background preloader

Lutte

Facebook Twitter

LA RUE OU RIEN. Vandalisme, épigraphie. C’est sur l’espace d’un mur - vertical, solide, public, universellement visible - que le Pouvoir a commencé à brandir sa Parole et son Droit ; la loi a commencé à se publier sur les murs.

Vandalisme, épigraphie

C’est sur ce même espace que, pendant des siècles, on a enregistré les mesures, les pric, les règlements commerciaux. C’est sur les murs que le temps, solaire et astronomique, est devenu mesurable, et c’est encore sur les murs que, depuis toujours, se sont conservés la mémoire du temps vécu, les noms des morts, leurs derniers mots. La même « chose » qui assurait à la ville (antique ou moderne) sa forme et sa réalité, a toujours été utilisée pour enregistrer son histoire, pour glorifier ses héros, pour célébrer le rosaire des noms du pouvoir et représenter la guirlande des empereurs, des gouverneurs, des rois et des dieux.

On s’est radicalisés sur Internet. Meeting unitaire « Non et toujours non à la loi El Khomri » Pourquoi la loi Travail et les interdictions de manifester révèlent une radicalisation de l’oligarchie néolibérale. La veille du match France-Roumanie, coup d’envoi de l’Euro 2016, le compte Twitter du ministère de l’Intérieur affiche pendant plusieurs heures un message pour le moins étrange.

Pourquoi la loi Travail et les interdictions de manifester révèlent une radicalisation de l’oligarchie néolibérale

Parmi les consignes de sécurité aux abords des stades : « Ne pas tenir de propos politiques, idéologiques, injurieux, racistes ou xénophobes. » La communication de Bernard Cazeneuve met ainsi sur le même plan parole politique d’une part, insultes et propos sanctionnés par la loi, d’autre part. Le lendemain de la manifestation nationale contre la loi Travail du 14 juin 2016, François Hollande amalgame le stupide acte de vandalisme contre des vitres de l’hôpital Necker et la menace terroriste. Une radicalisation du néolibéralisme. Démonter la dictature de l'émotion : 3 liens indispensables sur l'instrumentalisation autour de… Démonter la dictature de l’émotion :3 liens indispensables sur l’instrumentalisation autour de l’hôpital #Necker : – alerte immédiate sur la rupture du secret professionnel & de la protection d’un mineur (cible d’un « attentat » 24h auparavant) par Sophie Saint-Geours, professionnelle de la santé : Mais on lit du n’imp quoi .Faites les taire SVP #Necker .Meme le corps medical n’a eu connaissance de cet enfant source : ▻ – témoignage lucide d’un parent d’enfant très malade de l’hôpital Necker :

Démonter la dictature de l'émotion : 3 liens indispensables sur l'instrumentalisation autour de…

Loi travail : panique au sommet. Hier encore, ils affichaient leur morgue et leur arrogance.

Loi travail : panique au sommet

Vous refusiez la loi travail ? Une lubie liée à une altération du jugement, on allait donc vous ré-ex-pli-quer la modernité, le réel. Le Français moyen (tellement moyen, c’est aberrant à la fin), souillé, déformé par des décennies d’égalitarisme absurde se révèle souvent un peu benêt. Ces images qui attisent la colère. La scène est quasi immuable.

Ces images qui attisent la colère

À chaque fois que les forces de l'ordre chargent, sortent les matraques, dégainent gaz lacrymogènes et grenades de désencerclement, une nuée de smartphones et de caméras s'immisce dans le décor. Depuis le début des manifestations contre la loi sur le travail, à Paris comme dans plusieurs villes du pays, on ne compte plus les vidéos amateurs et semi-professionnelles qui documentent les violences policières.

Ces témoignages bruts, abondamment relayés et commentés sur les réseaux sociaux, suscitent l'indignation, entretiennent le souffle de la mobilisation et peuvent même, en cas d'enquête, servir de preuves solides : la police des polices a ainsi été saisie, le 24 mars, suite à une vidéo virale, montrant un agent asséner un violent coup de poing à un lycéen de 15 ans. La rédaction de Mediapart a sélectionné vingt-et-une séquences, rassemblées dans la mosaïque ci-dessous. Cliquez sur les images animées pour accéder à chacune d'elles.

« Tout est mis en place pour que ça dégénère. Comment analysez-vous les violences policières qui ont marqué les dernières manifestations contre la loi El Khomri ?

« Tout est mis en place pour que ça dégénère

Alexandre Langlois Tout est mis en place pour que les manifestations dégénèrent. Côté renseignement, on constate depuis une dizaine d’années une double évolution, avec des manifestants beaucoup plus pacifiques qu’avant, mais des casseurs toujours plus violents, organisés de manière quasi paramilitaire. Certains de ces groupes sont identifiés avant qu’ils intègrent les manifestations. Mais aucune consigne n’est donnée pour les interpeller en amont. Vous parlez d’une « volonté délibérée » que les manifestations dégénèrent. 6. Ils ont osé ! - par Olivier Long, enseignant-chercheur.

Ils ont osé s’attaquer au défilé du 1er mai.

