background preloader

Areva et ses mensonges ou omissions

Facebook Twitter

Pièces à conviction du 17-02-2016 à 23:25 - Areva, dans les secrets de la faillite en replay. Cyberaction Nous ne nous laisserons pas bâillonner ! Areva : faut-il carrément tirer un trait sur l'EPR ? C'était prévisible...

Areva : faut-il carrément tirer un trait sur l'EPR ?

L'action Areva dévisse ce mercredi en Bourse, après nos révélations de la veille selon lesquelles l’entreprise est dans une situation financière, mais aussi industrielle, désespérée. Mardi, la cotation a été suspendue, tandis que la société confirmait ce que Challenges avait écrit : l’imminence d’un profit warning sur les résultats.

Affaire UraMin

Procès Areva. Soutien à l'Observatoire du Nucléaire ! Procès Areva.

Procès Areva. Soutien à l'Observatoire du Nucléaire !

Soutien à l'Observatoire du Nucléaire ! Arthur Morenas, Didier Thévenieau, Mathieu Agostini, Corinne Morel Darleux Le 20 décembre prochain, l'Observatoire du nucléaire comparaîtra une nouvelle fois devant le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Paris dans le procès qui l'oppose à Areva. Les tribulations nucléaires franco-chinoises à l’export. [24 novembre 2013] • Jean-Paul Yacine En octobre 2013, EDF et ses partenaires chinois ont signé avec AREVA et le gouvernement britannique un accord pour un projet de construction de 2 réacteurs EPR de 1650 MW sur le site de la centrale nucléaire de Hinckley Point (60 km au Sud-ouest de Bristol), qui doit être mise à l’arrêt en 2016, après 50 années de service.

Les tribulations nucléaires franco-chinoises à l’export.

EDF, qui avait racheté British Energy en 2008, détiendrait la majorité des parts, ses deux partenaires chinois, la China Guangdong Nuclear Power Group (CGN) et la China National Nuclear Corporation 30 à 40 % et Areva, fabricant des réacteurs 10%.

Areva en Afrique

Pétition Nunavut. Poussières radioactives répandues sur des kilomètres, nappes d’eau contaminées, anciens pâturages des Touaregs saccagés… Les dégâts des mines d’uranium d’Areva au Niger sont considérables.

Pétition Nunavut

Mais savez-vous qu’après avoir pollué l’Afrique, elle convoite le grand Nord canadien ? Le grand Nord canadien, ses caribous, ses aurores boréales… et ses mines d’uranium ? Areva veut implanter plusieurs mines d’uranium à Baker Lake, petite ville du Nunavut, ce territoire du Nord du Canada habité par le peuple Inuit. Ce projet menace un écosystème fragilisé par le changement climatique, ainsi que les conditions de vie des Inuit. Pollution des sols et des eaux, saccage des zones de chasse, contaminations : voilà ce qui attend les habitants si Areva n’est pas stoppée. Areva a créé un business "Fukushima" Au lendemain de Fukushima, Areva créait la "Safety Alliance" afin de proposer un ensemble de solutions adaptées aux nouvelles exigences de sûreté nucléaire.

Areva a créé un business "Fukushima"

Après deux ans, le groupe a enregistré 170 millions d’euros de commandes dans le monde. L’accident de Fukushima a initié une revue de l’ensemble du parc mondial afin de mesurer les risques de perte totale de l’alimentation électrique et des sources froides, comme survenu sur la centrale japonaise. Rapidement, le champion nucléaire français a anticipé la vague de travaux qui allait en découler sur une bonne partie des 435 réacteurs existants et des 61 en construction. "Avant Fukushima, en matière de sûreté, nous nous placions en réponse aux demandes des électriciens. Aujourd’hui, nous avons une démarche proactive. L'Observatoire du nucléaire assigné par Areva le 1er février 2013 à Paris. Greenwashing : Areva retire sa baseline (signature de marque) Projet d’investissement d’Areva en Grande-Bretagne : l’amour du risque au détriment des citoyens français. Paris, le 9 juillet 2012 – Le samedi 7 juillet, Luc Oursel, PDG d’Areva, a annoncé que son entreprise allait s’allier au chinois CGNPC afin d’investir en Grande-Bretagne dans l’entreprise Horizon Nuclear Power en charge de la construction de deux centrales nucléaires dans le pays.

Construire de nouveaux réacteurs nucléaires : un investissement financier à haut risque En 2009, le groupe bancaire britannique City group publiait une étude intitulée « New Nuclear – The Economics Say No » dans laquelle il détaillait les risques financiers majeurs pesant sur la construction de nouveaux réacteurs nucléaires. Selon cette étude, seul le soutien massif des autorités publiques permettra de réduire ces risques en les transférant purement et simplement vers la collectivité, à savoir le consommateur ou le contribuable. David Thorpe: The effects of uranium mining are disastrous. To minimise the risks, the nuclear supply chain needs independent auditing. The increased sourcing of raw uranium that will arise from nuclear new build is an ethical and environmental nightmare currently being ignored by the government.

David Thorpe: The effects of uranium mining are disastrous. To minimise the risks, the nuclear supply chain needs independent auditing

The World Nuclear Association (WNA), the trade body for companies that make up 90% of the industry, admits that in "emerging uranium producing countries" there is frequently no adequate environmental health and safety legislation, let alone monitoring. It is considerately proposing a Charter of Ethics containing principles of uranium stewardship for its members to follow. But this is a self-policing voluntary arrangement. Similarly, the International Atomic Energy Agency's safety guide to the Management of Radioactive Waste from the Mining and Milling of Ores (pdf) are not legally binding on operators.

The problem is that transparency is not a value enshrined in the extractive or the nuclear industries. What is the effect of uranium mining? These tailings contain uranium, thorium, radium, polonium, and emit radon-222. Areva perd une licence d'exploitation d'uranium en Jordanie. La commission jordanienne pour l'énergie atomique reproche à la coentreprise d'Areva d'avoir sous-estimé les quantités d'uranium provenant d'un gisement découvert en juin dernier.

Areva perd une licence d'exploitation d'uranium en Jordanie

Areva pourrait s'en mordre les doigts. Alors qu'il est toujours en lice pour construire la première centrale nucléaire de Jordanie, la coentreprise locale du géant français vient de perdre son autorisation d'exploiter l'uranium dans une région du royaume. "La licence de la Jordanian French Uranium Mining Company (JFUMC) l'autorisant à exploiter des mines d'uranium dans le centre de la Jordanie est désormais nulle", a fait savoir ce mardi 23 octobre la commission jordanienne pour l'énergie atomique.