background preloader

Transformer le collège

Facebook Twitter

Guillaume Deniau : Quand l'école parle aux parents... Comment faire comprendre aux parents les attentes de l'école ?

Guillaume Deniau : Quand l'école parle aux parents...

Guillaume Deniau, directeur d'une école de Seine Saint-Denis, utilise la vidéo pour faire passer les messages et surtout dédramatiser les situations scolaires. De la réunion de rentrée à l'orientation au collège, il offre une vingtaine de vidéos que tous les directeurs peuvent utiliser pour toucher les parents. Donner "les clés de l'école" aux parents. « Enseigner plus explicitement », un dossier de la DGESCO. Dossier issu d’un groupe de travail, piloté par le bureau de l’éducation prioritaire de la DGESCO, visant à préciser et illustrer le concept d’explicitation tel qu’il est pensé dans le référentiel de l’éducation prioritaire Ce dossier vise à illustrer concrètement les différentes dimensions d’un enseignement plus explicite, tel qu’entendu dans le référentiel de l’éducation prioritaire.

« Enseigner plus explicitement », un dossier de la DGESCO

113 novembre 2016. Du gazouillis aux dégueulis... Les enseignants sont de plus en plus nombreux sur Twitter et sur les réseaux sociaux d’une manière générale.

du gazouillis aux dégueulis...

Mais la manière dont ces réseaux évoluent, les comportements et les idées qui s’y expriment ont de quoi inquiéter. La séquence autour de la réforme du Collège qui n’en finit pas a exacerbé l’agressivité et donne une image inquiétante de notre profession. Les tweets (gazouillis en anglais) donnent une musique de moins en moins agréable... Ce billet de blog est d’abord un sincère coup de gueule et un appel à la raison. Même si je crains qu’il soit, comme les autres, interprété avec malveillance, fasse l’objet de moqueries et ne convainque que les convaincus… Gazouillis… Je me suis inscrit sur Twitter en avril 2009. Pour l’essentiel, ce que je fais sur Twitter comme sur Facebook et d’autres réseaux sociaux, c’est de la “veille” sur les sujets liés à l’éducation.

Bien sûr, je me sers aussi des réseaux sociaux comme d’une tribune. Réforme du collège : « Halte à l’élitisme conservateur ! » La réforme du collège fait face à une opposition de principe qui ne s’intéresse pas à la réalité des mesures annoncées.

Réforme du collège : « Halte à l’élitisme conservateur ! »

La polémique ignore l’essentiel : la lutte contre l’échec scolaire, estime un collectif dans une tribune au « Monde ». La réforme du collège fait face à une opposition de principe qui ne s’intéresse guère à la réalité des mesures annoncées. RA16 C4 MATH ladifferentiation pedagogique 547934. Trembl@y #5 : la classe inversée en débat (with images) · speigne. Les Mémos du Louvain learning Lab. | agenda | répertoires | bibliothèques | offres d'emploi | plan d'accès | urgence |

Les Mémos du Louvain learning Lab

A tous les bisounours. Je suis un « bisounours ».

A tous les bisounours

Mais je ne suis pas seul ! A vrai dire, nous sommes nombreux à être ainsi taxés. La raison ? Notre vision optimiste de notre métier et de nos élèves. Robergemenardcroteau vol 29 1. La formation, mère de toutes les réformes. Que ce soit dans la mise en place de la réforme du collège, dans la rénovation de l'éducation prioritaire ou dans celle de l'évaluation des élèves, l'obstacle semble toujours le même du côté des professeurs : "on ne peut pas faire sans formation", "nous n'avons pas été formés", ou encore "nous n'avons pas le temps de nous former".

La formation, mère de toutes les réformes

Ce serait une erreur de prendre ces déclarations à la légère et d'y voir la marque d'une quelconque mauvaise volonté. Car la formation des enseignants, en matière de réforme de l'école, est bien la mère de toutes les batailles, et sans doute le facteur explicatif de l'échec de bien des tentatives de réforme pourtant porteuses d'une réelle volonté d'amélioration. Un enseignement efficace ? "Dire qu'aider les plus malchanceux, c'est spolier les plus doués me dégoûte un peu" Daniel Pennac. Mon année avec l'évaluation par compétences... (6) (A travers les débats récents)... Réforme du collège : la contre proposition qu’on n’ose pas nous proposer. Dessin de Jimo Nous avons cherché les contre-propositions des adversaires de la réforme du collège.

Réforme du collège : la contre proposition qu’on n’ose pas nous proposer

Nous n’avons pas trouvé de propositions de grille-horaires. Néanmoins en fonction des arguments avancés ces derniers temps, nous avons pu l’élaborer. « L’idée de vouloir faire de l’histoire un ″roman national″ est dérangeante » LE MONDE | • Mis à jour le | Propos recueillis par Mattea Battaglia, Benoît Floc'h et Séverin Graveleau Le géographe Michel Lussault préside le Conseil supérieur des programmes (CSP), à l’origine des projets de programmes scolaires qui nourrissent depuis quelques semaines un vif débat.

