background preloader

Numérique et environnement

Facebook Twitter

- Exploitation des ressources
- Eco conception
- Symbiose industrielle
- Energie
- Consommation de CO2
- Datacenters
- Bonnes pratiques, éco gestes
- Empreinte carbone

What's Really Warming the World? Climate deniers blame natural factors; NASA data proves otherwise. Climate scientists tend not to report climate results in whole temperatures.

What's Really Warming the World? Climate deniers blame natural factors; NASA data proves otherwise

Instead, they talk about how the annual temperature departs from an average, or baseline. They call these departures "anomalies. " They do this because temperature anomalies are more consistent in an area than absolute temperatures are. For example, the absolute temperature atop the Empire State Building may be different by several degrees than the absolute temperature at New York’s LaGuardia Airport. But the differences from their own averages are likely to be about the same. The simulation results are aligned to the observations using the 1880-1910 average. Saurez-vous relever ces défis écolos ? - UP le mag.

Le bitcoin et la blockchain : des gouffres énergétiques. {Éco-défi} TIC, écologie & minimalisme. #Green : Top 5 des jeunes pousses qui invitent la nature chez vous - Maddyness. D’un côté, les objets connectés sont appelés à prendre une place de plus en plus grande dans nos vies, de l’autre le besoin de verdure se fait de plus en plus sentir chez les urbains.

#Green : Top 5 des jeunes pousses qui invitent la nature chez vous - Maddyness

Qu’elles utilisent la technologie ou non, les cinq jeunes pousses que nous avons sélectionnées apportent un peu de nature à la maison ou au bureau. Les composants recyclés grâce à de l'eau à 500°C. Informatique : l'empreinte carbone des entreprises - Entreprise. Rien n’est plus difficile à estimer aujourd’hui que la pollution mondiale des réseaux informatiques.

Informatique : l'empreinte carbone des entreprises - Entreprise

Il faudrait pour cela surveiller ou monitorer les installations informatiques de manière assidue, chose difficilement réalisable. Afin d’établir un verdict partiel et probabiliste sur le sujet, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a conduit en parallèle avec des spécialistes de l’audit énergétique l’expérience « Conso IT » dans 50 entreprises de toutes tailles de l’ouest de la France. Empreinte carbone : Un échantillon de 72 000 personnes Mesurer l’empreinte carbone des équipements informatiques se révèle bien plus difficile à réaliser qu’il n’y parait: il faut différencier précisément la part de l’électricité consacrée au parc informatique du reste des consommations électriques, le parc informatique fonctionnant parfois de jour comme de nuit.

Un bilan informatique encourageant Quelles économies à réaliser? Le projet fou de simuler la Terre par ordinateur. Nom de code : « Ultimate Earth Project », qu’on peut traduire par « Projet de Terre ultime ».

Le projet fou de simuler la Terre par ordinateur

Objectif : simuler la Terre entière, en tenant compte de tous les secteurs qui la caractérisent, soit son atmosphère, sa biosphère, sa géosphère, son hydrosphère, sa cryosphère (régions de glace), etc. C’est, selon les informations recueillies par Le Temps, l’initiative colossale proposée par un consortium mené par deux chercheurs, John Ludden, directeur du British Geological Survey, et Philippe Gillet, géophysicien et vice-président de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL, Suisse).

Cultivez votre potager virtuel et récoltez de (vrais) fruits et légumes locaux. Sur Monpotager.com, les internautes plantent virtuellement leurs fruits et légumes et reçoivent ensuite ceux-ci par relais coli.

Cultivez votre potager virtuel et récoltez de (vrais) fruits et légumes locaux

(Crédit : Monpotager.com) Combiner les saveurs d'une alimentation locale et la dimension ludique d'un jeu vidéo, c'est le pari de Monpotager.com. Sur ce site, les internautes peuvent planter virtuellement un potager en sélectionnant leurs fruits et légumes parmi plus de 40 variétés, dont de nombreuses anciennes ou rares.

Mais contrairement à des jeux tels FarmVille ou FarmMania, ici les légumes deviennent réalité quand arrive la récolte. Moyennant un abonnement mensuel compris entre 15 et 100 euros selon la surface cultivée, les internautes reçoivent régulièrement des produits frais dans l'un des nombreux points relais inscrits au réseau. La pollution cachée d’internet. Contre l'obsolescence programmée, elle crée une boutique de produits garantis à vie. La France tente de sauver une biodiversité en péril. S’agira-t-il, comme l’espèrent les associations de protection de la nature, d’une « loi historique » ?

