background preloader

5 étapes pour une diffusion efficace de sa veille

5 étapes pour une diffusion efficace de sa veille
Si la diffusion parait plus importante que la collecte dans une stratégie de veille, c’est que l’information prend de la valeur par son utilisation (et pas seulement son stockage). Comme les objectifs, la collecte ou l’analyse, la diffusion demande d’être pensée, et les résultats d’être présentés comme des « produits de veille ». Voyons quelques étapes nécessaires à la mise en place d’une stratégie de diffusion. Il y a quelques temps, j’ai donné une formation URFIST-CNRS (avec Maureen Dumans) sur la mise en place d’une stratégie de veille. Face à un public majoritairement de documentalistes/veilleurs, l’une des problématiques la plus commune fut : la diffusion des résultats. Comment faire pour être lu ? Voici donc quelques réflexions/méthodes que j’ai partagé lors de cette formation, et que je formalise ici sous la forme de 5 grandes étapes. Première étape : penser communication et pas seulement documentation ==> Le public visé et ses pratique/attentes Deuxième étape : définir son public

http://caddereputation.over-blog.com/article-5-etapes-pour-une-diffusion-efficace-de-sa-veille-105547327.html

Related:  Diffuser ses résultatsveille informationnelleUFCV-VEILLE DOCUMENTAIRE-2014Collecte numériquecatalix

La diffusion : une étape indissociable du processus de veille Le processus de veille au sein d’une entreprise est primordial afin de prévenir et d’anticiper les risques et opportunités du marché. Il passe par quatre grandes étapes que sont la définition des besoins, la collecte, l’analyse puis la diffusion de l’information. Mais parfois, cette dernière phase est mal appréhendée, soit à cause de la confusion qui s’opère face à l’ensemble des outils de diffusion existants, soit tout simplement parce que certains acteurs n’ont pas encore intégré son importance. Or, quel intérêt de collecter l’information si elle n’est lue par personne ? Le processus de veille prend la forme d’un cycle : une fois les informations diffusées, les utilisateurs émettront un avis sur la veille, influençant l’amélioration de ce processus dans son ensemble. Quel intérêt de collecter l’information si elle n’est lue par personne ?

Développer une veille avec alertes, fils RSS et pages personnalisables Comment développer une veille personnelle avec les alertes, les fils RSS et les pages personnalisables ? C’est le titre d’une présentation signée Marie-Laure Malingre (Co-Responsable de l’URFIST – Université de Rennes 2 ) dans le cadre d’une formation délivrée durant le 1er semestre 2012 à l’URFIST Bretagne – Pays de la Loire. Ce document pédagogique diffusé sous licence Creative Commons et librement téléchargeable au format PowerPoint (73 diapositives) propose une approche méthodologique et pratique pour développer une veille personnelle ou professionnelle selon ses centres d’intérêt.

Veille : la diffusion plus importante que la collecte La veille est souvent présentée en un cycle en 4 étapes : définition des objectifs, collecte, analyse et diffusion. La collecte fait l’objet de nombreux articles (surtout au niveau outil), mais il arrive parfois de ne pas assez mettre l’accent sur la diffusion (enfin, au-delà de l’outil encore une fois). Allons plus loin en partant de ce postulat : et si la collecte d’informations, et encore plus d’opinions, devait être pensée en fonction de la diffusion et non des capacités de collecte et de traitement ?!... Tout d’abord, concentrons nous sur la veille en e-réputation (et/ou d’opinions) qui, comme le souligne Christophe, diffère souvent en terme de fonctionnement et d’objectifs de la veille dite stratégique (concurrentielle, brevets, juridique, etc.). De plus, et il est toujours intéressant de le rappeler, l’information devient stratégique par son utilisation (elle ne l’est pas par nature) et une veille doit servir d’appui à une prise de décision.

Le Guide de la curation (1) - Les concepts 01net le 14/03/11 à 16h00 Etymologie La pratique qui consiste à sélectionner, éditorialiser et partager du contenu a été baptisée par les Américains curation ou Content Curation, par analogie avec la mission du curator, le commissaire d’exposition chargé de sélectionner des œuvres d’art et de les mettre en valeur pour une exposition. Les termes curation et curator prennent leurs racines étymologiques dans le latin cura, le soin.

Bulletin de veille sur les compétences informationnelles Un peu de plus de 150 références ont été dépouillées depuis le mois de mars 2014 et neuf articles ont retenu notre attention pour ce bulletin. Les thèmes couverts sont le libre accès, la prospective technologique, les comportements informationnels et les modèles de formation documentaire. Le libre accès Le développement des diverses voies de publication en accès libre complexifie le choix du périodique où envoyer son manuscrit. Zhao (2014) propose d’ajouter le processus de la publication savante dans le domaine des compétences informationnelles et souligne en quoi le bibliothécaire peut jouer un rôle proactif à ce sujet.

Choisir ses outils de curation web Diigo, Netvibes, Pearltrees, etc. Ces plates-formes de favoris existent depuis plusieurs années, mais font leur grand retour avec la curation web (lire notre article « La curation… Kezako ? » du 12 avril 2011). Le « social bookmarking » : une pratique incontournable Par Anne Delannoy A l’heure où la profession se questionne sur la place et la mise à disposition des ressources numériques en ligne, il nous a semblé nécessaire de faire le point sur le “social bookmarking” traduit en français par partage de signets, de favoris ou de marques-pages. Cette pratique permet de sélectionner, d’archiver et de partager des ressources. Diigo, Delicious, Pearltrees mais aussi Zotero sont des exemples de plateformes internet qui permettent ces usages, certaines comme Diigo offrent de nombreuses fonctionnalités qui les rendent très complets.

