background preloader

Sortir à Paris : food truck burger street food

Sortir à Paris : food truck burger street food
Depuis un an, la street food a pris possession de la capitale avec une dizaine de camions qui régalent les Parisiens. Depuis l'arrivée à Paris, en novembre 2011, de Kristin Frederick et son camion à burger inspiré des États-Unis, le paysage de la street food parisienne a été sérieusement bousculé. Une dizaine de nouveaux «food trucks gourmets», qui ne cuisinent pas que des burgers, se sont installés dans la capitale, avec un même credo: des produits et une cuisine de choix pour des plats top qualité. Et toujours un itinéraire que l'on suit à la trace via les réseaux sociaux. Alors que l'association Street food en mouvement, présidée par Thierry Marx, vient d'être lancée dans le but «d'encadrer et développer» la cuisine de rue, petit tour d'horizon des camions parisiens. • Le Camion qui fume Qui? Quoi? Où? Combien? » Site web du Camion qui fume • Cantine California Qui? Quoi? Où? Combien? » Site web de Cantine California • Le Refectoire Qui? Quoi? Où? Combien? » Site web du Réfectoire Où? Related:  PROJET XBurgers

Street Food: de la rue à l’assiette La Street food trouve ses origines dans les pays en voie de développement. Cette nourriture préparée rapidement, vendue dans la rue et prête à être dégustée ne fait pas figure de nourriture saine et équilibrée. Les kebabs, pizza, et autres sandwiches ont longtemps été considérés comme de la malbouffe. Venus d’Amérique, les «food truck» -comprendre «camion alimentaire»- connaissent un très grand succès dans la capitale française. La Street Food s’installe Mobile, la cuisine de rue s’est peu à peu installée dans des établissements. Plusieurs enseignes de renommée se sont également lancées dans la restauration rapide, à l’instar des maisons Ladurée et Angelina, qui proposent des clubs sandwiches. Quand la rapidité devient un luxe La street food s’est même peu à peu invitée dans les assiettes des grands restaurants gastronomiques. Devenu un concept luxueux, la Street Food s’est par ailleurs hissée sur les toits des Galeries Lafayette, le temps d’un été.

La burger mania à la française séduit de nouvelles enseignes A toutes les sauces et dans tous les pains, le burger séduit toujours plus les palais français et ses ventes ont continué de progresser en 2015 en France, de quoi aiguiser l'appétit d'acteurs américains comme l'enseigne Five Guys, qui débarque prochainement dans l'Hexagone. Et au pays de la gastronomie, les ventes de ce pain rond et moelleux, garni de viande, longtemps synonyme de malbouffe, progressent encore (+11,21% en 2015)et davantage dans les restaurants traditionnels que dans les fast-food. "Le burger s'envole grâce au service à table", c'est-à-dire à son développement dans des restaurants plus traditionnels de restauration dite "à table", par opposition à la restauration rapide. "Le poids de McDonald's, Quick et Burger King est dérisoire puisqu'il ne représente qu'un tiers (34%) des 1,19 milliard de burgers vendus en 2015", affirme le cabinet Gira Conseil, selon des chiffres publiés mardi. Hamburgers et autres cheeseburgers représentent un marché de 9,5 milliards d'euros.

Sanwich Filet de merlan pané et sauce tartare Au Petit Vendôme, on mise depuis des années sur le sandwich de haute qualité. Est-ce dû à l’environnement, la place Vendôme et ses joailliers, ou aux racines auvergnates du bistrot ? Quoiqu’il en soit, ici on ne transige pas : même le jambon – bien sûr à l’os – beurre doit être absolument parfait. Adresses Ouvrir un restaurant Abordable, tendance et rentable, la restauration rapide est en pleine expansion. De quoi aiguiser l'appétit des créateurs d'entreprise, qui malgré la concurrence, sont plus de 11 000 à se lancer chaque année avec des concepts de plus en plus imaginatifs. Au risque d'oublier certains fondamentaux. Alors que des millions de Français mangent chaque jour à l'extérieur, l'industrie de la restauration rapide ne cesse de se réinventer pour attirer de nouveaux clients. Quel statut adopter, quelle licence demander pour pouvoir servir des boissons alcoolisées, comment être sûr de respecter la loi Evin sur le tabac... Première étape quand on a le projet d'ouvrir un restaurant : tester ses motivations et ses compétences, et déterminer le type de restauration que l'on pense offrir. Concevoir une thématique, faire appel à un chef cuisinier, élaborer sa carte, trouver un nom... Recrutement et rémunération du personnel, choix des fournisseurs, campagne de communication...

