background preloader

Se déconditionner

Facebook Twitter

Agitprop. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Agitprop

L’agitprop est un procédé de communication politique. Acception historique[modifier | modifier le code] Étymologie[modifier | modifier le code] Affiche d'agitprop par Vladimir MaïakovskiTitre : « Vous voulez ? Venez »« 1. Agitprop est l'acronyme de « отдел агитации и пропаганды » (phonétisé en « atdel aguitatsi i propagandi »), c'est-à-dire « Département pour l'agitation et la propagande ». Sens[modifier | modifier le code] Le terme « propagande » ne porte pas en russe la connotation péjorative qu'il a acquise en français et en anglais. En d'autres termes, la propagande est censée agir sur les esprits individuels quand l'agitprop joue sur les émotions des foules, bien que les deux soient utilisées ensemble, notamment dans l'expression « propagande et agitation ».

Effet d'ambiguïté. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Effet d'ambiguïté

L'effet d’ambiguïté est un biais cognitif qui se manifeste lorsqu'une prise de décision est affectée par un manque d'information, ou « l'ambiguïté »[1]. Marché cognitif. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marché cognitif

Cet article peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées(juin 2016). Vous pouvez aider en ajoutant des références ou en supprimant le contenu inédit. Verrouillage socio-technique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Verrouillage socio-technique

Le verrouillage socio-technique est une situation dans laquelle la diffusion d'une innovation avantageuse pour de nombreux utilisateurs est freinée par le régime socio-technique déjà existant, c'est-à-dire par les stratégies économiques et techniques déjà mises en place par l'ensemble des acteurs concernés. Effet de primauté. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Effet de primauté

L’effet de primauté est un biais cognitif rendant plus vivace le souvenir d'éléments obtenus lors d'une première impression par rapport aux éléments suivants. Il a été mis en évidence par le psychologue Solomon Asch au milieu des années 1940. Il ne s'agit pas d'un biais de choix mais de mémoire car il affecte directement la capacité à se remémorer le souvenir en favorisant la première impression. Heuristique de jugement. Les heuristiques de jugement, concept fréquemment employé dans le domaine de la cognition sociale, sont des opérations mentales automatiques, intuitives et rapides pouvant être statistiques ou non statistiques.

Heuristique de jugement

Ces raccourcis cognitifs sont utilisés par les individus afin de simplifier leurs opérations mentales dans le but de répondre aux exigences de l’environnement. Par exemple, les gens ont tendance à estimer le temps mis pour trouver un emploi en fonction de la facilité avec laquelle ils peuvent penser à des individus qui ont récemment été engagés, et non selon le temps moyen de recherche dans la population. Les heuristiques peuvent apparaître quotidiennement et par habitude dans la prise de décision, le jugement, l’estimation de probabilité et la prédiction de valeurs. Les heuristiques permettent aux individus un gain de temps car en les utilisant, ils ne tiennent pas compte de toute la complexité des informations pertinentes à la situation.

Suspension consentie de l'incrédulité. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Suspension consentie de l'incrédulité

Biais égocentrique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Biais égocentrique

Le biais égocentrique a lieu lorsque les gens s'attribuent plus de responsabilité par rapport aux résultats d'une action conjointe que ne l'aurait fait un observateur extérieur. En dehors du simple fait de s'octroyer le crédit des résultats positifs, qui pourrait n'être qu'un simple biais d'autocomplaisance, les gens faisant preuve d'un biais égocentrique se présentent également comme exagérément responsables des résultats « négatifs » du comportement du groupe (cependant, ce dernier attribut semble manquer dans la mégalomanie). Cela pourrait être dû au fait que nos propres actions nous sont plus « disponibles » que les actions des autres. Voir heuristique de disponibilité. Renforcement social. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Renforcement social

