background preloader

Tourisme Durable

Facebook Twitter

Un carnet d'adresses (très) engagé! Aujourd’hui, je voulais vous partager une initiative nantaise très inspirante, qui permet de questionner les éditions touristiques des destinations. Il s’agit d’un guide, créé par un magazine local indépendant. On y trouve plus de 160 adresses sur Nantes et sa région, qui favorisent le zéro déchet, le végétarien, la récup, le lien social, le bio, le circuit court, l’égalité et l’emploi local. Au delà des thèmes abordés qui sont vraiment d’actualité, c’est la façon dont ce guide a été construit qui mérite d’être regardée de plus près. En effet, chaque détail du livre est pensé en cohérence avec leurs valeurs et leurs convictions. Leur rêve : “favoriser la rencontre avec des commerçants, qui mettent les humains et l’écologie au cœur du projet” Un très bel objet Il est tout d’abord très beau.

Un mot de bienvenue, qui annonce la raison d’être du guide Une écriture sincère (sans langue de bois) A la lecture des articles on ressent bien qu’ils ont rencontré les gens et passé du temps avec eux. ? Sensibilise tes visiteurs avant de les haïr ! Le tourisme a la vie dure cette année… Comme l’ont relayé Jean-Luc et François il y a quelques jours dans nos colonnes, le tourisme de masse défraye la chronique !

Sensibilise tes visiteurs avant de les haïr !

Il faut dire que les problèmes sont nombreux face à ces volumes de visiteurs importants. Malheureusement, personne n’a de solution pour satisfaire tant les locaux qui se sentent envahis, que les visiteurs qui se sentent chez eux… Pour tenter de faire changer son visiteur, quoi de mieux que de l’éduquer ? C’est le choix qu’a fait l’Islande, en publiant un serment. Souvenez-vous, l’Islande avait déjà fait parlé d’elle en responsabilisant les touristes à travers un site web et des contenus dédiés à la protection de la destination… l’Islande Academy. Pour faire face à la hausse de fréquentation, cet été, l’île va plus loin en publiant un serment qui donne des conseils et incite au respect de l’environnement. La Ministre du Tourisme Þórdís Kolbrún R. Vous avez une âme éco-responsable ? Territoires et tourisme durable: une série de témoignages vidéo (partages d'expérience de destinations proposés par le CNFPT)

Environnement : "nous détruisons la matière première du tourisme", selon Guillaume Cromer. Les 5 participants ont fait face à un public sensible à la cause, mais pointant du doigt les limites du projet - Crédit photo : RP "Clairement si nous ne faisons rien maintenant pour l'écologie, la question de l'existence future de notre métier va vite se poser" se montre fataliste, François Perroy, directeur de l'agence marketing Emotio Tourisme.

Environnement : "nous détruisons la matière première du tourisme", selon Guillaume Cromer

Voici en préambule, la constatation et la réflexion émises par un des cinq professionnels ayant rédigé le manifeste présenté lors des rencontres nationales du etourisme de Pau. Cet écrit baptisé "le temps court contre nous" résume bien l'urgence de la situation. Si nous continuons ainsi, ce n'est pas seulement des ouragans qui vont se multiplier, mais une destruction "de la matière première du tourisme qu'est notre planète", martèle Guillaume Cromer, directeur d'ID-Tourism. Nous n'allons pas vous rappeler la réalité du réchauffement climatique, il suffit aujourd'hui de sortir dehors pour s'en rendre compte. Autres articles.  Moins mais mieux – pour un tourisme de conscience  Très cher Benki Piyako, C’était un honneur de vous rencontrer lors de ce Congrès mondial annuel de l’OITS (Organisation Internationale du Tourisme Social) qui s’est déroulé ce vendredi 19 octobre à Lyon.

 Moins mais mieux – pour un tourisme de conscience 

En tant que chef spirituel du peuple Ashaninka d’Amazonie, j’ai senti votre sincérité dans vos mots d’urgence et de rupture nécessaire pour changer de modèle. Je pense que votre mode de vie, au plus près de la nature, en harmonie, a beaucoup à apporter à notre société occidentale. Vous m’avez avoué que vous sentiez l’arrivée d’un cataclysme. Sachez que chez nous, en France, le débat autour de l’effondrement de notre civilisation commence à pointer son nez. Pour nous, acteurs du tourisme, tout ceci nous inquiète et nous pousse à agir vraiment. Du courage de dire moins. Il y a quelques jours, une experte historique du secteur en Angleterre, Anna Pollock, saluait ma position « courageuse ». Expérimentons ensemble de nouveaux critères de performance du tourisme.