background preloader

Premières

Facebook Twitter

Tous les documents - page 1. Introduction : La sélection des documents de ce volet pédagogique repose sur la nécessité de proposer d'une part un éclairage sur le contexte historique et politique de l'époque et d'autre part d'aider à la compréhension de l'Affaire. Le but de cette rubrique est de rendre accessible aux enseignants des documents afin qu'ils puissent construire de façon autonome leur séquence en fonction du niveau de leurs élèves et de leurs choix pédagogiques.La consultation de cette liste de documents sélectionnés est possible grâce à une entrée chronologique, les documents sont téléchargeables et accompagnés d'une mention particulière s'ils font l'objet d'une notice pédagogique. Plusieurs documents iconographiques peuvent être exploités dans les cours d'arts plastiques.

Les enseignants en arts plastiques pourront les sélectionner dans la rubrique Médiathèquex Fermer cette introduction Lire l'introduction. 30 ans de guerre au Vietnam. Du côté Vietnamien, l'état de guerre a duré plus de trente ans. Ce fut à la fois un conflit de décolonisation et une guerre "nationaliste", civile et totale. Une guerre de réunification qui opposait deux visions politiques d'un Vietnam libre et réunifié.

Cliquer pour voir les 4 cartes Chronologie 1945 : Coup de force japonais qui met fin à la domination française en Indochine. Bao Dai proclame l’indépendance du Vietnam. 1954 : Chute de Dien Bien Phu. 1955 : Bao Dai est déposé. 1960 : Création du Front national pour la libération du Sud-Vietnam, communiste. 1963 : Coup d’État militaire, soutenu par les États-Unis ; Diem est assassiné. 1964 : Premiers bombardements américains au Nord. 1965 : Débarquement américain au Vietnam. 1969 : Mort de Ho Chi Minh. 1973 : Accords de Paris entérinant le règlement du conflit. 1975 : L’armée nord-vietnamienne entre à Saigon. Sommaire du chapître : Approche thématique. Accueil - CVCE Website. L'histoire de l'Union européenne - EUROPA | Union Européenne.

Les pionniers de l’UE Plusieurs esprits visionnaires ont présidé à la création de l'Union européenne telle que nous la connaissons aujourd'hui. Sans leur énergie et leur engagement, cet espace de paix et de stabilité que nous considérons comme une évidence n'existerait pas. Résistants, députés ou avocats, les pionniers de l’UE formaient un groupe de personnalités diverses mues par le même idéal: la création d'une Europe pacifiée, unie et prospère. Outre les pionniers présentés ci-dessous, de nombreuses autres personnalités ont inspiré le projet européen et œuvré sans relâche à sa réalisation. Cette section sur les pionniers de l’UE est donc amenée à s'étoffer. Une Europe en paix: les débuts de la coopération L'Union européenne (UE) a été créée dans le but de mettre fin aux guerres qui ont régulièrement ensanglanté le continent, et qui ont culminé avec la Seconde guerre mondiale. Une période de croissance économique Une Communauté en expansion: le premier élargissement Une décennie difficile.

Karambolage - l'Histoire : le Siège de Paris. Un été 44 en Limousin. Les Brûlures de l'Histoire - Vichy et les juifs. (7) ARTE Karambolage - Publications. Versailles 1919/1920 : la paix improbable (1ère partie) I. LES TRAITES ET L'ILLUSION DE LA PAIX (1ère partie) a. Une nouvelle géographie de l'Europe : La carte de 1914 / la carte de 1924 b. La grande illusion : la S.D.N. II. A. 1. 2. B. 1. 2. 3. Introduction générale Le traité de Versailles signé le 28 juin 1919 avec l’Allemagne et promulgué le 10 janvier 1920 est évidemment le plus important et le plus connu mais des traités annexes au traité de Versailles sont signés séparément avec chacun des vaincus : Les traités de Saint-Germain-en-Laye puis du Trianon avec respectivement l'Autriche et la Hongrie.

