background preloader

Marguerite Durand

Facebook Twitter

Marguerite Durand, une féministe frondeuse avant l'heure. Comédienne, journaliste, femme politique, féministe, patronne de presse, Marguerite Durand fonde le journal La Fronde en 1897.

Marguerite Durand, une féministe frondeuse avant l'heure

C'est aussi grâce à elle que la bibliothèque spécialisée féministe de la Ville de Paris, qui porte son nom, voit le jour. Retour sur ce parcours d'exception et méconnu. Marguerite Duras ? Non, Durand, une autre grande Marguerite ! A l'image de la romancière, Marguerite Durand a laissé son empreinte dans l'histoire du féminisme en menant plusieurs carrières de front, à une époque où la plupart de ses pairs étaient cantonnées au rôle de femmes au foyer. Bibliothèque Marguerite Durand (BMD) - Ville de Paris. Merci de votre compréhension !

Bibliothèque Marguerite Durand (BMD) - Ville de Paris

Accéder au catalogue des bibliothèques spécialiséescompte usager, aide en ligne guide de l'usager de la bibliothèque Marguerite DurandMode d'emploi des postes chercheurs Twitter Fondée en 1932 grâce au don de ses collections à la Ville de Paris par la journaliste féministe Marguerite Durand, la bibliothèque conserve une riche documentation sur l'histoire des femmes et du féminisme. Communication Consultation sur place après inscription gratuite sur présentation d’une pièce d’identité et d’une photo. HistoriqueLe 31 décembre 1931, le Conseil municipal de la Ville de Paris acceptait le don des collections réunies par Marguerite Durand (1864-1936) tout au long de sa vie et créait ainsi le premier "Office de documentation féministe" français.Ancienne comédienne devenue journaliste et féministe, Marguerite Durandavait fondé en 1897 le quotidien La Fronde, exclusivement rédigé et géré par des femmes.

Bibliothèque Marguerite-Durand. Participantes au projet Wikipédia les sans pagEs dans la bibliothèque Marguerite-Durand, le 21 octobre 2017.

Bibliothèque Marguerite-Durand

Histoire[modifier | modifier le code] La Fronde fait appel dans ses colonnes à ses lectrices et lecteurs pour qu'ils fassent don à cette bibliothèque d'ouvrages sur les femmes et le féminisme, dont ils sont les auteurs ou qu'ils possèdent en double exemplaire. Tout au long de sa vie, Marguerite Durand, collecte et conserve des documents qu'elle acquiert ou reçoit en don, que ce soit en exemplaires de presse ou à titre amical ou militant. Souhaitant ne pas voir ses collections dispersées ou détruites après sa mort, elle en fait don, de son vivant, à la Ville de Paris. La donation est acceptée par le Conseil municipal dans sa séance du 31 décembre 1931. La bibliothèque est hébergée au dernier étage de la mairie du 5e arrondissement, place du Panthéon. Entre 2019 et janvier 2020, la bibliothèque est fermée pour des travaux de rénovation.

Collections[modifier | modifier le code] Marguerite Durand (féministe) Fille naturelle d'Anna-Alexandrine Caroline Durand[2], Marguerite Durand est élevée au couvent des Dames Trinitaires, rue Henner, dans le 9e arrondissement de Paris.

Marguerite Durand (féministe)

En 1879, elle entre au Conservatoire, où elle obtient un premier prix de comédie en 1880. Le 1er septembre 1881, elle entre à la Comédie-Française où elle se spécialise dans des rôles d’ingénue et de jeune première[3]. En 1888, elle quitte la scène et épouse Georges Laguerre, avocat[a] et député boulangiste[b]. La Fronde (journal) Il est le premier à être entièrement conçu et dirigé par des femmes, ce qui constitue une première dans le monde.

La Fronde (journal)

Il est ainsi considéré comme le « premier quotidien féministe au monde »[2]. Manuscrits de Marguerite Durand. La transcription des trois volumes reliés des manuscrits originaux de Marguerite Durand, conservés à la bibliothèque qui porte le nom de sa fondatrice, a été établie par Madame Michèle Magnin, professeur de français à l’Université de San Diego (Californie) et directrice de la section française du département de langues et littératures de cette université.

Manuscrits de Marguerite Durand

Michèle Magnin dispense depuis 1992 un cours sur les écrivaines françaises. Qu’elle soit ici vivement remerciée pour le travail considérable qu’elle a effectué sur ces textes, dont le déchiffrement n’a pas toujours été aisé, malgré la large écriture généralement assez lisible de Marguerite Durand. De nombreuses ratures, des « repentirs », des redites, une reliure parfois aléatoire ou erronée de certains feuillets ont rendu nécessaires des choix souvent complexes. La numérisation des manuscrits originaux est prévue dans un avenir assez proche. Collectif Sauvons la BMD - Soutien à la bibliothèque féministe - Bibliothèque Marguerite Durand.