background preloader

VERIFICATION DES SOURCES

Facebook Twitter

Attaques informatiques, rumeurs... La Russie a-t-elle Emmanuel Macron dans le collimateur? POLITIQUE - Après avoir contribué à la défaite d'Hillary Clinton contre Donald Trump, les "officines" Russes ont-elles fait d'Emmanuel Macron leur cible prioritaire? Côté français, comme Le HuffPost l'avait mis en évidence, des tentatives de déstabilisation pilotées par Moscou sont attendues. Et c'est le candidat "En Marche" qui, pour le moment, semble être le seul prétendant à l'Élysée à faire l'objet de manœuvres. Deux médias financés par le Kremlin, Sputnik et RT, ont publié dans leurs colonnes des rumeurs portant sur la "double vie" de l'ex-locataire Bercy, colportées par le député LR pro-Assad et pro-russe Nicolas Dhuicq. Le candidat y est présenté comme "le 'chouchou' ou le 'chéri' des médias français", soutenu par un "très riche lobby gay".

Évoquant aussi les liens du candidat avec des banques américaines, Nicolas Dhuicq estime que des "détails controversés sur la vie privée et des relations [d'Emmanuel Macron] vont être rendus publics". Quelles menaces pour Emmanuel Macron? Le Décodex, un premier pas vers la vérification de masse de l’information. « Vous n’avez pas peur de ne plus rien avoir à vérifier un jour ? » La question nous est parfois posée au détour de discussions avec des confrères, étudiants ou internautes. Mais les deux années écoulées ont montré que le problème se posait plutôt dans les termes inverses : attentats, Brexit, présidentielle américaine et maintenant française… Le flux d’information est aujourd’hui tel qu’on se demande surtout comment aider nos lecteurs à se repérer face à une vague toujours plus forte de fausses informations.

Notre travail quotidien, depuis la naissance des Décodeurs en 2009, est artisanal. Nous repérons et traitons une à une les informations qui nous semblent mériter un éclairage. Notre réponse : le Décodex Le Décodex est l’un des fruits de ce long travail, sur lequel il reste encore beaucoup à faire. Accéder au Décodex en cliquant ici L’un des exemples les plus simples est celui des sites satiriques ou parodiques. Lire aussi Ivg.net, sosbebe.org, ecouteivg.org... Les Décodeurs. Rumeur. Plus de 63 000 mots et 28 000 noms propres 2 000 photos, dessins, cartes Les célèbres pages roses Une aide aux jeux de lettres Le jeu du dictionnaire pour s’amuser à retrouver la bonne définition d’un mot. 9 000 citations d’auteurs français et étrangers 6 000 articles pratiques pour déjouer les pièges de la langue Télécharger sur l'AppStore pour 9,99 € Cette application est universelle, une fois achetée, vous pouvez l'installer sur votre iPhone, iPod Touch ou iPad sans frais supplémentaires pour une interface adaptée à chaque appareil.

Cette application s’installe complètement et ne nécessite aucune connexion Internet (sauf pour les sons). Apple, le logo Apple, iPad, iPhone, iPod, iTunes sont des marques d’Apple Inc., déposées aux États­Unis et dans d’autres pays. C dans l'air en replay. On te manipule. Une Théorie du complot, c'est quoi ? Une théorie du complot (on parle aussi de conspirationnisme ou de complotisme) est un récit pseudo-scientifique, interprétant des faits réels comme étant le résultat de l’action d’un groupe caché, qui agirait secrètement et illégalement pour modifier le cours des événements en sa faveur, et au détriment de l’intérêt public. Incapable de faire la démonstration rigoureuse de ce qu’elle avance, la théorie du complot accuse ceux qui la remettent en cause d’être les complices de ce groupe caché. Elle contribue à semer la confusion, la désinformation, et la haine contre les individus ou groupes d’individus qu’elle stigmatise.

Les 7 commandements de la théorie du complot 1. 2. La théorie du complot voit les indices de celui-ci partout où vous ne les voyez pas, comme si les comploteurs laissaient volontairement des traces, visibles des seuls "initiés". 3. 4. La théorie du complot tend à mélanger des faits et des spéculations sans distinguer entre les deux. 5. Les médias français à la chasse aux informations trompeuses. Comment se fier à une information ? Question déterminante en ces temps d’élections, et alors que nos sources se démultiplient et évoluent, en particulier les réseaux sociaux. On parle beaucoup de "fake news", d’informations trompeuses, mais le champ est plus large et Le Monde, notamment, réagit. L'idée du Monde est née fin 2015, alors que les rumeurs s’amplifiaient encore après les attentats. Elle aboutit ce mercredi à "Decodex", une base de 600 sites référencés par degré de fiabilité.

Des sites avant tout français, mais aussi anglais, américains et allemands, distingués par 5 couleurs : du rouge au vert. A l’origine de ce projet, Samuel Laurent, le responsable de la rubrique "Les Décodeurs". A lire Pourquoi il faut arrêter de parler de « fake news » (Le Monde) "L'âge de l'innocence numérique est fini" En France, pas de crainte officielle à ce sujet pour la campagne de la présidentielle. Écouter Dossier d'Eric Chaverou Intervenants.