Tous ces traités sont marqués par le même "esprit des lois" : les vainqueurs entendent profiter de leur victoire et imposer leurs conditions aux vaincus car l’idéologie meurtrière du nationalisme n’est pas morte le 11 novembre : elle reste longtemps dans les esprits. La géographie politique de l’Europe de 1914 est chamboulée -surtout en Europe centrale et orientale. A. 1. 2. 3. B. 1. 2. 3. « La paix est un échec dès le milieu des années 1920 » Professeur à l’université de Yale, Jay Winter est spécialiste de la première guerre mondiale.

Il est associé à la naissance du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre à Péronne (Somme), qui consacre ses travaux à l’histoire culturelle de la guerre de 1914-1918. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages de référence, dont celui publié en codirection avec Annette Becker et intitulé The Cambridge History of the First World War (simultanément chez Cambridge University Press et, en français, chez Fayard La Première Guerre mondiale - tome 1 : Combats, octobre 2013), premier livre d’histoire globale sur le sujet, suivi des tomes 2 et 3, respectivement sur les Etats (936 pages, 36 euros) et sur les sociétés civiles, à paraître, le 10 novembre 2014 (912 pages, 37 euros).

Le monde se fait la guerre pendant plus de quatre ans. Les Etats signent la paix en 1919-1920 en se disant « plus jamais ça ». De nombreuses raisons expliquent que la paix n’ait pas tenu. Comment l’Etat fait la guerre, ce que la guerre fait à l’Etat. L’une des interrogations qui taraudent depuis un siècle les historiens, les politologues, les économistes, entre autres, est de savoir comment les Etats belligérants de la première guerre mondiale ont réussi à mobiliser pendant quatre années consécutives leurs habitants, au front et à l’arrière, mais aussi l’industrie, la finance, les institutions et les ressorts psychologiques de la société, pour mener la plus sanglante et la plus destructrice des luttes que l’Europe ait connues jusque-là.

Outre l’éternel débat de la dialectique complexe entre contrainte et consentement, la question des traces qu’une telle mobilisation a laissées dans les institutions et la société se pose également. Pour de nombreux historiens, la Grande Guerre est à l’origine de la « brutalisation » de la vie politique des années 1920, qui débouche sur les totalitarismes communiste, fasciste et nazi. Ce résumé du siècle prête bien sûr à controverse. Esquisse d’une politique de « guerre économique » Antoine Reverchon. Comment évaluer le nombre de morts de la première guerre mondiale ? Il y a cent ans s’achevait la première guerre mondiale, un conflit qui a marqué les esprits, tant les morts ont été nombreux. Alors que l’on commémore le centenaire de ce massacre, il n’est pas si facile d’obtenir des décomptes précis des millions de morts causées par cette guerre.

Les données disponibles montrent toutefois l’ampleur du traumatisme. 1) Pourquoi est-il difficile d’obtenir des chiffres précis ? Selon les différents décomptes, le nombre de victimes de la guerre varie de 8,5 à 10 millions de morts, rien que parmi les militaires. L’approximation est encore plus complexe pour les populations civiles. La différence entre « pertes » et morts « Sur le moment, les militaires avaient autre chose à faire que compter les morts, explique Antoine Prost, professeur d’histoire émérite à Paris-I et spécialiste de la première guerre mondiale. Sans compter que les batailles de tranchées ont laissé de nombreux corps qui n’ont pu être identifiés. Des définitions fluctuantes Anne-Aël Durand. Laurent Pensa, musicien brancardier pendant la Grande Guerre. Experience combattante centenaireok. Le contexte historique général - Capitaine Conan - Mag Film - Centre National de Documentation Pédagogique. Le contexte historique général La chronologie des événements sur le front d’Orient Rappeler le contexte historique général de l’action de Capitaine Conan pour situer de manière plus précise la diégèse du film.

Bertrand Tavernier évoque à travers Capitaine Conan l’armée d’Orient qui a combattu dans les Balkans durant la Première Guerre mondiale. Les belligérants sont d’un côté les empires centraux (Autriche-Hongrie et Allemagne) et leurs alliés (Empire Ottoman, Bulgarie, Roumanie et Hongrie) opposés à la France, le Royaume-Uni, l’Italie, la Serbie, la Russie et la Grèce. Les compagnies franches Rappeler le rôle des corps francs sur le front d’Orient pendant la Première Guerre mondiale. Pendant la Grande Guerre, les divisions d’infanteries disposaient de compagnies franches ou corps francs.

