background preloader

Biais cognitifs

Facebook Twitter

Biais cognitifs en éducation : l’effet Pygmalion. Plusieurs des jugements que nous posons au quotidien, bien qu’ils nous semblent réfléchis, sont en fait loin d’être rationnels et peuvent nous inciter à prendre de mauvaises décisions.

Biais cognitifs en éducation : l’effet Pygmalion

Ces jugements erronés portent le nom de « biais cognitifs », et on en connaît jusqu’à maintenant quelque 250 différents. Bien que la profession enseignante encourage le développement de l’esprit critique chez ceux qui l’exercent, la relation apprenant-enseignant est propice à l’éclosion de certains de ces biais, et ceux-ci peuvent avoir des répercussions considérables sur l’apprentissage. L’effet Pygmalion est l’un d’eux, et le premier pas pour mieux le prévenir est de mieux le connaître. Effet Dunning-Kruger. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Effet Dunning-Kruger

Ce phénomène a été démontré au moyen d’une série d'expériences dirigées par les psychologues américains David Dunning (en) et Justin Kruger. Leurs résultats ont été publiés en décembre 1999 dans la revue Journal of Personality and Social Psychology[2]. Biais cognitif – Science et Psychologie. Car réfléchir c’est difficile Une des premières choses qu’on nous apprend lorsque les cours sur la psychologie commencent, c’est que notre précieux cerveau s’est développé au fil du temps (de l’histoire de l’espèce humaine, plus précisément) pour atteindre sa complexité et sa taille actuelle.

biais cognitif – Science et Psychologie

Le cerveau et notamment l’esprit, sont caractérisés par des fonctions qui sont le produit de l’évolution, depuis des processus basiques comme l’attention, la perception ou la mémoire, jusqu’aux processus plus complexes comme le raisonnement ou les fonctions exécutives, qui servent à planifier les conduites, organiser la pensée, contrôler l’attention et réguler les émotions, entre autres.

Lorsqu’on parle de raisonnement, il existe toujours l’idée que la plupart du temps nous sommes des êtres rationnels, réfléchis et que l’on aspire à prendre des décisions avec la patience et la sagesse du bouddha. Mais, la réalité est toute autre. (2) HEC Paris Webinar Series - Prise de décision et biais cognitifs: l'exemple du COVID-19. Apophenia » Why America is Self-Segregating.

Many in the tech world imagined that the Internet would connect people in unprecedented ways, allow for divisions to be bridged and wounds to heal.It was the kumbaya dream.

apophenia » Why America is Self-Segregating

Today, those same dreamers find it quite unsettling to watch as the tools that were designed to bring people together are used by people to magnify divisions and undermine social solidarity. These tools were built in a bubble, and that bubble has burst. Nowhere is this more acute than with Facebook. Naive as hell, Mark Zuckerberg dreamed he could build the tools that would connect people at unprecedented scale, both domestically and internationally.

I actually feel bad for him as he clings to that hope while facing increasing attacks from people around the world about the role that Facebook is playing in magnifying social divisions. The problem is not simply the “filter bubble,” Eli Pariser’s notion that personalization-driven algorithmic systems help silo people into segregated content streams. Diversity is Hard. Et si on arrêtait avec les bulles de filtre? Une semaine avant le plus grand fiasco de la presse d’information américaine, abasourdie par l’élection de Donald Trump, le quotidien Le Monde publiait une enquête à charge, dénonciation sur une double page des bulles de filtre intitulée: « Facebook, faux ami de la démocratie ».

Et si on arrêtait avec les bulles de filtre?

Une fois encore, c’est un journal papier qui nous alerte sur le danger constitué par les réseaux sociaux. Sous couvert de promouvoir l’échange et de favoriser la discussion, ceux-ci nous enfermeraient en réalité dans une chambre d’écho, nouvelle caverne de Platon qui ne ferait que nous renvoyer indéfiniment notre reflet. 24032014Article635312406210241782. Infodemic. Réflexion d'un historien ... Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre. I[modifier] Les historiens ont suivi avec le plus vif intérêt les progrès accomplis au cours de ces dernières années par la psychologie du témoignage.

Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre

Cette science est toute jeune ; à peine si elle a plus de vingt ans d’âge ; du moins il n’y a guère plus de vingt ans qu’elle a commencé à se constituer en discipline indépendante. Il est juste d’ajouter que la critique historique, plus vieille, lui avait frayé les voies. Les premiers témoins qui furent interrogés de façon rationnelle étaient des documents, maniés par des érudits. Avoir raison avec Marc Bloch : podcast et réécoute sur France Culture.

Né en 1886, fusillé par les Allemands le 16 juin 1944 pour résistance, Marc Bloch est celui qui, avec Lucien Febvre, a fondé la revue des Annales qui a marqué le XXème siècle des historiens.

Avoir raison avec Marc Bloch : podcast et réécoute sur France Culture

En partenariat avec Philosophie Magazine. Marc Bloch aborde des champs nouveaux des savoirs, mêlant anthropologie, histoire, géographie et sociologie, et invente aussi un rapport inédit de l’historien au temps présent en commentant par exemple des situations contemporaines comme les deux guerres mondiales pendant lesquelles il a combattu. Son travail, qui parle encore aujourd’hui aux chercheurs mais aussi aux citoyens, sera exploré à travers cinq oeuvres majeures. Codex biais cognitifs.