background preloader

Prostitution

Facebook Twitter

– « J’ai parlé à une ex-prostituée à Amsterdam et j’ai appris une leçon importante  J’ai parlé à une ex-prostituée à Amsterdam et j’ai appris une leçon importante par Elisa Coll, publié par YoLo Travel Magazine le 1er mars 2016 « Je ne sais pas vraiment où j’en suis à propos de la légalisation de la prostitution, car je n’ai jamais parlé à une personne qui a été dedans. » « Eh bien, maintenant si. » Voilà le début d’une des conversations les plus intéressantes que j’ai jamais eu, un matin d’été venteux dans la ville d’Amsterdam.

Depuis quelques années, j’avais remarqué une augmentation de messages et d’articles en ligne par des féministes vantant les « travailleuses du sexe » et défendant le droit de ces femmes à vendre du sexe si elles choisissent de le faire. « C’est leur corps et elles peuvent en faire ce qu’elles veulent » – et il est bien difficile d’être en désaccord avec une telle affirmation. . « Parce qu’elles ne connaissent pas mieux » sont les mots exacts qu’elle a utilisé pour répondre à ma question. Elisa Coll Elisa est originaire de Madrid. Traduction : TRADFEM. Halte %C3%A0 un nouveau ghetto2013. – Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe – une étude de Melissa Farley.

Dans une étude approfondie, «Comparing Sex Buyers with Men Who Don’t Buy Sex»* (Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe), Melissa Farley, Ph.D., directrice-fondatrice de l’organisation Prostitution Research & Education, compare les caractéristiques des hommes qui achètent des services sexuels aux caractéristiques des hommes qui ne le font pas. Outre leur implication dans la prostitution, les hommes interrogés ont révélé des attitudes et des comportements étonnants face à la sexualité et aux femmes. Voici dix choses que vous ne saviez peut-être pas à propos des acheteurs de sexe: 1. Les répondants ont signalé avoir acheté des services sexuels pour la première fois à l’âge de 21 ans, en moyenne. 2. 25% des acheteurs de sexe s’étaient rendus dans un autre État des USA quand ils ont utilisé des femmes à des fins de prostitution. 3. 41% des acheteurs de sexe ont sciemment utilisé à des fins de prostitution une femme qui était sous le contrôle d’un proxénète. 6. 7.

Communiqué : La prostitution n'est pas un travail mais une violence ! Pics on Sodahead (Picture of drug-addled Ukrainian prostitute) Aux détracteurs de la loi visant à protéger les personnes prostituées, à ceux qui veulent entendre les principaux concernés, nous victimes de l’inceste, prostitués par nos parents et par nous-mêmes, affirmons, en connaissance de cause, que la prostitution n’est pas un travail, ni une fonction sociale, ni une relation sexuelle tarifée, c’est une VIOLENCE faite aux femmes et aux hommes prostitués. 12% des victimes d’inceste interrogées par AIVI déclarent s’être prostituées (sondage IPSOS pour AIVI 2010). 80% des personnes prostitués sont des victimes d’inceste, et si l'on ajoute les abus sexuels (hors inceste) et viols, on frôle les 100 % (SOS Femmes).

Se prostituer ou être prostitué par un proxénète est toujours le résultat d’une grave fêlure dans l’enfance qui se traduit par une exploitation, une victimisation par autrui ou par une autodestruction inconsciente. Pour insulter une personne, on la traite de « sale pute !» – « L’idée qu’il est acceptable pour les hommes handicapés d’acheter des rapports sexuels est ancrée dans la misogynie et le validisme  « L’idée qu’il est acceptable pour les hommes handicapés d’acheter des rapports sexuels est ancrée dans la misogynie et le validisme « Jess Martin, 11 novembre 2014 Quand j’ai lu sur le site Huffington Post l’article d’Emily Lazatin (1) sur une nouvelle agence de prostitution pour des hommes handicapés à Vancouver, je me suis sentie obligée d’y répondre à titre de femme dont deux frères (un de naissance et un par alliance) souffrent d’un retard de développement.

Je l’ai aussi fait en m’appuyant sur environ une décennie d’expérience en éducation spécialisée et en soins palliatifs. J’ai aussi passé près de 10 ans à offrir un soutien pratique à un groupe de survivantes de l’industrie du sexe dans leurs démarches pour en sortir. J’espère que la combinaison de ces expériences m’autorise à parler de la question du recours d’hommes handicapés à la prostitution. Les personnes handicapées n’ont pas besoin de la prostitution pour avoir des rapports intimes ou sexuels. – « La prostitution menace le patrimoine humain  par Wassyla Tamzali.

