background preloader

Ukraine

Facebook Twitter

Ukraine : l’OTAN admet qu’il n’y a aucunes troupes russes dans l’est du pays. Le général américain Philip BREEDLOVE, Commandant en Chef des forces de l’OTAN, parlant à Kiev mercredi 26 novembre a fait une déclaration importante, qui bien entendu a été passée sous silence dans une grande part de la presse française.

Ukraine : l’OTAN admet qu’il n’y a aucunes troupes russes dans l’est du pays

Parlant de la présence possible de troupes russes dans la partie de l’Ukraine qui est sous le contrôle des forces insurgés il a précisément dit : « The numbers that we have been using for some weeks haven’t really changed much – between eight to ten battalion task groups on the border, but that’s not the important part, » [Les nombres dont nous disposons depuis plusieurs semaines n’ont pas réellement beaucoup changé – entre 8 et 10 bataillons « task groups » sur la frontière, mais ce n’est pas la partie importante].

Les mots ont un sens. Les documents du financement américain et de la formation de l’armée ukrainienne. Le Canada complice des crimes commis en Ukraine. Que se passe-t-il vraiment en Ukraine ?

N certain nombre de documents sont en train de sortir, sur la réalité de l’aide militaire Américaine, et de ce que les Ukrainiens voudraient qu’elle fut. Les Américains sont repartis en Ukraine comme en Afghanistan, avec les Stinger et tout et tout (même si quand même, un doute doit exister sur l’authenticité de ces documents, qui auraient été dérobés aux Américains). En tout état de cause, et c’est la raison fondamentale du naufrage de la diplomatie occidentale et Européenne, bon nombres d’occidentaux ont été absolument convaincus par l’OTAN que ce sont bel et bien les troupes Russes qui se battent en Ukraine, et donc demande le retrait de choses qui n’y sont pas. Sauf que en face, c’est en fait des Ukrainiens qu’ils ont, et c’est eux qui se battent, effectivement avec des Russes, mais qui sont venus de leur propre chef, et que la Russie n’a en fait pas pu ou souhaité dissuader. De toute manière, et depuis la reconduction récente par la Rada de Iatseniouk (qui détient la réalité du pouvoir), les choses ne peuvent que très mal tourner. Tourchimov va aussi probablement être reconduit, ce qui signifiera que Porochenko sera relégué à un role purement protocolaire, on ne le verra plus que pour les célébration de la (fausse) mémoire de l’holomodor Ukrainien. On a donc une coalition dont la seule cohérence réside dans la politique de détestation de la Russie, le véritable ciment de tout ces zinzins, et accessoirement ce qui permet de tenir au calme le reste du pays, tant qu’il ne fait pas trop froid et que les gens ne comprennent pas par qui ils sont gouvernés. – nadine1111

Pourquoi ce pays dont on n’entendait jamais parler est devenu subitement le centre des grands débats, le prétexte des sanctions contre la Russie et le foyer d’une guerre civile qui a déjà fait plus de 4000 morts et de 9000 blessés ?

Le Canada complice des crimes commis en Ukraine

Le Président, légitimement élu, a été chassé du pouvoir par une révolution couleur menée par des groupes nazis, largement soutenus financièrement et militairement par Washington et les pays de l’OTAN. On se souviendra de cette conversation téléphonique entre l’ambassadeur des États-Unis en Ukraine et l’assistante du secrétaire d’État en poste à Washington. What Did US Spy Satellites See in Ukraine? Exclusive: The U.S. media’s Ukraine bias has been obvious, siding with the Kiev regime and bashing ethnic Russian rebels and Russia’s President Putin.

What Did US Spy Satellites See in Ukraine?

But now – with the scramble to blame Putin for the Malaysia Airlines shoot-down – the shoddy journalism has grown truly dangerous, says Robert Parry. By Robert Parry In the heat of the U.S. media’s latest war hysteria – rushing to pin blame for the crash of a Malaysia Airlines passenger jet on Russia’s President Vladimir Putin – there is the same absence of professional skepticism that has marked similar stampedes on Iraq, Syria and elsewhere – with key questions not being asked or answered. The dog-not-barking question on the catastrophe over Ukraine is: what did the U.S. surveillance satellite imagery show? Russian-made Buk anti-missile battery. Yes, there are limitations to what U.S. spy satellites can see. So why hasn’t this question of U.S. spy-in-the-sky photos – and what they reveal – been pressed by the major U.S. news media?

Crash du vol MH17 : mis au pied du mur, que va faire Poutine ? L'heure de vérité est arrivée.

Crash du vol MH17 : mis au pied du mur, que va faire Poutine ?

Après des années d'hésitations, d'atermoiements, de lâcheté aussi, envers Poutine et son régime, les grands pays occidentaux ont enfin décidé de mettre le maître du Kremlin au pied du mur. Soit il reconnaît l'implication, même indirecte, de son pays de l'effroyable catastrophe du vol MH 17, et dans la déstabilisation de l'Ukraine, et il sera - peut-être - possible de retisser des liens entre Moscou et l'Occident. Soit il refuse et les relations entre la Russie et nous "changeront radicalement", comme le dit le Premier ministre Cameron dimanche 20 juillet dans le "Sunday Times". Que va faire Poutine ? Sauf miracle, il est difficile d'imaginer qu'il reconnaisse la moindre culpabilité et recule. Le début d'une nouvelle ère ? Pour tenter de préserver son prestige intérieur, Poutine n'a d'autre choix que de faire croire à son peuple à une nouvelle réalité virtuelle, à un complot international destiné à freiner la Russie dans sa marche vers la Grandeur.

