background preloader

Prostitution

Facebook Twitter

« Les gestatrices indiennes ne sont pas des victimes  Sharmila Rudrappa (DR) Selon Sharmila Rudrappa, la Gestation Pour Autrui (GPA) pratiquée à Bangalore est un facteur d’émancipation et d’exploitation pour les femmes.

« Les gestatrices indiennes ne sont pas des victimes 

Cette sociologue américaine estime que l’organisation du marché du travail en Inde favorise le développement du travail procréatif. Entretien. Vous avez étudié le marché de la gestation pour autrui dans la région de Bangalore, en Inde. Le travail du sexe contre le travail. L'utopie libérale du service sexuel, par Mona Chollet (Le Monde diplomatique, septembre 2014)

Les « travailleurs du sexe » qui militent pour la légalisation de leur activité insistent souvent sur le fait qu’ils sont indépendants et n’ont pas de proxénète.

L'utopie libérale du service sexuel, par Mona Chollet (Le Monde diplomatique, septembre 2014)

Ce discours tend à faire oublier les profits colossaux engendrés, dont les intéressées sont souvent les dernières à voir la couleur — quand elles la voient (1). Agences de voyages, sociétés de transport, hôtels et autres intermédiaires, sans même parler des trafiquants, en bénéficient largement. Dans le monde économique français, la pratique de la « chambre garnie » permet de conclure un grand nombre d’affaires. Les grandes entreprises du secteur de l’eau, par exemple, ont abondamment utilisé les services de call-girls pour tenter de remporter les marchés auprès des élus (2). La Belgique, l’Espagne, l’Italie et le Royaume-Uni ont décidé il y a peu d’inclure la prostitution, en même temps que le trafic de drogue, dans le calcul de leur produit intérieur brut (PIB), indicateur stratégique s’il en est. Paola Tabet : La grande arnaque : Sexualité des femmes et échange économico-sexuel. Je vais donc résumer le livre de Paola Tabet La grande arnaque : Sexualité des femmes et échange économico-sexuel Avant de résumer ce livre, plusieurs choses : Ce livre n'est pas un plaidoyer pour ou contre la prostitution.

Paola Tabet : La grande arnaque : Sexualité des femmes et échange économico-sexuel

Lorsque Tabet parle de "violences hors des règles sociales", elle décrit un fait ; elle n'est pas en train de l'approuver. Www.unaids.org/en/media/unaids/contentassets/documents/unaidspublication/2009/JC2306_UNAIDS-guidance-note-HIV-sex-work_en.pdf. Prostitution : ces campagnes abolitionnistes qui sont à coté de la plaque et n'ont rien à envier à la Manif Pour tous... IMPORTANT : Dans cet article, toutes les mentions des termes "prostitué(e)s" sont à démarquer de l'esclavage sexuel.

Prostitution : ces campagnes abolitionnistes qui sont à coté de la plaque et n'ont rien à envier à la Manif Pour tous...

Merci. Prostitution: oui, on peut être féministe et non abolitionniste. La proposition de Najat Vallaud-Belkacem d’abolir la prostitution fait ressurgir un débat prégnant chez les féministes.

Prostitution: oui, on peut être féministe et non abolitionniste

La prostitution est elle un métier? IMPORTANT : Ce billet traite de la prostitution "par choix", aussi relatif ce concept puisse être.

La prostitution est elle un métier?

Il n'aborde absolument pas le cas de l'esclavagisme sexuel, qui est un sujet qui me tient très à coeur mais qui n'a rien à voir avec le contexte prostitutionnel traité ci dessous. Merci :) Le grand retour des illustrations glamour-satin-LiassesDeBilletsEnormes, totalement raccord avec la réalité! Lien utile : définition de "métier" Quand j'ai décidé de me lancer dans la prostitution, j'ai traversé plusieurs déserts avant de pouvoir concrètement travailler. Aujourd'hui, je ne suis donc plus du coté des novices qu'on rembarre sur les forums mainstream, mais de celui des travailleu(r)ses qu'on contacte pour obtenir des tuyaux.

Avec l'argent de mes clients, je me confectionne souvent un petit éventail pour me rafarichir... Lutte contre la prostitution, lutte contre le capitalisme. J'ai longtemps hésité à faire ce billet.