Wassyla Tamzali est une écrivaine et une militante féministe algérienne. Elle a également été avocate à la Cour d’Alger de 1966 à 1977 avant de travailler à l’UNESCO. En mai 2000, avec plusieurs partenaires dont l’UNESCO, la Fondation Scelles a organisé un colloque sur la prostitution qui avait pour thème «Le Peuple de l’Abime. La prostitution aujourd’hui». Sous la direction du groupe Act-up, des personnes du milieu de la prostitution ont pris le micro à l’ouverture du colloque en dénonçant les discours des participants-es qui ne s’étaient pas encore exprimé-es.

Ils ont lancé des accusations contre ceux et celles qui avaient organisé la rencontre, lui reprochant de ne pas orienter l’événement dans le sens de leur prétention, à savoir la reconnaissance de la prostitution comme un travail ordinaire, en niant aux personnes non prostituées le droit de parler de prostitution.

Voici l’intervention de Wassyla Tamzali : Indignation et peur. Tous ces arguments sont un tissu de mensonge. – « La prostitution sûre n’existe pas car la violence machiste sûre n’existe pas  A propos de la prétention de la mairie de Barcelone à réguler « le travail du sexe volontaire » Par Glòria Casas Vila L’Espagne est un pays semi-réglementariste, considéré par certains comme « le plus grand bordel d’Europe » (p.18). (…) D’anciens hôtels routiers (motels) sont devenus des bordels : en 2008, on dénombrait 11.000 places hôtelières dédiées à la prostitution et entre 300.000 et 600.000 femmes prostituées en Espagne (Brufao, 2008).

Le proxénétisme y a été partialement dépénalisé avec la réforme du Code Pénal de 1995. La prostitution est donc partout, à commencer par les grands médias espagnols, dont elle alimente substantiellement les revenus publicitaires. Depuis la création de la Plateforme Catalane pour le Droit à ne pas être Prostituées, dont je suis membre et que j’ai aidé à fonder, nous nous sommes toujours opposées à toutes sortes de politiques prohibitionnistes qui criminalisent les personnes prostituées. Dépénaliser le proxénétisme ? Glòria Casas Vila human trafficking. La prostitution, parlons-en! Arguments et contre-arguments. 2013Original : « Speaking of Prostitution – Arguments & Counterarguments about prostitution " Traduction : Annick Boisset et Martin DufresneIntroductionParlons de la prostitutionRien n’est possible?

Différentes sortes de prostitution Nous et ellesLa prostitution comme «travail du sexe» Un libre choix? Les besoins des hommes Le patriarcat La législation Stigmatisation des victimes, victimes et putains La morale, de quoi parle-t-on? La sexualité Postface D’autres lectures Avez-vous déjà eu l’impression de perdre pied dans une discussion sur la prostitution qui ne menait à rien?

Des arguments qu’on entend souvent Nous tentons avec cette brochure de regrouper les arguments les plus souvent entendus au sujet de la prostitution, dans l’espoir de vous aider à mener ces discussions. C’est pourquoi il est important d’avoir souvent ces brefs échanges au quotidien. Bonne chance, donc, et ne vous découragez pas!

Parlons de la prostitution Le commerce du sexe n’a rien de nouveau. 1. 2. Comment cela? 4. Une prostituée porte la robe des viols invisibles - 16/01/2016. 12.213 emballages de préservatifs ont permis la confection d’une robe portée par une prostituée, avenue de la Libération, pour “ lever les tabous ”. Gift (nom d'emprunt) ne frissonne pas. Pourtant le thermomètre affiche à peine quelques degrés au-dessus de zéro. Dans une robe à bretelles « de soirée », la belle jeune femme arpente le trottoir de l'avenue de la Libération, mardi à 21 h, sous les yeux écarquillés des automobilistes qui ralentissent.

La soirée ne fait que commencer pour elle car, après la « performance », elle va reprendre ses habits « de travail » et se poster près d'un arrêt de bus de l'avenue. " Il est temps de trouver des alternatives " Gift fait partie de la vingtaine de jeunes femmes qui se prostituent à Poitiers. Un accueil à Poitiers-Sud « J'avais stocké chez moi, pendant un an, tous ces petits cartons d'emballage de préservatifs, révèle Emma Crews. Ce soir-là, la photographe Meli a aussi immortalisé l'instant. VIDEO. À savoir Un appel " à compétences bénévoles " Penny White : Un mot de remerciement aux féministes « carcérales/sexe-négatives » - Collectif Libertaire Anti-Sexiste. Par Penny White, texte initialement publié sur le site Feminist Current.

