background preloader

Sarkozy président ump 2014

Facebook Twitter

Sarkozy fragilisé par la législative du Doubs : le président de l'UMP est déjà dos au mur. Nicolas Sarkozy en meeting à Tourcoing, le 28 janvier 2015 (S.

Sarkozy fragilisé par la législative du Doubs : le président de l'UMP est déjà dos au mur

VANSTEENKISTE/SIPA). Les télés nous ont offert une bien étrange couverture de l’élection législative partielle de Montbéliard. Comme si ni les reporters sur le terrain, ni les commentateurs en studio à Paris, ne savaient comment éclairer les résultats de cette consultation obscure. Comment évaluer ce classement qui place le FN en tête avec quatre points de moins qu’aux dernières Européennes de 2014 mais dix de plus qu’aux législatives de 2012, et sauve le PS, qu’on disait moribond, d’une élimination dès le premier tour ?

Avouons-le, le résultat est difficile à interpréter sérieusement avec une participation aussi faible, mais son traitement par les journalistes est révélateur, à lui seul, de la mauvaise santé de notre démocratie. Le regard névrotique des médias Dimanche soir, on a vu des envoyés spéciaux nous parler de "surprise". Est-ce "l’effet Charlie" qui a flotté sur cette circonscription ouvrière du Grand Est doubiste ? Législative dans le Doubs, l'UMP éliminée : l'échec personnel de Nicolas Sarkozy. Frédéric Barbier lors du premier tour de l'élection législative partielle du Doubs.

Législative dans le Doubs, l'UMP éliminée : l'échec personnel de Nicolas Sarkozy

(S. BOZON/AFP) Ce devait être du gâteau pour Nicolas Sarkozy. Selon un scénario couru d’avance, Charles Demouge, le candidat UMP à la législative partielle du Doubs aurait dû bénéficier du rassemblement inespéré de la droite, de l’effondrement de la gauche et de la décrédibilisation de François Hollande pour éliminer le candidat du PS. Une lourde défaite Du gâteau, on nous disait. Sauf que le sort en a décidé autrement et si la candidate FN est arrivée largement en tête comme prévu, Charles Demouge a bel et bien mordu la poussière, terrassé contre toute attente par le candidat socialiste. Désaccord à l'UMP sur la "guerre contre notre civilisation" de Sarkozy.

Effectifs de police : Nicolas Sarkozy à l'épreuve des chiffres.

Du grand art et du grand Sarkozy… Question : « Les effectifs ont baissé durant votre quinquennat ? » Réponse : « Non ils ont augmenté entre 2002 et 2011 » Donc un quinquennat de 9 ans qui s'arrête en 2011, j'ai dû rater des épisodes... Entre 2008 et 2012 13000 suppressions de postes dans la police et la gendarmerie ! Un document validant cette diminution existe (document signé par Michèle Alliot-Marie et JC Delage du syndicat Alliance qui validait ces suppressions de postes) Si l'on s'en tient au passage de Nicolas Sarkozy à l'Élysée, les effectifs ont bien baissé, comme l'indique un rapport parlementaire paru à l'automne dernier. En 2007, la Police Nationale comptait 149.965 postes pourvus, équivalents à des temps pleins. Cinq ans plus tard, il n'en restait que 143.872, soit une baisse effective de 6 093 postes. Sur Twitter, le responsable du syndicat Unité SGP Police FO Nicolas Comte va plus loin et pointe 13.000 suppressions de postes dans la police et la gendarmerie entre 2008 et 2012. – nadine1111

Face à Sarkozy, Pujadas ne fait, une fois d eplus, pas son travail ! "Charlie Hebdo", ego, terrorisme : Nicolas Sarkozy a raté le rendez-vous de l'histoire. Nicolas Sarkozy, au rang des chefs d'État, lors de la Marche républicaine du 11 janvier à Paris (MEIGNEUX/SIPA) Nicolas Sarkozy ignore que l'histoire est tragique, même quand elle s'écrit sous son nez.

"Charlie Hebdo", ego, terrorisme : Nicolas Sarkozy a raté le rendez-vous de l'histoire

Je Suis Nico. Sarkozy installe une crèche à l'UMP : derrière la provocation, une offense aux catholiques. Nicolas Sarkozy aux obsèques de Jacques Barrot à Paris, le 8 décembre 2014 (K.

Sarkozy installe une crèche à l'UMP : derrière la provocation, une offense aux catholiques

TRIBOUILLARD/AFP). Un député UMP réclame à Sarkozy une commission sur la transparence - L'Obs. Jean-Pierre Raffarin se range au côté d'Alain Juppé. Popularité: Sarkozy au plus bas, Juppé au plus haut, Hollande et Valls reprennent des couleurs [EXCLU YOUGOV] PRESIDENCE DE L'UMP - Grand vainqueur de la course à la présidence de l'UMP, Nicolas Sarkozy semble en revanche avoir perdu la bataille de l'image dans l'opinion.

Popularité: Sarkozy au plus bas, Juppé au plus haut, Hollande et Valls reprennent des couleurs [EXCLU YOUGOV]

Comme le révèle le baromètre des personnalités YouGov de ce mois de décembre, réalisé en exclusivité pour Le HuffPost et Itélé, l'ancien président de la République enregistre une nouvelle dégringolade de sa cote de popularité sur un mois. Pour la première fois, il se place dans notre Flop5 des cinq personnalités politiques les moins appréciées des Français, au côté de Jean-François Copé et de Jean-Marie Le Pen. Premier élément de nuance, ce sondage a été réalisé entre le 27 et 28 novembre dernier, soit précisément à la veille des résultats du scrutin pour la présidence de l'UMP. Il est donc fort probable que l'image de Nicolas Sarkozy va encore fortement évoluer dans les semaines qui viennent. VIDÉO. Nicolas Sarkozy sur TF1 : comment il a (encore) ridiculisé Claire Chazal.

"Merci à la speakerine".

VIDÉO. Nicolas Sarkozy sur TF1 : comment il a (encore) ridiculisé Claire Chazal

Au point où il en était Nicolas Sarkozy aurait pu gratifier en ces termes reconnaissants son hôte du 20 heures de TF1. Un journaliste malicieux s’en est chargé sur Twitter (le tweet original a depuis disparu). En quatre mots et vingt petits signes, il a assassiné, comme nombre d’internautes, l’absence journalistique qui a caractérisé le passage du président de l’UMP sur sa chaîne préférée : celle de son ami Martin Bouygues. RT“@ArLeparmentier: Merci à la speakerine” — Xavier Pennec (@xpennec) 30 Novembre 2014 Il était de retour chez lui, dans ses meubles, et il a fait sentir d’emblée à son interlocutrice qu’elle n’était là – au mieux – que pour jouer un rôle de faire-valoir. Elle avait une revanche à prendre L'"invité" aurait mis les pieds sur la table qu’il aurait été à peine plus dérangeant. UMP: le comité des "ex" imaginé par Sarkozy prend déjà l'eau.

[EXCLUSIF] Un duo Balladur-Villepin en guise d'image du rassemblement?

UMP: le comité des "ex" imaginé par Sarkozy prend déjà l'eau

Nicolas Sarkozy s'imaginait un peu plus entouré pour son retour aux manettes. Le nouveau président de l'UMP doit pourtant composer avec les réticences de ses "amis". Dimanche soir, sur TF1, il a officialisé son intention de créer un comité des anciens premiers ministres, ne lâchant qu'un nom, celui de son ex-pire ennemi, Dominique de Villepin. Edouard Balladur est également partant.

UMP Bureau 2014