background preloader

Guyane - Loyola

Facebook Twitter

Visite de l'habitation LOYOLA - Lycée Polyvalent Edmard LAMA - Sergine PREVOT. Vendredi 1er octobre 2010 par Webmestre popularité : 7% Visite de l’habitation Loyola dans le cadre des journées européennes du patrimoine - Samedi 18 septembre 2010 Loyola est un site regroupant des habitations autour de productions agricoles. Il date de 1720 et s’étend sur plus de 100 hectares. Il a été fondé par les jésuites présents en Guyane depuis 1668. Environ 500 esclaves travaillaient dans ces productions agricoles de sucre, café, cacao, coton et indigo.

Le maître avait sa maison sur le palier inférieur ainsi qu’un pigeonnier symbole de noblesse à l’époque, le palier intermédiaire regroupait la cours des esclaves, la cuisine mitoyenne avec l’hôpital (la chaleur de la cuisine étant récupérée pour les malades), l’église et son cimetière. Le nom de Loyola vient de l’homme Ignace de Loyola, saint patron des jésuites. Colloque 2012 Archéologie de l'esclavage colonial : Le système colonial en Guyane, données archéologiques xxx. La recherche archéologique en Guyane sur la société coloniale a débuté dans les années 1980. Les travaux de Yannick Le Roux sur les habitations Macaye, Poulain et Bergrave sont une référence pour l’étude matérielle des habitations des XVIIe et XVIIIe siècles. Les habitations jésuites Loyola, Saint-Régis et Maripa ont fait l’objet de nombreuses campagnes de fouille et des programmes de recherche ont été mis en place comme l’étude thématique régionale sur le sucre et le rhum, ou encore l’étude du patrimoine industriel du Bas-Approuague.

L’Inrap a également mené des diagnostics et des fouilles sur des sites coloniaux. À cela s’ajoutent les prospections et travaux divers menés par des bénévoles. Aujourd’hui on peut distinguer deux phases dans l’économie de la Guyane. Les premiers colons s’implantèrent dans les années 1650 sur les terres hautes. La majorité des habitations comptait une quarantaine d’esclaves, seule Loyola dépassa les 400 esclaves. A la découverte de l'habitation Loyola | A la croisée des chemins.

Les ruines de l’habitation Loyola A la base du système esclavagiste et de l’économie des colonies, il y avait l’habitation, l’exploitation agricole des plantations dont la main d’oeuvre était composé d’esclaves. A ce petit jeu du développement économique basé notamment sur la culture de la canne à sucre, la Guyane a moins bien réussi que les autres « vieilles » colonies françaises: la Guadeloupe, la Martinique et la Réunion.

Aujourd’hui encore, les conséquences de cet échec se font ressentir avec une industrie de la canne à sucre peu ou pas développée. Pour preuve, en métropole, il est rare de trouver du rhum La Belle Cabresse dans les rayons. Plusieurs raisons peuvent expliquer les problèmes de développement qu’a connu le territoire au XVIIème siècle. Les ruines de la vinaigrerie Les jésuites sont là quasiment dès le début de la colonie, ayant au fil du temps acquis le monopole de la spiritualité sur le territoire. Le moulin à vent des jésuites Gravure d’époque. Loyola, l’habitation des jésuites de Rémire en Guyane française.

Figure 1 Vue cavalière de l’habitation Loyola par Hébert 1730 (SHAT Vincennes). © A. Le Roux. 1L’habitation des jésuites de Guyane, l’habitation Loyola, a été fondée en 1668 (fig. n°1). Figure 2 Carte de la présence jésuite en Guyane au XVIIIe siècle. Infographie Aurélien Le Roux. © A. 2L’habitation Loyola a été constituée, au départ, par la réunion de deux concessions qui remontent à la première période de l’histoire coloniale de la Guyane : celle du juif hollandais (1654-1666) Isaac Drago et le terrain de l’habitation de Pinon de Quincy. Figure 3 Carte de Desingy, 1771, montrant, en couleurs, l’emprise du domaine de Loyola. 3Même si les documents retrouvés, portant sur l’activité de cet établissement, déplorent fréquemment la médiocrité de ses revenus, l’importance des productions était tout de même à la mesure de cette immense habitation. 5En 1762, un arrêt du Roi interdisait la Compagnie de Jésus, en France et dans ses colonies.

