background preloader

Education Nationale

Facebook Twitter

A l'école, la politesse, la Marseillaise et les religions sont déjà au programme. Decroly, l'école qui a renoncé aux notes il y a 60 ans - L'Obs. Louis lève le doigt : "Et l’ensemble, ça vaut quoi ?

Decroly, l'école qui a renoncé aux notes il y a 60 ans - L'Obs

", demande l’élève de quatrième, en désignant son devoir que Julien Lafitte, le professeur de Sciences de la Vie et de la Terre, vient de lui rendre. Notes à l'école: l'offensive des réac' est ridicule. L'école d'avant n'était pas mieux. Évaluer n'est pas (toujours) noter (J.PACHOUD/SIPA).

Notes à l'école: l'offensive des réac' est ridicule. L'école d'avant n'était pas mieux

Tout est parti d’un rapport du Conseil supérieur des programmes (CSP) sur la manière dont doit être évaluée l’acquisition des connaissances et des compétences issues du nouveau socle commun. Ce n’est donc pas une décision ministérielle, mais une proposition d’une instance indépendante, créée justement pour éviter ce genre de polémiques, et composée d’experts et de parlementaires issus des bancs de la gauche comme de ceux de la droite. Supprimer les notes «c'est le contraire du laxisme» Sarkozy et les «30% d'enseignants en moins», une histoire sans fin. En politique, une formule simple, qui claque, c’est utile pour chauffer une salle dans des meetings.

Retour sur une proposition de l'ancien président annoncée, puis démentie, puis confirmée, puis oubliée... En politique, une formule simple, qui claque, c’est utile pour chauffer une salle dans des meetings. Mais ça peut finir par devenir embarrassant. L’équipe de Nicolas Sarkozy doit en savoir quelque chose, depuis que le candidat s’est entiché tout seul de la promesse intenable de supprimer 30% des profs en France. Une promesse à laquelle il s’accroche, par démagogie ou orgueil, obligeant son staff à de cocasses revirements. Episode 1. Sarkozy ressort une ancienne promesse de campagne d’augmentation du temps de travail des professeurs Episode 2 : Sarkozy propose de supprimer 30% des professeurs Episode 3 : Darmanin, porte-parole de Sarkozy, affirme qu’il n’est pas question de supprimer 30% des profs On se dit que le gag est fini. A tort. Episode 4. Sarkozy répète en meeting que, oui, il veut bien supprimer 30% des profs Episode 5. Darmanin dit que finalement, Sarkozy veut bien supprimer 30% des profs L’infortuné Darmanin doit à nouveau se coltiner le service après-vente. Interrogé par les médias sur cette nouvelle volte-face, le porte-parole affirme à l’AFP que la vraie fausse proposition est en fait une… vraie proposition. Il précise même qu’il s’agira «peu à peu de ne pas remplacer les départs à la retraite, ce ne sera pas des suppressions pures». Cette précision a pour but évident de clore ce chapitre, elle ne fait pourtant qu’en souligner l’absurdité : sachant que le rythme des départs dans l’éducation nationale (en baisse) était de quelque 20 000 en 2013, il faudra à Nicolas Sarkozy entre dix et quinze ans pour atteindre son objectif, en ne remplaçant aucun prof partant à la retraite. Bref, l’assurance d’une augmentation vertigineuse de l’âge des enseignants en France. Ce qui est cocasse si l’on se souvient que le même Nicolas Sarkozy, pour torpiller la proposition de François Fillon de supprimer 600.000 postes de fonctionnaires, avait juré ses grands dieux qu’il ne fallait pas aller plus loin que le remplacement d’un fonctionnaire sur deux. Dans le Figaro, le 2 octobre, il disait : «Aller plus loin serait prendre le risque de stériliser la pyramide des âges.» Bref, pour ne pas «stériliser la pyramide des âges» des enseignants, il faudrait donc en rester au non-remplacement d’un départ sur deux, ce qui exigerait d’attendre cinq ou six quinquennats pour atteindre l’objectif d’une réduction de 30% des enseignants. Nicolas Sarkozy aura environ 100 ans. Evidemment, tout ceci n’est pas sérieux. Episode 6 : Sarkozy essaye de ne plus trop donner de détails C’est sans doute pour cela que depuis trois meetings, Sarkozy s’est arrêté de donner des précisions. A Toulon et Marseille, il s’est borné à déclarer que le nombre de professeurs devait être réduit. Et ce lundi, à Nancy, si on doit en croire le live tweet sur son compte officiel (le meeting n’était pas retransmis), le candidat a simplement proposé «que les enseignants puissent travailler 30% de plus et être payés 30% de plus». On attend quand même la suite (le grand meeting parisien de vendredi 07/11/2014) avec impatience. – nadine1111

Mais ça peut finir par devenir embarrassant.

Sarkozy et les «30% d'enseignants en moins», une histoire sans fin

L’équipe de Nicolas Sarkozy doit en savoir quelque chose, depuis que le candidat s’est entiché tout seul de la promesse intenable de supprimer 30% des profs en France. Education nationale : Apparu gonfle l'addition. Sarko veut supprimer 30% des enseignants ! Profs non remplacés : Sarkozy est le coupable, selon Vallaud-Belkacem. La ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem a justifié vendredi les nombreuses journées d'absence non remplacées de professeurs lors de l'année scolaire 2012-2013 par la suppression de 80 000 postes d'enseignants sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Profs non remplacés : Sarkozy est le coupable, selon Vallaud-Belkacem

Selon un document de la Direction générale de l'enseignement scolaire, dévoilé vendredi par Le Parisien, 659 293 journées d'absence de professeurs du premier degré n'ont pas été remplacées en 2012-2013. Le nombre d'élèves complique la tâche de Hamon. Manuel Valls l'a dit mardi : le pic démographique est l'une des raisons des 60.000 postes promis à l'Education nationale.

Le nombre d'élèves complique la tâche de Hamon

La question agitait les milieux scolaires avant même que Benoît Hamon n'arrache leur maintien : le nouveau ministre peut-il mener à bien la « refondation » engagée avec une hausse du nombre d'élèves soutenue ? Tout est parti d'une enquête du ministère de l'Education. Dans le primaire (environ 6,7 millions d'élèves), les effectifs devraient augmenter de 35.600 en 2014 et de 23.400 en 2015.

Dans le second degré (environ 5,4 millions), ils seront 27.500 de plus à la rentrée 2014 et 29.500 de plus à la rentrée 2015.

Théorie du genre

PISA 2013. Coût de l'Education nationale : Copé ressort le modèle allemand. Retrouvez Désintox TV du lundi au jeudi dans 28 Minutes, sur Arte. désintox tv Par Baptiste BouthierDésintox tvLe leader du Front de gauche accuse la chaîne d'info d'avoir bien trop donné la parole au Front national pendant la campagne des municipales.

Coût de l'Education nationale : Copé ressort le modèle allemand