background preloader

Droit de l'environnement, droit de la nature

Facebook Twitter

A Copenhague, le vélo supplante la voiture. Depuis vingt ans, la capitale danoise investit massivement dans les infrastructures cyclables, faisant du vélo le mode de transport le plus rapide.

A Copenhague, le vélo supplante la voiture

LE MONDE | | Par Anne-Françoise Hivert (Malmö (Suède), correspondante régionale) Chaque matin, c’est une longue coulée, qui part des périphéries de la capitale danoise pour gagner le centre de Copenhague. Le spectacle est immuable : qu’il vente, pleuve ou neige, dès que la ville s’éveille, les vélos prennent d’assaut ses grandes artères bordées de larges pistes cyclables, passent les ponts, traversent les parcs, et finissent entassés sur des parkings depuis longtemps submergés. En novembre 2016, un nouveau record a été établi : il circule désormais plus de vélos (265 700) que de voitures (252 600) à Copenhague. Au dernier comptage, en 2015, 41 % des 580 000 habitants se rendaient à l’école ou au travail à vélo. Deux habitants sur trois ne possèdent d’ailleurs pas de voiture. A Paris, le fiasco de la piétonnisation du quartier Montorgueil-Saint Denis. Depuis la suppression de bornes rétractables, à l’entretien jugé trop coûteux par la Ville de Paris, cette zone pionnière en matière de piétonnisation est envahie par les véhicules.

A Paris, le fiasco de la piétonnisation du quartier Montorgueil-Saint Denis

Dévoilement des plans « piéton » et « vélo », piétonnisation des voies sur berges, inauguration du parc « Rives de Seine » réservé aux piétons et aux cyclistes… Les mesures de la maire de Paris, Anne Hidalgo (PS), pour « rééquilibrer l’espace public » et réduire la circulation et la pollution, exaspèrent les habitants du quartier Montorgueil-Saint-Denis (2e arrondissement).

Ils se sentent exclus d’une politique d’aménagement urbain dont ils ont été les pionniers. Dès 1991, l’accès à leur quartier a été régulé par un système de bornes rétractables automatiques installées aux cinq accès principaux. L’espace Montorgueil-Saint Denis, indissociable de celui, très fréquenté, des Halles, était devenu une des zones urbaines piétonnes les plus vastes de France. Mais les bornes ont vieilli ou se sont abîmées. Les trafiquants d’espèces sauvages à l’assaut des sanctuaires classés. Le Fonds mondial pour la nature (WWF) publie aujourd’hui un rapport alarmant sur le braconnage et la déforestation illégale dans les sites naturels classés.

Les trafiquants d’espèces sauvages à l’assaut des sanctuaires classés

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Martine Valo Entre 2009 et 2016, 595 gardes forestiers ont été tués dans l’exercice de leurs fonctions, majoritairement en protégeant l’un des sites naturels classés patrimoine mondial par l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco). Parcs nationaux, îles protégées, sanctuaires marins sont devenus d’autant plus attirants pour les braconniers et les pêcheurs illégaux qu’ils constituent les derniers refuges d’une faune et d’une flore emblématiques quasi-disparues ailleurs.

« Ces troncs n’ont pas été arrachés par la boue, ils ont été sciés par l’homme » La coulée de boue qui a dévasté la ville colombienne de Mocoa, le 31 mars, s’est produite sur un sol fragile, mais la déforestation et l’urbanisation ont contribué à l’ampleur de la catastrophe.

« Ces troncs n’ont pas été arrachés par la boue, ils ont été sciés par l’homme »

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Marie Delcas (Mocoa (Colombie), envoyée spéciale) Les hasards du courant ont laissé debout la demeure de Jesus Antonio Erazo. La charpente a tenu, le toit de tôle aussi. La boue a emporté les fenêtres, les portes, les meubles. A Oslo, un horizon sans voiture et sans carbone. La capitale norvégienne, dirigée depuis 2015 par la gauche et les Verts, s’est fixée pour objectif de diminuer de 95 % ses émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030.

A Oslo, un horizon sans voiture et sans carbone

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Anne-Françoise Hivert (Malmö (Suède), correspondante régionale) En août, 840 élèves âgés de 6 à 12 ans feront leur rentrée à l’école de Brynseng, dans le quartier d’Etterstad, à l’est d’Oslo. Casque sur la tête et veste fluorescente, la directrice Vibeke Saltnes Olsen inspecte le chantier. Elle est ravie : en plus d’être le premier établissement scolaire « zéro énergie » en Norvège, le bâtiment pourra servir de matériel pédagogique. Devant l’école, construite à la sortie d’une station de métro, deux parkings à vélos de 230 et 180 places, mais quatre emplacements seulement pour les voitures. « C’est une question de priorité », lance Bodil Motzke, qui chapeaute le chantier pour la mairie. . « Objectif ambitieux » Irréaliste ? Les déchets électroniques empoisonnés au brome.

Ultimes tensions au sommet de l’Etat sur l’arrêt de Fessenheim. Le conseil d’administration d’EDF, réuni jeudi, devrait voter la fermeture de la centrale nucléaire.

Ultimes tensions au sommet de l’Etat sur l’arrêt de Fessenheim

Ségolène Royal exige que le gouvernement signe par décret l’arrêt de mort dès le vote acquis. LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Jean-Michel Bezat Un épilogue annoncé ou un rebondissement de plus dans le dossier Fessenheim vieux de plus de cinq ans ? Le conseil d’administration d’EDF, réuni jeudi 6 avril, doit voter une résolution autorisant son président, Jean-Bernard Lévy, à demander au gouvernement de signer le décret mettant fin à l’autorisation de fonctionnement de la centrale alsacienne.