« L’idée de vouloir faire de l’histoire un ″roman national″ est dérangeante »

C’est d’abord leur conception, leur écriture, le fait qu’ils rompent avec la conception annuelle des programmes pour fixer des objectifs sur trois ans, qui ont pris de court la communauté éducative. Puis les critiques se sont concentrées sur les contenus, en histoire notamment, où certains thèmes apparaissent comme obligatoires quand d’autres sont laissés au choix des professeurs. Alors que les enseignants sont invités, depuis le 11 mai, à donner leur avis sur ces projets, le président du CSP s’explique sur ces polémiques. Halte à l’élitisme conservateur ! La réforme du collège portée par la ministre de l’éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, est accusée de sacrifier l’enseignement de l’allemand et des langues anciennes, et de pervertir les programmes d’histoire.

Halte à l’élitisme conservateur !

On peut naturellement débattre de l’opportunité de cette réforme, ou discuter de la manière dont elle est conduite, mais il est inutile de lui faire dire ce qu’elle ne dit pas. Le sacrifice de l’allemand ? La réforme va, en réalité, mettre fin aux classes bilangues, qui permettent, aujourd’hui, à 16 % des élèves de 6e et de 5e d’apprendre deux langues vivantes, dès le début du collège. Il est vrai que ces classes ont permis de soutenir l’apprentissage de l’allemand dans notre pays. Mais oui, l'interdisciplinarité est une chance ! Dès la sortie du projet de réforme des collèges, Philippe Meirieu (1) en faisait cette analyse : Car, même si l’on peut regretter une terminologie discutable (qui reprend l’opposition éculée et obsolète entre « théorie » et « pratique » et laisse supposer qu’on ne s’ « entraine » pas ailleurs), le principe de consacrer une partie du temps scolaire à des activités interdisciplinaires me semble particulièrement important : cela permet, en effet, de référer les approches disciplinaires aux objets qui, tout à la fois, les réunissent et les spécifient.

Car, contrairement à ce qu’une conception fâcheuse de l’interdisciplinarité laisse parfois entendre, les disciplines ne s’effacent pas quand on les met en œuvre sur un projet commun. 1- par des temps de réalisations collectives de projets. Ces projets, pour mériter ce nom, doivent présenter trois caractéristiques indispensables : * Être des productions produites en équipes ; Quelles sont ces compétences "transdisciplinaires" ? Collège 2016... "J'enseigne en collège depuis trente-deux ans..." Collège 2016... Quelques éléments de recadrage... Le gai savoir. Ce qui me frappe dans l’étalage médiatique de certaines réactions d’intellectuels et journalistes aux projets de programmes de collège (et d’école, qu’on oublie), c’est la conception bien triste du savoir qui s’en dégage. Il faudrait forcément souffrir pour atteindre le Walhalla du Savoir.

On enfantera dans la douleur, il faut passer par une longue phase fastidieuse d’ennui avant de commencer à approcher les Saints Savoirs. Pourtant, si on reprend les théories de la motivation, notamment exposées par des chercheurs comme Roland Viau, on se rend compte que pour se motiver à apprendre, ce qui est nécessaire pour apprendre donc (mais il est vrai que nos intellectuels cités s’intéressent plus à ce qui est enseigné qu’à ce qui est réellement appris), il y a pour l’essentiel deux leviers. Le premier, c’est le sens. On est motivé lorsque l’activité pour laquelle on accepte de retarder le plaisir et différer la satisfaction de parvenir à ses fins, prend du sens. Ajoutons ceci. Réforme du collège : "les EPI ont vocation à former des élèves humanistes"

La réforme du collège, prévue pour la rentrée 2016, continue d’être l’objet de vives critiques. Christophe Chartreux, professeur de Lettres/Histoire-géo-Education civique, estime, à rebours, qu'elle est une chance. Entretien. © Drivepix – Fotolia Pouvez-vous vous présenter ? Je suis Christophe Chartreux, 57 ans, professeur de Lettres/Histoire-géo-Education civique depuis plus de trente ans dans un collège rural entre Dieppe et Rouen (Seine Maritime). Philippe Meirieu : « Instituer » le collège et lui donner une véritable identité : il est grand temps ! La réforme du collège dont les principes ont été annoncés la semaine dernière par la ministre et dont les modalités techniques sont aujourd’hui en discussion a fait naître beaucoup d’espoirs et, comme souvent, engendré de vives inquiétudes.

Inquiétudes habituelles, mais légitimes, sur les moyens qui lui seront affectés, puisqu’il n’est pas certain que les 4000 postes annoncés suffisent ni que l’on puisse recruter facilement les enseignants pour les pourvoir. Inquiétudes sur le travail en équipe nécessaire des enseignants et les conditions de sa mise en œuvre. Inquiétudes sur l’accompagnement et la formation de ces équipes. Inquiétudes, aussi, sur la fragmentation de la scolarité induite par la multiplication des dispositifs.

Donner corps aux dispositifs.