background preloader

Attentat 13 novembre 2015

Facebook Twitter

« Expliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser » : la cinglante réponse des chercheurs à Manuel Valls. Prisons, médias, sécurité, renseignement ; Proche et Moyen-Orient ; religions et laïcité ; intégration, discriminations ; histoire et mémoires, politiques éducatives… La liste est longue des domaines de la recherche en sciences humaines et sociales concernés par la prévention du risque terroriste.

« Expliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser » : la cinglante réponse des chercheurs à Manuel Valls

Un état des lieux des travaux en cours, non exhaustif mais déjà copieux, devait être remis, jeudi 3 mars, à Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’éducation nationale, et Thierry Mandon, secrétaire d’Etat chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche. Intitulé « Recherches sur les radicalisations, les formes de violence qui en résultent et la manière dont les sociétés les préviennent et s’en protègent », ce rapport, que Le Monde s’est procuré, avait été commandé par M. Mandon à Alain Fuchs, président du CNRS et de l’Alliance Athena (regroupement des acteurs de la recherche en sciences humaines et sociales), quelques jours après les attentats du 13 novembre 2015.

Etat d’urgence : le Défenseur des droits invite à « retrouver de la raison » Déchéance de laïcité ? Il faut revenir sur un processus actuel qui ressemble fortement à un terrible engrenage.

Déchéance de laïcité ?

Du massacre effectué par Daech, perpétré en novembre, au débat sur la déchéance de nationalité, en passant par les attaques contre l’Observatoire de la laïcité, il existe, malheureusement, un enchainement redoutable. Alors que les tueries de novembre auraient dû permettre de réaliser une union durable de toutes et de tous ceux qui sont attachés aux quatre adjectifs qualifiant la République d’« indivisible, laïque, démocratique et sociale », très rapidement la coupure s’est accentuée. Que disent les chiffres sur la radicalisation en France ? « 8 250 individus radicalisés en France » titre en « une » Le Figaro, mercredi 3 février, faisant le constat que « la radicalisation s’étend en France ».

Que disent les chiffres sur la radicalisation en France ?

Le quotidien pointe « un doublement en moins d’un an », avec 8 250 cas contre 4 015 en mars. Le quotidien s’appuie sur de nouveaux chiffres sur les signalements pour « radicalisation » révélés « en exclusivité » sans en préciser la source, faisant juste état d’un « bilan officiel établi jeudi dernier [le 28 janvier] ». Hausse avérée des signalements… pas des radicalisations. Après les attentats, le grand désarroi des responsables musulmans de France. Que font les responsables de l’islam de France ?

Après les attentats, le grand désarroi des responsables musulmans de France

La question, un peu désespérée, a retenti à nouveau après la funeste soirée du 13 novembre, comme après la série d’attaques de janvier 2015. « Les musulmans doivent faire le ménage », a-t-on entendu. L’injonction est lancinante : comment n’arrivent-ils pas, ces responsables jurant devant tous les micros leur amour de la République, à mettre en place un islam intégré au contexte national, encadré par des leaders formés à notre réalité ? Pour certains, ce serait le moyen d’éviter qu’une poignée d’illuminés ne sèment la mort. Mais est-ce vraiment si simple ? L’islam de France, cette réalité très récente à l’échelle de l’histoire nationale, a bien du mal à trouver sa place institutionnelle. C’est ainsi que, sous les auspices du ministère de l’Intérieur et des cultes, naquit en 2003, le Conseil français du Culte musulman (CFCM), engendré par Jean-Pierre Chevènement et baptisé par Nicolas Sarkozy.

Quand François Hollande gonfle le nombre de procédures antiterroristes. À l’occasion de ses vœux aux forces de sécurité le 7 janvier au matin, François Hollande justifie, une fois de plus, la nécessité de l’état d’urgence et de sa prolongation.

Quand François Hollande gonfle le nombre de procédures antiterroristes

Le président de la République explique dans la cour de la préfecture de Paris que ce régime exceptionnel « a permis des perquisitions administratives qui ont mis au jour vingt-cinq infractions en lien direct avec le terrorisme ». Pourquoi c’est exagéré ? 25 infractions, le cache-misère de 3 000 perquisitions Le président de la République affirme que les perquisitions administratives ont permis de découvrir vingt-cinq infractions en lien avec le terrorisme. Entre le 14 novembre et le 7 janvier, 3 021 perquisitions ont été permises sans le contrôle d’un juge, du fait des mesures exceptionnelles prises au lendemain des attentats. Quatre réelles procédures antiterroristes Ce décalage est d’autant plus frappant, quand on observe ce qui se cache derrière les vingt-cinq infractions dont parle François Hollande. Tariq Ramadan : « Pourquoi je ne suis pas Charlie, ni Paris » Tariq Ramadan : « Pourquoi je ne suis pas Charlie, ni Paris » Crédit photo : DR Cette semaine, Respect Mag donne la parole à Tariq Ramadan, à l’occasion d’un rapide passage à Paris.

