background preloader

Internet Protocol

Internet Protocol
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir IP. Internet Protocol (abrégé en IP) est une famille de protocoles de communication de réseau informatique conçus pour être utilisés par Internet. Fonctionnement[modifier | modifier le code] Lorsque deux terminaux communiquent entre eux via ce protocole, aucun chemin pour le transfert des données n'est établi à l'avance : il est dit que le protocole est « non orienté connexion ». Services délivrés[modifier | modifier le code] Les protocoles IP assurent l'acheminement au mieux (best-effort delivery) des paquets. Fiabilité[modifier | modifier le code] corruption de données ;ordre d'arrivée des paquets (un paquet A peut être envoyé avant un paquet B, mais le paquet B peut arriver avant le paquet A) ;perte ou destruction de paquet ;duplication des paquets. Les garanties qu'un protocole IP n'offre pas sont déléguées aux protocoles de niveau supérieur. Historique des versions[modifier | modifier le code] En-tête IPv4. Related:  references utilisees dans la conference "rupture d'internet"

Access Control List Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir ACL. Access Control List (ACL) — liste de contrôle d'accès en français — désigne deux choses en sécurité informatique : Une ACL est une liste d’Access Control Entry (ACE) ou entrée de contrôle d'accès donnant ou supprimant des droits d'accès à une personne ou un groupe. ACL sur les fichiers[modifier | modifier le code] Sous UNIX[modifier | modifier le code] Sous UNIX, les ACL ne remplacent pas la méthode habituelle des droits. Les systèmes de type UNIX n'acceptent, classiquement, que trois types de droits : lecture (Read);écriture (Write);exécution (eXecute). pour trois types d'utilisateurs : le propriétaire du fichier ;les membres du groupe auquel appartient le fichier ;tous les autres utilisateurs. Cependant, cette méthode ne couvre pas suffisamment de cas, notamment en entreprise. Les ACL permettent de combler ce manque. Mac OS X gère les ACL depuis la version 10.4 (Tiger). Utilisation[modifier | modifier le code]

Percolation - Wikipédia Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La percolation (du latin percolare, « filtrer », « passer au travers ») désigne communement le passage d'un fluide à travers un milieu plus ou moins perméable, par exemple dans la préparation du café. Ce terme a aussi un sens plus précis en physique et en mathématiques : c'est un processus physique critique qui décrit, pour un système, une transition d’un état vers un autre. C'est un phénomène de seuil associé à la transmission d'une « information » par le biais d'un réseau de sites et de liens qui peuvent, selon leur état, relayer ou non l'information aux sites voisins. Histoire[modifier | modifier le code] Vers 1800, le Français Jean Baptiste de Belloy, archevêque de Paris, invente le système de la percolation du café, auparavant infusé, ainsi son dubelloire ou sa débelloire devient la première cafetière. Hammersley en généralise le sens à la transmission, ou non, d'une « information » par un réseau de sites et de liens. Portail des sciences

Classe d'adresse IP Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La notion de classe d'adresse IP a été utilisée sur Internet pour distribuer des plages d'adresses IPv4 à des utilisateurs finaux. Avec cette méthode, le masque de réseau pouvait être déduit de l'adresse IP et les protocoles de routage comme Border Gateway Protocol (jusqu'à la version 3), RIPv1 et IGRP sont dits classful car ils font usage d'un masque réseau implicite lié à l'adresse. La notion de classe est obsolète depuis le milieu des années 1990. Les assignations d'adresses du protocole IPv4 (et de son successeur IPv6) ne tiennent plus compte de la classe d'adresse et les protocoles de routage modernes indiquent explicitement le masque réseau de chaque préfixe routé. Adressage en classe[modifier | modifier le code] Dans les premières années d'Internet, l'assignation des adresses aux réseaux finaux consistait à octroyer le premier octet de l'adresse au réseau, c'est-à-dire que 256 réseaux de 16 millions d'adresses étaient possibles.

PHP PHP: Hypertext Preprocessor [3], plus connu sous son sigle PHP a permis de créer un grand nombre de sites web célèbres, comme Facebook, Wikipédia, etc.[5] Il est considéré comme une des bases de la création de sites web dits dynamiques mais également des applications web. Histoire[modifier | modifier le code] Utilisation[modifier | modifier le code] Répartition des langages côté serveur des sites web, le 28 avril 2016. En 2002, PHP est utilisé par plus de 8 millions de sites Web à travers le monde[9], en 2007 par plus de 20 millions[10] et en 2013 par plus de 244 millions[11]. De plus, PHP est devenu le langage de programmation web côté serveur le plus utilisé depuis plusieurs années : Enfin en 2010, PHP est le langage dont les logiciels open source sont les plus utilisés dans les entreprises, avec 57 % de taux de pénétration[14]. Versions[modifier | modifier le code] La version actuelle est la version 7.2.9, sortie le 16 août 2018[15]. Depuis la sortie de PHP 5.6, la configuration est : <? <? <? <?