Figure 4 Phot. Figure 5 © P. Figure 6 Le quartier des esclaves. Hors-série Archéologie en kiosque en Guyane : partez à la découverte des vestiges historiques ! Bienvenue sur le site de Rémire-Montjoly. Vous êtes ici : Découvrir la ville › Histoire Période coloniale Les premiers européens débarquèrent à Rémire dès le XVIe siècle au lieu dit aujourd’hui dénommé « Anse de Rémire ». En 1645 les premières expéditions de colonisation de PONCET de BRETIGNY décimées se replient sur Rémire.La fondation historique de Rémire a lieu en 1652 par l’arrivée des Jésuites qui s’y installent jusqu’en 1765 sur un vaste domaine qui porte le nom de OYOLA.

Les Hollandais fuyant les Portugais du Brésil, arrivent sur les côtes guyanaises en 1656 désertées depuis trois ans. Parmi eux se trouvent 68 juifs suivis par d’autres venant d’Italie et du Brésil en 1660 afin de renforcer la communauté. En 1664, les Français reprennent la Guyane aux Hollandais et les juifs qui y sont installés furent dépossédés. Les Anglais se rendent maîtres de ces terres en débarquant en 1667 à Rémire, qu’ils pillent et saccagent avant de repartir. Histoire récente En 1971, Monsieur Edmard LAMA en est élu maire jusqu’à son décès.

Fouiller la terre d'Amazonie. Des étudiants ont travaillé cet été sur trois sites archéologiques en Guyane française Marie-Ève Slater entreprend sa dernière année au baccalauréat en archéologie. Cet été, elle a travaillé cinq semaines dans une petite équipe de fouille dirigée par l’archéologue française Nathalie Cazelles sur le site de l’Habitation La Garonne, en Guyane française, sur la côte nord-est de l’Amérique du Sud.

«Le site est situé le long de la rivière Kourouaï, explique l’étudiante. Fondée en 1786, cette habitation sucrière a fonctionné jusqu’à la fin du 19e siècle. Le projet de fouille vise à comprendre le fonctionnement de la sucrerie sur des terres acides et gorgées d’eau.» Chaque matin, l’équipe quittait le village où elle résidait et naviguait en pirogue pendant une heure trente sur le fleuve Approuague avant d’arriver au site archéologique, dans la forêt amazonienne. Des fouilles ont aussi été faites sur le site du cimetière de l’Habitation. Loyola : Un sentier pour la mémoire.

Dessin de reconstitution du moulin à vent © Patrice Pellerin Le moulin de Loyola - Le site de la sucrerie est situé à plusieurs centaines de mètres de la zone résidentielle de l’habitation. Cet éloignement est lié aux nuisance causées par la fabrication du sucre et au choix d'un emplacement propice pour implanter le moulin à vent. Avec le moulin - construit dans les années 1730 -, l'ensemble sucrier comprenait aussi des espaces de stockage, une vinaigrerie (pour la fabrication du tafia) et la chaufferie, pièce de cuisson du sucre.

Dans le courant des années 1740, la sucrerie connut des problèmes de débouchés pour sa production. Les jésuites tentèrent alors de nouvelles cultures comme celle de l’indigo et du coton qui se révèleront être des échecs. L'établissement est démonté vers 1755, et toutes les pièces récupérables (chaudières, alambics...) furent transportées à Saint Régis, dernière sucrerie des jésuites sur la Comté. Un peu d'Histoire | Mairie de Cayenne. Cayenne, ville chargée d’histoire. Christophe Colomb longe pour la première fois les côtes de la Guyane en 1498. On retrouve les premières traces archéologiques de peuplades amérindiennes en Guyane vers le VIe millénaire av. J. -C. Ces premières peuplades auraient initié le processus de création de terres fertiles, qui quelques millénaires après permettront l’établissement de populations plus importantes. A la fin du IIIe siècle, les Amérindiens, originaires d’Amazonie, arrivent sur le littoral et s’y installent.