6. Ils ont osé ! - par Olivier Long, enseignant-chercheur

En dehors de l’intox gouvernementale qui tourne en boucle sur Rance 2 (les jeunes sont des casseurs, la manif a été peu suivie, le pays aime la loi travail et ça ne dérange personne d’être obligé de travailler 60 heures par semaine, même si c’est illégal selon les règlementations européennes) la réalité est là : le gouvernement de François Hollande est le premier a avoir fait du défilé du 1er mai une souricière pour les travailleurs. Depuis Nicolas Sarkozy la méthode est bien connue, on nasse deux cents personnes dans une souricière, on les fait patienter pour créer un effet de claustration, à la première crise de panique, on gaze copieusement la foule.

Tout le monde est alors chargé dans un bus après avoir été tout aussi copieusement rossé. Que s’est-il passé hier à Paris ? « Pourquoi, dès que la victime est policier, y a-t-il deux poids, deux mesures ? » Par Noël Mamère, Olivier Besancenot, Annick Coupé, Jean-Baptiste Eyraud Les faits sont têtus.

« Pourquoi, dès que la victime est policier, y a-t-il deux poids, deux mesures ? »

Le 18 mai, une voiture de police est incendiée par des manifestants. Une vidéo montrant des individus non identifiables tourne en boucle sur les chaînes d’information en continu. Le soir même, puis le lendemain matin, quatre personnes sont arrêtées et mises en examen « pour tentative d’homicide volontaire, destruction du bien d’autrui en bande organisée, violences en bande organisée et participation à un attroupement armé », passibles d’un déferrement devant une cour d’assises, sur la seule base de leur participation à la manifestation parisienne non déclarée du mercredi 18 mai et d’un témoignage sous X ultérieur d’un policier, probablement infiltré dans les réseaux « antifa ». Qui est responsable des violences policières ? L’arrêt de mort du code de déontologiepar Dominique Noguères Avocate et membre du comité central de la Ligue des droits de l’homme Un peu partout en France, depuis le début du mouvement contre la loi travail, des incidents violents impliquant les forces de police se sont multipliés, dans une escalade inquiétante.

Qui est responsable des violences policières ?

D’abord ciblées sur des jeunes lycéens qui manifestaient, ces violences se sont étendues aux rassemblements de Nuit debout et aux manifestations syndicales et associatives. Les témoignages sont hélas nombreux. Ils mettent en évidence les coups portés à des personnes déjà entravées ou l’utilisation de balles de défense, causant jusqu’à la perte d’un œil. Il n’est plus une manifestation qui ne se termine par des gazages à répétition ou des violences policières, dans une quasi-impunité. La fabrique de la violence. « La puissance qui s’acquiert par la violence n’est qu’une usurpation et ne dure qu’autant que la force de celui qui commande l’emporte sur celle de ceux qui obéissent » Denis Diderot, L’Encyclopédie, Article « Autorité politique » C’est à Paris, Boulevard Diderot , que des enfants, des jeunes et des personnes âgées ont été gazés par des CRS, auxquels l’ordre a été donné d’intervenir en milieu de défilé pour séparer les manifestants pacifistes des supposés « casseurs ».

La fabrique de la violence

Un cortège sans tête, et divisé en deux corps, a peiniblement rejoint la Nation, où de nouveaux gaz ont dispersé définitivement la manifestation. Le pire n'est jamais certain: Il y a quelque chose de – vraiment – pourri dans le royaume de France. Lille - Syndicats CNT Nord Pas-de-Calais Picardie. Le citoyen à la conquête des pouvoirs, par Claude Julien (Le Monde diplomatique, octobre 1989) Un calme apparent, et puis, prévue, annoncée depuis des mois une vague de revendications. Limitée à quelques secteurs, cette agitation sociale ne peut rendre compte d’un mécontentement beaucoup plus étendu mais qui ne trouve pas les moyens pratiques de s’exprimer avec force. De très nombreuses familles souffrent d’abord de la stagnation ou de la régression de leur pouvoir d’achat. Petit guide contre les bobards de la loi Travail. Vous pouvez télécharger ce petit guide au format PDF et aussi nous commander des exemplaires papier.

Bobard no 1 : loi Travail version 2.0, une avancée sociale ? « La philosophie de la loi Travail a changé, le nouveau texte peut être porteur de progrès » (Laurent Berger, 14 mars 2016). Ce texte serait plus « équilibré », comme sont censées le montrer les réactions du patronat qui proteste contre les « reculs » du gouvernement et de certains syndicats qui, comme la CFDT, parlent d’un texte « porteur pour les jeunes et les salariés ». La réalité est bien différente. Les mesures les plus nocives toujours bien là.

Retour sur… Les désobéissants du service public (R) "Cultiver une déloyauté envers ceux qui nous gouvernent". Entretien avec Isabelle Stengers. Nous publions cette interview réalisée par Michail Maiatsky pour le projet « General Intellect », et parue en russe le 11 octobre 2013 sur le site Colta. Isabelle Stengers est philosophe. Elle vient de publier Une autre science est possible ! Aux éditions Les empêcheurs de penser en rond/La Découverte. MM : Vous n’hésitez pas à utiliser le mot « barbarie ». C’est une belle métaphore.