background preloader

Le cerveau

Facebook Twitter

Dossier : La mémoire en long, en large et en travers - Sydologie. L'aventure des neurosciences : des territoires de la recherche_aux défis de l'éducation. Edgar Morin, France Qu’est-ce qu’apprendre à vivre ?

L'aventure des neurosciences : des territoires de la recherche_aux défis de l'éducation

Qu’est-ce qu’un enfant de 10 ans ne devra jamais oublier tout au long de sa vie ? Qu’est-ce qu’être intelligent ? Qu’est-ce que l’école doit nous apprendre pour le futur ? Hervé Chneiweiss, France Les enjeux éthiques des connaissances neuroscientifiques : opportunités et risques d’un savoir parcellaire. Hervé Chneiweiss est neurologue et neurobiologiste, directeur du laboratoire Neuroscience Paris Seine-IBPS (Cnrs/Inserm/Upmc).

Steve Masson, Canada Comment la connaissance du cerveau aide à mieux enseigner ? Steve Masson est professeur à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et directeur du Laboratoire de recherche en neuroéducation (LRN). Bruno Della Chiesa,USA La neurodidactique des langues. Daniel Ansari, Canada Les neurones des mathématiques. Steve Masson - Comment la connaissance du cerveau permet-elle de mieux enseigner ? from Scenarii on Vimeo. Le cerveau en perpétuel mouvement. Dans chacun de ses précédents ouvrages, cette neurobiologiste avait répondu à un certain nombre de questions.

Le cerveau en perpétuel mouvement

"Hommes, femmes, avons-nous le même cerveau ? ", "Les filles ont-elles un cerveau fait pour les maths ? "... Pour cette nouvelle réflexion Catherine Vidal trouve, cette fois, une forme affirmative pour poursuivre la critique qu’elle conduit contre un grand nombre de préjugés tenaces. « Nos cerveaux, tous pareils, tous différents » Dans ce livre, l'auteure donne à comprendre l’extraordinaire rôle clé de la plasticité cérébrale.

La subtile machinerie neurobiologique de cette plasticité nous montre ainsi un cerveau en perpétuelle évolution. Et cela au gré des interactions permanentes avec son environnement. Catherine Vidal est neurobiologiste, directrice de recherche honoraire à l’Institut Pasteur. Elle est membre de l'Institut Emilie du Châtelet, de ONU Femmes France, du Laboratoire de l’Egalité, et co-directrice de la collection Egale à Egal (Belin). Apprendre à apprendre (1/4) : deux modes d’apprentissage. Comment apprenons-nous ?

Apprendre à apprendre (1/4) : deux modes d’apprentissage

Les neurosciences, les sciences cognitives, mais aussi le quantified self et bon vieil empirisme nous ont-ils fait progresser dans notre compréhension des mécanismes de l’apprentissage ? Et s’agit-il de pures découvertes théoriques ou sont-elles applicables à la salle de classe ou à chacun d’entre nous ? Même le plus fameux des MOOCs, Coursera, s’est intéressé à la question et propose maintenant un cursus « Apprendre à apprendre« .

A sa tête, on trouve un neuroscientifique connu, Terrence Sejnowski et surtout Barbara Oakley, auteur d’un excellent livre sur l’apprentissage des sciences, A Mind for Numbers. Son éducation scientifique, Barbara Oakley l’a effectuée sur le tas. Mode « concentré » et mode « diffus » La créativité occupe une place importante dans le livre d’Oakley. Un des premiers principes sur lesquels elle s’étend dans son livre c’est ce qu’on pourrait appeler le paradoxe de la créativité. Le mode diffus, au contraire, est celui de l’inconscient. Votre_cerveau_n_a_pas_fini_de_vous_etonner.pdf. Eric Gaspar - Le cerveau pour allié : pour apprendre comme pour enseigner.

Ah mon coquin de cerveau, maintenant je vois comment tu fonctionnes... et je sais quels sont les petits pièges que tu me tends, mais aussi les astuces pour les contourner.

Eric Gaspar - Le cerveau pour allié : pour apprendre comme pour enseigner

On va pouvoir faire une belle équipe maintenant... A l'occasion des "Mardis de la pédagogie", Eric Gaspar, professeur de mathématiques et créateur du projet de Neuro-éducation, Neurosup, s'est penché sur les possibilités de notre cerveau à travers 4 "chocs" : Le 1er choc : le cerveau passe autant de temps à effacer qu'à enregistrerLe 2e choc : comprendre ne suffit pas pour mémoriserLe 3e choc : le cerveau accroche du nouveau à du connu, même (et parfois surtout) si les deux notions ne sont pas du même domaineLe 4e choc : même chez les experts, les erreurs récurrentes ne s'effacent pas du cerveau. Elles cohabitent avec la bonne réponse. La stratégie de l'expert consiste à les inhiber. Présentation de l'intervenant Eric Gaspar est professeur de mathématiques au lycée public Jean-François Champollion de Lattes (34).