background preloader

L'Assurance et les Objet connecte

Facebook Twitter

Ce que les objets connectés peuvent apporter aux banquiers et assureurs. Plus de 20 ans après, le World Wide Web n'a jamais aussi bien porté son nom.

Ce que les objets connectés peuvent apporter aux banquiers et assureurs

Notre quotidien, notre activité, nos objets, tous sont pris dans la toile. Notre vie entière et nos interactions avec le monde ne pourront résister au piège de la soie, gluante et connectée. L'Internet des objets, "Internet of Things", semble être le digne représentant d'une future révolution technologique, économique et sociale. Nous en serions juste à l'aube. Fantasme absolu d'une science-fiction pas si ancienne que cela, le monde ultra-connecté, artificiellement intelligent, contrôlé par des multinationales à position quasi-dominante, existe déjà en réalité et se développe de manière exponentielle.

"Internet of Things, of Everything" : révolution dans l'usage et la tarification? Les nouveaux comportements et usages des clients, ainsi que la masse de données disponible inhérente, impliquent des transformations digitales inéluctables pour les acteurs de la Banque et de l'Assurance. Big Boss is watching you: votre patron va adorer les objets connectés. Cela commence par des programmes vous incitant à davantage marcher que votre patron ou vos collègues de travail.

Big Boss is watching you: votre patron va adorer les objets connectés

Pour votre santé. Puis, certains passent aux capteurs qui mesurent avec qui vous parlez. En France, la Cnil s'inquiète du risque d'émergence de nouvelles formes de discrimination. En 2013, l'entreprise américaine Appirio, spécialisée dans l'informatique en nuage, a décidé de promouvoir un programme de «bien-être» auprès de ses employés pour tenter de réduire les coûts de sa mutuelle santé.

Elle s'est alors tournée vers la technologie très en vogue des objets connectés, équipant les employés volontaires de bracelets enregistrant des données concernant leur activité physique dans l'espoir de les encourager à une meilleure hygiène de vie. Les résultats ont été immédiats: un an plus tard, l'entreprise affirmait avoir économisé 5% sur les frais de mutuelle, soit près de 300.000 dollars. Appario est loin d'être un cas isolé. Le volontarisme contraint Une législation trop «soft»? Solucom-synth%C3%A8se-objets-connect%C3%A9s-dans-lassurance.

Santé : Internet traque le gaspillage. Avec les objets connectés, les assureurs comme l'Assurance-maladie cherchent à optimiser les dépenses des malades et à récompenser la prévention.

Santé : Internet traque le gaspillage

Rembourser les traitements seulement s'ils sont bien suivis. Moduler les primes des contrats de prévoyance en fonction du mode de vie. L'idée fait son chemin, portée par le développement des applications électroniques. Axa France a lancé au début de l'été la première complémentaire santé liée à un objet connecté. Ça y est, AXA conditionne un avantage santé à un objet connecté. Nous mettions encore en garde contre cette dérive la semaine dernière au sujet de Samsung et de sa base de données médicales, alimentée grâce aux objets connectés qui se proposent de surveiller en temps réel notre rythme cardiaque, la distance que nous parcourons à pied ou la qualité de notre sommeil.

Ça y est, AXA conditionne un avantage santé à un objet connecté

Parmi ceux qui ont le plus d'intérêts à acheter les données personnelles stockées et vendues par les géants de l'informatique grand public figurent en première ligne les assurances santé, qui disposent grâce aux technologies de médecine personnalisée d'une base d'informations sans précédent sur les comportements individuels des clients qu'ils doivent assurer, et qu'elles ont donc intérêt à influencer par une forme de chantage à l'assurance. Ceux qui refuseront de voir leur activité surveillée pour vérifier qu'ils ne font rien de dommageable pour leur santé paieront plus cher leur assurance, voire n'y accéderont plus.

Or les choses vont encore beaucoup plus vite qu'on ne le pensait. Axa et objets connectés : le test inquiétant. Le principal objectif d’un assureur et de vous couvrir contre les risques de la vie en échange d’une cotisation.

Axa et objets connectés : le test inquiétant

Problème : les risques sont de plus en plus nombreux et les revenus des individus de plus en plus faibles ce qui laisse peu de marge aux assureurs. La société française Axa tente un nouveau défis : utiliser les objets connectés dans ses services. Une idée aussi étonnante qu’inquiétante … L’assurance connectée : l’expérience axa et objets connectés Afin d’optimiser ses services et d‘augmenter ses profits, Axa décide de faire le test des objets connectés. 1000 assurés auront la chance d’utiliser le Withings pulse, un capteur d’activité qui indique la distance parcourue, les calories brûlées, le temps de sommeil etc… Quel est l’intérêt ? La trappe à l’inégalité Si de telles pratiques se généralisaient ces dernières n’ouvriraient elles pas une trappe aux inégalités ? Assurance ou espionnage : où est la limite ?