background preloader

Orientation

Facebook Twitter

Entrée à l’université : en Suède, une sélection transparente et démocratique. Ecole de commerce, prépa, études. Fac et université : Toutes les formations en université et en fac - les études par spécialité avec letudiant.fr. Sciences Po : réussir son entrée en IEP - Les conseils de l'Etudiant. Étudier au Royaume-Uni : suivez le guide !

C'est décidé, vous allez partir étudier au Royaume-Uni.

Étudier au Royaume-Uni : suivez le guide !

Mais comment choisir l'université qui vous convient ? Quelles formalités remplir ? Où trouver un logement ? On fait le point sur les étapes à franchir. Angleterre, Écosse, Irlande du Nord ou Pays de Galles, le Royaume-Uni est la destination d'études préférée des étudiants français. Si le Brexit menace les conditions d'études des Européens (droits d'inscription, bourses, prêts...), le gouvernement britannique se veut rassurant pour les rentrées universitaires 2017 et 2018. Étudier au Royaume-Uni : les réponses à vos questions • Comment choisir votre université ? • Comment financer votre inscription ? • Quelles sont les formalités ? • Comment préparer votre installation ? Parcoursup, la nouvelle plateforme d'admission dans l'enseignement supérieur.

Toutes les informations sur Parcoursup. Plan Etudiants. Ecoles de commerce, la défaite de la pensée ? Cours jugés peu exigeants, futiles ou manquant de sens : les « business schools » déçoivent bon nombre d’étudiants.

Ecoles de commerce, la défaite de la pensée ?

Mais les écoles commencent à revoir leur pédagogie. LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Adrien de Tricornot L’appétence pour les « business schools » ne se dément pas : du 24 avril au 5 mai, 10 560 candidats (+ 1,22 % par rapport à 2016) planchent sur le concours de la Banque commune d’épreuves (BCE), qui donne accès à 24 grandes écoles de commerce. « Ma BD s’appelle Sup de Cons, car certaines Sup de Co traitent leurs étudiants comme tels » Entretien avec un ancien enseignant en école de commerce, auteur d’une BD à paraître : « Sup de cons.

« Ma BD s’appelle Sup de Cons, car certaines Sup de Co traitent leurs étudiants comme tels »

Le Livre noir des écoles de commerce », satire des dérives de certains établissements. LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Propos recueillis par Adrien de Tricornot Zeil, de son nom de plume, est enseignant-chercheur aux Etats-Unis et a été pendant cinq ans directeur du marketing, puis directeur académique dans une école de commerce française. Sa bande dessinée satirique, qui paraît le 4 mai (Sup de cons. U-multirank, ou comment distinguer les universités françaises sans les classer. La troisième édition de l’outil européen d’aide à l’orientation propose à chacun de pondérer les critères retenus pour effectuer un classement personnalisé.

U-multirank, ou comment distinguer les universités françaises sans les classer

Palmarès des villes étudiantes : Grenoble, Rennes et Toulouse en tête. Dans l’édition 2016-2017 de son palmarès général des villes étudiantes, le magazine « L’Etudiant » place sur le podium Grenoble, Rennes et Toulouse.

Palmarès des villes étudiantes : Grenoble, Rennes et Toulouse en tête

Grenoble, Rennes, Toulouse, Lyon, Nantes, Montpellier ou encore Bordeaux… Dans l’édition 2016-2017 de son palmarès général des villes étudiantes, le magazine L’Etudiant place dans son top 10 sept villes qui y étaient déjà présentes l’année dernière. Le site pour s’informer sur les masters, Trouvermonmaster.gouv.fr, est en ligne. Ce portail d’information, qui répertorie l’ensemble des formations permettant d’accéder au diplôme bac+5, a ouvert mercredi, mais d’importantes informations n’y figurent pas encore.

Le site pour s’informer sur les masters, Trouvermonmaster.gouv.fr, est en ligne

Visite guidée. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Camille Stromboni « Les étudiants de licence pourront désormais trouver toute l’offre de diplômes nationaux de master au même endroit », s’est réjoui Thierry Mandon, secrétaire d’Etat à l’enseignement supérieur, mercredi 1er février, à l’occasion du lancement du site Trouvermonmaster.gouv.fr. Cette plateforme accompagne la réforme de la sélection en master, votée en décembre et d’ores et déjà effective pour les étudiants souhaitant s’inscrire en M1 à la rentrée 2017. Désormais, les masters – les deux années d’études correspondant à l’ancienne maîtrise (bac + 4) suivie des ex-DEA et DESS (bac + 5) – vont pouvoir sélectionner leurs étudiants à l’entrée de la première année, alors que jusqu’ici une sélection perdurait entre le master 1 et le master 2. Ecoles de commerce : quel retour sur investissement ? Si leurs frais de scolarité grimpent régulièrement, les écoles de management mettent en avant les retombées positives pour leurs diplômés : de très bons débouchés à leur sortie et des rémunérations attrayantes. « Se former, c’est un investissement » : la formule fait désormais florès.

Ecoles de commerce : quel retour sur investissement ?

