background preloader

Laïcité

Facebook Twitter

Pour Houellebecq, "la laïcité est morte, la République est morte" : non, certainement pas. Michel Houellebecq dans un restaurant le 25 novembre 2014. (L. BONAVENTURE/AFP) Sans juger d’une œuvre littéraire, nous réagissons uniquement aux propos que M. Houellebecq a tenus à propos de la laïcité et des religions. À l’occasion d’une interview parue dans l’hebdomadaire "L’Obs", Michel Houellebecq déclare : "Aujourd'hui l’athéisme est mort, la laïcité est morte, la République est morte".

L’écrivain parle donc au présent de sa perception de la réalité. Il n’est ici ni dans la fiction ni dans l’anticipation. Un aveuglement inquiétant S’il n’est pas question de nier (encore qu’il faudrait l’évaluer), en temps de crise, un retour à certains conservatismes, notamment religieux, en conclure qu’à la fois la République, la laïcité et l’athéisme seraient morts nous semble être le signe d’un aveuglement inquiétant. La France n’a sans doute jamais connu autant d’athées et d’agnostiques. La France n’est ni une monarchie, ni une théocratie, ni un gouvernement militaire.

M. Sarkozy installe une crèche au siège de l'ump. Sarkozy installe une crèche à l'UMP : derrière la provocation, une offense aux catholiques. Nicolas Sarkozy aux obsèques de Jacques Barrot à Paris, le 8 décembre 2014 (K. TRIBOUILLARD/AFP). Nicolas Sarkozy est ravi, de la crèche il fait un combat politique. Comment interpréter différemment l'installation ostensible, et médiatisé, d'une crèche dans le hall d'entrée de l'UMP ? Surtout en en ces temps où règnent sur le "Grand journal" de Canal Plus les amis Robert Ménard (l'inventeur de la polémique sur les crèches dans les enceintes républicaines, avec le sénateur de Vendée Retailleau) et Natacha Polony débattant du cas de leur ami Éric Zemmour sous les yeux de l'ami Antoine de Caunes, à la ligne éditoriale désormais plus "Rock Around the Bunker" qu'"Enfants du rock".

Donc, une crèche (assez laide au demeurant) orne le hall d'entrée de l'UMP. Un cadeau d'Éric Ciotti, dit-on, qui le tenait lui-même des habitants du petit village provençal de Luceram. La néo-laïcité, conçue comme une arme identitaire et culturelle L'UMP a choisi son camp. Que nous dit une crèche ? Crèches de Noël interdites: "Le tribunal respecte la tradition républicaine" Polémique sur les crèches de Noël : le Grand Orient veut une laïcité sans faille. Béziers : malgré une lettre du préfet, Robert Ménard garde sa crèche de Noël.

Le maire de Béziers, soutenu par le FN, Robert Ménard veut conserver la crèche de Noël installée dans sa mairie, malgré une lettre du préfet l'enjoignant "à reconsidérer son projet" parce qu'il contrevient aux principes de laïcité, a-t-il déclaré à l'AFP jeudi. Le préfet de l'Hérault "me demande de reconsidérer mon projet dans son principe ou dans ses modalités.

J'ai choisi les modalités. J'ai placé cette crèche dans le cadre de l'ensemble de la politique culturelle de la ville des fêtes de fin d'année", a répondu M. Ménard, ajoutant qu'il avait envoyé un courrier au préfet et qu'il attendait "désormais son avis". Le conseiller municipal Aimé Couquet (FG) avait adressé fin octobre une lettre au préfet de l'Hérault sur ce projet.

« Les crèches de Noël dans les collectivités publiques sont bien des emblèmes religieux : Le Tribunal administratif de Nantes donne raison à la Libre Pensée ! » A Melun, le Maire UMP qui a reçu plusieurs courriers de la part de plusieurs associations qui protestaient contre la présence dans un espace officiel d'une crèche de Noël religieuse continue sur sa lancée (se reporter à l'image jointe à l'article) Il ignore ce qu'est la laïcité Nous verrons ce qu'en dira le tribunal administratif !

Celui de Nantes a pris une position de rappel ferme aux principes républicains de séparation des églises et de l'Etat. Le texte du communiqué suivant qui émane de la Fédération Nationale de la Libre Pensée est clair (le titre de l’article reprend celui du communiqué). Il montre que l’installation d’une crèche de Noël par une collectivité territoriale donc publique est en violation avec les règles de la République. D’autres tribunaux administratifs, saisis eux aussi vont se positionner. « Le Conseil général de Vendée installe chaque année une crèche de Noël au siège du Département. La Libre Pensée l’a donc déféré au Tribunal administratif. . « 3. 4. 5. Grandes Ecoles : l'Elysée accusé d'avoir fait un concours spécial pour des juifs - Politique.

Des sessions ultra-secrètes au concours commun (Mines et Ponts), et au concours de Centrale et Supélec pour une dizaine d'étudiants juifs ? C'est l'idée qui serait née dans l'esprit du chef de l'Etat, au moment même où il organisait le débat sur la laïcité, apprend-on, mardi 12 avril, sur Mediapart. D'après le site d'information, c'est ce qui devrait se passer les 20 et 26 avril prochains, jours de la Pâque juive. La première date correspond au premier jour du concours commun (du 20 au 22 avril) et la seconde au premier jour des concours de Centrale et Supélec (du 26 au 29 avril).

Alors que 13.000 autres candidats au concours plancheront le 20 avril dès 8 heures du matin, une dizaine d'étudiants juifs, en ayant fait la demande, seront confinés jusqu'au soir sous étroite surveillance afin qu'aucune information concernant le concours de la journée ne leur parvienne. Ils débuteront leur épreuve à 22 heures et la termineront à 2 heures du matin. Contraire à la loi ? Politique : Les propositions de l'UMP pour défendre la laïcité. Des dispositions législatives sur le sujet seront annoncées la semaine prochaine, en Conseil des ministres. Pour sortir par le haut d'un débat qui empoisonne le climat dans la majorité depuis des semaines, la direction de l'UMP s'est entourée de précautions en élaborant les 26 propositions qu'elle présentera mardi après-midi à l'issue de sa convention sur la laïcité.

Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, a annoncé lundi que certaines d'entre elles donneraient lieu à une traduction législative dès «la semaine prochaine» , en Conseil des ministres. L'intitulé souvent aride des propositions du parti s'explique par son souci d'offrir une réponse juridiquement inattaquable à des problèmes qui se posent au quotidien. La question des prières dans les rues est également traitée. Pour financer de nouveaux lieux de culte, le parti présidentiel souhaite généraliser la pratique des «baux emphytéotiques avec option d'achat» et du «recours aux garanties d'emprunt par des collectivités locales».

Copé: lettre à un ami musulman. Mon cher ami, Voilà des années que nous évoquons ensemble la difficulté des musulmans en France à faire comprendre leur foi, défigurée dans l'opinion par des comportements radicaux ultraminoritaires. Voilà des années que nous déplorons tous les deux le mélange d'incompréhensions, de peurs, de caricatures qui domine au sujet de l'islam, à tel point que beaucoup de nos compatriotes considèrent à présent que "les musulmans ne sont pas bien intégrés" ou, pire, que "la communauté musulmane est une menace". Je devine la peine immense que vous devez éprouver en constatant cela. Vous dont le grand-père est tombé en héros à Verdun, avec 70 000 frères d'armes de confession musulmane venus défendre la France. Vous qui êtes pleinement français et si fier de l'être, conjuguant, comme tant d'autres, foi religieuse et attachement à la République. Hier, vous m'avez dit votre perplexité à l'égard de ce "fichu débat" - ce sont vos mots - que l'UMP a lancé sur la laïcité.

Alléger le fardeau. Réponse d'un "ami musulman" à la lettre de Jean-François Copé. Jean-François Copé arrive au siège de l’UMP pour une conférence de presse après le premier tour des cantonales, le 21 mars 2011 (Benoît Tessier/Reuters). Cher Jean-François, J’ai lu avec grand intérêt la lettre que tu m’as adressée dans L’Express et, puisque nous sommes désormais amis, permets-moi de te tutoyer et de te dire les choses en toute franchise. D’abord je dois te confier que chez moi (en France avant que tu demandes), ce n’est pas comme ça que l’on traite ses amis. On ne fait pas un débat pour savoir comment nos amis devraient s’habiller ou s’exprimer. On ne se sert pas non plus de ses amis pour gagner des élections. Tu dis vouloir m’aider à combattre les préjugés à mon sujet, mais c’est toi qui les alimentes à chaque fois que tu prononces les mots islam, menace et laïcité dans la même phrase.

Qui « défigure » l’islam ? Plus loin dans ta lettre, tu parles de mon grand-père mais tu confonds probablement, c’est celui d’un autre qui est mort à Verdun. L’alibi de la laïcité. Gérard Larcher critique le débat sur la laïcité lancé par l'UMP, actualité Politique : Le Point. Le président du Sénat, Gérard Larcher (UMP), a appelé, jeudi, à se méfier "de ne pas affaiblir la laïcité dans un débat qui serait mal préparé, mal conduit", à propos du débat sur la place de l'islam en France voulu par Nicolas Sarkozy. "Méfions-nous de ne pas affaiblir la laïcité dans un débat qui serait mal préparé, mal conduit pour répondre à des temps d'opportunité politique alors que c'est un sujet fondamental", a déclaré Gérard Larcher sur i>Télé et Radio Classique. "Méfions-nous de jouer sur les peurs", a-t-il ajouté. Selon lui, il faut un débat organisé "vraiment autour de la République et de l'application de la laïcité aujourd'hui".

"Focaliser sur le seul islam, ce serait faire une erreur par rapport au principe de laïcité" et "ce serait aussi oublier un certain nombre de pans qui concernent d'autres religions" que l'islam, a averti le sénateur-maire de Rambouillet (Yvelines).