background preloader

Famille

Facebook Twitter

Filiation : « Une immense révolution invisible a eu lieu » LE MONDE | • Mis à jour le | Propos recueillis par Florence Rosier Sociologue et directrice d’étude à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), Irène Théry a présidé le groupe de travail qui a publié, en 2014, le rapport « Filiation, origines, parentalité - Le droit face aux nouvelles valeurs de responsabilité générationnelle », à la demande du ministère en charge de la famille.

Filiation : « Une immense révolution invisible a eu lieu »

Le 6 mai, elle publie au Seuil Mariage et filiation pour tous, une métamorphose inachevée (128 pages, 11,80 euros). Les écrans envahissent le quotidien des enfants. Selon une étude Ipsos menée en France, les 4-14 ans passent en moyenne 3 heures par jour devant les écrans.

Les écrans envahissent le quotidien des enfants

Au risque de casser le lien social familial. Les écrans font aujourd'hui partie de la vie quotidienne des enfants. Tablettes, téléphones, ou encore télévision, l'explosion du nombre de ces objets connectés les a démocratisés notamment auprès des plus jeunes. En effet, une étude Ipsos pour la chaîne Gulli révèle que les enfants âgés de 4 à 14 ans passent en moyenne trois heures par jour devant les écrans. Ce chiffre est, par ailleurs, en constante augmentation. La consommation des écrans varie selon des critères démographiques. Cette augmentation est notamment due au développement des smartphones et surtout des tablettes tactiles.

Le dimanche, pause nécessaire à la cellule familiale. Quel serait l’impact d’une ouverture douze dimanches par an des commerces sur la vie privée et familiale des salariés concernés ?

Le dimanche, pause nécessaire à la cellule familiale

De façon étonnante, rien ou presque n’a été dit sur ce sujet depuis que le gouvernement a annoncé sa volonté d’étendre le travail dominical dans le cadre de la loi Macron, qui sera discutée à l’Assemblée nationale à partir du 26 janvier 2015. L’essentiel du débat a porté sur l’efficacité économique de la réforme, et sur la place supposée croissante de la consommation dans les loisirs. C’était l’un des principaux griefs formulés par la maire PS de Lille, Martine Aubry, dans sa tribune parue dans Le Monde du 11 décembre. Quelques voix se sont même élevées pour saluer la mesure, comme celle du sociologue Jean Viard pour qui le travail « arythmique » a du bon pour les individus.

4 idées reçues sur la famille française. Un ensemble d’études de l’Insee, publiées mercredi 16 décembre, montrent que la valeur « famille » reste prégnante dans l’Hexagone, même si la conjugalité prend différentes formes.

4 idées reçues sur la famille française

Ces études permettent de battre en brèche quatre idées reçues sur le couple et les enfants. Idée reçue n° 1 : la « famille traditionnelle » a explosé Les familles « traditionnelles », définies par l’Insee comme composées d’un couple d’adultes cohabitants, mariés ou non, et d’enfants nés de leur union (ou adoptés ensemble), et partageant le même logement, représentent encore bien plus des deux tiers (70 % en 2011) des familles. Même si son poids a baissé (75 % en 1990), la « famille traditionnelle » demeure largement dominante par rapport aux familles monoparentales et recomposées. « L’engagement s’est déplacé du mariage vers la filiation » LE MONDE CULTURE ET IDEES | | Propos recueillis par Gaëlle Dupont Au terme d’une année marquée par des défilés de La Manif pour tous contre la supposée « familiphobie » de la gauche, entretien avec Irène Théry, sociologue, auteure, avec la juriste Anne-Marie Leroyer, d’un rapport commandé par le gouvernement intitulé Filiation, origines, parentalité, publié en septembre 2014 chez Odile Jacob.

« L’engagement s’est déplacé du mariage vers la filiation »

Elle revient sur les mutations traversées par la famille. Dans les enquêtes d’opinion, la famille ­arrive en tête des valeurs préférées des Français. Dans le même temps, on n’a ­jamais autant parlé de crise des valeurs ­familiales. Comment l’expliquez-vous ? Dire que les valeurs se perdent, c’est ne pas comprendre le changement du monde dans lequel nous vivons. Pour une partie de l’opinion, la famille est une institution... Famille : pourquoi autant d'inquiétude ? La famille est-elle un rempart contre le chômage. Le constat est à la Une du journal Le Monde daté de demain : en France aujourd’hui, 23 % des jeunes sont pauvres.

La famille est-elle un rempart contre le chômage

Diagnostic établi par l’Observatoire de l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire, lequel rendra demain son 1er rapport, une semaine avant la Conférence nationale sur la pauvreté. Pour ces jeunes, le plus souvent peu diplômés, se pose la question de l’entrée de plus en plus difficile et tardive dans la vie active, voire dans la vie tout court. Car les deux aspects semblent liés. C’est ce qui ressort en tout cas du dernier « Portrait social de la France » dressé par l’INSEE. Où il apparaît que le niveau du diplôme et le fait d’avoir ou non un travail sont devenus des éléments déterminants pour fonder une famille. Serge Paugam, Manuella Roupnel-Fuentes et Pascale Breuil-Genier J-C F © Radio France « La famille est-elle un rempart contre le chômage ? Et le contrepoint: les inégalités de revenu sur la ligne 8 du métro parisien Suivez-nous aussi sur :

Quatre idées reçues sur la famille française. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Mathilde Damgé Un ensemble d’études de l’Insee, publiées mercredi 16 décembre, montrent que la valeur « famille » reste prégnante dans l’Hexagone, même si la conjugalité prend différentes formes.

Quatre idées reçues sur la famille française

Ces études permettent de battre en brèche quatre idées reçues sur le couple et les enfants. Idée reçue n°1 : la « famille traditionnelle » a explosé Les familles « traditionnelles », définies par l’Insee comme composées d’un couple d’adultes cohabitants, mariés ou non, et d’enfants nés de leur union (ou adoptés ensemble), et partageant le même logement, représentent encore bien plus des deux tiers (70 % en 2011) des familles. Même si son poids a baissé (75 % en 1990), la « famille traditionnelle » demeure largement dominante par rapport aux familles monoparentales et recomposées. Idée reçue n°2 : le mariage est en déclin.