Notamment pour parer aux critiques sur le coût élevé de certains cursus, comme ceux des grandes écoles de management. Mais si l’on entre dans cette logique « financière », on peut alors aussi s’interroger sur la « rentabilité » du placement réalisé dans ces écoles. Autrement dit, sur le retour sur investissement que l’on peut en attendre.

Les élèves des business schools en auront-ils vraiment pour leur argent, quand ils paient des frais de 9 000 à 15 000 euros l’an, et parfois plus de 40 000 euros pour un cursus complet ? Ecoles de commerce : « Il faut exiger des garanties sérieuses » Les écoles de commerce qui proposent des cursus dès après le bac, souvent en dehors de la plate-forme APB, sont nombreuses, mais pas toutes de qualité.

Ecoles de commerce : « Il faut exiger des garanties sérieuses »

Les conseils de Dominique Torres, conseillère d’orientation au Centre d’information et d’orientation Médiacom de l’académie de Paris. Quelles sont les bonnes questions à se poser avant d’intégrer une école de commerce post-bac ? Lire aussi : Ecoles de commerce : se retrouver dans le maquis des labels, grades et visas des diplômes Le marché des écoles de commerce est ultra-concurrentiel, les formations coûteuses et l’endettement des élèves important.

Ecoles de commerce, IAE : les clés pour choisir sa formation en management. Pourquoi les frais de scolarité dans les business schools françaises ont-ils plus que doublé en vingt ans ?

Ecoles de commerce, IAE : les clés pour choisir sa formation en management

Concurrencés par les formations universitaires des IAE, ces cursus restent-ils intéressants malgré tout ? Le tour de la question avec nos reportages et témoignages. HEC, Essec, ESCP Europe, EM Lyon, Iéseg, Audencia, EM Lyon, Skema, Neoma... ?connexion&url_zop= Ils ont opté pour une classe prépa. « Je me demande aujourd’hui si je n’aurais pas préféré faire un DUT » Julia Zimmer, 22 ans, classe préparatoire économique et commerciale, de 2009 à 2011, au lycée Jean-Baptiste Corot, Savigny-sur-Orge (Essonne). « Je voulais faire les études les plus larges possibles, entrer en école de commerce.

Ils ont opté pour une classe prépa

Alors j’ai décidé de faire une classe préparatoire. Les profs sont excellents, et j’y ai appris la rigueur… Mais je trouve que l’enseignement était beaucoup trop théorique par rapport à mes besoins. On est à fond dans les concours, on s’enferme un peu et on manque énormément de pratique. Je me demande aujourd’hui si je n’aurais pas préféré faire un DUT [diplôme universitaire de technologie], ce qui aurait été plus sympa et m’aurait permis de faire davantage de stages en entreprise. » Skema : une même école, trois métiers. Ils ont tous trois fréquenté ce bâtiment du quartier d’Euralille.

Avec sa façade reflétant le soleil, il abrite le campus lillois de Skema Business School. Pourtant, si, mis côte à côte, les parcours de Benjamin (diplômé en 2011), Constance (diplômée en 2012) et Alexis (diplômé en 2014) respectent une unité de lieu, ils divergent concernant l’unité de temps et d’action : tous trois n’ont pas passé le même temps sur le campus et n’attendaient pas forcément la même chose de leur passage par l’école lilloise. Il en résulte trois regards singuliers sur une même école. De façon troublante, la couleur de leur scolarité est déjà donnée… avant même qu’ils aient posé un pied à l’école.

Plus précisément, lors de leur candidature. Le bachelor, une entrée quasi assurée dans le monde du travail. Aujourd’hui, toutes les grandes écoles de gestion, ou presque, recrutent une partie de leurs étudiants à la sortie du lycée. En parallèle du prestigieux « programme grande école » de niveau master, les établissements proposent des bachelors, une formation post-bac de trois ou quatre ans. Les deux cursus ne se confondent pas. S’ils s’adressent tous deux à de hauts potentiels, le premier est plus sélectif que le second. « Et les passerelles entre les deux sont rares », prévient Jean-Michel Blanquer, directeur de l’Ecole supérieure des sciences économiques et commerciales (Essec). Parmi les 211 diplômés de son bachelor in business administration (BBA) en 2014, seuls quatre ou cinq ont rejoint le « programme grande école », qui accueille en priorité les étudiants des classes préparatoires classiques et ceux issus de l’université.

HEC perd sa couronne de première école de commerce européenne. Triste cadeau de départ en retraite pour Bernard Ramanantsoa, directeur général d’HEC. La britannique London Business School (LBS), concurrente historique d’HEC Paris, lui ravit sa couronne dans le classement général des écoles de commerce européennes 2014 du Financial Times publié lundi 1er décembre. C’est d’ailleurs la seule grosse surprise du palmarès. Entre ces deux-là, la rivalité est ancienne.

Ecoles de commerce : le concours Accès, mode d’emploi. Ecoles de commerce : le concours Sésame, mode d’emploi. Les IAE (instituts d'administration des entreprises), aussi forts que les écoles de commerce. Onisep. L'Etudiant. Rubrique Campus du journal Le Monde.