photo circule à partir de samedi sur les réseaux sociaux, montrant un homme avec un gilet pare-balles et un coran à la main. Non, quatre policiers n'ont pas été tués Non, les terroristes n'ont pas été tués à Bagnolet Non, ce n'est pas le Bataclan #Paris. Les #MSGU : en cas de crise, sur les réseaux sociaux, adoptez le réflexe citoyen ! Si les médias sociaux constituent un nouveau canal de communication pour la puissance publique, leur utilité ne saurait se limiter à cette fonction. Ils présentent aussi pour elle l’opportunité d’associer les citoyens dans une démarche moins descendante et plus participative, notamment en situation de crise.

C’est tout l’objet des #MSGU, ou pratique des Médias Sociaux en Gestion d’Urgence. Il s’agit pour l’Etat de s’appuyer, en cas par exemple de catastrophe naturelle, sur des internautes volontaires et mobilisés, à la fois pour diffuser l’information officielle fiable sur la crise, et remonter de l’information de terrain, via tous les moyens offerts par le web social : tweets, photos géolocalisées, cartes interactives, outils contributifs ... Cette collaboration avec les internautes permet à l’Etat de démultiplier sa surface de diffusion et de captation d’information, et d’être d’autant plus efficace pour sa gestion de crise. Avoir le réflexe #MSGU Vous êtes au cœur de l’événement. Revue des intox du Net... et comment s'en prémunir. C'est désormais la règle : chaque fait d'actualité est l'objet de rumeurs, de faux ou de déformations diverses sur les réseaux sociaux.

La vague d'attentats qui a frappé Paris vendredi n'a pas échappé à ce phénomène de bullshit viral. Voici quelques exemples. Et quelques conseils sur la manière de s'en prémunir. 1) Se méfier de la précipitation, des interprétations hâtives et des bruits qui courent (y compris les bruits de pétards) #L'INCENDIE DE CALAIS La rumeur s'est répandue autour d'une heure du matin, vendredi. Un incendie aurait été déclenché à Calais. Immédiatement, certains twittos font le lien avec les attaques terroristes.

Les migrants auraient mis le feu en solidarité avec les terroristes (version fachosphère) D'autres véhiculent l'idée que les terroristes ont aussi attaqué les réfugiés... Puis certains «corrigent» la rumeur... en affirmant qu'il n'y a pas eu d'incendie. Car, oui, un incendie s'est bien déclaré. 2) Se méfier des photos #LES TERRORISTES ABATTUS... Le mal est fait.