Avec le capitaine Daniel de La Touche, sieur de La Ravardière, 1200 colons s’installent en Guyane, rejoints en 1643 par 400 autres aux ordres de l’amiral Charles Poncet de Brétigny, lieutenant-général du roi Louis XIII qui mène la Compagnie de Rouen. En 1664 sous l’impulsion de Jean-Baptiste Colbert, une puissante flotte débarque et tente d’implanter une colonie, mais les Anglais attaquent en 1667 sans pour autant s’y installer. D’où vient le nom de Cayenne ? De terre et de sang : Les guerres entre Indiens et Français dans la Guyane du XVIIe siècle. Archéoaimara. Autour de la conservation et de la valorisation du patrimoine métallique de l'industrie en Guyane : un projet de rencontres scientifiques et techniques.

Figure 1 Machine à vapeur américaine, 1820-30. Habitation sucrière Vidal (Montdélice). Goergen, Philippe © CAOA Guyane, 2006. 1 CAZELLES, Nathalie. Sucre et rhum en Guyane (milieu XVIIe siècle - milieu XXe siècle). Enquête thém (...) 1Au cours de sa mission en Guyane en septembre 2005, Patrick Léon, conservateur en chef à l'Inspection générale des musées de France, avait souligné le caractère exceptionnel du patrimoine industriel de l'Approuague, fleuve de l'Est guyanais, dont le « fleuron » est une machine à vapeur de la firme anglaise Fawcett, Preston & Co, datée de 1820-30, et restée in situ et sans protection aucune sur une ancienne habitation de la commune de Régina. 6Avant d'aborder les démarches patrimoniales en cours de programmation, présentons sommairement les différents objets qui les ont suscitées car ces lignes n'ont d'autre ambition que d'ouvrir le champ à d'autres initiatives scientifiques ou conservatoires. Les objets mobiliers inscrits sur la liste des Monuments historiques.

Les vestiges oubliés de l’Approuague : Trésor industriel. Photo de Pierre-Olivier Jay Détail d’une machine dite “de Watt” - Habitation La Garonne – rivière Courouaïe Marque “ Fawcett Preston & Co. ” Les machines découvertes jusqu’à présent dans le secteur partagent un point commun : leur fabriquant britannique Fawcett & Preston. Fondée à Liverpool en 1758, la manufacture Fawcett & Co est une antenne de la Coalbrookdale Ironwork Co, constructeur du premier pont en fonte de l’histoire en 1779 sur la rivière Severn dans le Shropshire anglais. Entre 1813 et 1825, Fawcett & Co expédie plus de 100 moulins à vapeur pour les sucreries du Guyana (51), de Cuba (20), de la Jamaïque (9), de Ste Lucie (8), de Martinique (6) et ailleurs dans la Caraïbe, aux Indes ou à la Réunion.

Fawcett, associé à Preston à partir de 1820, se construit une réputation internationale en fournissant également les moteurs des premiers paquebots transatlantiques à roues à aubes... La Guyane reçoit 15 machines Fawcett & Preston entre 1826 et 1845. Loyola (Les jésuites et l'esclavage) Démesurée (plus de 1 000 hectares), regroupant 500 esclaves, produisant la moitié du cacao et du café de la colonie, telle était Loyola, l’habitation des jésuites de Rémire en Guyane française. Le présent ouvrage, fruit d’un travail archéologique et historique de près de quinze ans, trace le portrait de ce singulier établissement, à la fois religieux et esclavagiste.

Cette monographie s’intéresse aux aspects matériels et humains de cet ensemble, qui remonte à 1668 et s’achève près d’un siècle plus tard avec l’expulsion des jésuites de Guyane en 1763. Après le départ des religieux, différents propriétaires tenteront d’exploiter, avec des succès divers, cet important héritage foncier. Dans cet ouvrage, les auteurs ont voulu contribuer, en recourant à une abondante illustration, à la connaissance de l’histoire matérielle de la Guyane, encore très méconnue, à l’intérieur de l’ensemble colonial français.

010012695. Guyane française : guide voyage Guyane française : Geo.fr. Guyane Française - Guide de voyage - Tourisme. Plus vaste département français d'outre-mer, et une terre de contrastes. Qui dit Guyane dit en effet forêt amazonienne mais aussi centre spatial de Kourou et métissage culturel, dû aux différentes vagues d'immigration.Quoi qu'il en soit, un séjour en Guyane ne vous laissera pas de marbre, notamment si vous êtes un amoureux de la nature. Bien que constituée d'une flore luxuriante et d'une faune ultra abondante, elle est bien loin la réputation « d'enfer vert » qui lui colle à la peau. En dehors des zones marécageuses infestées de moustiques, vous pourrez profiter en toute sérénité de tous les bienfaits de la biodiversité guyanaise. Sachant que le mieux reste tout de même d'être guidé par un Guyanais.

