background preloader

Plans sociaux

Facebook Twitter

Ford prêt à supprimer des milliers d’emplois. Après sept ans de bonheur économique, le deuxième constructeur américain, Ford, est-il en train d’entamer en 2017 une période plus compliquée ?

Ford prêt à supprimer des milliers d’emplois

Il est vrai que les mauvaises nouvelles ont tendance à s’accumuler depuis le début de l’année. Elles pourraient culminer avec l’annonce dans les prochains jours d’une vague de suppression de plusieurs milliers d’emplois à travers le monde. C’est un article du Wall Street Journal paru lundi 16 mai, qui a vendu la mèche. Le grand quotidien new-yorkais des affaires indique que 10 % des effectifs de Ford pourraient être touchés, soit environ 20 000 emplois. Kindy : des repreneurs mais au moins 60 emplois sur la sellette - Le Parisien. Trois offres de reprise de Kindy Bloquert, la filiale du fabricant de chaussettes basée à Moliens (Oise), ont été déposées au tribunal de commerce de Beauvais.

Kindy : des repreneurs mais au moins 60 emplois sur la sellette - Le Parisien

L’avenir s’annonce sombre pour l’entreprise Kindy. Ainsi, trois offres de reprise concernant Kindy Bloquert, la filiale basée à Moliens (Oise), ont été déposées au tribunal de commerce de Beauvais. Elles prévoient entre 63 et 96 licenciements sur les 105 salariés du site. Des repreneurs intéressés par la renommée Selon ces documents que nous avons pu consulter, deux des repreneurs potentiels, Eurosox Plus, un groupe hollandais spécialisé dans la chaussette, et Camaro, un fabricant basé en Allemagne, ne seraient intéressés que par la renommée de la marque Kindy. Plusieurs options possibles. Emploi : Les fermetures d'usines s'accélèrent en France. En 2012, plus de 200 sites ont fermé leurs portes, soit 42% de plus qu'en 2011.

Emploi : Les fermetures d'usines s'accélèrent en France

Le secteur manufacturier a particulièrement souffert, avec près de 24.000 postes supprimés. Cette année s'annonce tout aussi noire. «L'économie française s'installe dans une tendance dépressive». Voilà le constat dressé par l'Observatoire de l'emploi et de l'investissement Trendeo. Plysorol : fin d'une longue agonie sur fond de forêts gabonaises convoitées - Economie. Trente-six entreprises françaises en danger, selon Jean-Marc Ayrault. Le groupe Doux, leader européen de la volaille (3 400 salariés en France), qui a été placé vendredi en redressement judiciaire pour six mois faute d’accord avec ses créanciers, entend mettre au point un plan de continuation «privilégiant l’emploi».

Trente-six entreprises françaises en danger, selon Jean-Marc Ayrault

Le tribunal de commerce de Quimper, qui avait enregistré jeudi une déclaration de cessation de paiement du groupe familial basé à Châteaulin (Finistère), l’a placé à sa demande en redressement judiciaire et a nommé un administrateur judiciaire. Le groupe, connu pour sa marque «Père Dodu», est plombé par une dette estimée par les syndicats à plus de 430 millions d’euros. L’administrateur judiciaire assistera la direction «dans la mise au point d’un plan de continuation en France, privilégiant l’emploi et la pérennité de l’entreprise», a indiqué le groupe dans un communiqué. Un comité central d’entreprise prévu mardi. Plans sociaux: la menace se profile - Eco. Alors que de nouveaux plans sociaux semblent en préparation, Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, a reçu les partenaires sociaux hier.

Plans sociaux: la menace se profile - Eco

Il veut se lancer à la reconquête des emplois industriels sans sous-estimer la difficulté de sa tâche. Cela devait être après la présidentielle. Plans sociaux en France : les prochaines échéances. Bertrand se démène pour décaler les plans sociaux. Les plans sociaux : l’épée de Damoclès du futur Président. PSA, Carrefour, Nestlé, Air France ?

Les plans sociaux : l’épée de Damoclès du futur Président

Retardés, démentis ou prêts à être dégainés, les plans sociaux risquent de se multiplier après la présidentielle. De nombreux secteurs sont touchés. Le gouvernement freine des quatre fers pour éviter de nouveaux chômeurs avant l’élection. Après… L’après présidentielle risque d’être violent sur le front de l’emploi. Entreprises en difficulté : les politiques parlent, les usines ferment... souvent.

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Dominique Gallois et Cédric Pietralunga Lejaby, SeaFrance, Petroplus, La Tribune… En ce début d'année 2012, la liste des entreprises en difficulté s'allonge et les appels au secours vers l'Etat se multiplient.

Entreprises en difficulté : les politiques parlent, les usines ferment... souvent

L'Etat peut-il sauver les entreprises en difficultés?

Whirpool - Amiens

Bosch Venissieux. Cauval Industries. Electrolux. Néo Sécurité. Kem One. PSA - Plans Sociaux. Carrier. Heuliez. Groupama. SocGen. EADS - Plans Sociaux. GDF SUEZ. Veolia. Hédiard. Pixmania. « Terra eco » dit adieu à ses lecteurs. C’est une page qui se tourne.