Gmail : Google boude l'IMAP et présente de nouvelles API Google entend moderniser les usages liés à Gmail et introduit de nouvelles interfaces de programmation jugées plus modernes que le protocole IMAP Le paramétrage d'un compte Gmail est aujourd'hui effectué via les protocoles POP et IMAP. Rappelons au passage que Google ne propose plus le protocole Exchange ActiveSync pour les comptes @gmail.com gratuits et réserve cette option aux éditions payantes de Google Apps. Propulsion, Curation, Partage… et le droit dans tout ça Alors que Google vient d’annoncer le lancement de son bouton de partage +1, à l’image du fameux like de Facebook, la juriste Murielle Cahen publie sur le site Avocat Online une intéressante analyse, qui confronte ce type de fonctionnalités avec les principes du droit d’auteur à la française. Son raisonnement, finement nuancé, tend à prouver que plusieurs principes du droit d’auteur, et notamment le droit moral, fragilisent ces pratiques de propulsion des contenus en direction des réseaux sociaux. Cela dit, il me semble que son analyse gagnerait à être complétée par la prise en compte du droit de courte citation, ainsi que d’une jurisprudence récente rendue à propos de l’exception de revue de presse. J’aimerais aussi, au delà de la question des boutons de partage et de la propulsion élargir la réflexion au domaine des nouveaux outils de curation des contenus, qui soulèvent à mon avis des questions encore plus épineuses de respect du droit d’auteur. Sur le même thème

L'enquête sur les pratiques informationnelles, 2ème édition Au premier trimestre de l’année 2009-2010, le comité de rédaction de Savoirs CDI avait proposé aux enseignants-documentalistes une enquête portant sur leurs pratiques informationnelles personnelles et professionnelles. Celle-ci avait rencontré un vif succès puisque 2063 personnes y avaient répondu, soit plus de 15% des enseignants-documentalistes de France. Une analyse en avait été livrée sur le site Savoirs CDI, sous la forme d’un feuilleton intitulé Plus belle la doc. Considérant les rapides évolutions des usages sur ce terrain des pratiques informationnelles depuis 2009, notamment la place toujours grandissante qu’y tiennent les réseaux sociaux ou les progrès de la lecture sur support numérique, le Comité de rédaction a souhaité lancer en avril 2013 une seconde édition de cette enquête. Parallèlement depuis le début de l'année 2014, le comité de rédaction s'est placé dans une démarche de recherche de l'amélioration du site.

Diffuser ses résultats de veille « veillestrat La diffusion des résultats d’une veille est, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, l’un des exercices les plus complexes du processus de veille. Il existe effectivement de nombreuses manières de diffuser l’information et le choix parmi ces manières dépendra des compétences du veilleur (un consultant et un analyste se chargeront d’analyser l’information pour en tirer des recommandations stratégiques, un documentaliste la collectera et éventuellement la triera), mais également des exigences de son/ses client(s) interne(s)/externe(s). Si ces derniers n’ont aucune connaissance sur les manières de diffuser l’information récoltée, il est important de pouvoir leur présenter un éventail des solutions potentielles: Via ce schéma, j’ai essayé de synthétiser les différentes méthodes de diffusion des résultats d’une veille.

Canopé académie de Besançon : L'enseignant veilleur (2ème partie) Ces dossiers thématiques sont archivés, nous attirons votre attention sur leur date de mise à jour. L’enseignant doit aujourd’hui éduquer les élèves à la recherche d’information, de contenu et de connaissance. Il doit lui-même structurer sa pratique de recherche dans la grande variété des outils de publication de ressources numériques disponibles : sites de stockage et de partage de vidéos, photos, séquences pédagogiques, cartes heuristiques, blogs. L'enseignant veilleur peut alors se positionner en qualité de médiateur au sein de l’écosystème de la transmission des connaissances. Ce dossier est un outil d'autoformation afin d'aider les enseignants dans leur pratique d'enseignant veilleur et il s'attache tout particulièrement à les inciter à publier le fruit de leurs recherches sur internet, ceci afin de les partager, avec leurs pairs ou avec leurs élèves. Comment enrichir et permettre cette diffusion de contenu ?

Annuaire EPFL des principaux logiciels libres Avant-propos Vous pouvez aussi lire nos anciens articles suivants : • article du Flash EPFL 08/2014 sur l'importance du logiciel libre en milieu académique et dans la recherche scientifique. • article du Flash Informatique EPFL 5/2013 qui constituait un résumé de la présente page web. Table des matières

Pratiques de veille sur les réseaux sociaux professionnels (RSP) Un groupe d’étudiants de l’ENSSIB (École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques) met en lumière l’intérêt de la veille sur LinkedIn et Viadeo. Un dossier documentaire en dévoile les bonnes pratiques. « Il est bel et bien possible de veilleur sur ces réseaux sociaux, et d’autant plus parce qu’ils sont professionnels ! » C’est en substance la conclusion à laquelle sont arrivés les étudiants après quatre mois de découverte, puis d’usage intensif des deux plateformes.

Related:  politique documentaireFaire de la veilledigitalVeille dans un domaineveille documentaire