background preloader

Le Chant des partisans

Le Chant des partisans
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Chant des partisans ou Chant de la libération est l’hymne de la Résistance française durant l’occupation par l’Allemagne nazie, pendant la Seconde Guerre mondiale. La musique, initialement composée en 1941 sur un texte russe, est due à la Française Anna Marly, ancienne émigrée russe qui en 1940 avait quitté la France pour Londres. Les paroles originales en français ont ensuite été écrites en 1943 par Joseph Kessel, également d’origine russe[N 1], et son neveu Maurice Druon qui venaient tous deux de rejoindre les Forces françaises libres. Histoire La mélodie André Gillois, responsable de Honneur et Patrie, donne à Pierre Seghers quelques détails sur la naissance du Chant des partisans[6]. Le soir même, l'artiste les reçoit dans la petite pension qu'elle occupe, 30 Campdon Hill Garden. Les paroles Germaine Sablon enregistre la version française qui va rendre le chant célèbre. « À quatre heures tout était terminé. Le manuscrit Paroles Interprètes

https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Chant_des_partisans

Related:  le chant des partisanspartdujeutpe

Maurice Druon Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Maurice Druon, en 2003. Œuvres principales Compléments Anna Marly Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Marly. Souvenirs offerts par Anna Marly au palais Alferaki de Taganrog en 2002 (dont la médaille de la Légion d'honneur reçue en 1985). Elle a composé, à la guitare, la musique du Chant des partisans et écrit les paroles originales russes, tandis que les paroles françaises dues à Maurice Druon et Joseph Kessel ont ensuite servi de générique à l'émission Honneur et Patrie diffusée sur la BBC[1]. Elle est également l'auteur de la musique de La Complainte du partisan, chanson ensuite popularisée en anglais[N 1] par Leonard Cohen. Biographie[modifier | modifier le code]

La Complainte du partisan Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Partisan. La Complainte du partisan est une chanson écrite à Londres en 1943 par Emmanuel d'Astier de La Vigerie[N 1] pour le texte et Anna Marly pour la musique. Journaux clandestins de la Résistance en France Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les journaux clandestins de la Résistance sont des titres de presses créés en France pendant la Seconde Guerre mondiale par les mouvements de Résistance à l'Occupation allemande, afin de diffuser leurs idées, qui jouèrent un rôle important dans l'Histoire de la presse écrite, en particulier lors des Ordonnances de 1944 sur la liberté de la presse. Presse clandestine[modifier | modifier le code] En Allemagne, afin de dissuader les intellectuels et écrivains de prêter leur concours aux journaux clandestins, les autorités nazies décapitent d'abord à la hache (de 1933 à 1938) puis progressivement guillotinent en tout plus de 40 000 personnes (et leurs proches selon la pratique de la Sippenhaft) ayant participé à l'élaboration, l'impression et l'édition de cette presse.[réf. nécessaire] Titres les plus diffusés[modifier | modifier le code]

Notes de lectures : Feuillets d'Hypnos de René Char wikimedia folio plus classiques ISBN 978-2-07-034379-9 René Char, homme social et poète rentre en sommeil en même temps qu'en résistance. Les feuillets d'Hypnos sont la restitution poétique après guerre de cette parenthèse où lui comme d'autres a trouvé sa vérité et son trésor. Lucide sur la suite humaine, politique et historique de la résistance, il sait que la liberté et la vérité ne seront plus jamais ! Comme l'analysait Hannah ARENDT, celui qui « a épousé la Résistance, a découvert sa vérité », les résistants « avaient commencé à créer cet espace public entre eux où la liberté pouvait apparaître » !

Extraits des Feuillets d’Hypnos Quelques vers choisis des Feuillets d’Hypnos de René Char: Cette guerre se prolongera au-delà des armistices platoniques. L’implantation des concepts politiques se poursuivra contradictoirement, dans les convulsions et sous le couvert d’une hypocrisie sûre de ses droits. Ne souriez pas. Ecartez le scepticisme et la résignation, et préparez votre âme mortelle en vue d’affronter intra-muros des démons glacés analogues aux génies microbiens. L’armée des ombres,Joseph Kessel - Musée de la Résistance et de la Déportation du Cher CNRD 2012-2013 : un roman-témoignage, devenu un film en 1969, pour s’imprégner du sujet. Des récits et des images pour appréhender la communication de la Résistance. Le livre de Joseph Kessel En 1939, Joseph Kessel est grand reporter de presse et romancier. Après la défaite de 1940, parvenu à Londres, il s’engage dans les Forces Françaises Libres. Il est connu pour avoir composé, avec son neveu Maurice Druon, les paroles du « Chant des Partisans », sur un air traditionnel russe.

Combat (journal) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Après la Libération, Combat est animé par Albert Ollivier, Jean Bloch-Michel, Georges Altschuler et surtout Pascal Pia qui y entraîne son ami Albert Camus en automne 1943[2]. Y contribuèrent également Jean-Paul Sartre, André Malraux, Paul Gordeaux, Emmanuel Mounier puis Raymond Aron et Pierre Herbart. Feuillets d'Hypnos Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les Feuillets d'Hypnos de René Char ont été écrits entre 1943 et 1944 – lorsque le poète était engagé dans la Résistance sous le nom de Capitaine Alexandre – mais ils ne furent publiés qu’à la fin de la guerre, en 1946. D’abord édités séparément, les Feuillets ont ensuite intégré le recueil Fureur et mystère (1948), prenant place entre Seuls demeurent (1945) et Le Poème pulvérisé (1947). Dans les années 1943, René Char était à la tête du Service Action Parachutage de la zone Durance, il se surnommait alors « Hypnos », incarnant l’homme qui veille sur son peuple durant la nuit ainsi que la Résistance en sommeil, mais prompte à s’éveiller à tout moment. Son surnom inspira en partie le titre de l’ouvrage. Dédié à Albert Camus, ami proche de René Char, le recueil partage et illustre les idées développées dans L’Homme révolté.

Résistance intérieure française Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'histoire de la Résistance intérieure, toute différente qu'elle soit de celle de la France libre, n'est pas dissociable de cette dernière. Le général de Gaulle, chef des Français libres, a ses agents en métropole occupée par le biais des réseaux du BCRA ou d'envoyés tels que Jean Moulin, Pierre Brossolette et Jacques Bingen. Ces derniers reçoivent la charge d'unifier la Résistance intérieure, sous l'égide de Londres puis d'Alger. La création du Conseil national de la Résistance par Jean Moulin, le , puis celle des Forces françaises de l'intérieur (FFI) par Jacques Bingen, le , marquent les jalons essentiels d'un processus d'unification parfois difficile, mais sans équivalent dans le reste de l'Europe occupée.

Joseph Kessel Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Kessel. Joseph Kessel, en 1948. Œuvres principales René Char Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. René Char René Char, dit Capitaine Alexandre, à Céreste, en 1944. Œuvres principales

Related: