E Coli 2011

Facebook Twitter

E Coli, nom de code O104:H4... bactérie tueuse. Nom de code : O104:H4 : bactérie tueuse.

E Coli, nom de code O104:H4... bactérie tueuse

EHEC (Escherichia coli entero-hemoragique) Particularité : multirésistante aux antibiotiques (Ampicilline, Céfoxitine, Céfotaxime, Ceftazidime, Streptomycine, Tétracycline, Triméthoprim/Sulfamethoxazole, acide nalidixique). Autre "détail" : Produit une "Shigatoxine", capable dans certains cas d’activer la "cascade du complément". Tout est dit... Le monde est face à une bactérie hautement résistante aux antibiotiques. Wikileaks cable reveals U.S. conspired to retaliate against European nations if they resisted GMOs.

(NaturalNews) Wikileaks continues to rock the political world by shedding light on conspiracies, corruption and cover-ups.

Wikileaks cable reveals U.S. conspired to retaliate against European nations if they resisted GMOs

The latest batch of diplomatic cables released by Wikileaks reveals what can only be characterized as a U.S. -led conspiracy to force GMOs onto European countries by making those countries pay a steep price if they resist. The cable reveals the words of Craig Stapleton, the US ambassador to France, who was pushing the commercial interests of the biotech industry by attempting to force GMOs into France.

In his own words (below), he expresses his frustration with the idea that France might pass environmental laws that would hamper the expansion of GMOs: "Europe is moving backwards not forwards on this issue with France playing a leading role, along with Austria, Italy and even the [European] Commission... German “Green” Biogas Plants Producing Deadly Botulism – “Could Be Catastrophic To Wildlife” German sporting and dog magazine Wild und Hund reports that thousands of domestic and wild animals are falling ill from tainted waste from green “climate-friendly” biogas plants, which is then used as an agricultural fertilizer in fields.

German “Green” Biogas Plants Producing Deadly Botulism – “Could Be Catastrophic To Wildlife”

Hat tip: Dirk Maxeiner here (in a commentary titled: “Gross negligence in green”). Wild und Hund has put out a press release announcing a report appearing in its latest issue, now available at news stands today. The Wild und Hund press release reads as follows (slight editing added for international readers): DEATH FROM THE BIOGAS PLANT – CHRONIC BOTULISMThere’s been a terrible suspicion for years. The residue from biogas plants that produce “clean” green electricity is causing a deadly disease among domestic and wild animals, and humans - chronic botulism.Wild und Hund not only examines the disease, but also looks into the background as to why such a hazard has not been publicly discussed for 10 years.

1/2 Mike Adams, la bactérie tueuse S/T. Bactérie ECEH : Après le concombre et le soja, la piste du biogaz. Le bilan de l’épidémie liée à la bactérie tueuse qui s’est abattue sur l’Europe est désormais de 22 morts (21 ont été déclarés en Allemagne, auxquels s’ajoute le décès d’une suédoise ayant séjourné dans ce pays).

Bactérie ECEH : Après le concombre et le soja, la piste du biogaz

Des premiers tests réalisés sur des graines germées d’une ferme allemande soupçonnées de véhiculer la bactérie ont donné des résultats négatifs. Ces analyses avaient été réalisées dès l’annonce du ministre de l’Agriculture de Basse-Saxe, le 5 juin dernier, faisant état de la découverte par des enquêteurs de la trace de la bactérie dans une entreprise agricole et de jardinage bio, exploitant des germes de soja dans la localité de Bienenbüttel, à 75 km au sud de Hambourg. E. coli : des graines germées pourraient être à l'origine de l'épidémie. Des germes de soja allemands sont peut-être à la source de l'épidémie d'E. coli qui a fait 22 morts et touché plus de 2 000 personnes en trois semaines en Europe, principalement dans le nord de l'Allemagne.

E. coli : des graines germées pourraient être à l'origine de l'épidémie

Le ministre de l'Agriculture de Basse-Saxe a annoncé dimanche que les enquêteurs avaient découvert la trace de la bactérie dans une exploitation située dans la ville de Bienenbuettel, à 70 km au sud de Hambourg, l'épicentre de l'épidémie. Après trois semaines d'interrogations autour de la mort inexpliquée d'une vingtaine de personnes vivant ou ayant voyagé dans le nord de l'Allemagne, Gert Lindemann a fait état de liens évidents entre les légumes de l'exploitation et la nourriture consommée par certaines des victimes. "Nous avons une piste très sérieuse", a déclaré Lindemann lors d'une conférence de presse, estimant qu'il s'agissait de la piste "la plus convaincante" dans l'enquête visant à déterminer la source de l'épidémie.