La France tente de sauver une biodiversité en péril

Ou d’un catalogue d’intentions vertueuses, mais sans moyens d’action réels ? Rarement, en tout cas, un texte législatif aura connu une gestation aussi longue. Le projet de loi « pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages », promis il y a quatre ans déjà par François Hollande, arrive en première lecture au Sénat mardi 19 janvier… dix mois après son passage à l’Assemblée.

De révolution à fossé numérique. Le Forum économique mondial à Davos voudrait faire de la révolution numérique le thème de sa 46e édition.

De révolution à fossé numérique

Mais pour la Banque mondiale, cette « quatrième révolution industrielle » proclamée a pour socle un fossé numérique allant en se creusant. Le fondateur du Forum économique mondial appelle de tous ses voeux une « quatrième révolution industrielle ». Ces pionniers qui veulent chauffer les villes avec nos ordinateurs. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Claire Legros Avec l’explosion numérique et la généralisation des services en ligne, le nombre des data centers (« centres de traitement de données ») s’est multiplié dans les zones industrielles des grandes villes.

Ces pionniers qui veulent chauffer les villes avec nos ordinateurs

What Zuckerberg And Gates Teaming Up Really Means For Clean Energy In 2016. Mark Zuckerberg and Bill Gates first teamed up in 2010 for a Wired cover that revisited the 25th anniversary of Steven Levy’s Hackers: Heroes of the Computer Revolution.

What Zuckerberg And Gates Teaming Up Really Means For Clean Energy In 2016

During the interview, Gates states that there are new and more opportunities for the hacker spirit to live on. “They need the same type of crazy fanaticism of youthful genius and naèfvetè that drove the PC industry — and can have the same impact on the human condition.” Since that cover story, Zuckerberg and Gates have taken that hacker spirit and applied to becoming two of the most generous and well-known philanthropists in the world. Zuckerberg has donated $100 million to schools in Newark, NJ; an undisclosed amount to the open-source project Diaspora; was one of the individuals involved with creating the Breakthrough Prize in Life Sciences; and, through the Silicon Valley Community Foundation, has gives millions of dollars to healthcare, such as $75 million to San Francisco General Hospital.

Le développement durable est-il forcément numérique ? Paradoxe, la COP 21 a fait le choix de l'imprimé pour les documents échangés entre les participants.

Le développement durable est-il forcément numérique ?

Faute de goût ou analyse raisonnée de l'impact environnemental de la communication sur l'événement ? Points de vus croisés de Riso, Ricoh et Antalis, tous trois retenus par les organisateurs de la conférence mondiale sur le climat pour l'impression de ses documents. A l'issue de la COP 21, plus de trois millions de pages auront été imprimées et plus de 80 imprimantes de bureau auront tourné à plein régime dans les bureaux des négociateurs. Une telle consommation de papier lors d'une conférence consacrée aux enjeux climatiques peut surprendre. « Il ne faut pas se laisser emporter par les idées reçues », argumente Caroline Garadier, responsable communication chez RISO FRANCE et membre d'XPlor, l'un des deux fabricants d'imprimantes retenus, avec Ricoh, pour équiper la COP 21.

Pertinence et personnalisation. Gmail émet 80 fois moins de CO2 qu’une messagerie interne. « Internet, la pollution cachée » Numérique : cette empreinte écologique que les consommateurs ont bien du mal à voir. Envoyer un mail, transférer ou répondre à un message... Autant de banals clics qui génèrent pourtant une quantité non négligeable d’émissions de CO2. L’envoi de courrier électronique dans une entreprise de 100 personnes équivaut à quatorze allers-retours Paris – New York (13,6 tonnes de CO2) chaque année. Quant aux requêtes Internet, via un moteur de recherche, elles représentent en moyenne 9,9 kg de CO2 par an et par internaute. Soit un total d’environ 450 000 tonnes de CO2 pour les 46 millions d’internautes français [1]. Internet pollue autant que le trafic aérien. Quel est l'impact environnemental d'Internet ?

L’utilisation d’Internet est-elle bonne pour l’environnement ? Aujourd’hui, le Web et les nouvelles technologies digitales font partie intégrante de nos sociétés. À tel point qu’il est aujourd’hui difficile de se passer du net, des moteurs de recherche, et de son ordinateur. Mais quel est l’impact de ces nouvelles pratiques (et d’Internet) sur l’environnement ? La réponse dans notre infographie. Quel est le coût écologique de votre surf sur internet ? Chaque action que nous effectuons sur notre ordinateur, du simple courrier électronique à l’utilisation d’un programme plus complexe, nécessite en effet une production importante d’énergie, liée à la puissance de calcul et à l’usage des ressources réseau, et elle génère un volume non négligeable de CO2 dont les effets se font déjà sentir.