background preloader

Société

Facebook Twitter

Si Dieu n’existe pas, tout est-il permis ? L’histoire des civilisations semble apporter un démenti macabre à tout fondement divin de l’éthique : quand on a crû pouvoir fonder l’obligation morale sur Dieu, on s’est permis les plus graves injures à la liberté, les plus grandes discriminations, les plus terribles oppressions...

Si Dieu n’existe pas, tout est-il permis ?

"Divinité, que de crimes on commet en ton nom ! " Pourtant, le mauvais usage qui est fait d’un principe ne suffit pas à le discréditer. Être là et ailleurs. Chut ! Une histoire du silence. S’il m’est arrivé de vous proposer des émissions tonitruantes, celle que voici est vouée à échapper tout à fait à cette catégorie et peut-être devrait-elle être simplement murmurée.

Chut ! Une histoire du silence

Car c’est du silence à travers les âges que nous allons parler aujourd’hui. Parler du silence à la radio, ... S’il m’est arrivé de vous proposer des émissions tonitruantes, celle que voici est vouée à échapper tout à fait à cette catégorie et peut-être devrait-elle être simplement murmurée. Car c’est du silence à travers les âges que nous allons parler aujourd’hui. Emission spéciale avec Raoul Peck 2/2. L'état de nos démocraties face au racisme, aux populismes, à la radicalisation, à travers le regard de l'artiste engagé Raoul Peck, qui met à nu les fractures de la société contemporaine.

Emission spéciale avec Raoul Peck 2/2

Suite de notre émission grand témoin, avec le cinéaste et réalisateur haïtien Raoul Peck, à l’occasion de la diffusion de I am not your Negro, ce soir sur Arte, le 10 mai au cinéma. I am not your Negro : tout est dans le titre, ne pas laisser l’autre vous définir, décider de ce qui constitue une identité... Les questions sont posées d'emblée : à quel point dans nos sociétés, l’identité est une question politique, instrumentalisée, exacerbée, au cœur des rapports de domination et des inégalités économiques ? "Il est temps de nous mettre face à face et de commencer à parler, de cesser d'occulter des parts d'une histoire commune.

""Chair de l'accumulation du capital sur le sol américain, l'esclavage illustre cette relation entre pouvoir et profit. "" Le terrorisme djihadiste est-il devenu normalité ? Londres, Saint-Pétersbourg, Stockholm, Tanta ou Alexandrie.

Le terrorisme djihadiste est-il devenu normalité ?

En quelques semaines à peine, toutes ces villes, les unes après les autres, auront fait la Une de l'actualité. Et à chaque fois, le sang versé nous ramène toujours à cette même réalité : La peur omniprésente partout, aujourd'hui, du terrorisme islamiste. Michael Shermer – Pourquoi les faits ne suffisent pas à convaincre les gens qu’ils ont tort.

Le CorteX possède pratiquement tous les livres de Michael Shermer, et est abonné à Skeptic Magazine, qu’il dirige.

Michael Shermer – Pourquoi les faits ne suffisent pas à convaincre les gens qu’ils ont tort

Sa contribution à la pensée critique est aussi substantielle qu’élégante – et j’ai en mémoire les tentatives de Race across America, traversée des États-Unis en vélo qu’il a tentées plusieurs fois en dormant le moins possible, se retrouvant en proie à de terribles hallucinations, prenant sa femme pour un extraterrestre déguisé en sa femme pour l’enjoindre à arrêter la course. Pour la science a traduit un article de Scientific american dans lequel Shermer offre quelques éléments simples de réflexion, en plus de faire référence à l’excellent ouvrage de Tavris et Aronson . Merci à Pour la science. Avez-vous déjà rencontré des gens qui changent d’avis quand vous leur exposez des faits qui sont contraires à leurs convictions ? Le temps existe-t-il ou ne s'agit-il que d'une illusion ? Le fact-checking, ou journalisme de vérification - CLEMI.

Ressources Ce mode de traitement journalistique s’est imposé en France depuis une dizaine d’années, suivant son développement aux États-Unis.

Le fact-checking, ou journalisme de vérification - CLEMI

À l’origine, le terme désignait un processus de vérification interne dans les organes de presse anglo-saxons. Coup de bol pour Hamon : Bill Gates défend la taxe robots, Elon Musk le revenu universel. La nouvelle a dû en surprendre plus d'un.

Coup de bol pour Hamon : Bill Gates défend la taxe robots, Elon Musk le revenu universel

Bill Gates, l'ancien patron de Microsoft, défend ce qui constitue l'une des propositions phare de Benoît Hamon, candidat socialiste à l'élection présidentielle : taxer les robots. Le milliardaire explique au site américain Quartz : "Aujourd'hui, si un travailleur humain produit, disons, pour 50.000 dollars dans une usine, ce revenu est taxé et vous obtenez de l'impôt sur le revenu, des cotisations sociales, toutes ces choses. Le revenu universel. Rappelons d’abord, pour prendre la mesure de l’enjeu politique, qu’au lendemain de la guerre l’économiste libéral Friedrich Hayek s’inquiétait de la montée des socialistes, en Europe comme en Amérique, et l’expliquait ainsi : « c'est leur courage d'être utopiques qui leur a permis de gagner le soutien des intellectuels et par là une influence sur l'opinion publique ».

