background preloader

Elections européennes 2014

Facebook Twitter

Les arguments chocs de l'UMP pour nous faire aimer l'Europe. Publié le 12 octobre 2014 dans Vidéothèque 48 secondes pour mesurer à quel point l’UMP prend les français pour des imbéciles : Copé, Chatel et Hortefeux expliquent qu’il faut « faire l’Europe » pour… avoir un chargeur universel pour les téléphones mobiles.

Les arguments chocs de l'UMP pour nous faire aimer l'Europe

Notre fidèle et ardente militante « Bonzou Niouzes » (Myriam) a retrouvé et mis en ligne une petite vidéo de 48 secondes dont je conseille vivement le visionnage. Cela se passe pendant les dernières élections européennes. On y voit successivement Jean-François Copé, Luc Chatel et Brice Hortefeux, tous trois éminents dirigeants de l’UMP, expliquer tour à tour, sur tous les plateaux de radio et de télévision de très grande écoute, qu’il est très important de « faire l’Europe » pour avoir… un chargeur universel pour son téléphone portable ! Europe : et si David Cameron avait raison ? Le 20 juin 1789, les représentants du tiers état, rassemblés à Versailles dans la salle du Jeu de paume, faisaient le serment de ne pas se séparer avant d'avoir donné une constitution à la France.

Europe : et si David Cameron avait raison ?

La première Assemblée nationale française était née et se saisissait du pouvoir effectif au détriment du roi. Le vendredi 27 juin 2014, le Conseil européen se rangeait aux injonctions du Parlement récemment élu et désignait Jean-Claude Juncker comme futur président de la Commission. Le subtil équilibre du triangle institutionnel européen (Conseil, Commission, Parlement) était ainsi sérieusement modifié au profit du Parlement.

RESULSTATS européennes 2014

Européennes : à Strasbourg, les députés français brillent souvent par leur absence. Strasbourg et Bruxelles sont-elles trop éloignées pour nos députés européens ?

Européennes : à Strasbourg, les députés français brillent souvent par leur absence

Il faut croire que oui, puisque les Français n'y brillent pas par leur présence. Selon VoteWatch, un site internet comptabilisant l'activité des parlementaires européens en fonction de leur participation aux votes, ils n'assistent qu'à 83,3 % des sessions plénières. Ce qui les classe de facto à la 21e place - sur 28 - en termes d'assiduité.

Les députés autrichiens, slovaques et luxembourgeois forment le trio de tête avec peu ou prou 90 % de participation. Pourtant, il serait trop facile de placer tous les députés dans le même panier. Coïncidence ou non, 50 % de participation aux plénières est le minimum requis pour empocher les 4 243 euros d'indemnité annuelle de voyage versés aux parlementaires. Européennes : quelles couleurs pour le futur Parlement ? A quelques jours du scrutin du 25 mai, l'heure est aux projections sur la future composition du Parlement européen.

Européennes : quelles couleurs pour le futur Parlement ?

A en croire les sondages, aucune majorité claire ne se dégagerait. En France, c'est le Front national qui arriverait en tête, avec 25% des intentions de vote (sondage TNS-Sofres pour Le Nouvel Observateur), devant l'UMP à 21%, et le PS, largement distancé à 16%. Mais la France n'est pas le seul pays où l'extrême-droite progresse. Au-delà, les eurosceptiques et les souverainistes pourraient réaliser de gros score au Royaume-Uni, en Pologne. Comprendre (enfin) les institutions de l'Union européenne. Cinq gros mensonges sur l'Europe. Par ces temps tourmentés où l'euroscepticisme prospère, il est risqué de sortir la tête de la tranchée et de prendre la défense d'une institution très imparfaite, mais, au final, indispensable.

Cinq gros mensonges sur l'Europe

Européennes  : Guaino ne votera pas pour la liste UMP. Henri Guaino estime que le candidat UMP en Ile de France incarne "l'Europe dont personne ne veut". - AFP PHOTO / ERIC FEFERBERG.

Européennes  : Guaino ne votera pas pour la liste UMP

Elections européennes, comment ça marche? Une élection, plusieurs scrutins Du 22 au 25 mai, les 500 millions de citoyens européens élisent pour cinq ans leurs 751 représentants au Parlement européen.

Elections européennes, comment ça marche?

Européennes : plus de la moitié des Français opposés à la disparition de l'euro. Plus de la moitié des Français (56 %) sont opposés à la disparition de l'euro et au retour au franc et 44 % pensent que l'appartenance de la France à l'Union européenne "est une bonne chose" selon un sondage OpinionWay pour Le Figaro et LCI.

Européennes : plus de la moitié des Français opposés à la disparition de l'euro

Ce que vous devez savoir sur les élections européennes. Elections européennes : la méthode de calcul pour la répartition des sièges. Chacun des 28 Etats membres de l’Union européenne a le droit de fixer ses propres règles d’organisation du scrutin pour les élections au parlement européen.

Elections européennes : la méthode de calcul pour la répartition des sièges

Pourvu que l’élection ait lieu au suffrage universel direct et au scrutin… proportionnel. Une liberté très encadrée donc sauf pour la méthode mathématique de répartition des sièges. Merkel impose Juncker comme candidat du PPE aux Européennes. Encore une fois, Angela Merkel aura eu le dernier mot.

Merkel impose Juncker comme candidat du PPE aux Européennes

A Dublin, les délégués du Parti populaire européen (PPE) ont élu l'ancien premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker, par 382 voix contre 245 au Français Michel Barnier. Plus d'une centaine de délégués ont refusé de prendre part au vote et n'ont donc pas osé aller à l'encontre de la consigne de vote de la chancelière allemande. Martin Schulz, avide de Commission. «J’en ai marre, vraiment marre», lance excédé Martin Schulz en arrivant dans ses vastes bureaux de Strasbourg, précédé d’un huissier. Il en rêvait pourtant de ce perchoir qu’il occupe depuis janvier 2012. Il a rapidement déchanté : à part serrer des mains et sourire aux côtés des grands d’Europe et de ce monde, un président de Parlement européen ne sert pas à grand-chose.

Merkel et Juncker, couple vedette d'un «House of Cards» bruxellois. Angela Merkel a réussi à imposer son candidat comme tête de liste des conservateurs européens pour les élections législatives du 25 mai: l’ancien premier ministre luxembourgeois, Jean-Claude Juncker, a été élu aujourd’hui par le congrès du PPE (Parti populaire européen), réuni à Dublin, par 382 voix contre 245 pour son concurrent malheureux, le Français Michel Barnier, actuel commissaire au marché intérieur et aux services. Le premier ministre letton, Valdis Dombrovski, s’était désisté la veille en faveur de Juncker, ce que Michel Barnier, en dépit des pressions allemandes, a refusé de faire en estimant que sa famille politique avait tout à gagner à un débat interne.

En remportant cette primaire, l’ex-premier ministre luxembourgeois devient officiellement le candidat des conservateurs à la succession du président sortant de la Commission, le Portugais José Manuel Durao Barroso. Dinosaure Les Etats face au Parlement Majorité difficile.