Quand mon père me violait durant les années 70, j’ai cherché une bonne raison de ne pas me suicider. J’en ai trouvé une dans le féminisme de la seconde vague. Les héroïnes de cette époque m’ont offert une autre image de moi-même, celle d’une femme puissante et capable de changer sa vie. Quand tout mon entourage prétendait que le viol était simplement un aspect de la vie d’une femme (comme la grossesse non désirée) et que se faire cracher dessus et intimider par un mari était inévitable (sous prétexte que « les hommes sont comme ça, c’est tout »), j’ai vu ces étonnantes féministes prouver que tous ces gens avaient tort. Les féministes de la seconde vague se sont battues pour faire du viol conjugal un crime et elles ont gagné.

Les féministes de la seconde vague m’ont montré que les femmes n’étaient pas obligées d’être passives, que nous pouvions nous lever, nous défendre, et réclamer justice. Penny White 4 Ibid. Être et être achetée: Une entrevue avec Kajsa Ekis Ekman. Kajsa Ekis Ekman. Extraits d’une interview de Kajsa Ekis Ekman, auteure du livre L’être et la marchandise.

Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi (Montréal, M Éditeur, 2013). « Mon nom est Kajsa Ekis Ekman et je suis suédoise, écrivaine, militante et j’écris pour un magazine anarchiste appelé BRAND. J’écris également dans des quotidiens des critiques sur divers livres et idées. Je suis en train d’écrire un livre sur la Grèce et sur la crise grecque, mais avant cela, j’ai écrit un livre sur la prostitution et la maternité de substitution. Je suis à ce festival pour parler de la prostitution et de ce pourquoi je pense que les Hollandaises et Hollandais doivent changer leur politique sur la prostitution parce qu’en ce moment, il est tout à fait légal de tenir un bordel et d’aller y acheter du sexe et ainsi de suite. Oui, je pense que c’est une opinion très répandue.

Les hommes qui achètent du sexe constituent le problème de base. Absolument. Alors, que pouvons-nous faire pour aider ? Puritaines? Vraiment? Par Sporenda Il est pratiquement impossible de trouver un article défendant la prostitution où ne figure pas le qualificatif de « puritaines » employé pour désigner les abolitionnistes. Bien sûr, la plupart de ceux qui lancent ce mot dans le débat n’ont pas la moindre idée de ce qu’était le puritanisme historique et semblent croire que ce mot est synonyme de répression sexuelle et de croisade contre la prostitution. Dans le contexte actuel où le vote de la loi Olivier a exacerbé ces accusations de puritanisme, il est important d’examiner la relation entre puritanisme et prostitution et en particulier de déterminer si les Puritains étaient aussi opposés à la prostitution et aussi « réprimés sexuellement » que semblent le croire les anti-abolitionnistes.

En Grande-Bretagne, l’ère victorienne — qui consacre le triomphe des valeurs familiales bourgeoises en réaction aux « mœurs licencieuses » de l’aristocratie sous la Régence- est considérée comme l’ère puritaine par excellence. Et donc : La prostitution, atteinte globale à la dignité humaine. Depuis de longues années, les « entrepreneurs » du marché du sexe font pression pour obtenir une reconnaissance économique de la prostitution, et de toutes les formes d’activités qui y sont associées, comme « travail sexuel ». L’orientation prise par Amnesty international en août intervient ainsi dans la continuité d’une tendance plus générale à légitimer la prostitution en tant que travail. Dans sa « Ligne de conduite relative à l’obligation des États de respecter et protéger les droits humains des travailleurs et travailleuses du sexe et de les laisser exercer ces droits », le bureau international d’Amnesty sous-estime gravement les violations et la violence que les personnes prostituées subissent.