Tariq Ramadan : « Pourquoi je ne suis pas Charlie, ni Paris »

Le Conseil d’Etat sondé sur des centres de rétention pour les personnes fichées « S » Le gouvernement continue d’explorer de nouvelles voies pour développer l’arsenal sécuritaire à sa disposition.

Le Conseil d’Etat sondé sur des centres de rétention pour les personnes fichées « S »

Parallèlement à la consultation du conseil d’Etat sur son projet de réforme constitutionnelle, le gouvernement de Manuel Valls sollicite l’avis de la haute juridiction sur certaines des mesures complémentaires destinées à renforcer les moyens de la police dans la lutte antiterroriste. « Grand meeting pour une politique de paix, de justice et de dignité »

Un jeune couple interpellé, seuls les flics ont entendu le mot « Daech » L’antiterrorisme français en état de mort clinique. Le système antiterroriste français, longtemps considéré comme excellent, est en état de mort clinique.

L’antiterrorisme français en état de mort clinique

Mais personne, ni au gouvernement ni dans l’opposition, n’a envie d’en signer l’acte de décès, faute de savoir par quoi le remplacer. Olivier Roy : « Le djihadisme est une révolte générationnelle et nihiliste » Par Olivier Roy, politologue spécialiste de l’islam La France en guerre !

Olivier Roy : « Le djihadisme est une révolte générationnelle et nihiliste »

Peut-être. Mais contre qui ou contre quoi ? Daech n’envoie pas des Syriens commettre des attentats en France pour dissuader le gouvernement français de le bombarder. «Pourquoi on ne peut pas demander aux musulmans de se désolidariser de Daesh» « Les musulmans doivent dénoncer les attentats et se rassembler massivement contre le terrorisme ».

«Pourquoi on ne peut pas demander aux musulmans de se désolidariser de Daesh»

État d’urgence, contrôles, expulsions, déchéance de nationalité… : quelques éléments d’explications. 1. L’état d’urgence, qu’est-ce que c’est ? L’état d’urgence est une forme d'état d'exception qui restreint les libertés, Il est prévu par la loi no 55-385 du 3 avril 1955, votée pour faire face aux événements liés à la guerre d'Algérie. Après les attentats : la Réaction qui vient. Si les attentats particulièrement meurtriers du vendredi 13 novembre 2015 à Paris ne sauraient être confondus avec les attaques multiples perpétrées le 11 septembre 2001 aux Etats-Unis par les terroristes d’Al Qaida en raison de l’ampleur des secondes, du nombre de victimes – 3000 morts et plus de 6000 blessés – et de la diversité des objectifs visés, leurs effets politiques s’en rapprochent. Ajouter la guerre à la guerre ?

Nous sommes en guerre ! Ces proclamations martiales de François Hollande, des dirigeants socialistes et des partis de droite sonnent bien, mais elles sont dangereuses. Bidar, ces musulmans que nous aimons tant. « Nous » ne sommes ni hostiles à l’islam ni islamophobes. La meilleure preuve, « nous » donnons la parole à des musulmans qui disent exactement la même chose que « nous » sur l’islam.

Le retour du boomerang. « L’Etat islamique a un père : l’Arabie saoudite et son industrie idéologique » Après les attentats meurtriers du 13 novembre, revendiqués par l'organisation Etat islamique (EI), la France et, plus largement, les Occidentaux doivent-ils repenser les liens qu'ils entretiennent avec l'Arabie saoudite et le Qatar ?

Une tribune de l'écrivain algérien Kamel Daoud, publiée (en anglais et en français) par le quotidien américain The New York Times et largement partagée sur les réseaux sociaux, vient alimenter le débat. « Nous payons les inconséquences de la politique française au Moyen-Orient » Raison garder. Que dire face à un tel événement, à un tel carnage ? @raphael_liogier Brillante analyse...comme souvent! @lobs. Rue89.nouvelobs 1 955-2015-avons-a-craindre-letat-durgence. Les censeurs asseblee 18 nov liberte presse. Le soir, il est rare que je rentre chez moi en tremblant. C'est pourtant arrivé mercredi soir. Je ne revenais pas d'un terrain de guerre.

Je n'avais pas passé ma journée à parler à des rescapés de la tuerie de vendredi. Ce soir-là, je rentrais juste de l'Assemblée nationale. J'avais assisté pendant près de cinq heures aux débats en commission des lois lois, assis au fond de la salle, entre deux collaborateurs parlementaires. La hot-line du collectif anti-islamophobie en surchauffe. Rue89.nouvelobs.