« Terra eco » dit adieu à ses lecteurs

Incarnation d’une volonté de placer les questions environnementales au cœur du débat public, le magazine Terra eco est entré en liquidation judiciaire, jeudi 10 mars. « Malgré six semaines d’intenses tractations avec plusieurs candidats à la reprise de l’entreprise Terra Economica SAS, celles-ci n’ont pas abouti », écrivent les cofondateurs du titre, Walter Bouvais et David Solon, dans un message publié jeudi sur leur site. Structurellement déficitaire, Terra eco avait été placé en redressement judiciaire en juillet 2015. Lire aussi : Le mensuel « Terra eco » placé en redressement judiciaire. Tensions sociales dans la presse écrite.

Chez Lagardère Active, l'annonce de la mise en vente de 10 magazines en octobre et de réductions d'effectifs dans d'autres titres, soit 350 départs au total, 570 avec les pigistes, avait provoqué une grève de deux jours mi-octobre.

Tensions sociales dans la presse écrite

Mais après négociations en novembre, la direction a accepté de renoncer aux licenciements et de prendre des mesures de départs volontaires. Chez Courrier International (groupe Le Monde), l'annonce d'une plan de suppressions de 22 postes équivalent temps plein avait entraîné en octobre une grève de deux jours et demi et la suppression d'un numéro de l'hebdomadaire, puis le vote d'une motion de défiance. Des négociations sociales dans les semaines suivantes ont permis aux salariés d'obtenir une réduction du nombre de postes supprimés et une amélioration des aides aux départs volontaires, a indiqué une représentante du personnel.

France Soir

Chapitre. Nice-Matin. Presstalis. Papeterie Stora Enso. MIM. Groupe Agora Distribution - Tati, Eram. Caddie. 3 Suisses. La Fnac. Virgin Megastore. Surcouf. Auchan. Carrefour. Menaces sur l'emploi dans la grande distribution. Jardiland racheté par le fonds d'investissement L-GAM. Un électrochoc pour redresser Jardiland.

Jardiland racheté par le fonds d'investissement L-GAM

C'est ce que compte réaliser le fonds d'investissement L-GAM, qui a racheté ce vendredi 31 janvier le groupe de jardinage. Coût de l'opération: 35 millions d'euros, indique le fonds dans un communiqué. "Le groupe leader français de l'univers du jardin et de l'animal de compagnie cherchait à s'adosser à un actionnaire déterminé à relancer l'enseigne, qui, affaiblie par un printemps 2012 tardif et une saison 2013 difficile, a également souffert de problèmes opérationnels", explique-t-il. "Nous avons un plan d'affaires ambitieux" Thierry Sonalier, directeur général du groupe depuis juillet 2013, prend la présidence du directoire.

"Nous avons un plan d'affaires ambitieux qui s'appuiera sur une refonte de notre organisation, de notre manière de présenter et offrir nos produits et services", a-t-il ajouté.

The Phone House

La Redoute. Dia. Guerre des prix : tensions dans les négociations entre grande distribution et producteurs. Ces tractations ne portent pas que sur les prix, mais aussi sur la disposition des produits en rayon. Etre présent à hauteur d’yeux ou en tête de gondole est crucial. Chaque année, le dernier jour du mois de février sonne la fin des négociations entre la grande distribution et ses fournisseurs, qu’ils soient petits producteurs rassemblés en coopérative ou grands groupes industriels internationaux. Conforama et TUI France : des plans sociaux en cascade. Serait-ce la vague de plans sociaux tant redoutée par François Hollande et Arnaud Montebourg ? HP. Texas Instruments.

Motorola Toulouse

Areva. Ricoh. Petroplus. Groupe Doux. Novotrans. Sernam. Danone. Lohr. SNCM. SeaFrance. FagorBrandt. Lejaby. TUI. Nestlé. Energia. Unilever Fralib. PhotoWatt. Candia. Sanofi. Technicolor. Mille licenciements à l’Assemblée -Mille licenciements à l’Assemblée. Notre carte interactive des plans sociaux. Abattoirs GAD. FRAM. IBM La Gaude. Alcatel Lucent. Air France. Continentale Nutrition. Mory Ducros. Siemens. Michelin. GoodYear. Philips. Arcelor Mittal. Schneider Electric.

Bouygues Telecoms

Vallourec. Cauval - Dunlopillo. INTEL. SFR. Molex : le licenciement de 191 salariés jugé « sans cause réelle ni sérieuse » Après des années de combat, les « Molex » obtiennnent une victoire de taille. Mardi 9 août, la cour d’appel de Toulouse a jugé « sans cause réelle ni sérieuse » le licenciement de 191 salariés du groupe de connectique automobile Molex, dont l’usine de Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne) a fermé en 2009. La justice a estimé que l’employeur avait agi « avec légèreté » dans ces licenciements et a accordé au total environ 7 millions d’euros d’indemnités. La cour a confirmé sur le fond le jugement des prud’hommes de Toulouse, rendu en mars 2014, mais elle a réduit le total des indemnités, qui étaient fixées à 10 millions d’euros en première instance, a précisé l’avocat Jean-Marc Denjean, qui défend ces anciens salariés.

EDF accentue sa politique de suppressions d’emplois. Quelque 5 000 postes seront supprimés dans les trois ans. Le plan de transformation du groupe prévoit une réduction des coûts de 1 milliard d’euros entre 2015 et 2019. LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Jean-Michel Bezat Il y a juste un an EDF annonçait la suppression de 4 000 emplois « sans licenciements », tournant une page de l’histoire du groupe, peu habitué à réduire ses effectifs. Jeudi 2 février, les dirigeants ont présenté en comité central d’entreprise un nouveau plan portant le nombre de ces réductions de postes à un peu plus de 5 000.