background preloader

Notre consommation alimentaire épuise les eaux souterraines

Notre consommation alimentaire épuise les eaux souterraines
L’utilisation excessive des aquifères pour la production agricole met en péril les approvisionnements à la fois en nourriture et en eau. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Audrey Garric Entre manger et boire, il faudra bientôt choisir. Nous utilisons toujours plus de produits alimentaires qui épuisent les eaux souterraines non renouvelables. Un phénomène mondial qui met en péril les approvisionnements à la fois en nourriture et en eau et pourrait faire monter en flèche le prix des denrées de base, alerte une étude de quatre chercheurs internationaux, publiée dans la revue Nature jeudi 30 mars. En identifiant pour la première fois les pays, les cultures et les relations commerciales concernés, ils espèrent améliorer la durabilité de la production alimentaire et la gestion de la ressource. Or, les aquifères, ces vastes réservoirs naturels de stockage d’eau souterraine, s’avèrent une ressource clé en abritant la majeure partie de l’eau douce liquide de la planète.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/03/29/notre-consommation-alimentaire-epuise-les-eaux-souterraines_5102912_3244.html

Related:  travail à faire pour le 25 avrilEducation - Santé - AlimentationResponsabilité environnementaleDroit de l'environnement, droit de la nature

Un tétraplégique retrouve l’usage de son bras avec une neuroprothèse, une « p... Près de dix ans après un accident de vélo, un Américain paralysé à partir des épaules peut à nouveau utiliser son bras et sa main droite pour boire ou manger, grâce à une nouvelle neuroprothèse. Présentée mardi 28 mars dans la revue médicale The Lancet, cette avancée réalisée aux Etats-Unis (à Cleveland) dépend d’un dispositif qui contourne la lésion de la colonne vertébrale en utilisant des fils, des électrodes et des logiciels informatiques pour reconnecter son cerveau et les muscles de son bras paralysé. « A notre connaissance, c’est le premier exemple au monde d’une personne atteinte d’une paralysie totale » utilisant directement la pensée pour déplacer le bras et la main et effectuer des « mouvements fonctionnels », a déclaré le coauteur de l’étude, Bolu Ajiboye, à l’Agence France-Presse (AFP). 192 micro-électrodes implantées dans le cerveau

« Reconnaissons la nature comme sujet de droit » Pour la juriste Valérie Cabanes, dans une tribune au « Monde », il faut redéfinir les valeurs pivots de notre système juridique afin d’affirmer nos liens d’interdépendance avec les autres formes de vie. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Valérie Cabanes (Juriste spécialisée dans le droit international humanitaire et les droits humains) TRIBUNE. Durant dix mille ans, nous avons prospéré en tant qu’espèce grâce à des conditions climatiques favorables et des milieux de vie fertiles et foisonnants de biodiversité. Mais l’industrie s’est dernièrement imposée sur les milieux naturels en occupant l’espace et en perturbant les équilibres de l’écosystème terrestre.

Paris, Londres et Séoul vont noter les voitures en fonction de leur degré de pollution L’initiative, révélée à Paris mercredi, est lancée sous la houlette du C40, un regroupement de 90 mégalopoles qui veulent agir pour le climat. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Éric Béziat Le projet porte le joli nom d’« Air’volution ». Et il constitue un pas sup­plémentaire dans la volonté des pouvoirs publics du monde entier de faire reculer la pollution automobile. Mercredi 29 mars, les maires de Paris, Londres et Séoul ont annoncé, dans la capitale française, le lancement d’un système de notation des véhicules « fondé sur leurs émissions réelles de particules polluantes ». Le but de l’opération : « Permettre aux citoyens de connaître enfin le véritable impact environnemental des véhicules qu’ils achètent et qu’ils conduisent », indique le communiqué publié à l’issue de l’annonce.

Au Somaliland, une sécheresse mortelle La région d’Afrique de l’Est, indépendante du reste de la Somalie depuis 1991, est l’épicentre de la pénurie d’eau qui menace de famine 13 millions de personnes. Vu du ciel, ça ne ressemble déjà plus à rien. Depuis l’avion qui se pose tant bien que mal entre les bourrasques de poussière, le Somaliland se dévoile peu à peu. Les seules couleurs : des tracés blanchâtres laissés par des rivières asséchées et des taches sombres de buissons brûlés. Tout le reste, jusqu’à l’horizon, est jaune pâle, de ce sable qui recouvre tout et colore jusqu’aux nuages.

Pour l’ONU, les eaux usées sont un « nouvel or noir » A l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, Unesco et ONU-Eau exhortent à « un recours plus systématique à une eau recyclée », qu’imposent les changements climatiques. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Martine Valo L’eau que l’on boit, celle qui irrigue les champs, qui sert à l’industrie, à la production d’énergie, qui part dans les toilettes… l’eau est partout un bien sous pression.

Poutine renforce l’empreinte russe sur l’Arctique Le chef de l’Etat russe minimise le réchauffement climatique et prône une exploitation accrue des territoires du Nord LE MONDE | • Mis à jour le | Par Isabelle Mandraud (Arkhangelsk (Russie), envoyée spéciale) En prélude au forum sur l’Arctique organisé, jeudi 30 mars, à Arkhangelsk (Russie), sur les bords de la mer Blanche, Vladimir Poutine a commencé par poser le pied sur la Terre d’Alexandra, l’île la plus occidentale et la plus grande de l’archipel François-Joseph, annexée par l’URSS en 1926.

Hépatite C : nouvelle offensive contre le brevet d’un médicament onéreux Médecins du monde et Médecins sans frontières attaquent le brevet du sofosbuvir, un traitement innovant contre l’hépatite C, mais dont le coût dépasse les 40 000 euros par patient en France. Après avoir obtenu en octobre 2016 auprès de l’Office européen des brevets l’annulation partielle de la protection intellectuelle couvrant le sofosbuvir (commercialisé sous le nom de Sovaldi par le laboratoire américain Gilead), Médecins du monde (MDM) et d’autres ONG de 17 pays, comme Médecins sans frontières (MSF) ou Aides, contestent une nouvelle fois les bases scientifiques du brevet sur ce traitement contre l’hépatite C. Elles ont déposé, lundi 27 mars, une opposition au brevet portant sur le composant de base qui permet de fabriquer le sofosbuvir. Une stratégie que ces organisations déploient pour rendre plus abordable le prix jugé exorbitant de ce médicament innovant. Lire aussi : Hépatite C : Médecins du Monde remporte une manche face à un laboratoire pharmaceutique américain

Vingt mille fraises sous la terre Des fermes urbaines testent la culture maraîchère bio et sans pesticides dans les parkings, tunnels et conteneurs. M le magazine du Monde | • Mis à jour le | Par Catherine Rollot « Elle a été cultivée où, cette salade ? » Au second sous-sol d’un parking. « Et ces fraises ? » Fraîchement récoltées dans un ancien conteneur maritime, dans le 12e arrondissement de Paris. Etats-Unis : l’administration Trump maintient sur le marché un pesticide dangereux L’interdiction du chlorpyriphos était prévue par l’administration Obama. Le nouvel administrateur de l’Agence de protection de l’environnement américaine fait machine arrière. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Stéphane Foucart

Related: