Espagne 2011

Facebook Twitter
Censure : les médias ont retardé l'exportation de la "révolution espagnole" Marc Gelone :Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais l’Homme Nouveau dont il était question dans les livres des grands théoriciens et dans les séances de rééducation, il a complètement merdé... Si ça peut vous consoler, celui des Nazis aussi... Ainsi que celui des démocraties de marché occidentales, comme on peut le constater. Censure : les médias ont retardé l'exportation de la "révolution espagnole"
Espagne : le vrai message des "Indignés", par Claude Weill - Monde
Espagne, la jeunesse au bord du gouffre « Notenemosmiedo », en un seul mot, « Nous n’avons pas peur », déclarent en langage SMS les jeunes manifestants espagnols sur les réseaux sociaux, organisés autour du mouvement commençant à prendre forme « Democracia real, ya » (Démocratie réelle maintenant). Un taux de chômage de 21.19 % au premier trimestre 2011 et, en février, 44.6 % des jeunes Espagnols de moins de 25 ans sans aucune perspective d’emploi. Des rassemblements, des bivouacs, notamment à la Puerta del Sol, dans le centre de Madrid afin de peser, d’une façon ou d’une autre, sur les résultats des élections municipales de dimanche 22 mai,. Le tout dans un pays dominé par un bipartisme fallacieux, organisé autour des deux partis mondialistes et pro-UE que sont le PSOE et le Parti populaire. Espagne, la jeunesse au bord du gouffre
Depuis une semaine les espagnols s'approprient la rue pour dénoncer le piège démocratique. Vous n'en n'aurez sûrement pas entendu parler si vous vivez en France, ou alors si c'est le cas, on vous aura seulement 'des)informé qu'il s'agissait de rassemblements contre le chômage et contre l'austérité. Ce n'est pas le cas, on a ommis(par oubli ?) de vous informer sur l'essentiel de la nature des manifestations,une critique de nos systèmes démocratiques. La future contagion du mouvement des Indignados La future contagion du mouvement des Indignados
ESPAGNE • Une société blessée, une démocratie en peine ESPAGNE • Une société blessée, une démocratie en peine Le "mouvement du 15 mai" prend de l'ampleur, les places centrales sont occupées dans la majorité des grandes villes espagnoles, et ce malgré l'interdiction de certains rassemblements. Reste aux "sans toit, sans boulot, sans retraite et sans peur" à transformer cette indignation en action politique, confie un chroniqueur d'El País. 20 mai 2011 | Partager : Une fois le malaise devenu indignation, le plus difficile reste à faire : transformer cette émotion en action politique. Certains prétendent que c’est impossible, qu’indignation et politique ne font pas bon ménage et que l’indignation n’engendre que de la frustration. L’histoire fourmille pourtant d’exemples qui affirment le contraire : où en serait le mouvement des droits civiques des Africains-Américains sans les mobilisations des années 1960 ?
La fièvre de l'indignation gagne l'Espagne La fièvre de l'indignation gagne l'Espagne MAM ? Se n’est pas celle qui voulait apprendre à mâter les insurgés Tunisien ? J’insiste toutefois sur le fait de prendre garde aux divers pièges provocateurs de l’adversaire. -La Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales stipule en son article 2 !! Greffe de la Cour européenne des droits de l’homme - Juin 2010 Droit à la vie
Vous prenez notre argent, nous prendrons la rue Vous prenez notre argent, nous prendrons la rue Le front de gauche de Mélanchon ne propose pas de rupture. Si vous regardez le programme, il n’est pas question de quitter l’UE et la zone euro mais de faire une autre europe. Attendons de voir la réponse des 26 autres partenaires pour savoir si c’est possible LOL . Tant que l’on reste dans l’UE il faut se conformer au droit européen.
Un printemps social né sur Internet gagne l'Espagne | Rue89 Lancé à Madrid le 15 mai, un mouvement de protestation sociale surprend un pays en pleine campagne électorale. Le comité électoral a interdit jeudi soir toutes les manifestations prévues samedi et dimanche car elles coïncident avec la « journée de réflexion » et celle du scrutin. Des milliers de personnes ont passé « une nuit tranquille » selon El Pais puerta del Sol, dans le centre de Madrid. Le ras-le bol après trois ans de crise est bien réel. Et c’est en ligne, comme lors des révolutions tunisienne et égyptienne, que les jeunes Espagnols ont commencé à se rassembler. Un printemps social né sur Internet gagne l'Espagne | Rue89