background preloader

Buzz

Facebook Twitter

Ce pianiste autiste et aveugle de America's Got Talent a fait l'unanimité. Qu’est-ce que le newsjacking ? Le newsjacking…. vous connaissez ? Véritable stratégie de communication pour certaines marques ou opportunité pour d’autres, le newsjacking à ce côté intéressant qui navigue entre humour et viralité s’il est bien maîtrisé. En tant que community manager, vous avez peut-être eu l’envie un jour de faire le buzz pour que cela puisse propulser l’activité de votre entreprise. Cependant, ça n’est pas aussi évident que cela puisse paraître et notamment avec le newsjacking, une méthode qui est de plus en plus utilisée par les marques lors d’événements marquants sur lesquels elles rebondissent pour leur communication. Découvrons ce qu’est le newsjacking avec tous les avantages que cela pourrait vous apporter.

Définition du newsjacking Le newsjacking est une méthode qui aura pour but de vous emparer d’un fait d’actualité, d’un événement ou encore d’un buzz existant pour le détourner à votre avantage. Exemple de Newsjacking : Durex avec l’affaire Cambridge Analytica Une véritable préparation Monoprix. Dinde de Noël et théorie du cygne noir. Avez-vous déjà entendu parler de la théorie du cygne noir ? Cette théorie a été développée par le philosophe et mathématicien libanais Nassim Nicholas Taleb. Taleb appelle “cygne noir” un événement imprévisible qui a une faible probabilité de se produire mais qui, s’il se réalise, a des conséquences énormes. La théorie du cygne noir Pourquoi ce nom de “cygne noir” ? Parce que l’expression “cygne noir” désigne un événement hautement improbable, et que le cygne noir est ici l’illustration d’un biais cognitif : si l’on ne croise que des cygnes blancs, on pourra en déduire abusivement que tous les cygnes sont blancs.

C’est ce qu’ont cru les Européens avant de découvrir l’existence des cygnes noirs en Australie. Taleb a voulu théoriser ainsi le fait que nous construisons des raisonnements à partir d’informations incomplètes, ce qui nous conduit à des conclusions erronées. L’exemple de la dinde de Noël Taleb a notamment appliqué sa théorie à la finance. Des trolls pas toujours drôles. Il s’agit de personnes dont le travail consiste à manipuler l'information ou à s’acharner sur quelqu’un ou sur un groupe de gens – habituellement un personnage public ou une organisation reconnue – dans le but de la dénigrer ou de la discréditer.

On pense spontanément au scandale de Cambridge Analytica – qui aurait utilisé les données personnelles de 50 millions d’utilisateurs Facebook à des fins électorales – ou encore aux 13 Russes accusés récemment de s’être ingérés dans la campagne présidentielle américaine de 2016. Dans une entrevue publiée par l’Associated Press, deux ex-employés de la bien nommée Internet Research Agency de Saint-Pétersbourg, mise en cause par la justice américaine, ont admis qu’il s’agissait d’une entreprise de « trollage » (troll factory). « Ce phénomène-là est très inquiétant », estime Nellie Brière, parce qu’elle menace nos démocraties. — Nellie Brière Que faire ? Alors, faut-il répondre ou non à ces trolls ? « Le terrorisme gagne à faire parler de lui.

Comment se remettre d'un faux pas sur les médias sociaux ? Des entreprises du Fortune 500 aux petites entreprises familiales, personne n’est à l’abri de commettre un faux pas sur les médias sociaux. En effet, même si l’adoption de certaines mesures pourra réduire considérablement les risques de bavures, l’erreur est humaine. Et si malgré tous vos efforts un problème se présente, vous devrez être en mesure de réagir rapidement pour remettre votre stratégie digitale sur les rails.

Se remettre d’une bévue sur les médias sociaux demande un travail en amont, de la transparence et la prise d’un engagement envers votre communauté digitale. Dans cet article, nous vous présentons les mesures à adopter en cas de faux pas sur les médias sociaux. #1 – Les mesures à adopter immédiatement après un faux pas 1. N’attendez pas avant de reconnaître votre erreur Les utilisateurs des médias sociaux attendent des entreprises qu’elles soient réactives et honnêtes, surtout en cas de faux pas.

