background preloader

Crise des migrants

Facebook Twitter

En Allemagne, Merkel sauve son gouvernement mais reste en sursis. La chancelière a finalement renoncé à sa politique migratoire d’accueil, mais reste une cible privilégiée pour les courants conservateurs les plus durs. La chancelière allemande, Angela Merkel, a réussi à sauver son gouvernement en acceptant de renoncer définitivement à sa politique migratoire généreuse, mais ce répit pourrait n’être que de courte durée. « Le climat dans une coalition gouvernementale n’a probablement jamais été aussi empoisonné que dans celle-ci », commente mardi 3 juillet le quotidien Bild, le plus lu outre-Rhin, après l’accord aux forceps obtenu la veille entre la chancelière et son ministre de l’intérieur rebelle, qui réclamait de réduire fortement le nombre de demandeurs d’asile arrivant dans le pays.

Lire aussi : Imbroglio en Allemagne autour de la « démission » du ministre de l’intérieur Horst Seehofer La dirigeante conservatrice a fait l’objet d’une remise en cause sans précédent de l’intérieur même son équipe. Une cible privilégiée « Camps d’internement » Accord migratoire en Allemagne : ce que l’on sait. Le ministre allemand de l’intérieur, Horst Seehofer, s’opposait depuis plusieurs semaines à la chancelière Angela Merkel sur la politique migratoire. Ils ont trouvé un accord dans la soirée lundi. L’essentiel Lire aussi : Imbroglio en Allemagne autour de la « démission » du ministre de l’intérieur Horst Seehofer Les réactions Mme Merkel s’est réjouie d’avoir conclu « après des journées difficiles et des tractations rudes », un « bon compromis » qui respecte « l’esprit du partenariat européen » et en même temps constitue « un pas décisif » vers un meilleur contrôle des demandes d’asile au sein de l’UE. « Nous avons un accord clair sur la façon d’empêcher à l’avenir l’immigration illégale aux frontières entre l’Allemagne et l’Autriche », s’est félicité de son côté M.

Le compromis trouvé prévoit que les migrants installés dans les « centres de transit » à la frontière seront obligés d’y rester. La photo Le chiffre 70 ans La citation Le tweet. Un accord sur les migrations trouvé lors du sommet de l’Union européenne. Le président du Conseil européen Donald Tusk a estimé vendredi qu’il était « beaucoup trop tôt pour parler d’un succès » après l’accord signé par les Vingt-Huit à Bruxelles. Neuf heures de négociations et un accord au petit matin. Les vingt-huit dirigeants de l’Union européenne (UE), réunis en sommet à Bruxelles, sont parvenus à s’entendre sur le dossier migratoire au bout de la nuit, vendredi 29 juin vers 4 h 30, a annoncé le président du Conseil européen, Donald Tusk.

L’objectif affiché est de mieux protéger les frontières du bloc et de renforcer les règles d’accueil, a expliqué, vendredi, le président français, Emmanuel Macron : « La coopération européenne l’a emporté (…). La solidarité que nous devons aux premiers pays d’entrée a été actée lors de ce sommet. » « Nous avons réussi à obtenir un accord (au sommet) mais c’est en fait la partie la plus facile de la tâche qui nous attend sur le terrain, quand nous commencerons à le mettre en oeuvre. » C’est aussi ce que M. Crise politique en Allemagne : Angela Merkel contestée. Le bras de fer entre Angela Merkel et son ministre de l’intérieur, Horst Seehofer, a tourné à la crise politique en Allemagne ce jeudi 14 juin. La CDU et sa branche bavaroise CSU n’arrivent plus à s’entendre sur la question des réfugiés. De quoi faire trembler la coalition gouvernementale. Un désaccord majeur régnait depuis lundi 11 juin au sein du gouvernement d’Angela Merkel (CDU).

