background preloader

The Flipped Class: Myths vs. Reality

http://www.thedailyriff.com/articles/the-flipped-class-conversation-689.php

Related:  Dalla teoria alla praticaFlipped classroom infosRessources utilisées pour le dossier documentaire

Définir des objectifs pédagogiques efficaces et cohérents grâce à la taxonomie de Bloom et la méthode SMART Une fois les besoins et attentes de formation analysés, définir vos objectifs pédagogiques constitue une étape fondamentale dans le développement de votre projet de formation. C’est le message que j’avais tenté de faire passer dans l’article de lundi : cette étape vous permet non seulement de baliser votre parcours, et aussi d’en faciliter l’évaluation. Toutefois il n’est pas toujours évident de définir facilement ses objectifs pédagogiques : quelles formulations utiliser ? faut-il nécessairement intégrer des verbes d’action ? comment vérifier que les objectifs soient effectivement opérationnels ?…

Meirieu : Du bon usage des « innovations » Le numéro spécial de rentrée de la Revue « Sciences humaines » (n° 263) propose un dossier sur le thème « Éduquer au XXIème ». Ce dernier se conclut par un article de Sylvain Marcelli présentant « Huit idées pour réinventer l’école » (1). L’auteur nous prévient qu’il s’agit là, d’ailleurs, plutôt d’ « innovations » que d’ « expérimentations » au sens strict, dans la mesure où c’est bien leur caractère inventif plutôt que l’évaluation de leurs effets positifs sur les progrès des élèves et la cohérence de l’école qui est mise en avant (2)… Loin de moi, pourtant, de suspecter a priori les innovateurs. Je fais, tout au contraire, partie de ceux qui s’agacent particulièrement de voir ces innovateurs faire l’objet d’une sorte de quête inquisitoriale de « résultats » alors qu’à côté, les pratiques ordinaires se reproduisent à l’identique dans une bienveillante indifférence.

B Devauchelle : Faut-il inverser l'enseignement, l'apprentissage ou même l'établissement ? La trainée de poudre des Moocs est actuellement suivie de celle de la classe inversée. Ce qui est étonnant c'est l'écho positif que rencontrent ces idées auprès de la plupart des acteurs de terrain. Car de fait, on observe que beaucoup d'enseignants sont interrogés par ces manières de faire qui, si elles ne sont pas nouvelles en soi (voir plus loin), permettent à certains d'entrer dans une forme de nouveauté (pour soi et non en soi) dans l'action pédagogique accompagnée par le numérique.

Pédagogie de projet La pédagogie de projet est une approche qui a fait ses preuves et qui se marie très bien à la classe inversée. En effet, bien que le temps de classe libéré par le modèle inversé puisse être utilisé pour des discussions et de l’entraide sur des points de cours et des exercices, il peut aussi servir à travailler sur des projets pédagogiques intéressants. La classe inversée et la pédagogie de projet partagent d’ailleurs le même principe : rendre l’élève acteur de son apprentissage. Cette philosophie est le coeur de la pédagogie active, qui, comme son nom l’indique, se base sur le fait qu’on apprend mieux en étant actif et en découvrant par soi-même. Des intérêts nombreux La pédagogie de projet permet, entre autres, une plus grande motivation à apprendre, une meilleure compréhension de l’information, un développement des capacités de recherche, d’analyse et de résolution de problème, et davantage d’interactions sociales.

Le Cloud Computing au service de la pédagogie - Introduction Les grands principes du Cloud Computing. DROPBOX et GOOGLE DRIVE font partie de ces outils dits du "Cloud Computing". Dans ce dossier nous n’allons parler que de ces deux incontournables.Le service offert consiste à stocker vos données sur serveur externe appartenant à ces sociétés. Si cela ne vous parle pas, vous pouvez vous représenter son fonctionnement sous la forme simplifiée d’une clé USB (ou d’un disque dur externe) que vous auriez à disposition quelque par sur Internet, accessible depuis n’importe quel ordinateur.Le service Dropbox propose une offre d’appel gratuite de 2 Go de stockage.

« Classe inversée », qu'inverse-t-on ? La « classe inversée », concrètement Ce qui m'a d'abord intéressé avec les deux témoignages rapportés, en HG et en français, c'est le déroulement de la séance. Si je reprends ces deux déroulés, voici ce que je comprends : Pour le cours d'HG :phase d'exposition (« magistral », à la maison, 2 à 4 mn)phase d'application (« entraînement », en classe)phase de structuration des connaissances (« production d'une synthèse-ressource », en classe)Pour le cours de français :phase d'exposition (à la maison, 10 mn)phase de cours dialogué (« échanges, questions », en classe, 15 mn)phase d'application (« travailler le thème en groupes », en classe, 25 mn)phase de structuration des connaissances (« élaborer une ressource », en classe, 30 mn). Qu'est-ce qui change donc avec les constituants d'une séance « classique », laquelle est depuis longtemps basée sur le triptyque « exposition – application (tâche) - structuration » ?

Compte rendu d’une stratégie de classe inversée en collège (1) Comment l’expérience de la classe inversée a-t-elle débuté ? D’abord, j’ai fait un constat : depuis 18 ans que j’enseigne, j’ai toujours un pourcentage d’élèves en difficultés, des élèves qui n’ont pas acquis les connaissances attendues au terme d’un chapitre. Si je me fie aux notes, un tiers voire la moitié des élèves sont en-dessous de 12 sur 20. Il leur manque 40 à 50% des connaissances et des capacités en théorie. Par ailleurs, la mise en place des compétences (connaissances ou savoir, capacités ou savoir faire et attitude ou savoir être) avec les programmes de 2008 m’interroge aussi sur ma pratique avec par exemple la mise en place de la pédagogie différenciée ou les situations-problèmes.