L'appartenance à un gang favorise l'émergence de divers comportements (langage, habillement, attitude etc.) pour obtenir l'appartenance au groupe. Sur l'illustration des membres du gang Crips. Le renforcement social désigne en psychologie une augmentation de la probabilité de répétition d'un comportement par une récompense sociale telle qu'un signe d'approbation, l'amour ou l'attention d'un parent, d'un groupe etc[1],[2]. Le renforcement social influe divers aspect du comportement, il peut affecter par exemple la constitution du jugement moral chez les enfants[3]. Notes et références[modifier | modifier le code] ↑ Karen Huffman, Mark et Judith Vernoy,Psychologie en direct - 2e édition, Modulo, Mont-Royal, 2000, p. 227↑ INIST-CNRS, « Renforcement social - TermSciences » [archive], sur www.termsciences.fr (consulté le 16 octobre 2018)↑ (en) Albert Bandura et Frederick J.

Information cascade. An Information cascade or informational cascade is a phenomenon described in behavioral economics and network theory in which a number of people make the same decision in a sequential fashion.

Information cascade

It is similar to, but distinct from herd behavior.[1][2][3] An information cascade is generally accepted as a two-step process. Nut Island effect. The Nut Island effect describes an organizational behavior phenomenon in which a team of skilled employees becomes isolated from distracted top managers resulting in a catastrophic loss of the ability of the team to perform an important mission. The term was coined by Paul F. Levy, a former Massachusetts state official, in an article in the Harvard Business Review published in 2001. The article outlines a situation which resulted in massive pollution of Boston Harbor, and proposes that the name of the facility involved be applied to similar situations in other business enterprises.

The work is used as a source in human resources management case studies and is featured on the websites of several business management consulting firms and health care institutions. Aversion à la perte. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'aversion à la perte est une notion issue de l'économie comportementale, elle est un biais comportemental qui fait que les humains attachent plus d'importance à une perte qu'à un gain du même montant. Description[modifier | modifier le code] Sur les marchés financiers, l'aversion à la perte est la réticence à se séparer d'un actif qui vaut moins que le prix auquel le détenteur l'avait acheté, même si cette dépréciation ne fait que traduire une dégradation des perspectives de cet actif. Elle est relativement répandue chez les investisseurs, notamment néophytes. Effet de projecteur.

L'effet de projecteur est un biais cognitif qui produit chez l'individu la croyance d'être davantage remarqué par autrui qu'il ne l'est réellement. Dans la mesure où celui-ci est constamment au centre de son propre monde, celui-ci est difficilement en mesure d'avoir une appréciation précise de l'importance de l'attention qui lui est accordée. L'effet projecteur s'explique par la tendance innée à oublier que même si l'on est le centre de son propre monde, on n'est pas celui d'autrui. Cette tendance est particulièrement accentuée lorsque l'on fait quelque chose d'atypique[1]. Les recherches menées sur le sujet ont montré qu'une telle surestimation de l'attention que l'on nous porte est très courante.

Biais du statu quo. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le biais du statu quo est un terme utilisé en finance comportementale pour désigner une préférence exagérée pour le statu quo dans la prise de décisions. Samuelson et Zeckhauser ont été les premiers à utiliser ce terme en observant un biais dans une série d'expériences économiques et de données statistiques. Le biais consiste dans le comportement non « rationnel » d'un individu. Kahnemann,Thaler et Knetsch ont mené d’autres études pour analyser cet effet. Ils ont expliqué cette tendance en combinant l’aversion aux pertes et l’effet de dotation, deux idées fondamentales dans la théorie des prospects.

Le préjugé du statu quo a été observé dans le contexte des assurances et des régimes de retraite. Le biais de statu quo en communication[modifier | modifier le code] False attribution. False attribution can refer to: Effet de récence. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Postman & Phillips (1965)[1] et Glanzer & Cunitz (1966)[2] ont présenté des listes de mots de différentes longueurs puis ont demandé à leurs sujets de rappeler les mots dont ils se souvenaient dans l'ordre qu'ils souhaitaient (rappel libre). Quand le rappel a lieu immédiatement, les premiers (effet de primauté) et les derniers éléments de la liste (effet de récence) ont le plus de chance d'être rappelés tandis que peu de sujets se souviennent du milieu de la liste.

