background preloader

TDA

Facebook Twitter

Les dispositifs ABA - Chanay. Méthode ABA conseils 2/5. CO-MORBIDITES DANS LES TROUBLES DES APPRENTISSAGES — CLAP. Principales co-morbidités des troubles spécifiques, cas de l'épilepsie fonctionnelle, cas de l'immaturité psycho-affective Parfois le trouble spécifique présente tous les critères cliniques nécessaires au diagnostic, mais il existe aussi une autre maladie ou anomalie : Epilepsie, trouble psycho-affectif (personnalité anxieuse), anomalie génétique dépistée, antécédents sociaux familiaux difficiles… Si cette deuxième maladie ou anomalie ne peut expliquer clairement, par ses symptômes reconnus, le trouble des apprentissages, il est prudent de ne pas faire de lien de causalité.

CO-MORBIDITES DANS LES TROUBLES DES APPRENTISSAGES — CLAP

On parle alors de co-morbidité, et on proposera à l’enfant en parallèle une prise en charge des deux troubles. (Exemples : Antécédent de dépression passagère, épilepsie peu invalidante, surdité transitoire due à des otites séromuqueuses…) Mais il faut bien reconnaître que la plupart du temps on ne retrouve pas précisément l’étiologie…. Une „crise convulsive“ peut être un événement unique. Tests - Bilans. Grilles d'évaluation des symptômes du TDA/H cliquez sur les liens pour consulter les pdf Pour tous - Trousse d'évaluation du TDA/H par la Canadian ADHD Ressource Alliance (CADDRA) : Consulter la trousse. - Cotation de la Clinical Global Impressions – Severity (CGI-S) et de la Clinical Global Impressions – Improvement (CGI-I) : Voir les échelles Enfants - Questionnaires de Conners : Questionnaires - Evaluation par les parents: Voir la grille d'évaluation - Echelle d'impulsivité fonctionnelle et dysfonctionnelle : Voir la grille d'évaluation - Questionnaire Test SNAP IV: Explications du test et grille d'évaluation - Cotation de l’Attention-Deficit with Hyperactivity Rating Scale IV (ADHD-RS) : Voir la grille d'évaluation - Strengths and Weaknessness of ADHD-symptoms and Normal-Behavior (SWAN) scale : Voir la grille d'évaluation - TDA/H : Critères diagnostiques : Voir Adultes - DIVA 2.0 entretien diagnostique pour le TDA/H chez l'adulte : cliquez ici.

Tests - Bilans

Dix conseils aux parents d'un enfant hyperactif. Bouger permet aux enfants hyperactifs (TDAH) d'être alertes et de se concentrer. Les enfants avec et sans le TDAH restaient assis relativement tranquilles alors qu'ils regardaient le film Star Wars en même temps qu'ils coloriaient avec un logiciel de dessin.

Bouger permet aux enfants hyperactifs (TDAH) d'être alertes et de se concentrer

Mais tous les enfants devenaient plus actifs quand ils devaient retenir des lettres, des chiffres et des formes générées par ordinateur pour accomplir une tâche. Les enfants ayant le TDAH devenaient significativement plus actifs que les autres, bougeant leurs mains et leurs pieds et pivotant sur leurs chaises. Selon l'auteur, les enfants ayant le TDAH ont besoin de bouger plus pour maintenir le niveau requis de vigilance quand ils exécutent des tâches exigeantes pour la mémoire de travail, un type de mémoire à court terme (1). Ils ont de la difficulté à rester assis sans bouger à moins d'être dans un environnement très stimulant dans lequel ils n'ont pas besoin d'utiliser beaucoup leur mémoire à court terme. (2) Menée par la psychologue Jackie Andrade de l'Université de Plymouth. L’activité physique bénéfique aux enfants avec un TDAH.

Texte traduit et adapté de Exercise may lead to better school performance for kids with ADHD, publié sur EurekAlert Selon une étude menée aux Michigan (É.

L’activité physique bénéfique aux enfants avec un TDAH

-U.), les enfants avec un trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH) qui feraient quelques minutes d’exercice avant un cours auraient de meilleurs résultats scolaires. Les chercheurs ont montré que grâce à l’activité physique, ces élèves arrivaient à se concentrer plus facilement. Le chercheur Matthew Pontifex de la Michigan State University a réparti 40 élèves de 8 à 10 ans, dont la moitié étaient atteints d’un TDAH, dans deux groupes.

Pour l’expérimentation, les élèves du premier groupe ont dû courir ou faire de la marche rapide sur un tapis roulant. Les résultats ont montré que les enfants qui avait fait de l’exercice ont mieux réussi aux tests. Selon le chercheur, cette étude suggère que l’exercice physique pourrait être utilisée dans le traitement non pharmaceutique du TDAH. [Consulter l’article]