Même s’il était possible de supprimer l’élément criminel qui contrôle le marché du sexe, cette « solution » peut être comparée à une tentative de réglementation de l’esclavage en tant qu’industrie. Or l’abus, c’est l’esclavage, c’est la prostitution, en tant que tels. L'utopie libérale du service sexuel, par Mona Chollet (Le Monde diplomatique, septembre 2014) Les « travailleurs du sexe » qui militent pour la légalisation de leur activité insistent souvent sur le fait qu’ils sont indépendants et n’ont pas de proxénète. Ce discours tend à faire oublier les profits colossaux engendrés, dont les intéressées sont souvent les dernières à voir la couleur — quand elles la voient (1). Agences de voyages, sociétés de transport, hôtels et autres intermédiaires, sans même parler des trafiquants, en bénéficient largement. Dans le monde économique français, la pratique de la « chambre garnie » permet de conclure un grand nombre d’affaires. Les grandes entreprises du secteur de l’eau, par exemple, ont abondamment utilisé les services de call-girls pour tenter de remporter les marchés auprès des élus (2).

La Belgique, l’Espagne, l’Italie et le Royaume-Uni ont décidé il y a peu d’inclure la prostitution, en même temps que le trafic de drogue, dans le calcul de leur produit intérieur brut (PIB), indicateur stratégique s’il en est. Le piège de la légalisation. Les anarchistes et la prostitution : perspectives historiques. L’auteur tient à remercier Mélissa Blais, Claudia Bouchard, Fanny Bugnon et Elsa Galerand, pour avoir lu et commenté des versions préliminaires de ce texte, ainsi que les personnes l’ayant évalué anonymement pour la revue Genre, Sexualité et Société.

Merci aussi à Marianne Enckell, responsable du Centre international de recherches sur l’anarchisme (CIRA) de Lausanne, et à Hellyette Besse, du Jargon libre à Paris, pour avoir fourni de la documentation pertinente pour cette recherche. « Le gouverné, le trompé, l’exploité, la prostituée et ainsi de suite, blessent avant tout nos sentiments d’égalité.C’est au nom de l’Égalité que nous ne voulons plus ni prostituées, ni exploités, ni trompés, ni gouvernés. »Pierre Kropotkine, La morale anarchiste 1De vifs débats animent aujourd’hui les réseaux féministes, à propos du « travail du sexe » ou de la « prostitution », et l’usage de ces termes suffit parfois à préciser les alliances et les oppositions1. Prostitution et engagement proféministe. [J’avais proposé une version de l’article suivant à une revue papier, de tendance plutôt marxiste, matérialiste – d’où certaines préoccupations dans le contenu de mon texte – comme finalement il n‘y sera pas publié, je l’affiche ici.

Je tiens à remercier pour leur relecture attentive : quelques anonymes, Mélanie Jouitteau, Martin Dufresne, Pierre-Guillaume Prigent et plus particulièrement Gloria Casas Vila, qui est à l’origine de ce texte. Cet article leur doit énormément. Le contenu reste de ma seule responsabilité. (L’article en format pdf: prostitution-engagement proféministe) yeun l-y] L’abolition de la prostitution est un projet défendu depuis des décennies par de nombreuses féministes. Le rôle des hommes de gauche a rarement été analysé par d’autres hommes de gauche, « proféministes » ou « antimasculinistes ». Féministes s’inscrit dans une démarche « pro-travail du sexe » et que Schaffauser peut s’en inspirer. Peu d’hommes s’engagent contre le système prostitutionnel. Conclusion. Les aidants sexuels ou perpétuer la ghettoïsation. L’aidant sexuel selon une femme handicapée. Prostitution et engagement proféministe.

– Kajsa Ekis Ekman : « La prostitution c’est l’ennemi de la libération sexuelle  – Décrypter le langage proxénète : itv de Rebecca Mott par Sporenda. Louise Michel, la Commune de Paris et la prostitution. Féminisme pro-sexe | Remember, resist, do not comply. Inclassable n°3, Prostitution : liberté sexuelle ou liberté de consommer du sexe ? - Collectif Libertaire Anti-Sexiste. Prostitution : "Je ne suis personne. Je suis déjà morte 20 fois, 30 fois" – Punish the sex buyers/Sanctionnez les prostitueurs (En/Fr) Prostitution : pour blanchir l’agresseur, la victime doit se dire consentante | Remember, resist, do not comply. PROSTITUTION : L’abolitionnisme pour les nulLEs | Les efFRONTé-e-s. – La guerre de l’industrie du sexe contre les féministes. Lobbys pro prostitution/Pro prostitution lobbies (in French & English) on Pinterest | Amnesty International, Lobbies and Sex. Lettre à l’homme qui m’a agressée sexuellement il y a un an — Urbania. Prostitution : les jeunes sont des proies. Le "travail du sexe" n'est que souffrance.