Dès l’instant où vous commettez une erreur, le compte à rebours commence. 2. 10 trucs pour gérer la présence de trolls. 25 septembre 2017 Je donnais récemment une formation sur l’importance, pour les entreprises, de gérer leur présence en ligne. Un des sujets qui fut discuté et qui revient souvent: quoi faire avec les trolls. Les trolls, ce ne sont pas ces créatures mignones de Disney mais bien ces individus qui viennent bien souvent empoisonner votre communauté en ligne, sans aucun autre intérêt apparent que celui de rechercher de l’attention et créer de la bisbille.

Voici donc dix principes qui pourront vous aider à gérer la situation, si vous devez composer avec la présence d’un troll: 1. Règle de base dans la gestion de communauté, vous devez avoir une politique éditoriale accessible au public. Politique Facebook des Canadiens de Montréal 2. Il existe une vérité quasi-universelle quand vient le temps de gérer les trolls: never feed the troll.

Cette approche est souvent efficace, car le troll qui voit son intervention faire chou blanc risque d’aller voir ailleurs. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Save. Le bilan des bad buzz vécus par les marques en 2016. Analyse des Bad Buzz de l’année 2015. Je vous présente, aujourd’hui, un livre blanc réalisé par Nicolas Vanderbiest et Visibrain dans lequel ils livrent leurs observations et analyses sur les Bad Buzz de l’année 2015.

Plus d’une centaine de crises ont été décortiquées, ce qui correspond à 2 par semaine, et 7 recommandations sont proposées aux marques pour les anticiper et bien les gérer en 2016. Quelques mots sur les auteurs de ce livre blanc : Nicolas Vanderbiest est un expert de l’E-réputation, des crises sur les réseaux sociaux, il en parle régulièrement sur son blog, que je vous invite à lire. Visibrain est une plateforme de veille Twitter utilisée par les professionnels de la communication pour anticiper, gérer les bad buzz et protéger leur réputation. Les marques, Twitter et les Bad Buzz L’étude indique que 78% des crises sont dues à une erreur dans la communication ou le marketing de l’entreprise. 7 leçons à retenir pour 2016 Cliquez pour avoir des explications.

L’infographie sur les Bad Buzz 2015 commentaire(s) Autopsie des "bad buzz" en 2015. Le "bad buzz" est aujourd'hui devenu l'ennemi numéro un des marques sur les médias sociaux. Une récente étude menée par Nicolas Vanderbiest pour Visibrain (relire sur ce blog l'interview de son co-fondateur, Jean-Christophe Gatuingt) analyse ces crises sur l'année écoulée. Tentons d'en extraire les principaux enseignements. S'intéressant uniquement à la scène médiatique francophone, l'étude dénombre 109 crises en 2015, un chiffre en quasi-stagnation par rapport à 2014, et qui contraste avec l'augmentation exponentielle des années précédentes, ce qui dénote une certaine maturité des réseaux et de leurs usages, phénomène déjà observé via d'autres indicateurs.

Les secteurs dans lesquels les crises sont les plus souvent rencontrées sont les médias, le commerce de détail (retail), et l'alimentaire. L'un des faits marquants de l'étude porte sur l'origine des crises et le lieu d'expression des utilisateurs. L'éthique n'est plus une barrière pour les marques. Analyser un badbuzz | Écrire pour le web. (c) Crédit Photo: Pub American Apparel Badbuzz? C’est quoi ça? C’est un bouche à oreille négatif sur une personne, une marque ou une entreprise qui se répand sur le web. En êtes-vous une victime? Lisez alors cet article.

Vous apprendrez comment l’analyser. L’internaute devient lui-même le média de l’information, c’est bien connu, et il est désormais plus facile que jamais de répandre tous propos négatifs, véridiques ou non, au sujet de quiconque ou de n’importe quelle marque ou entreprise sur le web. Le phénomène peut faire sourire, mais en général le préjudice est bien réel. Le bad buzz peut avoir plusieurs faces! Le bad buzz peut être la conséquence d’une action marketing qui a mal tourné et qui a déplu aux consommateurs. Souvent les marques utilisent les mêmes leviers pour «contrôler le buzz» et se vanter.

Et comme pour créer un bon buzz, la propagation d’un badbuzz va souvent être gratuite ou très bon marché pour ses messagers. L’évaluation du coût d’un badbuzz Prenons un exemple. Bad buzz : gérer une crise sur les réseaux, les règles d'or. Chaque année de nombreux articles de blogs mettent les bad buzz à l’honneur. Ils cherchent à expliquer comment s’est produit tel ou tel lynchage numérique, quels sont les supports ou canaux de communication en cause. Moins nombreux mais tout aussi intéressants, les articles sur « La gestion de crise sur les médias et les réseaux sociaux » permettent de comprendre les différents processus mis en place (ou pas) par les entreprises.

Comment endiguer la propagation d’un contenu ? Les réponses apportées sont-elles spécifiques à ces supports et pourquoi ? Dans cet article vous découvrirez les règles d’or des plus grands spécialistes de la communication et de la gestion de crise. Des réseaux sociaux plus sensibles que d’autres Il y a réellement deux réseaux sociaux sensibles au bad buzz, terreau fertile à la vitesse de propagation d’un bruit, d’une rumeur, d’un mécontentement… : TwitterFacebook Bad buzz : gérer une crise sur les réseaux, les règles d’or – Comprendre de quoi il s’agit. .

– Veiller. Comment créer du contenu viral ? - Infographie. Créer un contenu qui deviendra viral n’est pas uniquement une question de chance. Mais dans ce cas, de quelle manière rend-on un contenu viral ? En prenant un peu de recul sur la situation, vous vous apercevrez qu’énormément de personnes arrivent continuellement à créer du contenu viral. Comment s’y prennent-ils ?

Ont-ils recours à un procédé mystérieux ? Si l’on en croit les recherches effectuées sur la question, un contenu viral inclut des caractéristiques spéciales encourageant naturellement les gens à le partager. Et les spécialistes en marketing qui génèrent constamment du contenu viral appliquent un modèle extrêmement bien pensé de production, de distribution et de promotion, qui est constitué de données représentatives. C’est pourquoi aujourd’hui, je vous propose de plonger au cœur de ces caractéristiques spéciales, en consultant les précieux éléments que j’ai réunis au sein de l’infographie suivante. Vos opinions et commentaires concernant cet article sont les bienvenus. Comment survivre à un bad buzz ? Le guide en 6 étapes. Community manager et Bad Buzz : quelles relations de cause à effet. Ils sont sur le front tous les jours pour maintenir à flot la réputation de leurs entreprises, et pourtant il arrive que parfois ils la coulent par leur action ou leur erreur.

Eux, ce sont les community manager. Leur cauchemar ? Subir les foudres de leur communauté. Pire cauchemar encore : que la cause du mécontentement provienne de leur propre action. Alors que les bad buzz fêtent leur 10 ans, il était plus que temps que j’établisse un portrait détaillé de tous les bad buzz provenant directement du community manager. I. Il existe 3 types d’erreurs de community manager qui mènent à un bad buzz : La mauvaise blague : le community manager, dans sa recherche de l’engagement utilise une blague qui passe mal.L’opportunisme mal placé : le community manager, dans l’optique de profiter à tout prix d’une actualité, va surfer sur un événement. 1. Par exemple, le community manager, dans sa recherche de l’engagement utilise une blague qui passe mal, comme Orangina en 2011, à propos des roux. 2. 3. Communication de crise : quand le silence tue…

Le temps est aujourd’hui révolu, où une entreprise ou une organisation pouvait parer les attaques publiques en se plantant la tête dans le sable, telle l’autruche! Nous sommes en 2017, et ces attaques fusent aujourd’hui à la vitesse de la lumière, portées par ces vecteurs que sont l’Internet et les réseaux sociaux. Le silence n’est aujourd’hui plus une option et la proactivité est désormais de mise en telle situation! Parlez-en aux dirigeants de la chaîne américaine Nordstrom qui, tout récemment, a goûté à la présidentielle colère de Donald Trump, furieux que cette dernière ait retiré de ses étals la ligne de vêtements et d’accessoires de la First Daughter Ivanka Trump. Fort heureusement pour l’entreprise de Seattle, l’attaque du président par l’entremise de son arme préférée, son compte Twitter @realDonaldTrump, aura fait patate, la valeur de l’action de Nordstrom bondissant de près de 7 % deux jours après la salve en provenance de l’occupant de la Maison Blanche… De dire quelque chose!