Le revenu universel

L’idée d’un revenu universel n’est pas neuve, les citoyens romains bénéficiaient déjà de l’annone octroyant le pain et le vin – minimum vital – mais à part quelques expériences ponctuelles et limitées, la formule reste largement utopique, même si elle est étonnamment consensuelle. Dans les pages débats du Monde, il n’y a pas à vrai dire de débat sur le principe. La lutte contre la pauvreté et la précarité, la perspective d’une raréfaction du travail font l’unanimité sur la solution. Dans les mêmes pages du Monde, Paul Jorion met en garde contre les risques d’une telle mesure. L’éducation aux médias : une urgence contre la radicalisation cognitive des jeunes. La radicalisation peut commencer très tôt chez les jeunes.

L’éducation aux médias : une urgence contre la radicalisation cognitive des jeunes

Pour éviter cette fermeture des esprits et la fin du dialogue, l’éducation aux médias est un levier pour la fraternité et l’intelligence. Face à la submersion des informations produites par la numérisation et la connexion des réseaux humains et digitaux, nous sommes aujourd’hui face à un enjeu révolutionnaire « Comment identifier et dire la vérité ». De Trump à Soral, de Daech à Dieudonné, la réalité est aujourd’hui contestée, outragée, modifiée par des théories complotistes et alternatives que nous devons d’abord combattre à l’école par une éducation aux médias offensive. Il est donc essentiel de repenser l’éducation aux médias et de construire les nouvelles formes d’info-apprendre de demain.

Enseigner l'#EMC au #collège et au #lycée dans le cadre de la #Presidentielle2017 avec un site du @Conseil_constit. Que savons-nous des femmes de la Préhistoire ? La vérité : avant, après - Histoire des pouvoirs en Europe occidentale, XIIIᵉ-XVIᵉ siècle - Patrick Boucheron - Collège de France - 17 janvier 2017 11:00. Le supplice de la chambre sourde - "Personne ne peut y rester plus de 45 minutes" Ceci est un lieu anéchoïque.

Le supplice de la chambre sourde - "Personne ne peut y rester plus de 45 minutes"

Plus simplement, une chambre sourde. Créée dans les laboratoires d’Orfield à Minneapolis, elle absorbe 99,9 % du son et permet des expériences totalement inédites. Quand la pensée symbolique apparaît-elle chez l’humain ? Les dessins pariétaux découverts dans la grotte Chauvet, qui datent de 35 000 ans avant J-C , montrent qu’Homo Sapiens cherche déjà un sens, une symbolique produite de l’art que viendront conforter d’autres découvertes. Une émission proposée et présentée par René Frydman Une émission en partenariat avec le Quotidien du Médecin Y a-t-il un progrès dans l’art depuis ces temps lointains ? Pour ou contre le revenu universel ? La proposition phare de Benoît Hamon suscite la polémique chez les économistes. « Le Monde » publie les points de vue « pour » et « contre » reçus depuis que ce thème a pris de l’ampleur dans le débat public.

Irréaliste selon ses détracteurs, solution d’avenir pour ses partisans, le revenu universel suscite des prises de position radicales, en particulier chez les économistes. « Le Monde » publie, ou republie, les textes que nous avons reçus, ainsi qu’une enquête sur les origines intellectuelles de ce débat. – « Le revenu de base est le meilleur allié du travailleur », par Jean-Éric Hyafil (Centre d’économie de la Sorbonne, Mouvement français pour un revenu de base).

Pour un individu sans activité, le revenu de base accroît l’incitation monétaire à prendre un emploi, puisqu’il sait qu’il conservera l’intégralité de son revenu de base même s’il touche un salaire en plus. – « Le partage du travail, alternative au revenu universel », par Gérard Fonouni (économiste). Quand Keynes imaginait le capitalisme en 2030 - Bibliobs. Sous le titre « Lettre à nos petits-enfants», Les Liens qui libèrent republient «Economic Possibilities for Our Grandchildren», un petit essai étrange de John Maynard Keynes. Il s'y projetait cent ans plus tard pour imaginer la société du futur. A le lire, la croissance aura en 2030 chassé la misère. Nous vivrons dans une société d'abondance dans laquelle nous travaillerons très peu: «Il sera temps pour l'humanité d'apprendre comment consacrer son énergie à des buts autres qu'économiques»; «l'amour de l'argent […] sera reconnu pour ce qu'il est: un état morbide plutôt répugnant».

Dépasser le capitalisme. Si le rêve d’abolir le capitalisme s’éloigne, l’espoir d’une économie plurielle qui rééquilibrerait les forces en présence et réorienterait l’économie reste possible. Et nécessaire. On connaît la célèbre phrase d’Adam Smith, qui figure dans les premières pages de La Richesse des nations (1776), sur « la disposition des hommes à trafiquer et à échanger ». L'effet de l'automatisation sur l'emploi : ce qu'on sait et ce qu'on ignore. Automatisation, robotisation, intelligence artificielle, les progrès du numérique annoncent-ils une grande vague de chômage technologique ? Pas si sûr. D’abord parce que l’homme conserve un avantage comparatif sur la machine, de telle sorte que tous les emplois ne sont pas automatisables, loin de là. Seuls 15 % des salariés français pourraient en l’espèce être remplacés par un robot aujourd'hui.