background preloader

Motivation

Facebook Twitter

Eric-Jean Garcia, Sciences-Po Paris - Surmonter les injonctions paradoxales. En management, on entend parfois parler d’injonctions paradoxales ou encore de « double-contraintes » pour désigner une source d’anxiété et de souffrance pouvant conduire jusqu’à la schizophrénie.

Eric-Jean Garcia, Sciences-Po Paris - Surmonter les injonctions paradoxales

Jérôme Barthélemy, ESSEC - Les primes sont-elles efficaces sur la motivation et les résultats ? La plupart des entreprises utilisent des incitations financières pour motiver leurs managers et leurs employés. Bien-être au travail et rentabilité sont-ils des objectifs compatibles. Accueil > Formations et ressources > Liste des vidéo - balado - webdocu > Bien-être au travail et rentabilité sont-ils des objectifs […] Aujourd’hui les conditions de travail et le type de management qui favorise la bonne santé physique et psychique des employés sont connus.

Bien-être au travail et rentabilité sont-ils des objectifs compatibles

Certaines sociétés prennent conscience de leur rôle social et deviennent des entreprises citoyennes. Performance des entreprises et satisfaction au travail. Dans un contexte de compétition mondialisée, l’enjeu de la performance est devenu vital pour l’entreprise.

Performance des entreprises et satisfaction au travail

Cette performance passe par sa capacité à mettre en place un mode de management des ressources humaines qui puisse procurer satisfaction à l’ensemble de ses salariés. Le lien entre performance des entreprises et satisfaction des salariés, mis en évidence dans de nombreux travaux scientifiques, est ici présenté à travers les critères de management qui permettent de l’activer.

Avec Catherine Glee-Vermande, Maître de conférences, directrice du master RHO (Ressources Humaines et Organisation) IAE Lyon, Centre de Recherche Magellan, Université Jean Moulin Lyon 3. Crédit photo : Dragon Images / Shutterstock.com Niveau : Populaire. Les 3 piliers de la motivation : relations - sens - autonomie, Le Cercle. Bien-être au travail : comment concevoir une politique de services aux salariés ? Bien-être au travail et performance économique sont étroitement liés, comme le confirme une enquête récente menée par l’IESEG School of Management et Cegos : plus les salariés se sentent bien dans leur entreprise, plus ils sont motivés.

Bien-être au travail : comment concevoir une politique de services aux salariés ?

Ainsi, 86 % de ceux qui obtiennent les scores les plus élevés en termes de qualité de vie dans le cadre professionnel s’estiment engagés. « Ce n’est donc pas seulement un impératif moral pour des managers que de prendre soin de leurs salariés. Il s’agit aussi d’un investissement stratégique que l’on retrouve ensuite dans la performance globale de l’entreprise », analyse Thierry Nadisic, directeur de l’executive MBA de l’IESEG. Renforcer l’engagement des collaborateurs Partir des besoins plutôt que de s’inspirer des modes.

Travailler chez google n'offre pas que des avantages. Entreprise à part qui entretient le mythe sur son recrutement hors-norme de talents aussi divers que complémentaires, Google fait rêver.

Travailler chez google n'offre pas que des avantages

Liberté de travailler sur ses projets personnels, locaux fastueux et agréables, doux sentiment d'appartenir à une forme d'élite : un poste chez le géant américain relèverait donc de l'idéal. Une révolution du management : le modèle Google - Les bonnes feuilles. Les psychologues qui s'intéressent au comportement des salariés distinguent les motivations externes ou extrinsèques (on fait des efforts pour obtenir une meilleure rémunération, une récompense…) et les motivations internes ou intrinsèques (c'est la satisfaction d'avoir accompli correctement sa tâche, d'avoir réussi un exploit particulier qui amène à faire des efforts…).

Une révolution du management : le modèle Google - Les bonnes feuilles

Google ne néglige pas plus que d'autres les motivations externes, il n'hésite pas à verser des salaires élevés comme en témoignent les voitures de luxe qui encombrent son parking, mais il fait une large confiance à la motivation intrinsèque. Ce faisant, il suit des exemples célèbres, dont celui de Bill Gates qui disait au début de sa carrière : "Aucun grand programmeur ne peut s'asseoir à sa table et se dire : "Je vais me faire du fric" ou "Je vais en vendre des centaines de milliers".

Tout simplement parce que ce genre de réflexion ne vous aide pas à résoudre les problèmes. " Le bonheur est-il possible au travail ? - Tout Compte Fait #TCF. Engagement : quel est l'état « motivationnel » de vos collaborateurs ? Zwi Segal et Yves Duron sont psychologues du travail.

Engagement : quel est l'état « motivationnel » de vos collaborateurs ?