Sortir du nucléaire ou y rester : un coût astronomique. L’arrêt du parc électronucléaire français ou sa relance se chiffrerait en centaines de milliards d’euros LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Pierre Le Hir Stop ou encore ?

Sortir du nucléaire ou y rester : un coût astronomique

Les ravages de la culture d’huile de palme passés au crible du Parlement européen. Un rapport insiste sur la nécessité de mieux contrôler les conditions de production de cette matière première, responsable de la déforestation.

Les ravages de la culture d’huile de palme passés au crible du Parlement européen

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Martine Valo Ce n’est pas un réquisitoire contre le secteur de l’huile de palme, mais le rapport sur lequel les députés européens vont se pencher lundi 3 et mardi 4 avril a tout d’un gros pavé dans la mare. Il concerne à la fois des principaux pays producteurs qui ont sacrifié leur environnement à cette monoculture dévastatrice et l’Europe, qui en est le deuxième plus gros importateur avec environ 7 millions de tonnes par an. Un meuble, un cahier, un emballage et la plus grande part de ce que nous mangeons : tous ces achats ont immanquablement des conséquences dans les régions où ils sont produits.

L’agriculture industrielle est responsable de 73 % de la déforestation mondiale, loin devant l’exploitation du bois, qu’elle soit légale ou pas. Dans la moitié des produits emballés Efforts préventifs « Il faut aller vite » Etats-Unis : l’administration Trump maintient sur le marché un pesticide dangereux. Poutine renforce l’empreinte russe sur l’Arctique. Le chef de l’Etat russe minimise le réchauffement climatique et prône une exploitation accrue des territoires du Nord LE MONDE | • Mis à jour le | Par Isabelle Mandraud (Arkhangelsk (Russie), envoyée spéciale) En prélude au forum sur l’Arctique organisé, jeudi 30 mars, à Arkhangelsk (Russie), sur les bords de la mer Blanche, Vladimir Poutine a commencé par poser le pied sur la Terre d’Alexandra, l’île la plus occidentale et la plus grande de l’archipel François-Joseph, annexée par l’URSS en 1926.

Poutine renforce l’empreinte russe sur l’Arctique

Une courte expédition destinée à promouvoir ses territoires du Grand Nord. Pour la Russie, l’Arctique est redevenue, comme au temps soviétique, un enjeu stratégique majeur. Moscou « bombe le torse » « Dans le contexte des sanctions internationales, l’Arctique reste la seule région où le business peut se développer pratiquement librement, mis à part des contraintes pour le forage en eau profonde », assurait dans les couloirs Mikhaïl Grigoriev, conseiller scientifique du Conseil de sécurité russe. Notre consommation alimentaire épuise les eaux souterraines. L’utilisation excessive des aquifères pour la production agricole met en péril les approvisionnements à la fois en nourriture et en eau.

Notre consommation alimentaire épuise les eaux souterraines

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Audrey Garric Entre manger et boire, il faudra bientôt choisir. Nous utilisons toujours plus de produits alimentaires qui épuisent les eaux souterraines non renouvelables. « Reconnaissons la nature comme sujet de droit » Pour la juriste Valérie Cabanes, dans une tribune au « Monde », il faut redéfinir les valeurs pivots de notre système juridique afin d’affirmer nos liens d’interdépendance avec les autres formes de vie. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Valérie Cabanes (Juriste spécialisée dans le droit international humanitaire et les droits humains) TRIBUNE. Durant dix mille ans, nous avons prospéré en tant qu’espèce grâce à des conditions climatiques favorables et des milieux de vie fertiles et foisonnants de biodiversité. Mais l’industrie s’est dernièrement imposée sur les milieux naturels en occupant l’espace et en perturbant les équilibres de l’écosystème terrestre. Le climat s’est emballé, la biodiversité s’est effondrée, la pollution est omniprésente, et les conditions mêmes de la vie sur Terre commencent à être menacées.

La Déclaration des droits des peuples autochtones (2007) consacre ces valeurs en s’appuyant sur l’holisme des traditions et modes de pensée des peuples premiers. Paris, Londres et Séoul vont noter les voitures en fonction de leur degré de pollution. L’initiative, révélée à Paris mercredi, est lancée sous la houlette du C40, un regroupement de 90 mégalopoles qui veulent agir pour le climat. Le casque obligatoire pour les moins de 12 ans circulant à bicyclette. La mesure ne fait pas l’unanimité chez les associations pro-vélo qui regrettent qu’on ne s’attaque pas plus aux causes des accidents comme la vitesse des véhicules motorisés. A compter du 22 mars, les enfants de moins de 12 ans circulant sur un vélo devront porter un casque. La mesure, décidée par le Comité interministériel de la sécurité routière en octobre 2016, s’applique aux enfants tenant eux-mêmes le guidon comme à ceux qui voyagent assis sur le porte-bagages ou dans le baquet d’un « vélo-cargo », ces biporteurs ou triporteurs utilitaires qui sillonnent de plus en plus les rues des villes.

Alors que les chiffres de la Sécurité routière font état d’une augmentation régulière du nombre de tués à vélo, la mesure semble de bon sens. D’ailleurs, de nombreux parents casquent déjà leur enfant lorsqu’il pédale, pour la promenade dominicale comme sur le chemin de l’école. Une société fortement motorisée. Pour l’ONU, les eaux usées sont un « nouvel or noir » Les experts européens blanchissent le glyphosate. Ce que les « Monsanto Papers » révèlent du Roundup. La justice américaine a déclassifié des correspondances internes de la firme. Dès 1999, cette dernière s’inquiétait du potentiel mutagène du glyphosate. La Nouvelle-Zélande dote un fleuve d’une personnalité juridique. La justice menace le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

La légalité de quatre arrêtés préfectoraux autorisant les travaux de l’aéroport nantais est contestée.