background preloader

Crise financière

Facebook Twitter

La dette de l’Etat en cinq questions. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Matthieu Jublin 4,4 % Le « dérapage » budgétaire annoncé par Michel Sapin, mercredi 10 septembre, a fait mauvais effet.

La dette de l’Etat en cinq questions

Au lieu des 3,8 % annoncés, le déficit public français atteindra 4,4 % en 2014, la faute à un « ralentissement de l'inflation que personne n'avait anticipé », selon le ministre des finances. Mais, si le déficit a si mauvaise presse, c'est surtout parce qu'il alimente la dette publique. Pourquoi le déficit ne diminue pas. C’est une promesse qui dure, faite par Nicolas Sarkozy comme par François Hollande, entérinée devant l’Union européenne et maintes fois rappelée : l’objectif de la France est de réduire ses déficits afin de se mettre en conformité avec ses obligations européennes.

Pourquoi le déficit ne diminue pas

Règle d’or, pacte de stabilité et de croissance et projets de loi de finances le rappellent constamment : toute la politique économique du pays vise à ramener les comptes publics sinon à l’équilibre, du moins dans les limites fixées par Bruxelles, définies par les fameux « critères de Maastricht » : le déficit public doit être inférieur à 3 %la dette publique ne doit pas dépasser la barre des 60 % du PIB. Mais malgré les annonces, les ministres et les promesses, l’objectif semble s’éloigner chaque année. Retour sur ce déficit qui ne diminue pas. 1. Comment calcule-t-on l'évolution de la croissance ? Une augmentation de la dette publique nuit-elle à la croissance? Ce n'est pas si simple.

Une augmentation de la dette publique nuit-elle à la croissance?

Dans This time is different, eight centuries of financial folly (Ed. Princeton University Press, 2009), Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff, s’appuyant sur une analyse historique (huit siècles et soixante-six pays), ont cherché à mettre en évidence l’existence d’une relation systématique entre croissance du PIB et niveau de la dette publique. A partir des données, ils estiment, entre autres, que la relation est faible pour des ratios de dette inférieurs à 90% du PIB et qu’au-delà de ce seuil, la croissance ralentit de manière significative. En effet, au-delà de ce seuil, le taux de croissance médian chute d’environ 1% et la moyenne diminue davantage (environ 4%). Ce résultat vaut aussi bien pour les pays développés que les pays en développement.

Quelle conséquence pour la politique économique? Fin 2011, des pays tels que l’Italie (120,1%) la Grèce (165,3%) ou encore les Etats-Unis (99,36%) avaient un ratio de dette publique supérieur au seuil de 90% du PIB. Trop Libre. Goldman Sachs : le scandale expliqué aux nuls. Qu’est-ce que « l’affaire Goldman Sachs » ?

Goldman Sachs : le scandale expliqué aux nuls

De quoi accuse-t-on la banque d’affaires ? Explicateur. Un manifestant tient une pancarte où il est écrit « L’avidité tue » devant les bureaux de Goldman Sachs (Jessica Rinaldi/Reuters) Les dirigeants de Goldman Sachs, qui d’habitude font trembler la planète, sont ces jours-ci dans leurs petits souliers. Le scandale qui frappe la banque d’affaires ne cesse de grandir et de se politiser, alors que les démocrates au pouvoir aux Etats-Unis cherchent à faire voter par le Congrès une nouvelle régulation bancaire. Il y a une dizaine de jours, la SEC, gendarme boursier américain, a décidé d’ouvrir des poursuites pour fraude. Accusés de s’être enrichis sans scrupules au détriment de leurs clients (et accessoirement d’emprunteurs asphyxiés par la crise), ils se défendent en dénonçant une instrumentalisation politique de l’affaire. De quoi la banque Goldman Sachs est-elle accusée ? Comment décrypter la crise économique ? - Comprendre la crise finan...

C’est au deuxième trimestre 2006 que la crise financière se déclenche réellement avec ce que l’on a appelé la crise des subprimes.

Comment décrypter la crise économique ? - Comprendre la crise finan...

Les banques et organismes de crédit américains avaient développé au cours des années précédentes, la distribution de crédits immobiliers risqués auprès de personnes avec un risque de non-remboursement. Pour permettre ces prêts, les banques demandaient une garantie avec l’hypothèque de la monnaie en cas de non remboursement. C’est ce qui s’est produit. Lorsque les ménages modestes devant des taux d’intérêt variables qui augmentaient n’ont plus pu rembourser leurs intérêts, leurs maisons ont été saisies et ils ont été expulsés. La crise financière 2007-2008 - Les raisons du désordre mondial - C... 10 juillet L’Agence de notation Moody’s abaisse la note de 399 titres liés aux prêts subprime octroyés par des grandes banques américaines (Citigroup, Morgan Stanley, Merril Lynch, Bear Stearns). 17 juillet La banque d’investissement américaine Bear Stearns annonce que la valeur de ses fonds a fondu de moitié à cause des subprimes.

La crise financière 2007-2008 - Les raisons du désordre mondial - C...

Cette annonce provoque un premier recul des bourses européennes. 26-27 juillet Le 26, baisse record à Wall Street. Recul également à Londres, Francfort, Paris et Tokyo. 1er août Des établissements financiers australiens et américains annoncent être aussi affectés par la crise des subprimes. . © Corbis 2 août La Banque centrale européenne (BCE) maintient son taux inchangé à 4 %. 9-10 août BNP Paribas annonce qu'elle gèle trois fonds de placements composés de titres adossés à des subprimes. 10 août Tous les indices boursiers sont en chute. 13 août Les banques centrales réinjectent de la monnaie. Histoire mondiale de la spéculation financière - Charles-P Kindleberger, Piere-Antoine Ullmo, Guy Russell.