Dans leur dernier ouvrage, « La motivation, une compétence qui se développe »*, ils tirent la sonnette d’alarme. En effet, d’après eux, la capacité à gérer son « état motivationnel » est une compétence insuffisamment développée en entreprise. Quel est le point de départ de votre ouvrage ? Les dangers du manque de savoir-vivre au travail.

Quel est le coût de l’incivilité?

Les dangers du manque de savoir-vivre au travail

Dans un article intitulé «No time to be nice at work», Christine Porath, professeure associée à la McDonough School of Business de l’Université de Georgetown, s’interroge sur ce mal endémique qui ne cesse de croître. «En 1998, 25% des employés sondés dans le cadre d’une étude s’estimaient victimes d’incivilités de la part d’un supérieur hiérarchique, explique-t-elle. En 2011, ils étaient plus de 50%.» La prolifération des mauvaises manières chez les dirigeants ne semble cependant pas inquiéter outre mesure les entreprises. Nombreuses sont celles qui s’obstinent à ne pas reconnaître le problème ou le banalisent.

Pourtant, la muflerie coûte cher. Les employés qui évoluent dans un climat de travail hostile ont par ailleurs tendance à ne pas voir certaines informations essentielles qui se trouvent pourtant sous leurs yeux. L’irrespect nuit également aux relations avec la clientèle. Quelles différentes formes peut revêtir l’irrespect? Fidélisation des cadres : comment remplacer la défiance par la confiance ? La qualité de vie au travail au service de la marque employeur ? Nombreux sont les articles sur la marque employeur ou sur les risques psychosociaux.

La qualité de vie au travail au service de la marque employeur ?

Mais rarement ces deux sujets sont traités ensemble. Cet article propose de mettre en évidence les liens existants entre Qualité de Vie au Travail (QVT) et réputation des entreprises. La réputation des entreprises de moins en moins contrôlable Un sondage (ACE european risks briefing 2013) montre que 92% des entreprises considèrent que le risque de mauvaise réputation comme la catégorie de risque la plus difficile à gérer. La Formation Pour Tous - Créer plus de valeur avec le capital humain de votre entreprise. La qualité de vie au travail, une démarche innovante qui peine à s’imposer. Pour Aurore Blaschek, psychologue du travail et des organisations, "la QVT est un état d'esprit, un mode de vie de l'entreprise, qui interroge constamment les conditions de travail, la nature du travail, la santé au travail, la valorisation du travail, les relations de travail et le climat social, les perspectives d’avenir et enfin l’équité et l’égalité au travail".

La qualité de vie au travail, une démarche innovante qui peine à s’imposer

Même son de cloche chez Julien Pelletier, responsable Veille, propsective et international au sein de l’ANACT (Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travai) : "La qualité de vie au travail est avant tout une démarche d’entreprise. Ce que nous évaluons, ce n’est pas la qualité du travail mais l’organisation du travail". Un défi qui peut apparaître difficile à relever, à l’heure où les entreprises opèrent des changements quasi incessants : nouvelles fonctions, nouveaux outils informatiques, nouveaux horaires, nouvelles méthodologies, etc. Tester, évaluer, améliorer Concrètement, qu'implique une telle démarche ? Quand croissance rime avec confiance. Par Véronique Plessier-Chauveau. Burn-out, bore-out, scepticisme ambiant : ces concepts sont plus que jamais sur le devant de la scène. Les employés ne sont plus spécialement fiers d’appartenir à leur entreprise. Pourtant, il existe des sociétés, des rassemblements d’individus, heureux de travailler pour leurs clients, qui savent stimuler la confiance en soi et en les autres.

Ne pas résumer la qualité de vie au travail par une équation à deux inconnues - JDN. Gérer le stress des salariés d’une entreprise repose sur une démarche individuelle et personnalisée pour chaque salarié et non en partant du principe qu’un collaborateur se sentira bien si toute l’entreprise va bien. C’est l’inverse qu’il faut intégrer, c’est quand les collaborateurs d’une entreprise se sentent bien que l’entreprise va bien. La démonstration semblerait en effet aisée. L’exigence de production d’une part, c’est à dire la mise en adéquation du triptyque « cout-délai-qualité » de la production d’un l’entreprise pour satisfaire les besoins de ses clients, et d’autre part les conditions de travail optimales pour ses salariés, laisseraient le paramètre « stress au travail » et même plus généralement les risques psycho sociaux comme secondaires ou conditionnés aux deux premiers.

Ainsi présenté, un collaborateur ne serait donc qu’un simple « rouage », ce qu’il est trop souvent, un peu comme coincé dans l’organisation globale de l’entreprise. Recherche motivation des salariés... Différentes études révèlent une crise de la motivation et de l'engagement au travail en France. Comment inverser la tendance ? LE MONDE | • Mis à jour le | Par Gaëlle Picut.