Le titre de une. Hebdo n° 1369 - La fabrique de la désinformation. Quand les mensonges de Trump nourrissent l’industrie des “fake news”. La polémique sur les chiffres de l’investiture de Donald Trump serait risible si elle n’avait pas donné lieu à une nouvelle attaque contre les journalistes, “les êtres humains les plus malhonnêtes de la Terre”, selon le président américain. On s’en doutait : la confiance entre la nouvelle administration et les représentants du quatrième pouvoir est nulle.

Pis, Donald Trump souffle en permanence sur les braises des “fausses nouvelles”, rebaptisées au passage par son porte-parole “faits alternatifs”. La désinformation est une méthode vieille comme le monde : les flux numériques n’ont fait qu’accélérer la propagation des fausses nouvelles, “ces singulières efflorescences de l’imagination collective”, comme les qualifiait Marc Bloch, auteur d’un essai en 1921 sur le sujet. En cette époque de post-truth et autres fake news, il est urgent pour les médias de retrouver leur crédibilité, déjà très entamée.

Fausses informations : peut-on faire confiance à l’alliance entre Facebook et les médias français ? Comment vérifier la fiabilité d’un site en 3 clics. Controverse Décodex : et si on pensait la qualité de l’information comme un Commun ? – SavoirsCom1. Décodex est une boîte à outils proposée en accès gratuit depuis le 1er février 2017 par Les Décodeurs, rubrique du site lemonde.fr. Elle vise à permettre aux internautes de distinguer les sites d’information fiables de ceux qui ne le sont pas, à l’aide d’une classification selon plusieurs critères (voir plus bas). Sont concernés les sites, blogs, sites de presses mais aussi les comptes Youtube ou Twitter. Les internautes sont mis à contribution pour répertorier les sites avec la possibilité d’envoyer une requête aux Décodeurs, ce qui place le projet dans une « démarche citoyenne » mais aussi d’éducation aux médias pour tous et dans les écoles.

A noter que ce projet est financé par le Fonds pour l’innovation numérique de la presse (« Fonds Google »). Sont ainsi proposés : Parmi les critères retenus on trouve : Quelques éléments de débats avec cette carte des articles parus autour de la mise en ligne de Décodex. Les médias français à la chasse aux informations trompeuses. Decodex - quand Le Monde se fait Inquisiteur.

Cet outil, qui se déclinera selon trois modalités, n'aura rien moins que la prétention de classer par ordre de fiabilité les sites eux-mêmes, et non des articles spécifiques. La bonne vieille tentation de la mise à l'index[1]. Ces modalités sont : un moteur de recherche, directement sur le site des décodeurs, un module d'extension pour les navigateurs Firefox et Chrome ; et enfin un bot (robot) sur la messagerie de Facebook (messenger). « Nous avons recensés 600 sites, majoritairement français mais aussi anglais et américains et quelques allemands, avec 5 niveaux de fiabilité, repérés par cinq couleurs. (...) Cette description sommaire, par le patron des Décodeurs du Monde, Samuel Laurent, pose déjà en soi un certain nombre de problèmes, autant sur le fond que sur la forme. Les décodeurs, seuls détenteurs de la Vérité Vraie ? Recours en droit De telles procédures ont déjà eu lieu aux USA et ont donné quelques sueurs froides, voire stoppé net l'ardeur des inquisiteurs.

Quelques réflexions. Facebook, site d’informations? Oui, mais non. L’élection présidentielle de 2016 aux États-Unis s’est beaucoup jouée sur les réseaux sociaux. D’ailleurs, ceux déçus par l’issue du scrutin ont blâmé Facebook. En effet, les statistiques ont montré que dans le dernier mois de la campagne électorale, il s’était partagé plus de fausses nouvelles que celles venant de réels sites d’informations.

De quoi se mettre à accuser Facebook de ce partage de canulars, le site agissant selon eux comme un média irresponsable. Mais la question est de savoir si Facebook est un média? Fil de nouvelles ou de divertissement? Mark Zuckeberg s'est fortement défendu d’en être un dans les premiers temps. De plus, comme le rappelle Fred Cavazza dans cet article, Facebook a fait des pieds et des mains pour attirer les grands médias à se servir de la plateforme pour distribuer et faciliter le partage des nouvelles.

Enseigner la littératie médiatique Et c’est peut-être là le travail éducatif à faire pour petits et grands. Illustration: Foter.com / CC0 Références. Bruno Devauchelle : Informer ou relayer l'information... On découvre chaque jour des sites, des pages Facebook, des comptes twitter, LinkedIn ou autres qui s'intéressent aux TICE en éducation. C'est plutôt intéressant de voir cette multiplication, mais cela peut aussi poser quelques questions. Parmi celles-ci, et le Café Pédagogique n'y échappe pas, se pose la question de la pertinence des informations diffusées, du modèle éditorial et plus généralement de l'évolution du paysage informationnel dans ce domaine.