Avion MH17 juillet 2014

Poutine baisse les armes aux frontières de l'Ukraine. Le président russe Vladimir Poutine a demandé mardi au Parlement de lever l’autorisation d’intervenir militairement en Ukraine, qu’il avait sollicitée en mars, a indiqué le Kremlin cité par les agences.

Poutine baisse les armes aux frontières de l'Ukraine

Le président a «proposé au Conseil de la Fédération [chambre haute] d’annuler la décision du 1er mars sur le recours à l’armée russe en territoire ukrainien», a déclaré le porte-parole de Poutine, Dmitri Peskov. Cette décision a été prise «dans le but de normaliser la situation» en Ukraine, a-t-il également indiqué. UKRAINE. L'homme le plus riche du pays soutient Kiev. Un tournant ? L'homme le plus riche d'Ukraine, homme fort dans l'Est en proie à une insurrection armée pro-russe, a appelé ses ouvriers à manifester contre les séparatistes, un possible tournant dans la crise ukrainienne.

UKRAINE. L'homme le plus riche du pays soutient Kiev. Un tournant ?

Le basculement de Rinat Akhmetov, qui marchait en équilibriste sur le fil de la crise et ménageait les autorités de Kiev et les séparatistes, pourrait être lourd de conséquences dans l'Est où sa holding est le premier employeur grâce à ses actifs dans la métallurgie, le charbon ou la banque. Il possède également le club de football du Shakhtar Donetsk, dont les supporters jouent un rôle important dans la région. Ukraine : la CIA en sous-main ? L'offensive militaire surprise du nouveau pouvoir ukrainien pour reprendre l'est du pays livre ses premiers secrets.

Ukraine : la CIA en sous-main ?

Deux jours après le lancement de l'opération de reconquête de la ville de Slaviansk pour la "libérer" du joug des séparatistes pro-russes, l'hebdomadaire allemand Bild am Sonntag affirme que des dizaines de spécialistes du renseignement américain conseilleraient en sous-main le nouvel exécutif ukrainien, né de la chute de l'ex-président ukrainien et pro-russe Viktor Ianoukovitch, en février dernier. À en croire l'édition dominicale du quotidien Bild, qui cite des sources du renseignement allemand, ces agents de la CIA et du FBI, qui ne seraient toutefois pas présents sur le terrain, aideraient Kiev à venir à bout de l'insurrection pro-russe ainsi qu'à mettre en place un dispositif de sécurité efficace.

"Déstabilisation russe" (expert) L’Ukraine, la proie d’une cruelle arnaque géostratégique et économique. Brzezinski, l’Europe, l’Otan, Le Grand Échiquier (pdf) : déstabiliser l’Ukraine, avancer les pions, coïncer la Russie La Crimée est la péninsule (ou presqu’île) en jaune, dans la Mer Noire (Black Sea), au sud de l’Ukraine.

L’Ukraine, la proie d’une cruelle arnaque géostratégique et économique

(Source de la carte: Géopolitique, esprit-europeen.fr : revue indépendante de débat et d’intérêt général européen. Cliquer.) Brzezinski_zbigniew__le-grand-echiquier. L'est de l'Ukraine sur le point de basculer en Russie. Après la perte de la Crimée absorbée par la Russie, l'Ukraine restait confrontée mardi à une menace de sécession de l'Est russophone où les pro-russes ont proclamé une "république souveraine" et réclamé leur rattachement à la Russie.

L'est de l'Ukraine sur le point de basculer en Russie

Mardi, le président François Hollande devait recevoir à Paris le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, qui a récemment jugé "incroyablement inquiétante" la présence massive de troupes russes le long de la frontière ukrainienne. De leur côté, les États-Unis ont appelé le président russe Vladimir Poutine à cesser de "déstabiliser" l'Ukraine, accusant Moscou d'"orchestrer" les manifestations pro-russes dans l'Est ukrainien, tout en proposant une réunion quadripartite entre Américains, Russes, Ukrainiens et Européens. Attention aux fausses infos ! Ukraine: des barbouzes russes ou des miliciens cosaques ? @VICE News La ville de Kramatorsk, dans l’Est de l’Ukraine, est le théâtre de sanglants affrontements entre activistes pro-russes et militaires ukrainiens.

Ukraine: des barbouzes russes ou des miliciens cosaques ?

Selon le gouvernement ukrainien, l’un des combattants séparatistes de Kramatorsk serait un officier des forces spéciales russes. Pour étayer ses accusations, Kiev a communiqué des « preuves » aux Etats-Unis, dont une série de photos publiées dans le New York Times montrant le soldat incriminé sur le terrain, d’abord en Géorgie en 2008, puis à Kramatorsk en 2014. Le journaliste Simon Ostrovsky, reporter pour VICE News, est allé à la rencontre de cet homme. Comprendre les frontières de l'Ukraine en 2 minutes.

Crimee

Ukraine : l'Europe a-t-elle loupé le coche? Des manifestants sous une pluie de matraques, une opposition qui a choisi de former samedi "un état-major de résistance nationale" pour "renverser le régime par des moyens pacifiques", une Union européenne désarçonnée "qui suit de près la situation" : tout indique que l'on vient d'entrer avec l'Ukraine et ses 45 millions d'habitants dans l'œil du cyclone, face à une Russie qui s'impose une fois de plus par la force. L'Ukraine était pourtant le mois dernier sur le point de signer un accord d'association avec l'Union européenne après des mois de négociation intense.