Prostitution : faire partie de la clientèle?: La prostitution, parlons-en! Arguments et contre-arguments. Prostitution : faire partie de la clientèle?: Les excuses des acheteurs de sexe, par Simon Häggström, chef de la brigade antiprostitution de Stockholm - In English also. J'étais client - Dailymotion. Se prostituer : Définitions … La prostitution n'est ni du travail ni du sexe. Le discours des abolitionnistes tue les femmes | jeputrefielepatriarcat. – « A tous les niveaux, la prostituée est mise en pièces, physiquement et psychologiquement  itv de M.Chaleil par Sporenda | « Inclassable n°3, Prostitution : liberté sexuelle ou liberté de consommer du sexe ? - Collectif Libertaire Anti-Sexiste. « Payer pour ça » : un retour déconcertant dans la sexualité des jeunes. Féminisme radical vs pro-sexe (2)

Prostitution : faire partie de la clientèle?: Petite analyse critique du Manifeste d’Espace P. Les mirages de la prostitution 2015. – « Pretty Woman » : 25 ans de mensonges au sujet de la prostitution. – Qu’est-ce que le STRASS ? Qui est légitime de parler de prostitution? | Journal mobiles, Saint-Hyacinthe. Rachel Moran : « La prostitution n’est pas le lieu où opère le trafic mais la cause du trafic sexuel  | «A dire d'elles. Prostitution : le Sénat recule, l’abolition marche ! | A dire d'elles. Kajsa Ekis Ekman. « Elles ne savent pas que la réalité c’est des insultes, des claques, “des coïts vulgaires” » - « Dans la prostitution l’être humain est déshumanisé  | « Prostitution en France : faut-il pénaliser les clients ? (Partie 2) - #DébatF24. Tribune de médecins : "Dépénaliser les prostitué(e)s, pénaliser les acheteurs de sexe!" VIOLENCES SEXUELLES. Prostitution en France : faut-il pénaliser les clients ? (Partie 1) - #DébatF24. Les "clients"

Pourquoi abolir la prostitution est un combat féministe du 21e siècle. "Ce sont les acheteurs de sexe qu’il faut pénaliser" Prostitution : Une action choc pour les femmes en vitrine d'Amsterdam. Nos filles seront-elles des putes comme les autres ? - « L’idée qu’il est acceptable pour les hommes handicapés d’acheter des rapports sexuels est ancrée dans la misogynie et le validisme  | « Biard dans Charlie Hebdo | Zéromacho. 124_actusP6_7.pdf. Maudy Piot: l'assistanat sexuel c'est de la prostitution ! - Sexualité (3585) Handicapé, votre vision de ma vie sexuelle me donne envie de crier. Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains. Prostitution : le consentement dissymétrique | Le blog de Christine Delphy. Violence sexuelles : les Sans Voix, le teaser de la campagne Stop au déni. "Droit aux putes" - le billet de Nicole Ferroni - 13 nov 2013. Je ne suis pas client de la prostitution.

SURVIVRE À LA PROSTITUTION ET À L'ADDICTION. Clip de campagne du LEF 'Pas à vendre' part 1 (2006, LEF-CATW) Conte de putes / mouv' Faq. 5) La maman et la putain sont deux tours jumelles. · l’oeil dans le pli. VIOLENCES SEXUELLES. ABOLITION DU SEXAGE. Votre libération sexuelle est notre mise à mort | Survivantes Révolutionnaires. Entendre les femmes dans la prostitution avec Shanie. DSK au centre du procès du Carlton. Abolir le système prostitueur pour réaffirmer les droits humains. L’esclavage est-il un métier ? Prostitution. "Droit aux putes" - le billet de Nicole Ferroni - 13 nov 2013. Fantasme de prostitution ? aux limites de la logique. Nier la violence de la prostitution, c’est la cautionner. Dossier prostitution : Les « clients » : Ce très ordinaire désir de domination. "Ce sont les acheteurs de sexe qu’il faut pénaliser"

Regardons la prostitution telle qu'elle est. Antisexisme - Certaines féministes sont contre l’ordre moral… tout contre. Liens. Contre la prostitution. "Mais qu'est-ce que je fous ici ?" : moi, ex-client de prostituées, devenu abolitionniste. Prostitution: inconfortablement d’accord avec le gouvernement Harper. Chimeres - Petit glossaire de la prostitution. Prostitution.