background preloader

X-Erotique Vintage

Facebook Twitter

VINTAGE Polissons et galipettes. L'essayeuse (Serge Korber, 1975) : essayer pour la liberté | POP AND FILMS. Devenu culte suite à la polémique qu’il suscita (on condamna le film à être brûlé mais il existe visiblement encore une copie puisque la Cinémathèque de Toulouse l’a projeté en début d’année lors de son festival Zoom Arrière – Films Interdits), L’Essayeuse est un film porno hétéro ambitieux. L’héroïne s’appelle Lena (Emmanuelle Parèze) et travaille dans une boutique de lingerie. Elle a pour manie d’essayer selon ses humeurs, et souvent à la vue des clients, les différents articles qui l’entourent.

Et quand ils lui plaisent, elle essaie aussi ses clients… Un jour, un dandy, Etienne (Alain Saury) pénètre dans le magasin et lui fait du rentre dedans. Séduite, elle le suit chez lui. Etienne est un ancien homme marié, frustré, et se permet de la photographier alors qu’elle prend un bain. Lena est d’abord troublée puis se lâche et prend la pause. Le lendemain, notre peu farouche amie reçoit la visite d’un fidèle client, Mr. Clinique pour soins très spéciaux, Alain Payet 1978. Le BLOG de Monsieur Bier. Christophe Bier - "Dictionnaire des films français pornographiques et érotiques 16 et 35 mm" sur Culturopoing. ... ceci n’est pas une pipe, effectivement, mais un dictionnaire…et pas n'importe lequel...

Il y avait l’Encyclopedia Universalis, le Grevisse, le Robert, il faudra désormais compter sur le Bier, un nouvel ouvrage de référence, quasiment l’œuvre d’une vie aurait-t-on envie de dire compte tenu de l’ampleur du projet. Ce colossal « Dictionnaire des films français pornographiques et érotiques 16 et 35 mm » fait suite à sa Revue Cinérotica lancée en 2008 qui se donnait pour but de dresser un historique de l’érotisme et de la pornographie. Malheureusement, cette revue tout à la fois sérieuse et croustillante nous replongeant avec moult illustrations dans un univers révolu, du temps où le cinéma pornographique n’avait pas été détruit par Jack Lang et la vidéo, dût stopper sa publication au bout du quatrième numéro. Et voilà que presque 4 ans après paraît enfin cette somme de 1195 pages dans lesquelles sont répertoriés 1813 films. Compte Rendu de La Nuit de la Grande Chaleur. Pour fêter en grande pompe la sortie du formidable Dictionnaire des films français pornographiques et érotiques en 16 et 35 millimètres dirigé par Christophe Bier, la Cinémathèque consacrait une soirée spéciale au genre, le 11 juin 2011, nom de code "Nuit de la Grande Chaleur".

Le Club des monstres ne pouvait rater un tel événement. Compte-rendu. " J'en ai rêvé de cette soirée ! Ce cinéma a compté pour moi, en tant que cinéphile. " Nous respectons là les conceptions d'Henri Langlois (fondateur de la Cinémathèque en 1936, ndlr), pour qui le cinéma est un, que l'on soit Robert Bresson ou Gérard Kikoïne ", ajoute Jean-François Rauger, avant d'inviter Christophe Bier, le maître d'œuvre du dictionnaire susmentionné à le rejoindre sur scène. Et d'entamer un discours incantatoire délirant, sur son " rêve ", celui de voir le prochain président (ou la prochaine présidente) de la République supprimer la loi sur le classement X. Www.serious-publishing.fr.