background preloader

Crise financière

Facebook Twitter

Jean-Michel Naulot : «Trump est une de ces petites aiguilles qui pourraient crever la bulle financière» Il a été banquier, puis régulateur à l’Autorité des marchés financiers (AMF), Jean-Michel Naulot a une connaissance accomplie de la finance et il est catégorique : «Une nouvelle crise financière menace d’éclater.»

Jean-Michel Naulot : «Trump est une de ces petites aiguilles qui pourraient crever la bulle financière»

Citoyen engagé, il estime que les éléments objectifs d’une crise sont désormais réunis. Mais derrière l’hypertrophie de la finance, il existe une autre menace, celle de l’idéologie de ces dirigeants qui ne veulent pas reconnaître leurs erreurs… Or, plus ils maintiendront le cap d’une déréglementation financière à marche forcée, plus ils feront monter les populismes. Son dernier livre sur le sujet, Eviter l’effondrement (Seuil) est extrêmement convaincant. Ne forcez-vous pas le trait lorsque vous affirmez que les responsables politiques nous préparent une crise financière pire que la précédente ? Mon expérience de banquier et de régulateur des marchés financiers me fait dire que le pire est malheureusement devant nous.

Au point de détruire le système libéral ? Oui ! « Face à la dimension criminelle de la crise, les élites sont aveugles, incompétentes ou complices. Basta !

« Face à la dimension criminelle de la crise, les élites sont aveugles, incompétentes ou complices

: Vous analysez les crises financières au prisme de la criminologie. Pour vous, la crise de 2008 est-elle due à des comportements criminels ? Jean-François Gayraud [1] : Le nouveau capitalisme qui se développe depuis les années 80 comporte des incitations et des opportunités à la fraude d’une ampleur inédite. L’alliance entre la financiarisation, la dérégulation et une mondialisation excessives forme un cocktail explosif. La criminalité est l’angle mort de la pensée économique, un impensé radical, et ce depuis le 18ème siècle. Il ne s’agit pas d’être « mono-causal » et de tomber dans la théorie du complot. Avons-nous avancé depuis la crise de 2008, pour éviter de nouvelles crises ? Entre 2008 et 2012, nous avons connu une révolution, dans le sens astronomique du terme : nous sommes revenus au point de départ ! Comment l’expliquez-vous ? Il y a un problème de déni et d’aveuglement. D’où vient cette situation ? C’est la question centrale.

Oui. Est-ce mieux en Europe ? @AgnesRousseaux. La Finance. Faut-il craindre une aggravation de la crise ou pire encore ? La crise que nous traversons est la suite logique des choix d?

Faut-il craindre une aggravation de la crise ou pire encore ?

Hier. Pour bien comprendre, il faut remonter à la fin des "30 glorieuses" d? Après guerre, stoppées par les chocs pétroliers des années 70. Tandis que le monde communiste s? Écroulait quelques années après, toutes les économies libérales occidentales étaient aussi confrontées à un sévère épuisement de la croissance. Il avait trois principaux piliers :

Histoire des Crises Financières

Comment Bruxelles veut prévenir l'éclatement de l'Europe. Instaurer une véritable discipline budgétaire grâce à des règles d'or nationales, telle est l'ambition du dernier accord européen conclu le 9 décembre 2011. La logique qui prévaut est simple : sans la violation répétée du pacte de stabilité, qui interdisait un déficit supérieur à 3 % du PIB et une dette publique supérieure à 60 %, la zone euro n'en serait pas là.

C'est oublier un peu vite que les déficits et la dette publique ne sont pas les seuls responsables de la crise actuelle. Qui se souvient qu'en 2007, la dette espagnole plafonnait à 36,1 % du PIB ? Celle de l'Irlande à 25 % ? Mercredi noir à la Bourse de Paris. Au lendemain de l'intervention de la Fed, un nouveau vent de panique souffle sur les marchés financiers.

Mercredi noir à la Bourse de Paris

Malgré le rebond de la veille, l'indice vedette de la place de Paris a devisé de 5,45%, à 3.002,99, plombé par les valeurs bancaires. Le CAC 40, qui cumule ainsi une baisse de 12,94% dans les cinq dernières séances, a ainsi vécu sa pire séance depuis le 5 décembre 2008 à l'issue duquel l'indice s'était effondré de 5,48% Les autres grandes places européennes ont également cédé à la panique. Londres a chuté de 2,88%, Francfort 4,78% et Milan 5,93%. Dans une séance très volatile, le compartiment financier du CAC 40 a été fortement attaqué, et affiche les plus forts décrochages, compris entre 9 et 14%. Bercy a démenti formellement les rumeurs d'un abaissement de la note souveraine de la France, qui fait toujours partie des quatre derniers pays du G7 a conserver la notation triple A auprès des trois grandes agences de notation. Sur le front des valuers, les bancaires ont plongé fortement.

Crise : les actionnaires individuels vont-ils sauver les grandes entreprises ? Face au comportement incohérent des marchés et de leurs principaux intervenants, les investisseurs institutionnels, il est grand temps pour les actionnaires individuels de reprendre le destin de leur épargne en mai Actionnaires individuels réveillez-vous !

Crise : les actionnaires individuels vont-ils sauver les grandes entreprises ?

Actionnaires individuels, vous avez tous les atouts en main pour gérer directement vos investissements en actions. Voici pourquoi… Depuis plus de 3 ans, les marchés connaissent une volatilité incontrôlée dont les fondements sont incompréhensibles par la plupart d’entre nous, et dont l’incohérence est patente. Comme près de 90% des transactions sur le CAC 40 et les autres indices mondiaux sont le fait des investisseurs institutionnels, c’est là où il faut aller chercher les explications.

FLC.

Crise de la Dette