De l'enseignant isolé à l'association, en passant par le syndicat ou l'entreprise, chacun y va et essaie de trouver sa place. Entre le propos militant, le journalisme situé, le propos personnel, ou simplement le relais d'infos, nous assistons à une recomposition de la médiation informationnelle, technologique autant qu'humaine. Intermédiations La question de l'(inter)médiation (dés-intermédiation et ré-intermédiation) n'est pas nouvelle, les chercheurs ont depuis plusieurs années exprimé combien cette question était vive. Enseigner TUIC (documentation) 6e - Scénario pédagogique : Les attentats du 13 novembre vu par les réseaux sociaux : distinguer une rumeur d’une information.

Lors de l'attendat du 13 novembre à Paris, beaucoup de rumeurs et de fausses informations ont circulé sur les réseaux sociaux. Agathe Delhommeau, professeur-documentaliste au collège Cressot de Joinville a travaillé avec des élèves de 5e et de 3e afin de les aider à décoder et vérifier les multiples informations véhiculées par les réseaux sociaux. Niveau : collège, 3e et 5e Discipline impliquée : histoire-géographie Cadre pédagogique : cours d'histoire-géographie, 2h Objectifs disciplinaires et/ou transversaux : Créer un dialogue avec les élèves sur les évènements pour déconstruire les idées reçues et les mauvaises interprétations des évènements.

Objectifs info-documentaires : Faire preuve d'esprit critique face à l'information et à son traitement.Identifier, trier et évaluer des ressources.Chercher et sélectionner l'information demandée. Socle commun (rentrée 2016) : Programme EMI, cycle 4 (rentrée 2016) Documents fournis à l'élève : Outils Tice utilisés : Déroulement de la séance : Bilan : Info ou intox ? Réagir face aux théories du complot | L'éducation aux médias et à l'information (EMI) dans l'académie de Besançon. Covid19 : point de situation hebdomadaire Chaque semaine, le bilan dans l'académie de Besançon. Les États généraux du numérique pour l’éducation en région académique Bourgogne-Franche-Comté Les États généraux du numérique pour l'éducation ont pour finalité de dresser le panorama des pratiques, valoriser les réussites et tirer tous les enseignements de l’épisode épidémique : échanger, débattre et apporter idées et expériences pour faire émerger une vision partagée du numérique pour l’éducation.

Carte des enseignements de spécialité de l’académie Le bac 2021 redonne au baccalauréat son sens et son utilité avec un examen remusclé et un lycée plus simple, plus à l'écoute des aspirations des lycéens, pour leur donner les moyens de se projeter vers la réussite dans l'enseignement supérieur. Surinformés ou désinformés ? Les ados à l'heure du complot. du 03 janvier 2015 - France Inter. Les attentats du World Trade Center ont-ils jamais eu lieu ? Ont-ils été organisés par la CIA elle-même ? Le gouvernement américain, ou français, sont-ils derrière le massacre de Charlie Hebdo ou ceux du 13 novembre à Paris ? Ou bien n’est-ce pas plutôt Israël, dans le but d’attiser la haine de l’Islam en occident ? Les médias mondiaux sont-ils aux mains d’une secte qui les manipule à son seul profit ?

Toutes ces questions délirantes ont trouvé un espace d’expression : Internet et les réseaux sociaux qui relaient sans limites les thèses les plus farfelues, les plus scandaleuses aussi, car les cibles en sont souvent les mêmes : les Juifs, Israël … Le nazisme comme bien d’autres dictatures, avait utilisé la thèse d’un complot mondial. Reportage d’Emmanuelle Daviet présenté par Pascal Dervieux. Prise de son :Clémence Bonfils, Philippe Etienne, Yann Fressy, Fabien Gosset, Laurent Lucas, et Romain Luquiens . Réalisation : Sylvain Richard, assisté de Stéphane Cosme et Zohra Bensmaïli. Attentats : décrypter le complotisme et les « infaux » avec la parodie en « Classe Médias »

Après Charlie Hebdo, Lionel Vighier, prof de lettres, avait dédié une séquence aux théories du complot, pour ses "3e Médias". Pour l'après-13 Novembre, il s'attaquera aux fausses informations. Avec le même objectif : développer l'esprit critique des élèves. Les théories du complot / Lionel Vighier Un an après Charlie Hebdo, 2 mois après le 13 Novembre, comment agir auprès des élèves afin de les armer face à la désinformation ? Au collège Picasso de Montesson, Lionel Vighier, prof de français, participe à un projet “transdisciplinaire” mis en place en 2014 : une classe à projet, centrée sur l’éducation aux médias. Les “3e Médias” sont encadrés par des enseignants de toutes disciplines, qui ont choisi d’adapter leurs cours, avec “l’angle médiatique”. Éduquer aux médias toute l’année Les 3e Médias préparent une « Journée du Direct » : ils couvrent l’actu du jour sur Twitter.

“Les élèves entendent parler des médias tous les jours. Des élèves « sensibles aux théories du complot » Fabien Soyez.