Cantine California | Traiteur événementiel | Paris Street food : 10 bonnes adresses à Paris - Le monde bouge Camions gourmets, cantines asiatiques, burgers, crêpes ou hot dogs… La sélection “Télérama Sortir” des meilleurs plans street food. Les camions gourmets : foodtruck à la française Cantine Calirfornia : ce joli foodtruck à la carosserie chocolat nous permet de faire le plein de saveurs à la mode US avec des burgers et des tacos garnis de viande d'origine contrôlée. Le camion qui fume : historiquement, le premier camion ambulant de ce genre à Paris. Il faudra vous armer de patience pour déguster un hamburger mœlleux à souhait, mais le jeu en vaut la chandelle. Mes bocaux : en guerre contre la malbouffe, l'ex-chef étoilé Marc Veyrat lance son camion gourmet. Kebab, fish and chips, bo bun... : l'alternative au tout burger Chez Aline : avec Delphine Zampetti, le traditionnel jambon-beurre a du souci à se faire. Urfa Dürüm : Qui a dit que street food rimait forcément avec junk food ? Grillé : le kebab, parent pauvre de la street food en France, obtient enfin ses lettres de noblesse.

Ne jamais jamais jamais avaler le moindre nugget poulet, même si c'est bon... - Le club des plus de 40 ans pour bien vieillir Il existe des produits qui symbolisent le contraste absolu entre l'horreur industrielle et le résultat en bouche très agréable, tout autant que l'odeur à sniffer... Le nuggets poulet est de cette trempe là. C'est un piège à gourmand ! C'est composé de viande de poulet achetée généralement dans un pays en voie de développement type Roumanie qui refuse qu'on vienne inspecter de trop près ses abattoirs et ses méthodes d'élevage... Cette viande est alors trafiquée chimiquement dans une usine de transformation. Zoomons un peu sur les nuggets faits avec des déchets du poulet. Quand les chercheurs examinent ce qu'il y a dedans... ils trouvent du tissu musculaire, des os, du cartilage, de la graisse, des vaisseux sanguins et des nerfs... Il faut comprendre la logique derrière. Autant dire que cette histoire de fabrication industrielle de l'alimentation est capitale. Un industriel de l'agro alimentaire est confronté à une contrainte majeure : la démographie. La belle blague. Ah j'oubliais.

Victime de son succès, le resto parisien de burgers à 2,50 euros ferme Le propriétaire de "Mangez et cassez-vous" l’a annoncé dans un post sur Instagram ce mardi : "on ferme" ! La faute au monde rameuté par le buzz autour de ses burgers à moins de trois euros. "On ferme !". Le restaurant "Mangez et cassez-vous" dont la notoriété a décuplé en quelques jours après la parution d’une vidéo à sa gloire sur le réseau social Tik Tok, "ferme parce qu’il y a trop de monde", a annoncé mardi matin son équipe sur sa page Instagram. "Notre toute petite structure n'est pas adaptée, ça nous fait trop mal de vous faire faire une ou deux heures de queue, on préfère fermer le restaurant que de vous faire subir ça ! Une fermeture censée être temporaire donc, pour cette échoppe du 11ème arrondissement parisien qui propose cinq recettes de burgers à des prix défiants toute concurrence pour du fait-maison: de 2,50 à 2,90 euros.

Esterkitchen Après l’effet « rue du Nil », il y a presque un effet « rue de Belzunce ». Chez Casimir à droite, chez Michel à gauche… et désormais, pile entre les deux, dans la jolie maisonnette de brique, un grand bar-sandwicherie qui héberge au sous-sol le nouveau fournil de Thierry Breton. À la recherche d’un lieu pour faire son pain délicieux qui fournit désormais un sacré paquet de bons restaus, le chef a craqué pour le lieu… et a consacré le rez-de-chaussée à la restauration sur le pouce. Coup de chance, je suis passée devant alors que des fils pendaient encore, que les ampoules étaient en train d’être vissées et que serviettes et emballages pour emporter sandwiches and co n’étaient pas livrées ! Bon prince, devant ma mine affamée, le patron des lieux a dégainé son couteau pour me préparer le meilleur sandwich que j’avais mangé depuis très longtemps. Car pour faire un bon sandwich, pas de secret : il faut du bon pain. 4 euros. Et bim : non, ça ne coûte pas plus cher de manger de bonnes choses.

Related: