background preloader

Cours Intro T1

Facebook Twitter

EDpuzzle.

Exemples organisations / leaders

La motivation en général. Exemple Google. La qualité de vie au travail, des deux côtés du miroir. Qu’est-ce qui donne envie d’aller au bureau ?

La qualité de vie au travail, des deux côtés du miroir

Quels sont les déterminants de la qualité de vie au travail ? Malakoff Mederic, dans son rapport 2016 sur la santé et le bien-être au travail sorti en juin, a posé la question en double aveugle aux salariés et aux employeurs. Les réponses, synthétisées dans une infographie, ne sont pas si éloignées que cela, mais ne coïncident pas. Et en bonus, nous vous offrons une seconde infographie tirée de la même étude, où l’on apprend tout ce que nous faisons endurer à notre organisme en un an de travail ! Il n’y a pas que l’argent dans la vie… Dirigeants et salariés s’accordent sur le premier critère de qualité de vie au travail : l’ambiance et les relations entre collègues arrivent n°1 pour près de la moitié des salariés, et 54% des employeurs.

…mais quand même, ça aide ! Pour autant, le salaire n’est jamais bien loin dans les enquêtes, du moins lorsqu’il fait partie des options proposées par le questionnaire ! Source : Malakoff Mederic. Qu'est ce qui est important pour les Français au travail ? Publié le 02-SEP-11 par ANACT | Imprimer.

Qu'est ce qui est important pour les Français au travail ?

Pourquoi les meilleurs éléments démissionnent-ils ? L'essor du travail collaboratif a une triste conséquence.

Pourquoi les meilleurs éléments démissionnent-ils ?

Surchargés de travail, les salariés les plus compétents peuvent souffrir de burn-out et quitter l'entreprise. Dans le dernier numéro de la Harvard Business Review, une équipe de chercheurs soutient que la généralisation du travail collaboratif nuit à la performance des entreprises. Les chercheurs expliquent que dans tous les secteurs, les employés les plus compétents sont trop sollicités par leurs collègues, ce qui les conduit éventuellement au burn-out et à la démission. C'est une forme de "syndrome de la réussite" : plus l'employé est performant, plus on en exigera de lui.

Nous nous sommes entretenus avec Rob Cross, professeur de commerce à l'université de Virginie, pour en savoir plus sur le déroulement de ce processus et les moyens de l'éviter. M. L'évolution des entreprises sur le plan structurel est, selon le spécialiste, un facteur moins évident qu'il faut également prendre en compte. En étudiant les réseaux collaboratifs, M. Emploi : les étudiants préfèrent une bonne ambiance à une bonne rémunération. Recevez nos newsletters : Une étude Ipsos menée auprès de 134 grandes écoles françaises dévoilent que les étudiants privilégient le contenu et l’ambiance de leur futur emploi aux conditions matérielles.

Emploi : les étudiants préfèrent une bonne ambiance à une bonne rémunération

Dans leur travail, les jeunes veulent s’engager socialement et ne considèrent pas que la rémunération est une priorité dans leur choix de carrière. C’est le constat d’une étude de l’institut Ipsos et du cabinet de conseil Boston Consulting Group (BCG) publiée ce lundi 25 janvier 2016, en partenariat avec la Conférence des grandes écoles (CGE) auprès de 134 écoles, soit 2 111 étudiants et 1 193 alumni (anciens élèves). Près de 80% des étudiants des grandes écoles ont une idée du métier qu’il veulent exercer une fois diplômés. Mais ils privilégient le contenu de leur futur job et l’ambiance sur leur lieu de travail aux conditions matérielles qui leur seront proposées. Seul un étudiant sur deux serait fier «d’avoir gagné beaucoup d’argent» » Retrouvez plus de 6800 offres d'emploi. Micro trottoir : bien-être au travail.

Qu'est-ce qui est important au travail ? - Madame Figaro. Les salariés français sont les plus démotivés d'Europe. INFOGRAPHIE - Près de 40% des Français ont vu leur motivation au travail chuter en 2013, selon le baromètre Edenred-Ipsos.

Les salariés français sont les plus démotivés d'Europe

Ils sont plus déprimés que les Italiens ou les Espagnols, pourtant plus touchés par le chômage. En cause, un manque de reconnaissance et une frustration salariale. Les Français vont au bureau à reculons. Près de 40% d'entre eux ont vu leur motivation au travail diminuer cette année, selon le baromètre annuel Edenred-Ipsos*. Ils sont donc plus démoralisés aue leurs voisins italiens (35%) et espagnols (32%), pourtant plus frappés par le chômage, et nettement plus démotivés que les Allemands (22%), les Belges (27%) et les Britanniques (27%). Des insatisfactions d'autant plus mal vécues que les salariés français ont un «niveau d'affect non négligeable, notamment un sentiment d'implication, dans le travail», note l'étude. Tandis que le taux de chômage atteint 10,9% dans l'Union européenne, les salariés européens sont plus inquiets à l'égard de l'emploi qu'en 2012.

Motivation au travail : la bonne ambiance, priorité des salariés français. 2013. Best Workplaces en France : plus de 500 salariés. Voici comment les grandes entreprises motivent leurs salariés. Travailler chez Google, Microsoft ou Facebook, ça en fait rêver plus d’un.

Voici comment les grandes entreprises motivent leurs salariés

Dans la majorité des classements sur les entreprises où il fait bon travailler, ces multinationales caracolent généralement en tête de liste. Question d’image, de moyens financiers mis à disposition, de fidélisation des employés et d’attraction des meilleurs talents de ce monde. Et oui car pour attirer les meilleurs candidats, il faut les choyer, leur proposer des avantages qu’ils ne trouveront pas ailleurs, les faire se sentir unique, leur montrer que l’entreprise est (quasiment) prête à tout pour qu’ils se sentent bien.