Le ministre de l’Intérieur Horst Seehofer, président de la CSU (la branche bavaroise de la CDU), refusait en effet de s’aligner sur la politique migratoire voulue par sa chancelière. Jeudi 14 juin, ce désaccord a tourné à la crise politique, semant la confusion au sein de la coalition gouvernementale. Fermeté de la CSU avant les élections régionales bavaroises Horst Seehofer devait présenter son « plan général pour la migration » mardi dernier, dans lequel il prévoyait de renvoyer systématiquement à la frontière les demandeurs d’asile étant déjà inscrits dans un autre pays de l’UE. À lire aussi. Lesbos : «Je veux que le monde m’écoute»

Lesbos : «Je veux que le monde m’écoute» «J n’n px pls !» Hrl sdn l jn hmm n gstclnt vlmmnt, cmm s’l dnnt ds cps d png dns l nt. sstôt, d’trs l’ntrnt t tntnt d l clmr, ms ls smblnt tt ss nrvx, tnds, crn. «Vl nf ms q j’ ft m dmnd d’sl. t dps ? Rn, cn rpns ! J rst c, prsnnr sr ctt îl !» Gmt ncr Mhmd, vn d Kbn n Syr, vnt d s’ffndrr n snglts.

Migrants en Libye: le pacte pourri entre Rome, les garde-côtes et les trafiquants. L’Espagne face à un afflux massif de migrants. Désormais, de plus en plus de migrants passent par l’Espagne, forçant le pays à fermer provisoirement le poste-frontière de l’enclave de Ceuta. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Isabelle Piquer (Madrid, correspondance) L’Espagne a décidé, mercredi 9 août, en accord avec le Maroc, de fermer provisoirement le poste-frontière de son enclave de Ceuta, destiné au transit de marchandises, après les récentes tentatives menées par des centaines de migrants subsahariens de gagner le territoire espagnol. Cette mesure devrait se prolonger jusqu’au 16 août, le passage des personnes à bord d’un véhicule et à pied restant autorisé.

Dans la soirée du lundi 7 août, au moins 187 migrants sont parvenus à entrer dans Ceuta par le poste frontalier de Tarajal, en courant à vive allure. C’est ainsi que les agents ont pu faire face à une nouvelle arrivée de plusieurs centaines de migrants dans la nuit de mercredi, qui a été freinée en amont par la police marocaine. Triples grillages Eviter la Libye. Sur l’immigration, la classe politique italienne vire à droite toute.

UE-Libye: le partenariat de la honte. L’ultimatum de l’Italie sur les migrants met les Européens devant leurs responsabilités. Des renforts policiers et 8000 places en hébergement : les annonces de Cazeneuve en exclusivité - Accueil - Nord Littoral. Par la rédaction pour Nord Littoral, Publié le 02/09/2016 - Mis à jour le 02/09/2016 à 09:56 La manifestation de lundi a-t-elle précipité votre venue à Calais? Bernard Cazeneuve: «C’est la 8e fois que je viens à Calais depuis que je suis ministre de l’Intérieur et j’y reviendrai encore. Quand il y a une situation difficile, des inquiétudes, des tensions comme aujourd’hui en raison d’une crise migratoire qui résulte des désordres du monde, l’État doit répondre présent, être à l’écoute et avancer des solutions.

C’est normal. C’est mon rôle d’être aux côtés des élus et des acteurs économiques et sociaux de Calais. Démanteler une zone où vivent 10000 personnes, est-ce réalisable? «Il y a aujourd’hui, non pas 10 000, mais 6 900 migrants présents dans la zone nord de la Lande de Calais. Justement, les places en centre d’accueil et d’orientation (CAO) sont de plus en plus rares et la demande de la part des migrants de plus en plus forte. «Ce n’est pas cela que j’avais annoncé. En dépit des apparences, la crise migratoire s’accroît en Europe – EurActiv.fr.

La route des Balkans est à présent déserte, mais l’hémorragie est loin d’être endiguée. Un an après l’entrée de centaines de milliers de réfugiés dans le sud-est de l’Europe, la route des Balkans est désormais déserte, donnant l’impression que la tragédie humanitaire a pris fin en disparaissant des écrans de télévision du monde entier. Pourtant, la crise migratoire en Europe s’est aggravée par rapport à l’année dernière. Au moins d’un point de vue numérique. Plus de personnes entrent illégalement en Europe et le nombre de ceux qui meurent en chemin est plus élevé. Ainsi à Idomeni, à la frontière entre la Grèce et la Macédoine, les cultures estivales ont remplacé les tentes des réfugiés. >> Lire : Les migrants reprennent le chemin de la Grèce après la tentative de putsch turque En 2015, plus d’un million de personnes ont fui les conflits en Syrie, en Irak et en Afghanistan pour l’Europe. >> Lire : Un rapport dénonce l’échec de l’UE sur la protection des enfants réfugiés.

