background preloader

Transhumanisme

Facebook Twitter

La vie sans mort. «C'’est à une sorte d'’immense pas en arrière par rapport à l’'ensemble de la tradition occidentale qu'’en appelle l’'auteur d’'«Etre et Temps» et de la «Lettre sur l’humanisme». L’'oubli de «la question de l’'être» est ce qui caractérise pour lui toute la pensée occidentale, à commencer bien sûr par le projet cartésien de se rendre par la raison «maître et possesseur de la nature». Cet oubli de la pensée au profit de la maîtrise du monde culmine aujourd'’hui avec le triomphe de la rationalité scientifico-technique.»

Jean-Luc Nancy cite un texte de Martin Heidegger et le met en rapport avec la fuite ou le refus de la mort qui semble caractériser le monde contemporain. «L'’être quotidien vers la mort est une constante fuite devant elle. La mort comme possibilité ne donne en effet à l’'existant rien à «réaliser». Elle est la possibilité de l’'impossibilité, mais ainsi la possibilité la plus propre de l’'existant.

Dans le refus fuyant de la mort, une culture meurt. ARTE - Un monde sans humains. Alekseï Stakhanov. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le mineur soviétique Alekseï Stakhanov vers 1935. Il parait que son véritable prénom n'était pas Alekseï, mais Andreï ou Aleksandr. L'erreur de frappe dans l'article de La Pravda relatant son exploit l'aurait rebaptisé. A ce propos, selon une version, Stakhanov aurait écrit une lettre à Staline demandant la rectification à quoi ce dernier aurait répondu que La Pravda ne commettait pas d'erreurs.

Carrière[modifier | modifier le code] Entre 1936 et 1941, Stakhanov étudia à l'Académie industrielle de Moscou. Stakhanov fut député du premier Soviet suprême. Références[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code]

Alerte à Babylone

Ingénierie du paradis. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'« ingénierie du paradis » (ou Paradise-Engineering) vise à créer la félicité perpétuelle par des modifications du cerveau humain. La science pour abolir la souffrance, exalter le bonheur et l'humanisme[modifier | modifier le code] Pour simplifier, ils pensent que les substrats biologiques remodelés de notre esprit permettront à l'homme du futur proche d'être sublimement heureux, animé d'une soif de vivre invincible, et pétri d'une humanité profonde – tout aussi spontanément qu'il est actuellement prédisposé à la souffrance, à l'ennui ou plus généralement à la tiédeur.

Les principaux moyens examinés pour ce paradise-engineering sont l'ingénierie génétique, la psychopharmacologie avancée sélective, et les neurosciences (ainsi que, dans un futur plus distant, les nanotechnologies.) Une technique existante : le wireheading[modifier | modifier le code] Un ensemble d'expériences particulièrement frappantes ont été menées au moyen du wireheading. Transhumanisme. H+, un symbole du transhumanisme. Le transhumanisme est un mouvement culturel et intellectuel international prônant l'usage des sciences et des techniques afin d'améliorer la condition humaine notamment par l'augmentation des capacités physiques et mentales des êtres humains. Les transhumanistes considèrent certains aspects de la condition humaine tels que le handicap, la souffrance, la maladie, le vieillissement ou la mort subis comme indésirables. Le transhumanisme partage de nombreux éléments avec l'humanisme, y compris le respect de la raison et de la science, une volonté de progresser et une valorisation de l'existence humaine (ou transhumaine).

Il en diffère cependant par la reconnaissance et l'anticipation des changements radicaux que pourraient entraîner les techniques émergentes[1]. Le mouvement transhumaniste se préoccupe des dangers comme des avantages que présentent de telles évolutions[2]. Histoire[modifier | modifier le code] Cet article a besoin d'un nouveau plan(mai 2016).