Quand le rappel a lieu après 15 ou 30 secondes, seuls les éléments du début de la liste ont une forte probabilité de rappel. Effet d'ambiguité. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'effet d’ambiguïté est un biais cognitif qui se manifeste lorsque prise de décision est affectée par un manque d'information, ou « l'ambiguïté »[1]. Illusion de contrôle. L'illusion du contrôle est la tendance des gens à surestimer leur capacité à contrôler les événements; par exemple, cela se produit lorsque quelqu'un ressent un sentiment de contrôle sur les résultats sur lesquels il n'a manifestement aucune influence[1] L'effet a été nommé par la psychologue Ellen Langer et a été reproduit dans de nombreux contextes différents[2].

On pense qu'il influence le comportement de jeu et la croyance dans le paranormal[3]. Amorçage (psychologie) Principe anthropique. Certaines informations figurant dans cet article ou cette section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans les sections « Bibliographie », « Sources » ou « Liens externes »(août 2016).

The Cognitive Bias Codex (French) John Manoogian III (jm3) Illusion of transparency - Wikipedia. The illusion of transparency is a tendency for people to overestimate the degree to which their personal mental state is known by others.[1] Another manifestation of the illusion of transparency (sometimes called the observer's illusion of transparency) is a tendency for people to overestimate how well they understand others' personal mental states. This cognitive bias is similar to the illusion of asymmetric insight. Experimental support[edit] For her PhD dissertation in psychology at Stanford University, Elizabeth Newton created a simple test that she regarded as an illustration of the phenomenon.[2] She would tap out a well-known song, such as "Happy Birthday" or the national anthem, with her finger and have the test subject guess the song.

Biais cognitif. Biais rétrospectif. Le biais rétrospectif consiste en une erreur de jugement cognitif désignant la tendance qu'ont les personnes à surestimer rétrospectivement le fait que les événements auraient pu être anticipés moyennant davantage de prévoyance ou de clairvoyance. Selon Nassim Nicholas Taleb, le biais rétrospectif est un mécanisme de déni du hasard dans lequel tout événement doit pouvoir se justifier afin d’être le plus prévisible possible, sa fonction étant dès lors de conforter les individus dans leur sentiment de contrôler l'incertitude[1].

Biais de confirmation. Biais d'autocomplaisance. Omission bias - Wikipedia. Ancrage (psychologie) Cadrage (décision) Illusion de savoir. Croyance en un monde juste. Heuristique de disponibilité. Biais de représentativité. Corrélation illusoire. Erreur fondamentale d'attribution. Data dredging. Untitled. Untitled. Online disinhibition effect. Syndrome de l'imposteur. Coût irrécupérable. Aversion à la dépossession. Attribution causale. Ben Franklin effect. Prophétie autoréalisatrice.

Huit circuits de conscience. Pyramide des besoins. Béhaviorisme. Système nerveux autonome. Conditionnement (psychologie) Théorème du singe. Allégorie de la grenouille. Impuissance apprise. Effet placebo. Mimétisme comportemental. Conformisme.

Paradoxe d'Abilene. Ignorance pluraliste. Normopathie. Aversion à l'incertitude. Résistance au changement. Le centième singe. Expérience de Asch. Expérience de Milgram. Mouton de Panurge (locution) Paradigme. Épiphanie (sentiment) Thinking outside the box. Identité (philosophie) Allégorie de la caverne. Expérience de Rosenhan. Expérience de Stanford.

Dissonance cognitive. La théorie de la dissonance cognitive. Effet de halo. Effet du témoin. Effet boomerang. Effet Barnum. Effet Hawthorne. Effet Dr. Fox. Effet de faux consensus. Effet de simple exposition. Effet de mode. Effet Dunning-Kruger. Effet Pygmalion.