Autour du film Capitaine Conan de Bertrand Tavernier. Bertrand Tavernier, cinéaste, réalisateur et producteur français, a tourné plusieurs films portant sur la Première Guerre mondiale, dont Capitaine Conan, avec Philippe Torreton, sorti sur les écrans en 1996. Capitaine Conan, adapté du livre éponyme de Roger Vercel, lui-même ancien combattant, publié en 1934 et Prix Goncourt, retrace le destin d’un corps francs commandé par le capitaine Conan, pendant et juste au lendemain de la Grande Guerre sur le front d’Orient. Les Balkans sont depuis 1915 un des théâtres de la guerre et la prise du Mont Sokol en septembre 1918 entraîne la reddition de la Bulgarie permettant à l'armée française d'Orient, sous le commandement de Franchet d'Esperey, de pénétrer en territoire austro-hongrois.

Si l'armistice est signé en France le 11 novembre 1918, l'armée d'Orient reste mobilisée, puisqu'elle doit faire face aux bolcheviks de Russie. Le parcours pédagogique proposé peut s’articuler en trois temps : 1. 2. 3. Fiche pédagogique : Capitaine Conan. 1. 2. 3. Le parcours du combattant de la guerre 1914-1918. 14-18, le bruit et la fureur (1) Le Traité de Versailles vu par l'Action Française et l'Humanité. Nous avons fait le choix de rassembler ici deux séries d'articles allant du Samedi 28 juin 1919 au Vendredi 4 juillet 1919, provenant de deux quotidiens aux lignes éditoriales opposées : l'Action Française et l'Humanité.

En effet, il nous a semblé intéressant de confronter ces deux journaux radicalement différents de par leur histoire et leur ligne éditoriale dans un contexte tout particulier. A première vue, on s'attend à ce que le sujet qui nous intéresse ici divise les opinions et les analyses. Mais, ce qui étonne à première vue, c'est ce sentiment d'amertume que les deux parutions partagent en commun. Bien entendu, les interprétations et les fils directeurs ne sont pas les mêmes, et c'est cela que nous allons tenter de mettre en valeur dans cette analyse comparée. Le choix des dates que nous avons opéré n'est pas dû au hasard. L'Action Française, organe du nationalisme intégral L'Humanité, le journal socialiste En 1918, la rédaction en chef échoit à Marcel Cachin. Le Cas allemand. 1914-1918 : retrouver la controverse. Jean-Yves Le Naour a proposé dans La Vie des Idées une étonnante lecture de la controverse qui agite, depuis quelques années, le champ des études historiques sur la guerre de 1914-1918.

Étonnante parce que, plutôt que de restituer les enjeux intellectuels de la discussion, il préfère, après d’autres, les résumer à une construction banalement binaire (consentement versus contrainte) qui ne ferait que masquer des « querelles propres au milieu universitaire », chacun des deux camps défendant son pré carré dans une opposition « artificielle ». Il est vrai que décrire un débat « embourbé » permet de valoriser les positions qui apparaissent au-dessus de la mêlée : l’auteur formule en conclusion le souhait d’une « paix de compromis » dont on ne sait évidemment pas – les enjeux en présence n’étant guère identifiables – de quoi elle pourrait bien être faite.

L’« intendance des idées » Commençons d’abord par rappeler quelques éléments pour bien faire comprendre ce projet. 1. 2. 3. Représenter et se représenter la Première Guerre mondiale en film : "Apocalypse, La Première Guerre mondiale" Représenter et se représenter la Première Guerre mondiale par les filmsRevenir à la page précédente Mon propos ne concerne ni le débat sur la colorisation, ni celui sur la sonorisation des images d'archives.