L'apprentissage inversé : avancée ou régression Si vous fréquentez les sites américains de pédagogie, vous aurez sans doute été surpris de constater l'engouement des enseignants pour le « flipped learning », que l'on traduit par "apprentissage inversé". La tendance est lourde et les articles sur le sujet attirent de nombreuses visites et presque autant de commentaires. C'est la Khan Academy, un site qui offre des milliers de leçons gratuitement en vidéo, qui a déclenché le mouvement. Nous-mêmes avons parlé de l'apprentissage inversé depuis plus d'un an, et encore tout récemment. L'expression "flipped learning" est due à deux professeurs de sciences, Jonathan Bergmann et Aaron Sams, qui ont utilisé cette méthode d'enseignement dès 2006. En fait, pour eux, l'apprentissage inversé tient plus du principe, voire même de l'idéologie, comme ils le disent dans un récent article, que d'une méthode à appliquer mécaniquement.

Classe Inversée Ce site a pour but d’expliquer le concept de classe inversée à tous les professeurs qui souhaitent avoir un réel impact auprès de leurs élèves et qui veulent connaitre les meilleures méthodes pour développer une ambiance de classe motivante et décontractée. Exemple de classe inversée Ce concept connait un succès grandissant : de plus en plus de professeurs à travers le monde modifient leur façon de “faire la classe” pour passer à un modèle plus pratique et plus humain. Ce modèle part d’une idée très simple : le précieux temps de classe serait mieux utilisé si on s’en servait pour interagir et travailler ensemble plutôt que de laisser une seule personne parler. L'apprentissage social Bruner propose d'utiliser le terme "étayage" (scaffolding) pour caractériser les interactions pédagogiques qui prennent place au sein d'une communauté d'apprenants. Celles-ci consistent, pour le partenaire plus avancé, à prendre en charge les parties de la tâche qui dépassent initialement les capacités du partenaire moins avancé en lui permettant de se concentrer sur les parties de la tâche qui lui sont accessibles. Le terme étayage s'est imposé, parmi les chercheurs néo-cognitivistes, pour désigner les interactions de soutien mises en œuvre par un adulte ou par un pair afin d'épauler un sujet dans la résolution d'un problème qu'il ne pourrait résoudre seul. Considérée de cette manière, la notion d'étayage convient aussi parfaitement pour caractériser le type d'intervention pédagogique mise en œuvre au sein de la zone proximale de développement afin d'aider le sujet à se rapprocher de son niveau de développement potentiel. Bruner associe six fonctions principales à l'étayage:

L'école inversée, un concept parti «d'en bas» bientôt au top Internet a donné une nouvelle jeunesse et un nouvel élan à l'inversion du temps des devoirs (en classe) et des leçons (à apprendre à la maison). L’innovation est une «vieille» tradition scolaire. Certaines pédagogies sont éternellement «nouvelles», Mais certaines nouveautés vraiment plus nouvelles mérite qu'on s'y arrête. C’est le cas de la classe inversée, flipped classroom dans son idiome d’origine. La taxonomie de BLOOM La classification des objectifs en catégories est ce que l'on appelle la « Taxonomie des objectifs ». L'intérêt d’une taxonomie est qu'elle permet d'identifier la nature des capacités sollicitées par un objectif de formation et son degré de complexité. Cette information, parmi d’autres, permet d’adapter la méthode de formation. De ses travaux Benjamin Bloom , psychologue en éducation, a fait émerger une classification des niveaux de pensée importants dans le processus d'apprentissage. Vis à vis du domaine cognitif, Bloom identifie 6 types d'activités, du plus simple au plus complexe, comprenant chacune un ou plusieurs sous-domaines : Bloom fait l'hypothèse que les habiletés peuvent être mesurées sur un continuum allant de simple à complexe.

Le phénomène des MOOCs (Massive Open Online Courses) 1 Pour faciliter la lecture, seule la racine des liens Internet est mentionnée. Pour y accéder dans (...) 1En 2008 deux chercheurs canadiens, George Siemens et Stephen Downes, donnent un cours en ligne, gratuit et ouvert à tous, intitulé « Connectivisme et connaissance connective » : ainsi naît le MOOC, acronyme pour Massive Open Online Course. 2La démarche de ces deux chercheurs se base sur la théorie du connectivisme, qui prône un apprentissage décentralisé, dans lequel les cours sont co-construits avec les apprenants, organisés en réseau ; la création de connexions devient ainsi la base même de l’apprentissage. 3La deuxième approche pédagogique souvent associée aux MOOCs est la pédagogie ou la classe inversée : les élèves accèdent aux cours sous forme de ressources en ligne, tandis que le temps en classe est consacré aux échanges et au travail en groupe.

L’école inversée ou comment la technologie produit sa disparition Je vais vous raconter une expérience qui pousse la logique du "massive open online course" (MOOC), ces cours en ligne ouverts et massifs, jusqu’au bout. Une expérience narrée récemment dans le New York Times par Tina Rosenberg, et qui est le point de départ d’un mouvement qui porte le joli nom d'"école inversée" ou flipped school. Tout commence il y a quelques années, à Clintondale, au nord de Detroit, dans une région loin d’être privilégiée. Le proviseur d’un lycée poste sur YouTube des vidéos de tactiques de baseball pour l’équipe de ses fils. Il s’aperçoit que non seulement les jeunes joueurs regardent ces vidéos, mais ils les regardent plusieurs fois... Ils assimilent les stratégies et cela laisse plus de temps, à l’entraînement, pour la mise en application et la pratique.

Related:  pedagogieclasse inverséePratiques pédagogiques