Ainsi vous pourrez partir à la découverte de la forêt amazonienne à l'occasion d'une randonnée de plusieurs jours aux alentours de Saül et pourquoi pas en profiter pour dormir dans des hamacs et voguer sur une pirogue. Passionnés de voile, vous serez également comblés. Voyage Guyane - Guide Guyane avec Easyvoyage. Voyage Guyane : Informez-vous avant de partir ! Agrandir la carte Petit bout de France en Amérique du Sud, la Guyane est pourtant le plus grand département français. La population qui la compose est un savant mélange de métropolitains et de créoles, mais aussi d'ethnies amérindiennes, de communautés brésiliennes et chinoises.

Célèbre pour ses bagnes et sa ruée vers l'or, l'orpaillage s'apprend toujours, mais au détriment de certaines tribus. Avec 96 % du territoire recouvert de forêt tropicale, inutile de préciser que le pays réunit une multitude d'espèces animales et végétales. Les plus + L'immersion en terre amazonienne dans une région française. + La période des vacances d'été en métropole correspond à la meilleure saison climatique en Guyane.

Les moins - L'humidité et la météo parfois difficiles à vivre. - Une côte peu intéressante pour la baignade. - Des vacances pas forcément reposantes. Vols Hôtels Vol + Hôtel Locations en direct Voiture Séjours Conseils de la rédaction Tradition Cuisine. A² en Guyane: mars 2014. Rien de nouveau à l'horizon, alors j ai décidé de faire un petit sujet sur Hamac et le Carbet, véritable art de vivre en Guyane. Le carbet, est un mot d'origine Amérindienne, qui signifie "Grande Case ". C'est un lieu de vie commune, où le soir venu, tout le monde tend son hamac pour dormir. Le principe est plutôt simple : tout en bois, 4 piliers, un toit, pas de mur... typique des cultures amérindiennes. Conçu pour garder la fraîcheur, nocturne, de par la large zone d'ombre qu'il crée, et pour abriter de la pluie.

Nombres d' amérindiens vivent aujourd'hui encore dans les villages, ou le carbet est la principal habitation. Souvent le carbet sera surélevé afin d’éviter de prendre l'eau (en bordure de fleuve). En effet, les fleuves de Guyane sont sujet à la marée, il me semble que c'est à cause du débit très important de ceux-ci et en particulier de l'Amazone (A vérifier) et l'eau peut vite monter.

Pleins de bisous !! Sur les traces du passé : Les chemins du roi et de la Gabrielle. Îles du Salut. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les îles du Salut sont constituées par trois îlots d'origine volcanique rattachés à la Guyane, et situés à quatorze kilomètres au large de Kourou, bien que les Îles du Salut soient rattachées au territoire de la commune de Cayenne et de Cayenne 1er Canton Nord-Ouest. Cependant, le CNES est propriétaire de l'ensemble des trois îles (elles sont situées sous la trajectoire des lanceurs et représentent donc un site stratégique), à l'exception de trois enclaves restées propriétés de l'État pour des besoins liés au fonctionnement du phare (entretien et gestion de ces enclaves assurés par la DDE).

Seules les îles Royale et Saint-Joseph sont accessibles, l'île du Diable, la plus au nord, étant strictement interdite d'accès, notamment à cause des forts courants. Vue aérienne des îles du Salut Caractéristiques des îles[modifier | modifier le code] Historique[modifier | modifier le code] Le bagne[modifier | modifier le code]

Bagne de Saint-Laurent-du-Maroni. Charles Poncet de Brétigny. Sythuwi en Guyane. Habitation Besse | Bon Ti Koté. Guyane fran aise: donn es historiques. Histoire de la Guyane. La Guyane dans l'histoire. En bref... Le Musée - Le musée en 2011 - Musée Départemental Alexandre-Franconie. Guyane - Audierne Polynésie.