Allemagne : le casse-tête d'Angela Merkel après le putsch manqué en Turquie. Le putsch manqué en Turquie ne pouvait pas tomber plus mal pour Angela Merkel. La réponse vigoureuse du président Recep Tayyip Erdoğan et le risque de dérive autoritaire du régime turc semblent rendre caduc l'accord passé au printemps avec Ankara sur les réfugiés.

Cet accord prévoyait le renvoi des réfugiés arrivés en Grèce vers la Turquie et le transfert d'un nombre équivalent de réfugiés présents en Turquie vers l'Union européenne. Le tout moyennant de grandes concessions offertes à Ankara par l'Union européenne : la réouverture des négociations d'adhésion dans l'UE, un versement de 6 milliards d'euros et la suspension de l'obligation de visas pour les ressortissants turcs se rendant dans les Etats membres de l'UE. La condition démocratique oubliée Cet accord a permis de réduire drastiquement le flux de réfugiés vers la Grèce. Un système d'urgence avait été négocié pour suspendre cette liberté de circulation en cas, notamment, de reprise d'une crise des réfugiés.

Pressions de la CDU. La Hongrie annonce un référendum sur les quotas de migrants – EurActiv.fr. En plein choc du Brexit, Viktor Orbán provoque de nouveau l’Union européenne avec l’organisation en octobre d’un référendum sur le plan européen de répartition des réfugiés combattu depuis des mois par le Premier ministre hongrois. Viktor Orbán, qui tient un discours antimigrants virulent, avait annoncé en février cette consultation sur le plan de relocalisation, à travers les 28 États membres, de 160 000 demandeurs d’asile se trouvant en Grèce ou en Italie, portes d’entrée de l’UE.

Le scrutin sera organisé le 2 octobre, a annoncé mardi la présidence hongroise, alors que Bruxelles et Londres devraient être en train d’engager leur douloureux divorce. Le référendum hongrois marquera une nouvelle étape dans les rapports tendus du gouvernement Orbán avec les institutions européennes qui, depuis son arrivée au pouvoir en 2010, lui ont régulièrement reproché de porter atteinte à l’État de droit et à l’équilibre des pouvoirs dans son pays.

Le Brexit et « l’exode » des réfugiés. Le Monde.fr - Actualité à la Une. Demandes d’asile : les modestes records de la France. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Maryline Baumard Le paysage français de l’asile bouge. C’est ce que montre le rapport d’activité sur l’année 2015 que l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) a rendu public, mercredi 8 juin. Il a aussi fait le bilan des cinq premiers mois de 2016. Et des changements se dessinent que la comparaison avec nos voisins avaient jusque-là masqués. La hausse de 23,6 % des dossiers de demandes d’asile étudiés par la France en 2015 et celle de 18 % sur les cinq premiers mois de 2016 font bien pâle figure au regard d’une Europe qui a connu 123 % de hausse l’an dernier. Et pourtant, si modestes soient-ils dans le contexte, les 80 075 dossiers enregistrés en France en 2015 cachent plusieurs records.

Avec 26 818 arrivées, jamais la France n’avait admis autant de réfugiés en une année même à l’aube des années 1990, où l’on enregistrait autant de demandes qu’en 2015. Lire aussi : L’examen des demandes d’asile reste très compliqué à Paris. « L’Europe a les moyens de maîtriser l’immigration » LE MONDE | | Propos recueillis par Jean-Pierre Stroobants (Bruxelles, bureau européen) La question des réfugiés et de la migration revient à la « une » avec des naufrages et des centaines de morts en Méditerranée.

La Commission européenne devait présenter, mardi 7 juin, un nouveau plan au Parlement de Strasbourg. Son premier vice-président, Frans Timmermans, les détaille. Quelles sont les nouvelles propositions de la Commission pour faire face à l’afflux de migrants ? Nous sommes parvenus à contrôler la situation en mer Egée grâce à l’accord conclu avec la Turquie, et nous évitons donc les décès en mer. C’est ce que l’Italie a proposé avec son « Migration Compact »… C’est en effet notre point de départ. De plus en plus de migrants se résignent à quitter la Suède. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Intérim (Stockholm, correspondance) Après une année 2015 record, qui a vu plus de 160 000 candidats à l’asile arriver en Suède, les réfugiés commencent à retourner dans leur pays d’origine, profitant des aides du gouvernement et rebutés par des conditions d’accueil moins favorables.

De janvier à mars, 449 personnes ont obtenu un soutien financier pour se réinstaller chez eux, parmi lesquels 331 Irakiens et une centaine d’Afghans, les deux principaux groupes de demandeurs d’asile. Selon les chiffres de l’Office des migrations suédois, le nombre de personnes ayant obtenu une aide dite de « réinstallation » dans le pays d’origine est déjà deux fois plus élevé pour le premier trimestre 2016 que pour l’ensemble de l’année 2015. La Suède a fait un virage à 180 degrés dans sa politique d’asile, qui était l’une des plus généreuses d’Europe, devant l’afflux des demandes à partir du deuxième semestre 2015.

Une « sûreté » subjective « Le climat a changé » Réfugiés : l’accord UE-Turquie sur la sellette. L’accord entre l’Union européenne et la Turquie était bancal de naissance. C’est son existence même qui est désormais menacée. Conclu le 18 mars dernier, il prévoit que la Turquie reprenne les demandeurs d’asile arrivés en Grèce depuis son territoire. Et qu’en échange, l’Union accueille un contingent de 72 000 Syriens réfugiés en Turquie. Mais la mise en œuvre est lente. Procédure oblige, plus de 8 000 migrants, retenus dans les hotspots grecs, attendent d’être fixés sur leur sort. Début mai, Athènes avait renvoyé 386 migrants en Turquie, tandis que l’Union en avait accueilli 135. La décision le 20 mai d’une juridiction d’asile de Lesbos estimant que la Turquie ne respecte pas les droits fondamentaux des réfugiés syriens pourrait freiner les renvois.

Surtout, c’est l’amendement de la loi antiterroriste turque, jugée trop extensive par Bruxelles, qui se fait attendre. L'Allemagne s'apprête à voter une loi pour intégrer les réfugiés. Peter Killian Rausch hausse les épaules. Depuis qu’il a transformé son hôtel de luxe en centre d’accueil pour réfugiés, il y a deux ans, il se démène jour et nuit pour que ses « hôtes » syriens ou irakiens parviennent à s’intégrer dans la société allemande. Officiellement, son rôle est de loger quelque 200 demandeurs d’asile transplantés à Bautzen, un village tranquille de l’ex-RDA (République Démocratique Allemande) à l’est du pays.

En réalité, sa tâche consiste également à les guider dans la jungle de la bureaucratie : remplir des formulaires, assister aux rendez-vous des multiples agences publiques qui s’occupent de leur cas, fournir des traducteurs... La liste est longue. En moyenne, les demandeurs d’asile attendent entre cinq et huit mois dans son hôtel avant de savoir s’ils obtiennent ou pas le statut de réfugié. Tous les Syriens l’obtiennent. Comme un nombre croissant d'acteurs de terrain, il juge que l’accent est mis au mauvais endroit. BALLAST Crise des réfugiés : ce n’est pas une crise humanitaire. BALLAST Réfugiés : au cœur de la solidarité. Les demandes d'asile dans l'Union européenne. Les réfugiés en Europe : des chiffres et des cartes. Statistiques sur l'asile - Statistics Explained. CARTE. Schengen vole en éclats, Bruxelles s'alarme enfin - 2 mars 2016.