Bien que je ne travaille habituellement que sur des photographies, je fais une exception avec quelques séquences du documentaire « Apocalypse, la Première Guerre mondiale ». En effet, j'ai été attiré par l'annonce d'images inédites. « Le montage s’appuie sur 500 heures d’archives. Et le documentaire offre 90% d’images inédites, colorisées. » : extrait d'un article du mardi 18 mars 2014 de Claire Varin sur le site toutalatele.com (accès direct à l'article). « À l’arrivée, les deux "archéologues audiovisuels" auront récolté plus de 500 heures d’archives, dont la moitié inédites. », extrait d'un article du Journal du Dimanche publié le 16 mars 2014 (accès direct à l'article). J'aurais pu multiplier les exemples d'annonces de ce type. La mobilisation en France : Comme à la manœuvre :

Le nouveau visage de l’Europe après la 1 GM. Rappels : - recopier les titres sur votre cahier; - ne pas recopier les informations en italique. - ne pas hésiter à envoyer un message sous la forme d'un commentaire (en bas de l'article) à ton enseignant, si tu ne comprends pas. Nouveauté : pour être sur que tous les élèves ont regardé la vidéo, vous devrez laisser un commentaire avec vos nom et prénom, dans "ENREGISTRER UN COMMENTAIRE".

Vous pourrez me laisser un message, me dire par exemple si vous avez bien compris la vidéo ou non, ou répondre à une question comme : pourquoi étudie-t-on la Révolution russe en 3e? Quelle est son importance? Merci ! II. Les conséquences de la Première Guerre mondiale A. Pour préparer ce cours, en remplissant ta feuille ViReQ, tu as la possibilité d'utiliser une vidéo et ton manuel (p.50-51) "ViReQ", car : 1. 2. 3. Des ressources. Gallica — {BnF BIBLIOTHÈQUE NUMÉRIQUE / PORTAIL DE BIBLIOTHÈQUES NUMÉRIQUES / EXPOSITIONS VIRTUELLES "Plusieurs millions de documents à portée de main", voilà qui donne une idée de la dimension de la bibliothèque numérique de la BnF qui recense presque un million d'images. Gallica permet, notamment, d'accéder à un nombre considérable de revues, illustrés et journaux d'époque. Le site propose, via ses entrées "Collections", puis "Histoire", un menu dédié à la Grande Guerre.

De là, on peut alors choisir, entre autres, d'explorer les journaux de tranchée, les revues illustrées ou de rechercher des images. Les fonds propres à la BnF sont enrichis dans Gallica de collections en provenance de bibliothèques partenaires. . ► Le numéro spécial de la revue L'art et les artistes "Au front 1914-1915" riche de dessins et croquis d'artistes sur le front (Georges Bruyer, Jean-Louis Lefort, Charles Hoffbauer...). ► Le célèbre "poilu" de Steinlen au regard si pénétrant. L'accueil. Mission Centenaire 14-18 | Portail officiel du centenaire de la Première Guerre mondiale. 14-18, le bruit et la fureur : chronique d’une offensive télévisuelle par Julien Mary.

Avez-vous vu mardi 11 novembre dernier, en prime timesur France 2, le documentaire 14-18, le bruit et la fureur ? Annoncé à grand renfort de tambours, le film a permis à la chaîne de réaliser un excellent score d’audience : 5 893 000 téléspectateurs, soit 21,3 % de parts de marché (source : Médiamétrie).

Meilleure audience pour un documentaire sur France 2 depuis janvier 2006 et la sulfureuse Odyssée de la vie ! Avec la note de 8,5 / 10, à égalité avec l’émission Faites entrer l’accusé, le documentaire est également placé en tête du baromètre qualitatif publié par France Télévisions pour le mois de novembre, toutes chaînes et tous programmes confondus. On ne sait si le titre choisi en référence au chef d’œuvre de William Faulkner a contribué à un tel succès, mais il est certain que le documentaire n’en partageait pas les mêmes attendus.

La direction de la chaîne se félicite néanmoins du score réalisé. Comment faire du neuf avec de l’ancien ? « Ce livre est essentiel. Notes : 1914-1918, guerre de tranchées entre historiens. Agenda et actualités – Dernières nouvelles de la Grande Guerre et du Crid 14-18. Jprissoan-histoirepolitique. INFOGRAPHIE – “Le Blitzkrieg, la “guerre-éclair” des Nazis.” Le mouvement des anciens combattants et le pacifisme. Histoire-géographie-citoyenneté - la « vision du monde » nazie, une introduction. « Il n’y a jamais eu de système démocratique non capitaliste » La Ve République. IVe-Ve Républiques. Histoire Première S.

La guerre au XX°s.