Modèle OSI Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Histoire[modifier | modifier le code] Le Modèle OSI a été conçu dans les années 1970, sur fond de rivalités entre trois architectures de conceptions différentes : la DSA lancée par CII-Honeywell-Bull innove dans l'informatique distribuée en mettant en avant les mini-ordinateurs Mitra 15 puis Mini 6, tandis que Decnet, de DEC, et SNA d'IBM donnent une plus grande place au site central, contrôlant l’ensemble des ressources matérielles et logicielles, les utilisateurs y accédant pour une "session" via des terminaux passifs. Hubert Zimmermann, recruté en 1971 à l'IRIA par Louis Pouzin pour développer le Datagramme, technologie qui suscite un enthousiasme international [1], appuyée par la CII[2]. Aperçu[modifier | modifier le code] Le modèle de baseArchitecture de sécuritéDénomination et adressageCadre général de gestion Le texte de la norme proprement dite est très abstrait car il se veut applicable à de nombreux types de réseaux. Contrôle de flux

User Datagram Protocol Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir UDP. Le User Datagram Protocol (UDP, en français protocole de datagramme utilisateur) est un des principaux protocoles de télécommunication utilisés par Internet. Il fait partie de la couche transport de la pile de protocole TCP/IP : dans l'adaptation approximative de cette dernière au modèle OSI, il appartiendrait à la couche 4, comme TCP. Il est détaillé dans la RFC 768. Le rôle de ce protocole est de permettre la transmission de données de manière très simple entre deux entités, chacune étant définie par une adresse IP et un numéro de port. L'intégrité des données est assurée par une somme de contrôle sur l'en-tête. La nature de UDP le rend utile pour transmettre rapidement de petites quantités de données, depuis un serveur vers de nombreux clients ou bien dans des cas où la perte d'un datagramme est moins gênante que l'attente de sa retransmission. Le paquet UDP est encapsulé dans un paquet IP. Longueur

Internet Engineering Task Force - Wikipédia Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’Internet Engineering Task Force, abrégée IETF, littéralement traduit de l'anglais en « Détachement d'ingénierie d'Internet » est un groupe informel, international, ouvert à tout individu, qui participe à l'élaboration de standards Internet. L'IETF produit la plupart des nouveaux standards d'Internet. Structure[modifier | modifier le code] L’IETF est un groupe informel, sans statut, sans membre, sans adhésion. Les groupes de travail sont répartis dans une dizaine de domaines d'intérêt, chaque domaine ayant un ou deux directeurs. Production[modifier | modifier le code] Le but du groupe est généralement la rédaction d'un ou plusieurs Request for comments (RFC), nom donné aux documents de spécification à la base d’Internet. Voir aussi[modifier | modifier le code] Articles connexes[modifier | modifier le code] Liens externes[modifier | modifier le code]

Multicast Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le multicast (qu'on pourrait traduire par « multidiffusion ») est une forme de diffusion d'un émetteur (source unique) vers un groupe de récepteurs. Les termes « diffusion multipoint » ou « diffusion de groupe » sont également employés. Les récepteurs intéressés par les messages adressés à ce groupe doivent s'inscrire à ce groupe. Avantages[modifier | modifier le code] Ce système est plus efficace que l'unicast pour diffuser des contenus simultanément vers une large audience. Le multicast permet de développer des applications interactives de groupe, comme visioconférence, partage de tableau, etc. Inconvénients[modifier | modifier le code] Le multicast ne permet cependant en aucune façon le contrôle de la participation au groupe par la source : la source ne peut déterminer ni qui participe, ni qui peut participer ou non au groupe. Protocoles[modifier | modifier le code] Un groupe multicast se compose d'un ensemble de machines[1].

Domain Name System Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Domain Name System (ou DNS, système de noms de domaine) est un service permettant de traduire un nom de domaine en informations de plusieurs types qui y sont associées, notamment en adresses IP de la machine portant ce nom. À la demande de la DARPA, Jon Postel et Paul Mockapetris ont conçu le « Domain Name System » en 1983 et en écrivirent la première réalisation. Rôle du DNS[modifier | modifier le code] Les ordinateurs connectés à un réseau IP, comme Internet, possèdent une adresse IP. Ces adresses sont numériques afin d'être plus facilement traitées par une machine. Les noms de domaines peuvent être également associés à d'autres informations que des adresses IP. Histoire[modifier | modifier le code] Article détaillé : hosts. Un système hiérarchique et distribué[modifier | modifier le code] Hiérarchie du DNS. Hiérarchie du DNS[modifier | modifier le code] Tous les sous-domaines ne sont pas nécessairement délégués. 1.0.168.192.in-addr.arpa.

Related:  ProtocolesSystème d'exploitationblindalys