background preloader

La Crise

Facebook Twitter

Pire que la Grande dépression... Accueil Qui sommes-nous ? Nos Rédacteurs Archives des Articles Publications Aide Contact Abonnez-vous gratuitement The Daily Reckoning The Daily Reckoning | U.K. La colère descend dans la rue. Des salariés de Fiat manifestent à Rome, décembre 2009.

La colère descend dans la rue

(AFP) Face aux licenciements et alors que d’aucuns prédisent que c’est la fin de la reprise en Europe, le continent est agité par une vague sans précédent d’actions syndicales. En Espagne et en Grèce, les manifestants s’opposent aux réductions budgétaires et aux baisses des salaires. L’Europe se prépare à une vague de grèves et de conflits sociaux. En effet, les salariés tentent de résister aux gouvernements et aux sociétés privées qui s’efforcent d’imposer des politiques d’austérité, de réduire les salaires et de sauver certains pays d’une faillite presque totale. Cette semaine, le géant italien de l’automobile Fiat a brutalement interrompu la production dans toutes ses usines italiennes, contraignant au chômage technique une main d’œuvre forte de 30 000 personnes, et on annonce d’autres fermetures comparables le mois prochain.

Pourquoi l’économie mondiale ne s’est pas effondrée en 2009 ? L’année 2009 s’est achevée sur des chiffres qui laissent rêveur la plupart des analystes économiques.

Pourquoi l’économie mondiale ne s’est pas effondrée en 2009 ?

En effet, le Dow Jones a progressé de 18,82% en 2009, le S&P500 de 23,45% et le Nasdaq Composite de 43,89%. En ce qui concerne le CAC 40, 22,32% ont été gagnés ! Bien sûr, cela est utilisé par ceux qui claironnent haut et fort que la crise est passée. Pourtant, il faut le rappeler, notre système économique implose et il convient donc d’analyser pourquoi l’économie mondiale ne s’est pas encore effondrée. Un système économique zombie sous perfusion Nous étions quelques-uns à prédire un gigantesque krach économique pour l’année 2009 qui ne s’est pas produit car nous ne pouvions pas savoir que les « solutions » pour tenter de l’empêcher seraient à ce point surréalistes.

De plus, pour pouvoir injecter des sommes colossales dans l’économie, les USA ont commis l’irréparable : monétiser leur dette. En 2009, la Fed a ainsi racheté 80% des bons du trésor US (80 % de la dette). Les fins de droits ou le vrai début de la crise sociale. Subprime : la deuxième vague arrive. Flickr - The truth about - cc Ceux qui avaient prévu la crise étaient peu nombreux.

Subprime : la deuxième vague arrive

Petite astuce pour bouffer l'argent européen sans se fatiguer. 12 avril 2014 Le retrait de la loi Monsanto sur la privatisation des semences paysannes et la non adhésion à la Convention UPOV 91 sur la protection de l’obtention des végétaux sont célébrées par les citoyens chiliens qui se mobilisent activement en défense de la production agro-écologique et de la culture familiale paysanne. 10 avril 2014 En 2011, Barack Obama a mené une intervention militaire alliée en Libye sans consulter le Congrès américain.

Petite astuce pour bouffer l'argent européen sans se fatiguer

En août dernier, après l’attaque au gaz sarin sur Ghouta, une banlieue de Damas, il était prêt à lancer une nouvelle attaque aérienne alliée, cette fois pour punir le gouvernement syrien pour avoir traversé la « ligne rouge » qu’il avait tracée en 2012 sur l’utilisation d’armes chimiques. Puis, deux jours avant la date prévue des frappes, il a (...) 8 avril 2014 7 avril 2014 5 avril 2014 4 avril 2014 Haut de la page - accueil. La fin de la crise économique ? Pas avant 2015. Il ne fallait pas être déprimé, samedi, pour aller écouter les intervenants d'un colloque sur la crise, au sommet de la Grande Arche de la Défense. Philosophes, économistes ou agronomes : ils dressent tous un tableau apocalyptique. « Nous sommes au bord de l'abîme », résume Edgar Morin.

Quel diagnostic formuler ? Comment en sortir ? Revue de propositions. Joseph Stiglitz est en retard. Crise : comment éviter la rechute ? Comment faire naître une nouvelle société ? Pour Joseph Stiglitz, retour à un niveau d'emploi normal pas avant 2015 Stiglitz commence par un ballet de chiffres effrayants : 180 milliards de dollars pour renflouer AIG = un quart de siècle d'aide américaine à l'Afrique entre 2000 et 2008, les revenus des classes moyennes américaines ont baissé de 4% Un Américain sur cinq ne peut avoir un « full-time job » (emploi à temps plein) Un constat : l'économie est en panne à cause des excès de la finance, de leurs conséquences sur l'emploi et les déficits budgétaires.

Pourquoi cette peur d'une nouvelle crise financière? Crise: on a oublié que c'est grâce à l'ouvrier que le riche est. Photos: 8.com - flickr CC Le nombre de demandeurs d’emplois augmente fortement en avril : l’occasion de parler du contenu de l’emploi.Le chômage repart à la hausse, après une très légère embellie en début d’année.

Crise: on a oublié que c'est grâce à l'ouvrier que le riche est

Depuis 2008, depuis que la crise s’est installée, c’est près de 700000 chômeurs de plus qui sont apparus. Ce qui est considérable. Et sur le mois d’avril, les plus faibles une fois de plus sont touchés, c’est à dire les plus jeunes, et les femmes. Comment combattre cette baisse de l’emploi ? Pourtant il s’agit bien de travail dans les deux cas... Et même de travail pénible dans les deux cas.