Lutte contre la prostitution, lutte contre le capitalisme

En fait, cela fait deux bons mois que j'y réfléchis. Mais la violence des trolls sur le sujet m'avait jusqu'à présent retenu. Et puis, je me suis dit qu'il n'y avait pas de raisons de laisser les trolls gagner. Parce que c'est un thème où il est question de mondialisation, de mobilité, de migrations, d'économie et de capitalisme : bref, de tout ce qui fait mes thèmes de prédilection.

Elle travaille aux corps. De l'objectivation à l'émotion. La mobilisation des chiffres dans le mouvement abolitionniste contemporain. LES « BESOINS SEXUELS » : UN MYTHE AU MASCULIN. L’idée d’un « besoin sexuel », principalement reconnu aux hommes, n’est pas tout à fait dépourvue de fondement biologique.

LES « BESOINS SEXUELS » : UN MYTHE AU MASCULIN

En réalité, tout être humain - de tous les genres, donc - éprouve ce que nous appellerons des « besoins excréteurs ». Il doit vider, ou vidanger, à intervalles plus ou moins réguliers sa vessie (hommes & femmes), ses intestins (hommes & femmes), son appareil génital (hommes & femmes). On pourrait associer à ces besoins le mécanisme des règles, qui élimine mensuellement chez la femme des tissus inutiles. Prostitution et non abolitionnisme. Je vous copie ici un vieux texte écrit vers 2004 avec Mwana Muke qui intervient parfois ici dans les commentaires.

Prostitution et non abolitionnisme

L' assimilation viol/prostitution, une violence intolérable, vraiment? La violence intolérable se situe t - elle vraiment là?

L' assimilation viol/prostitution, une violence intolérable, vraiment?

Les premières fois où je me suis confrontée à la lecture de propos dénonçant l' intolérable violence de cette affirmation, j' ai ressentit quelque chose d' étrange. Je n' aurais pas tellement su mettre de mots dessus, mais j' avais comme un malaise, et surtout, je ne comprenais pas bien le problème. Je suis moi même pute, femme et violée, et pourtant je ne trouve pas cette affirmation d' une violence inouïe, là où cela semble d' une évidence indiscutable pour beaucoup d' autres. J' ai alors ressentit le besoin de faire le point et de réfléchir au sujet des affirmations et sentences qui reviennent de façon récurrente dans le "débat" prostitution, et d' essayer d' être la plus spontanée et honnête possible vis à vis de moi même pour répondre à la question : "Est ce que je vis ces mots comme une violence, et pourquoi?

" L' exercice est difficile, car de la violence dans mes parages, il y en a un paquet. La propriété de son corps et la prostitution par Marcela Iacub. Sexe en location : Dans la morale du consentement qui est la nôtre au XXIe siècle, il n'est plus possible de condamner la prostitution. Sauf à souhaiter une pure et simple restauration de l'ordre qui prévalait avant la révolution sexuelle. On aurait pu croire qu'avec la révolution sexuelle, tous les stigmates frappant la sexualité multiple ou hors mariage des femmes disparaissant, la prostituée connaîtrait la même promotion sociale que la fille-mère.

De femme salie par une activité réprouvée, elle deviendrait une travailleuse ni plus ni moins honorable que les postières ou les écrivaines. La révolution sexuelle n'a-t-elle pas imposé le principe selon lequel le caractère licite d'un rapport sexuel ne dépend que du respect du consentement des partenaires ? Racolage à tous les étages – Reportage aux assises de la prostit. Le 24 mars, se tenait au Sénat, la quatrième édition des assises de la prostitution. « Les putes sont des hommes comme les autres. » Notes Cf. La prostitution est elle un métier? Peut-on être féministe et pute ? Dans le documentaire Too Much Pussy. Feminist Sluts, A queer X Show, projeté au cinéma mercredi 2 juin à Paris, sept filles ouvrent à la fois leurs cuisses et leur cœur. Oui, on peut être actrice porno, strippeuse ou prostituée avec un vrai discours militant sur la libération.

Présenté comme un «road-movie jouissif», le documentaire d’Emilie Jouvet (Too much Pussy) suit la trace de sept jeunes artistes réunies le temps d'une tournée européenne épique. Parmi elles : la performeuse française Wendy Delorme (écrivain, strippeuse néo-burlesque, enseignante), la porn-star Judy Minx, l’Américaine Madison Young (éducatrice sexuelle, actrice de X féministe), la danseuse et «kamikaze queen» Mad Kate, l’artiste et prostituée Sadie Lune («activiste du plaisir»)...