background preloader

Politique

Facebook Twitter

« La politique consiste à dire ce qui va arriver demain, le mois prochain, l'année prochaine... et à avoir ensuite l'habileté d'expliquer pourquoi ça ne s'est jamais produit. » - Winston Churchill

Présidentielle 2017, la victoire du dégagisme avec Edgar Morin, Jacques Attali, Cynthia Fleury, Raphaël Glucksmann, Laetitia Strauch-Bonart, Camille Girerd. PenelopeGate: "il ne faut pas mélanger morale et politique" - Challenges.fr. Quel gâchis!

PenelopeGate: "il ne faut pas mélanger morale et politique" - Challenges.fr

La primaire de la droite, même vue de gauche, semblait un signe de bonne santé démocratique: reflux du populisme, désignation d’un candidat surprenant et incontestable, doté d’un programme longuement mûri… Deux mois plus tard, tout s’écroule. Une misérable affaire de famille et d’argent –des emplois possiblement fictifs– compromet la victoire de celui à qui elle semblait promise, au point que beaucoup, dans son propre camp, souhaitent qu’il renonce même à se présenter! Le feuilleton, riche en émotions et en rebondissements, a quelque chose de fascinant.

Mais quelle tristesse, quant au fond! Voilà la politique rabaissée au rang des faits divers. La vertu ne tient pas lieu de programme Cette lamentable affaire pose une nouvelle fois le problème du rapport entre la morale et la politique. Une carte collaborative de la corruption en France. Depuis deux ans, des bénévoles cartographient les condamnations pour corruption dans le privé et le public.

Une carte collaborative de la corruption en France

Une base de données unique. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Claire Legros. Les con(s)-vaincus d'avoir raison. J'écoutais dimanche Raphaël Enthoven disséquer et expliquer l'ouvrage de Diderot : Jacques le Fataliste.

Les con(s)-vaincus d'avoir raison

Un excellent moment. " La politique "low cost" "L'homme politique pense à la prochaine élection, l'homme d'état à la prochaine génération" disait Churchill.

La politique "low cost"

Autant dire que les hommes d'état sont devenus une denrée rare si l'on s'en réfère à la qualité du débat de la pré-campagne présidentielle. Alain Juppé vient de s'inquiéter de sa "nullité", réagissant au fameux "nos ancêtres les Gaulois" et ajoutant "Et si on parlait d'avenir"? Dans un pays déboussolé, inquiet, l'objectif de nombreux prétendants à la magistrature suprême n'est pas de donner des repères, d'apporter des réponses et d'éclairer l'avenir, mais d'hystériser le débat, de caricaturer l'adversaire ou le concurrent, et de jouer sur les peurs, le regard fixé sur le rétroviseur.

« Note sur la suppression générale des partis politiques » Simone Weil. J’ai toujours été un peu gênée par l’esprit de parti.

« Note sur la suppression générale des partis politiques » Simone Weil

J’ai toujours été affligée par l’œillère du sectaire sûr de son fait et par sa propension à tordre sans vergogne la vérité pour qu’elle aille dans son sens… au lieu de reconnaître que le camp adverse, sur ce point au moins, n’a pas tort. Comme beaucoup peut-être d’entre vous, j’en avais pris… mon parti, sous couvert, que les partis faisaient partie de la vie politique. C’était avant ma rencontre avec ces 45 pages lumineuses de Simone Weil : « Note sur la suppression générale des partis politiques », livre réédité en ce mois de mars chez Climats.

Il faudra la construire sans eux… Petite histoire de l’humanité à travers le pouvoir et l’écriture.

Il faudra la construire sans eux…

Depuis ma brève expérience en politique, on me demande souvent si je compte persévérer, quel politicien je soutiens ou quel serait le type de parti susceptible de faire avancer les choses. Mais je pense que le concept même de politicien est usé, dépassé, qu’on ne peut plus compter sur eux. Les politiciens sont désormais des machines à gagner des élections, à faire des voix. La fabrique des débats publics, par Pierre Bourdieu (Le Monde diplomatique, janvier 2012) Un homme officiel est un ventriloque qui parle au nom de l’Etat : il prend une posture officielle — il faudrait décrire la mise en scène de l’officiel —, il parle en faveur et à la place du groupe auquel il s’adresse, il parle pour et à la place de tous, il parle en tant que représentant de l’universel.

La fabrique des débats publics, par Pierre Bourdieu (Le Monde diplomatique, janvier 2012)

On en vient ici à la notion moderne d’opinion publique. Qu’est-ce que cette opinion publique qu’invoquent les créateurs de droit des sociétés modernes, des sociétés dans lesquelles le droit existe ? C’est tacitement l’opinion de tous, de la majorité ou de ceux qui comptent, ceux qui sont dignes d’avoir une opinion. Je pense que la définition patente dans une société qui se prétend démocratique, à savoir que l’opinion officielle, c’est l’opinion de tous, cache une définition latente, à savoir que l’opinion publique est l’opinion de ceux qui sont dignes d’avoir une opinion. L’opinion publique est toujours une espèce de réalité double. Mettre en scène l’autorité qui autorise à parler.

Gouvernance

Société. Economie. Environnement. La voix des politiques. Politics. Philosophie politique. Désinformation. Personnages illustres. Livres. Podcasts. Politique.