Conseils pour rendre votre vidéo virale. Les vidéos représentent aujourd’hui 60% du trafic internet. Vous avez dû le voir autour de vous : les vidéos drôles et les vidéos de chatons font le buzz ! Or 36 % des vidéos regardées sont des publicités : c’est le moment de repérer quelques astuces pour rendre votre vidéo virale et vous lancer ! Ton but, tu ne le perdras pas de vue ! Avant de penser à faire le buzz, vous devez affiner votre stratégie marketing. En premier lieu, vous devez cerner le message que vous souhaitez faire passer. Est-ce que vous voulez mettre l’accent sur votre produit phare ? Votre objectif est-il de recruter le profil parfait pour votre équipe commerciale ? Le fait de se poser ces questions doit orienter le futur message de vos vidéos. Prenez le temps de cerner vos objectifs précisément… et, interrogez-vous sur la façon dont vous allez mesurer le succès de votre campagne vidéo !

A ton public, tu penseras ! Avant de vous lancer, collectez des informations sur votre public et ses habitudes de consommation médias. Créer une vidéo virale : stratégie, petits secrets et coup de dés! J’ai la chance d’avoir des clients merveilleux qui m’inspirent la plupart des sujets traités sur ce blogue. Cette semaine ne fait pas exception. On m’a ainsi récemment interpellée sur la possibilité de créer une vidéo virale, un rêve que caressent bon nombre d’entreprises à la recherche de notoriété à faible coût. Évidemment, conquérir le web et les médias sociaux à la manière de WestJet et de leurs 41 millions de vues sur YouTube n’est pas chose facile. Et dans le domaine de la viralité, rien n’est garanti. Mais avec une bonne idée et une approche de lancement soigneusement planifiée, c’est possible. Le secret se trouve dans les étapes suivantes : Pour suivre Stéphanie sur d’autres plateformes : Facebook ou LinkedIn. La vidéo elle-même Tout part du concept.

Le lancement et la propulsion Faites attention à votre «timing». Finalement, soyez prêts pour le déluge! Rappelez-vous qu’une bonne vidéo virale n’a pas besoin de coûter une fortune à réaliser. À la semaine prochaine, Stéphanie. Gestion de bad buzz : le cas Décathlon. Le 14 décembre dernier, un Décathlon des Vosges a publié sur Youtube un libdub reprenant le morceau « Call me maybe ». Les vendeurs du magasin dansaient et chantaient des paroles destinées à promouvoir les produits de Décathlon comme cadeaux de Noël… Décathlon Saint-Dié-des-Vosges Noël 2012 par Spi0n Décomplexée, voire légèrement grotesque, la vidéo a rapidement fait parler d’elle sur Twitter. Les moqueries ne manquaient pas : Mais les soutiens, bien que plus rares, sont aussi venus : Le CM à fond la forme Rien que du très classique donc : les gens réagissent à une vidéo qui sort de l’ordinaire.

Pour éteindre le feu, donnez-lui de l’oxygène La réponse au buzz ne s’arrête pas là : plutôt que d’étouffer la vidéo, le lipdub est intégrée… en home de la page Youtube de Décathlon France ! Une très bonne initiative de la part de Décathlon. Pour conclure, quelques leçons à retenir : 1. 2. Cette rapidité est probablement due à une organisation hiérarchique aplanie. 3. 4. Infographie: la gestion de crise sur les réseaux sociaux. La stratégie Bad buzz, risquée et si commune. Le Storytelling au service de la marque. Mythes & réalité des médias sociaux. Rétrospective des Bad Buzz 2016 : les crises s'aggravent. SAAQ : une intervention Facebook exemplaire!

Vidéo virale, 10 conseils et 6 exemples à découvrir. Les 5 "bad buzz" de 2016 (et comment les éviter en 2017) Les 6 leviers pour faire un buzz. Les 7 erreurs classiques d'une communication de crise ratée. 8 ingrédients pour atténuer les risques d’une crise 2.0. Gestion de crise 2.0.