Migrants : l’Europe en alerte sur son flanc sud. Migrants : Alexis Tsipras dénonce le comportement « honteux » du gouvernement macédonien. Réfugiés : un accord peu convaincant pour gagner du temps. En Allemagne, le regard sur les migrants s’est durci. Déchéance de l’Union européenne. | Bouillaud's Weblog - bloc-notes d'un politiste. L’accord entre l’UE et la Turquie pourrait accélérer les arrivées de réfugiés en France. Migrants : pacte sans gloire entre l’Union européenne et la Turquie. Comment l'Europe a tourné le dos au droit d'asile. Comment l’Europe enterre le droit d’asile. Crise des migrants : un naufrage européen. «S’il le faut, je mourrai noyé sous la pluie à Idomeni»

Le camp de migrants de Grande-Synthe, un « anti-Calais » Migrants : un sommet avec la Turquie, pour quoi faire ? Les Grecs se sentent trahis par les capitales européennes. La Grèce va-t-elle accepter de devenir le Calais de l'Europe ? Migrants : l’UE accorde une aide « humanitaire » d’urgence de 300 millions d’euros à la Grèce. Crise de migrants : incidents en Macédoine et à Calais. La Grèce au bord de la crise humanitaire. Crise des migrants : haute tension diplomatique entre l’Autriche et la Grèce. Crise des migrants : l'Allemagne propose un marché à la Grèce. Réfugiés : l’Autriche  se désolidarise de l’Allemagne. La Macédoine ferme sa frontière avec la Grèce aux migrants. Jungle de Calais : le mirage de l’évacuation.

Migrants : vers l’implosion de Schengen et une crise humanitaire en Grèce. Le « Brexit » et les impasses de Calais. Pour les réfugiés, la route des Balkans se ferme de plus en plus. Plus de 10.000 enfants migrants non accompagnés portés disparus Europe, selon Europol. La gestion des migrants par l’Europe est un « échec catastrophique », selon MSF.

La France a accepté 27 % de réfugiés de plus en 2015. Trois millions de migrants en trois ans : vent de panique en Europe. La Commission européenne épingle 19 pays pour non-respect du droit d’asile. Migrants-dissiper-les-fantasmes_4750063_3234. L'Allemagne réintroduit des contrôles à ses frontières. Le Canada peut recevoir 10 000 réfugiés avant la fin de l'année, dit Mulcair | Andy Blatchford | Élections fédérales. Ce que la crise des migrants nous dit sur le Canada. «Les maires n'ont pas le droit de refuser des réfugiés musulmans dans leurs communes» Les droits sociaux des demandeurs d’asile / L'accueil des demandeurs d'asile / Asile. L’hypocrisie française, l’exemple allemand. Migrants : la France n’a pas failli. Allemagne : pourquoi Angela Merkel est-elle si généreuse envers les réfugiés ?

Drowning and fleeing by numbers - Des migrations et des chiffres. Des explications s’imposent (2015/09/07) - Marie-Laure Basilien-Gainche. La France appelée à accueillir 24 000 nouveaux migrants. Migrants, réfugiés, demandeurs d'asile en Europe 3/3 : un afflux exceptionnel. CALM – Comme A La Maison | SINGA FRANCE. Migrants : Le pape François appelle chaque paroisse d'Europe à accueillir une famille de réfugiés. Migrants: pourquoi l'Allemagne et la Suède sont devenues des terres promises. «L’afflux massif» de réfugiés est un mythe aux effets pervers. Migrants : "Nos gouvernements mettent en scène leur inutilité", dit Éric Zemmour. Merkel met en garde l’Europe sur les réfugiés. Migrants : l’efficacité en trompe l’œil des politiques répressives espagnoles. Migrants : confusion en Hongrie et afflux record en Autriche et en Allemagne. Le nouveau rideau de fer. Le mur anti-migrants achevé entre la Hongrie et la Serbie.

Laurent Fabius dénonce l’attitude « scandaleuse » de la Hongrie dans la crise des migrants. Un camion de migrants intercepté en Autriche, une nouvelle tragédie évitée. Plusieurs dizaines de migrants retrouvés morts en Autriche, Merkel appelle à la solidarité.